Pierre Perret et Frasiak sur la scène de DARC

Mise à jour :
23/8/2011 à 0 h 00
Partager :
Imprimer cet article :

Darc, 10 bis rue Dauphine - 36000 Châteauroux
Tél : 02 54 27 49 16 (de 9h à 18h, sauf dimanche)
association-darc@wanadoo.fr
www.danses-darc.com

Mise à jour :
23/8/2011 à 0 h 00
Partager :
Imprimer cet article :

Mardi 23 août : séquence émotion avec une légende de la chanson française, Pierre Perret ! Retrouvez également le bluesman Frasiak en première partie à 21h, Place Voltaire.

Frasiak
« Frasiak, c'est de la musique avec des mots, des mots qu'on comprend, une musique qui embarque, de la chanson à musique et à mots, de la bonne chanson.

Le gars a grandi en écoutant plein de trucs, de Ferré à Genesis, de John Lee Hooker à Béranger, il s'est pété les doigts sur Stairway to Heaven de Led Zep' et l'Ode à Emile de Ange, il a roulé sa bosse « all around the world » comme un vrai Lavilliers, de Charleville à Bar-le-Duc en passant par Cuba (c'est direct !).

Frasiak envoie son blues meusien, son rock ardennais, balance ses souvenirs d'enfant polak, fait chialer avec sa chanson hommage à Béranger, reprend un Ferré, nous refile un bon bol d'Air Bleu et nous achève avec son tango de la jet set ! »

Christian LASSALLE - REIMS OREILLE (24/11/2010)

Originaire des Ardennes, Eric FRASIAK grandit en écoutant BERANGER, FERRE, PINK FLOYD, Bruce SPRINGSTEEN, Neil YOUNG… Tout d’abord très inspiré par François BERANGER dont il reprend les chansons dans les bals de la région, il se met très vite à écrire et à composer. A 19 ans, il arrête ses études pour se consacrer à sa seule passion : la chanson.

Après de nombreux voyages, de nombreux métiers (manœuvre, ouvrier sur presse, soudeur, mécanicien d’entretien, agent de routage, coursier, musicien, roadie, agent de sécurité, figurant, commercial, directeur de radio, ingénieur du son…), de nombreux itinéraires musicaux, 2 années au Studio des Variétés à Paris, 2 disques 45 T à la fin des années 80, quelques télés et radios, plus de 500 concerts (dont le Printemps de Bourges, l’Olympia, la 1ère partie de BASHUNG, etc…), 1 mini LP 4 titres en 1996 : c’est l’aventure du premier album en 2001…

L'album s'intitule «REPARTIR A ZERO» et sort fin 2003 sous le nom de «FRASIAK & les Passagers». Il est produit par CROCODILE STUDIO et contient 14 chansons aux couleurs folk/rock. Ce sera l’occasion, à partir de 2004, de reprendre la route avec une nouvelle équipe de 4 musiciens et de faire de nombreux concerts, dont les 1ères parties de Paul PERSONNE, Pauline CROZE et CLARIKA.

2006 : FRASIAK est finaliste de Le Mans Cité Chanson et au concours d’auteurs compositeurs interprètes Scènes d’Automne de CAMBRAI, 3 prix lui sont attribués dont le 1er prix (prix du public).
En octobre, sortie de l’album « ITINERAIRES » : 13 chansons acoustic/rock, sous le signe du voyage, enregistrées avec les fabuleux musiciens qui l’accompagnent sur scène et quelques invités comme Basile LEROUX aux guitares ou Regis GIZAVO à l’accordéon.

2007/2008 : nombreux concerts dont les 1ères parties des WAMPAS et de THIEFAINE/PERSONNE.

Côté concours et tremplins, FRASIAK est aussi finaliste du Carrefour de la Chanson (63), Prix de la Sacem au Festival du Château (84), 3ème prix au tremplin Vis l’Air (60), 2ème prix aux Révélations de NANTES (44), finaliste au Pic D’or (65) et Prix du Public au trophée Poémélodies (47).

Juin 2008 : sortie de « FRASIAK LIVE », un album enregistré en juillet 2007 lors d’un concert à BAR LE DUC pour graver quelques uns de ces instants magiques que procurent les concerts de FRASIAK.

Novembre 2008, sortie d’un mini LP 5 titres : L’AIR BLEU (3 titres studio + 2 titres acoustiques LIVE)

2009 :1ère partie de Michel FUGAIN, prix TALENT au 10ème Tremplin de la Chanson de la MJC PICHON (54), 2ème prix au tremplin Vis l’Air (60) et Prix de l’UNAC au tremplin La Ruée Vers l’Aure de BAYEUX (14)

Octobre 2009 : sortie du nouvel album studio « PARLONS NOUS » distribué nationalement par MOSAIC MUSIC et sur toutes les plateformes de téléchargement par BELIEVE DIGITAL. Encensé par la presse et les radios, l’album contient 15 chansons aux musiques variées et colorées et où les textes n’auront jamais été aussi aboutis. Certains diront que c’est « l’album de la maturité ».

2010 : Prix de la Région Auvergne au Carrefour de la Chanson (63), finaliste au Pic D’or (65) avec un Prix d’Encouragement, Prix spécial A THOU BOUT D’CHANT au 6ème tremplin de L’AUTREMENT CAFE à ANGERS (49) et 1er prix au prestigieux concours de chansons LA TRUFFE DE PERIGUEUX (24).

