DARC 2013 #5

  • Axelle Red sur la scène du DARC 
  • Axelle Red sur la scène de Châteauroux 
  • Axelle Red sur la scène de Châteauroux 
  • Axelle Red sur la scène de Châteauroux 
  • Axelle Red sur la scène de Châteauroux 
  • La Gâpette en concert 
  • La Gâpette en concert 
  • Dans le cadre de DARC au Pays, "Tiou"sur la scène de la commune de Chaillac 
michel jamoneau
Mise à jour :
18/8/2013 à 7 h 56
Partager :
Imprimer cet article :

Axelle Red  « Je voulais un grand disque. Avec de grandes chansons. Je ne parle pas de prétention, mais d’un grand son, avec des cuivres et des violons, même s’il y a aussi des morceaux plus dépouillés. J’étais décidée à évoluer, mais j’ai aussi réécouté tout ce que j’avais fait ». Vingt ans après son premier album (Sans plus attendre), plutôt que de refourbir ses plus grands succès réarrangés, remixés, en duo ou filmés en concert au bout du monde, Axelle Red a fait plus juste pour célébrer cet anniversaire : écrire 40 chansons, en enregistrer 16 et en livrer 10 qui revisitent les différents styles jusque-là embrassés par sa carrière très diverse, tout en réussissant un album semblable à aucun autre, ruisselant de cette French Soul si particulière qu’elle conjugue de manière unique et avec panache depuis déjà deux décennies.

Le Rouge Ardent de sa chevelure et de sa personnalité, elle les promène partout sur la planète, du Stade de France où elle a interprété « La cour des grands » en duo avec Youssou N’Dour pour l’ouverture de la Coupe du monde de football 98 et au Palais des Congrès de Paris où elle se produisait en compagnie des légendes soul Wilson Pickett, Sam Moore, Eddie Floyd, Percy Sledge et Ann Peebles,  jusqu’au Sénégal pour Oxfam, en Haïti, au Laos, en Thaïlande, au Cambodge et aussi à Memphis, berceau de la musique américaine qui l’a nourrie, où elle est retournée pour ce nouvel album, à la recherche « de ce qui est devenu mon son ».

Axelle Red et son nouvel album a su par sa puissance et son talent faire chavirer la scène du DARC ou un public très nombreux est reparti avec du rouge plein la tête. 

En première partie, La Gâpette. Voilà cinq ans que ces 4 garcons écument cafés-concerts et festivals, la gâpette vissée sur la tête, armés de leur guitare, contrebasse et accordéons, les 4 musiciens bretons jouent au service de ce qu'ils nomment "la chanson mazouche", une contraction de muzete et manouche. Ils ont su avec leur seul talent donner au public conquis un spectacle très vivant.

"Tiou" .Jeune artiste de 27 ans qui aborde les scènes de cafés en bistrots munis de son saxo, son accordéon et son clavier pour nous parler d’amours déçues, de ses excès d’alcool, de son égo trop fort, ainsi que de ses fragilités et paradoxes. Sur scène, ce garçon s’est donné pour objectif de nous rendre heureux. Et TIOU on aime tellement ce bonhomme qu’on a envie de faire partager ses textes à tout le monde. On y retrouve avec bonheur des chansons accrocheuses ponctuées par quelques envolées slam sur des couleurs musicales très éclectiques (blues jazz rock reggae).

Musique et bonne humeur accompagnaient Tiou, alias Mathieu à Chaillac dans le cadre de Darc au Pays. Accompagné de 3 musiciens, Tiou distille ses chansons en français, et sait captiver son public. Généreux avant, pendant et après le concert, nul doute que petit Tiou deviendra un grand de la nouvelle scène française. 

La fanfare Jazz Combo Box assurait l'ambiance en première partie, mélant rythmes et bonne humeur.

Samedi à Chaillac, j'ai rencontré le groupe Tiou et j’ai pris plaisir à les interviewer.

QUATRE QUESTIONS au groupe Tiou ou Matthieu ANDREAU (Auteur – Compositeur – Interprète – Saxo – Mélodica – Accordéon – piano), Xavier dit Xav’ (Claviers- Moog – Arrangeur), Greg (Guitare - MS20 - Arrangeur ) et Vincent allias Vin’ (Batteur – Percussions – Arrangeur)  :

