Nicolas Peyrac - Mardi 20 août

Mise à jour :
16/7/2013 à 15 h 16
Partager :
Imprimer cet article :

Contact Stage Festival DARC : Eric Bellet
10 bis rue Dauphine – 36000 Châteauroux
tél : 02 54 27 49 16 Fax : 02 54 34 46 26
Email : association-darc@wanadoo.fr
Site : www.danses-darc.com
Facebook : www.facebook.com/stagefestivaldarc

Mise à jour :
16/7/2013 à 15 h 16
Partager :
Imprimer cet article :

Nicolas Peyrac pourrait cependant prétendre à ce titre pompeux, avec 18 albums, pléthore de disques d’or et de platine... Mais la vraie longévité, celle de l’âme et du cœur, anime également chacune des chansons de Nicolas Peyrac, subtil tour de magie qu’il reproduit avec bonheur et talent, depuis 1975, début de son parcours généreux et exemplaire. Un parcours aux contours multiples, car le chanteur n’a jamais voulu limiter le cadre de sa créativité, emplissant la musique de ses mélodies, de ses mots, de sa voix si familière, mais s’appropriant aussi l’image grâce à la photographie, les mots encore, inspirés toujours,  mais étirés alors en paragraphes, chapitres, romans. 

Chaque discipline nourrit ainsi l’autre, en permanence. Ajoutez à cela une passion éclairée pour le cinéma, le goût du voyage, que ce dernier commence au bout de la rue ou à l’autre bout du monde, le tout porté par des engagements sincères et justes… C’est cette alchimie unique qui a permis à Nicolas Peyrac de composer, d’écrire et d’interpréter des chansons qui capturent l’air du temps, sans en subir l’outrage, et qui mûrissent, sans jamais vieillir, tantôt mélancoliques, tantôt gorgées de sourires, toujours sensibles, à l’écoute, comme habitées de leur propre souffle…

Nicolas s’est mis à la chanson presque par hasard, au beau milieu de ses études de médecine. Et s’il finit par abandonner toute idée de guérir les gens derrière une blouse blanche, Nicolas continuera de les soignera à sa manière, avec sa musique et ses mots, en leur faisant partager une vision profondément poétique du monde qui l’entoure, mais aussi ses révoltes, ses égarements, ses passions… Sa vie personnelle est déjà riche, car il a suivi sa mère,  personnage haut en couleurs, de New York à Abidjan : une vie bruissante de sensations et de souvenirs, de sa 1ère guitare, de sa 1ère rencontre avec l’histoire (John Fitzgerald Kennedy et les larmes de sa mère),  de son 1er amour, de ses 1ères indignations face à l’intolérance et la connerie. 

Encouragé par un père prodigue en leçons de vie, il s’emploie alors à réussir sa vie, plutôt que réussir dans la vie… C’est cette petite nuance syntaxique qui va guider son cheminement artistique, de Montréal à Paris, from Argentina to South Africa… Et la douceur de certains de ses titres, n’empêche pas le chanteur, bien au contraire, de mettre les mots là où ça fait mal, comme sur Ne Me Parlez Pas de Couleurs.  En 2011, Nicolas Peyrac n’a d’autre choix que de continuer à s’indigner. Il se le doit à lui-même, et aussi à la petite fille qu’il est allé chercher au-delà des océans. Mais, pour le chanteur,  la musique est aussi et avant tout une nécessité, au même titre que l’air qu’il respire, et un plaisir, celui de retrouver les amis de toujours, le public des fidèles, et la nouvelle génération de spectateurs, qui le découvre et vient se mêler aux fans de la 1ère heure, lors des concerts.  

C’est pour eux, et pour l’énergie et l’émotion –intactes- qu’il y retrouve, que Nicolas Peyrac a réenregistré, en live, plusieurs de ses grands succès,  avec la complicité de Fabrice et Christophe Gratien, Eric Pâque, Marc Davidovitz et Bruno Dupont, au studio du Bras d’Or, à Boulogne sur Mer. Certains morceaux bénéficient même d’une nouvelle orchestration, comme Et Mon Père, revisité façon jazz manouche.  Dans le même temps sortira Monterey, son 18ème album studio, qui, tout en bouclant une boucle, offre, comme à l’accoutumée, de nouvelles perspectives, de nouveaux horizons. Enfin,  un documentaire de 26’ permet de revenir plus en détails sur son itinéraire, mettant en lumière ses différentes facettes, ses convictions, et quelques jolies histoires. 

Monterey, le premier titre extrait de l’album éponyme s’inscrit comme un délicat écho à So Far Away From LA, un peu nostalgique, mais profondément optimiste.

Site officiel : www.nicolaspeyrac.com/

Plus d'infos...
  • Bloc DARC
  • Bloc Musique
  • Bloc Darc au Pays