print

Les solutions de répit

Documents
Accroche: 

Afin de prévenir l’épuisement physique et psychique de l’aidant, mais aussi pour éviter d’altérer la qualité des relations entre l’aidant et l’aidé, des solutions de répit existent.

Description: 

Ces solutions permettent aux aidants d’avoir des temps et moments de répit pour notamment, se reposer, s’occuper ou prendre soin de soi , en favorisant la prise en charge de la personne âgée en perte d’autonomie.

Pour cela, il est fait appel à des relais professionnels, ceux-ci peuvent prendre différentes formes :
- l’accueil de jour
- l’hébergement temporaire

Les aidants peuvent également avoir besoin de soutien psychologique pour mener à bien leur rôle d’accompagnement auprès d'une personne âgée. Des groupes de parole, d’information et de soutien aux aidants, animés par des professionnels de l’écoute et de l’accompagnement (assistante sociale, psychologue, bénévole formé,…) sont proposés sur tout le territoire départemental et offrent ainsi un lieu d’écoute, d’échange  et de partage

Dans ce cadre,  plusieurs initiatives sont portées par  l’association France ALZHEIMER Y’ACQA36, l’association France PARKINSON, l’association E.K.R. , la CARSAT et la MSA (dans le cadre du groupe de parole AIDANTS SOLID’AIR.

Par ailleurs, la Loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement du 28 décembre 2015 reconnaît la place et le rôle des proches aidants (conjoint, partenaire avec qui la personne âgée a conclu un PACte de Solidarité, concubin, parent, allié ou personne résidant avec elle ou entretenant des liens étroits et stables) qui assurent une présence ou une aide indispensable à la vie à domicile d'un bénéficiaire de l'APA.,  par le droit à l'information, la création d'une aide au répit et une aide au relais en cas d'hospitalisation de l'aidant.

a) l'aide au répit :

La prestation "aide au répit" permet de répondre aux besoins de l'aidant. Elle est proposée dans le cadre du plan d'aide .

Elle se traduit sous la forme d'un accueil temporaire avec ou sans hébergement, en établissement ou en accueil familial ou du relais à domicile ou tout autre dispositif permettant de répondre aux besoins de l'aidant et adapté à l'état de la personne âgée.

Son montant peut, soit être inclus dans le montant du plan d'aide accepté, ou justifier d'une majoration au-delà du plafond GIR national fixé par décret dans lequel le bénéficiaire se trouve. Dans ce cas, la majoration est fixée pour une année (12 mois) à 0.453 fois le montant mensuel de la M.T.P. Son versement s'effectue sur présentation de justificatifs, déduction faite de l'éventuelle participation financière de la personne.

b) l'aide au relais en cas d'hospitalisation de l'aidant :

Une majoration peut être attribuée au bénéficiaire dont le proche aidant est hospitalisé et qui ne peut être remplacé par une autre personne à titre non professionnel.

Pour ce faire, une demande devra être adressée au Président du Conseil Départemental indiquant la date et la durée prévisibles de l'hospitalisation, assortie des documents en attestant, les caractéristiques de l'aide apportée par l'aidant, la nature de la solution de relais souhaitée et le cas échéant, l'établissement ou le service identifié pour l'assurer.

Le Président du Conseil Départemental apporte une réponse après avoir évalué le besoin et les conditions du relais. Le montant maximum de la majoration du plan d'aide à ce titre est fixé à 0.9 fois le montant mensuel de la M.T.P. Son versement s'effectue sur présentation de justificatifs, déduction faite de l'éventuelle participation financière de la personne.

Références: 

Article L 232- 9 du Code de l'Action Sociale et des Familles
Loi N° 2015 - 1776 relative à l'adaptation de la société au Vieillissement du 28 décembre 2015
Décret d'application N° 2016 - 210 du 26 février 2016