DC : Aviez-vous déjà entendu parler du Festival DARC avant cette année ?
Tiou : Jamais, je suis désolé, mais aucun de nous n’avions entendu parler de ce festival.
DC : Connaissiez-vous déjà ou aviez-vous déjà parcouru le département de l’Indre ?
Tiou : Pour ma part, jamais non plus, les autres je ne sais pas ?
Les autres : Pas du tout !
Xavier : Moi, pas vraiment l’Indre, plutôt l’Indre et Loire.
DC : D’accord. 2ème question : Que Pensez-vous de l’opération DARC au Pays : son côté proximité avec le public, rencontre avec le public en milieu rural ?
Tiou : C’est quelque chose qui est important pour nous parce que pas loin de Bordeaux, dans l’entre deux mers, il y a des associations qui sont très liées à ce genre d’évènements et du coup nous avons déjà participé, du moins moi quand j’étais en solo, et même les autres dans d’autres groupes, à des espèces de festivals où nous étions proche du public, et nous aimons bien cela, et de plus le village de Chaillac est super mignon et ça sent bon la bonne soirée.
DC : Et est-ce que tu penses qu’il y a une différence entre le public rural et le public citadin ?
Tiou : Oui, je pense, mais ce n’est pas forcément avec le public, mais plutôt de la façon dont c’est emmener. Les choses sont peut-être moins personnelles, comme c’est dans des milieux ruraux, du coup l’organisation est différente, et alors on ressent plus ce côté proximité, c’est plus ouvert, c’est un peu plus « détente », c’est donc plus ambiance « Fête de village ».
Xavier : Il y a une certaine simplicité, l’installation est plus rapide qu’en ville, après à titre perso, j’aime bien aborder les gens de la même manière, que ce soit en ville ou à la campagne.
DC : Vous n’avez  pas la sensation qu’en milieu rural, les gens sont moins blasés qu’en ville, parce que le public a tellement le choix qu’il est peut-être moins ouvert aux nouveautés ?
Tiou : ça dépend, parce que souvent dans les villages il y a des gens qui ne connaissent pas notre formation par exemple, alors ils ne viennent pas forcément nous écouter. Mais effectivement, en ville, ils ont tellement de choix qu’ils ne vont pas forcément chercher la découverte, et ça c’est pour le côté négatif, mais en milieu rural, il y a aussi un  côté négatif c’est comme une espèce d’appréhension et au final il y a la peur de la nouveauté, donc ça s’inverse, et le public est un peu plus frileux. Finalement, il y a du bon partout.
Vin’ : oui, je pense qu’il faut les deux.
DC : Vous n’est pas sans savoir que comme chaque année, 1 des quatre groupes est retenu pour la programmation suivante du Festival DARC …
Tiou (étonné) : je n’étais pas du tout au courant ! ! !
Les autres : Nous non plus ! ! !
DC : Ah bon ? donc la question c’était : alors, motivés pour revenir dans l’Indre l’année prochaine ?
Tous en chœur : Ouais ! ! ! !
Tiou : Oui, même si nous devions revenir l’an prochain, ici, et non sur la grande scène, pourquoi pas. C’est vrai que l’on préfèrerait la grande scène, on ne va pas se le cacher non plus, mais nous n’étions vraiment pas au courant qu’il y avait une sorte de tremplin au Festival DARC. Maintenant que nous le savons,  cela va nous mettre un peu plus la pression, merci ! ! (rires) Donc du coup, je ne sais pas si je vais jouer ! Non, je plaisante. Nous sommes très heureux d’être là ce soir, car cette soirée s’inscrit dans la continuité d’une tournée que nous venons de terminer et où nous avons joué dans des sortes de campings, des villages vacances, et où le public était un peu différent, voire même un peu restreint, style 20 personnes, mais peu importe, dans tous les cas nous nous donnons à fond, y compris ce soir où le contexte est quand même plus dans l’image professionnelle du concert ! !
DC – Alors dernière question, après DARC, avez-vous des tournées de prévues, un nouvel album, un nouveau spectacle, car si je me souviens, ça ne fait pas très longtemps que vous tourner ensemble…?
Tiou : Cela fait maintenant un an et demi que nous travaillons ensemble : je cherchais à avoir des musiciens depuis un moment, et puis j’ai rencontré Vincent et après Greg, qui se connaissaient déjà pour avoir participer ensemble à d’autres formations. Ensuite nous avons participé, tous les trois et xavier qui nous a rejoint, à un festival qui s’appelle « Alors…Chante ! » via Montauban, où nous avons eu pas mal de prix et cela nous a ouvert des portes, comme la tournée de cet été avec le CCAS, puis en parallèle, grâce à eux, nous avons sorti un album, un EP six titres. Du coup le but du jeu était de continuer l’aventure, de continuer à se perfectionner, donc forcément créer de nouveaux morceaux et donc des nouveaux spectacles. Après nous sommes dans une période où nous aimerions bien trouver un label de production, un entourage plus rassurant, pour pouvoir en vivre correctement et pouvoir continuer toujours cette aventure… donc prévisions de spectacles, d’albums, bien sûr, mais nous n’avons pas encore de dates précises.
DC : Et l’aventure avec Tiou, sympa pour vous les gas ?
Xavier : très sympas car on essaye de découvrir des sons, de nouvelles textures, des choses dont je n’avais pour mon cas perso, pas l’habitude de faire auparavant, et c’est intéressant de servir les compositions de Matthieu tout en essayant de se faire plaisir !
Vincent : Oui c’est une bonne formule, cela permet de trouver de nouvelles couleurs. Je suis très content du groupe, de l’univers qui est développé : par exemple avec Greg qui est bassiste à la base et qui s’est mis à la guitare et au clavier, en fait chacun de nous, est sorti un peu de son instrument pour servir l’univers de Matthieu et du coup nous nous amusons beaucoup, en cherchant des textures originales afin de se démarquer.
Tiou : Après l’idée, c’est dur d’être inventif, mais c’est d’inventer, c’est le mélange, et d’essayer quand même de créer quelque chose à nous, parce que aujourd’hui il y a tellement de choses qui existes, qui ont été crées, qu’il nous faut quand même trouver notre place, notre propre patte, en mélangeant toutes les influences que l’on peut avoir afin d’en faire quelque chose de cohérent et de commun à notre formation .Là est notre objectif afin que l’Aventure commune continue longtemps  !
DC : Merci à vous tous, Matthieu, Vincent, Xavier et Greg et surtout à votre bonne humeur et votre belle amitié commune.

Plus d'infos...
  • Bloc DARC
  • Bloc Musique
  • Bloc Darc au Pays