2011 : Finaliste Purple Idols à MONDORF LES BAINS (Luxembourg) et Prix de la SACEM au 17éme tremplin VIVE LA REPRISE ! du Centre de la Chanson à PARIS (75).

http://www.myspace.com/frasiak

http://www.frasiak.com/

http://www.deezer.com/fr/music/frasiak

Pierre Perret
Ses parents, Maurice et Claudia, tiennent un café, le Café du Pont, dans lequel il passera une grande partie de son enfance, apprenant par là même, de nombreux argots et langages de métiers.

Parallèlement, son père l’incite à monter son premier petit orchestre de quatre musiciens à son propre nom et, pendant quelques années, ils tournent dans toute la région, de bals en fêtes familiales.

En 1954, il effectue son service militaire. Il visite alors régulièrement l’écrivain Paul Léautaud et racontera cette fréquentation en 1972 dans Adieu Monsieur Léautaud.

Ayant fait la connaissance de Georges Brassens, il fréquente de plus en plus le milieu de la chanson parisienne. En 1956, on le retrouve en train d’accompagner à la guitare la jeune chanteuse Françoise Marin dans le cabaret La Colombe. Cette chanteuse, recommandée par Georges Brassens, a été embauchée après avoir enthousiasmé le jury au cours d’une audition au théâtre des Trois Baudets, chez Jacques Canetti. Pierre Perret qui est l’auteur compositeur des chansons a préféré attendre la fin de l’audition pour remettre à Jacques Canetti la lettre de recommandations de Georges Brassens. C’est alors qu’un des membres du jury lui conseille fortement de continuer à composer. Le Monsieur s’appelle Boris Vian. Encouragé également par Puppchen, la compagne de Georges Brassens, Pierre commence à écrire pour lui. Un soir, mis dans la confidence, Michel Valette, le patron de La Colombe annonce aux clients qu’ils vont assister à la première représentation d’un nouveau chanteur auteur compositeur. Pris par surprise et après s’être fait prier dans une ambiance bon enfant, Pierre Perret finit par accepter de se produire. Il remporte un vif succès.

Emile Hebey, imprésario connu, est présent dans la salle. Il a apprécié ce petit tour de chant et invite Pierre à enregistrer ses chansons. Ce dernier refuse mais est convoqué quelques jours plus tard par Eddie Barclay qui lui fait signer un contrat de six ans. Son premier 45 tours, Moi j’attends Adèle, parait en 1957 et au début de l’année suivante son premier 25 cm est mis en vente. Il reçoit le soutien inconditionnel de Lucien Morisse, patron de la station de radio Europe n° 1.

En 1958, Pierre continue la tournée des cabarets parisiens et sillonne les routes de France et d’Afrique en première partie du groupe américain les Platters. En novembre, une grave affection pulmonaire l’oblige à séjourner presque deux ans dans un sanatorium. Il reçoit alors le soutien financier du métier.

En 1960, C’est dans les bureaux des disques Barclay qu’il fait la connaissance de Simone Mazaltarim qui deviendra son épouse et qu’il rebaptisera, des années plus tard, Rebecca. La même année sort le Bonheur conjugal, son deuxième 25 cm. Les ventes ne sont pas suffisantes.

En 1963, son contrat avec Barclay ayant expiré, Pierre Perret signe chez Vogue, sous l’impulsion de Lucien Morisse, pour une durée de 6 années. Il connaît son premier grand succès avec la chanson Le Tord Boyaux (plus de 100 000 exemplaires), ce qui va lui permettre de quitter Gennevilliers où il habite avec sa famille pour s’installer en Seine et Marne.

En 1966, sa chanson « les jolies colonies de vacances » devient un succès sans précédent. Diffusée par les radios et à la télévision, elle met fin définitivement à des années de galère financière. En juillet-août, il « tourne » dans toute la France avec Charles Aznavour. Cette proximité artistique encouragera Pierre Perret à se lancer dans une écriture plus poétique. L’avenir nous montrera qu’il n’a pas eu tort… Il fait son premier Olympia fin 1966.

En 1969, il joue dans le film Les Patates de Claude Autant-Lara avec Jacques Balutin, Rufus, Henri Virlojeux, Bérangère Dautin, Pascale Roberts, Christine Aurel. Il compose la musique de ce film. Le contrat le liant avec Vogue expirant en 1969, il décide avec sa femme, de s’auto produire en fondant les éditions Adèle (du nom de sa première chanson).

En 1970, il se joue dans un western comique de Jean Girault, Le Juge, avec Robert Hossein. Il signe également la musique de ce long métrage.

Il connaît son plus gros succès en 1974 avec le Zizi (5 millions d’exemplaires). Il se met petit à petit à écrire des textes plus graves. Sa chanson Lily, écrite en 1977, deviendra un classique des chansons anti-racistes. Il écrit également sur la famine (Riz pilé), l’écologie (Vert de colère), la guerre (La Petite Kurde), le tabac (Mourir du tabac), l’avortement (Elle attend son petit) ou la remontée du fascisme (La Bête est revenue). En 1999 il fait une tournée, passant notamment au Festival des Vieilles Charrues où il chante devant 60 000 personnes.

En 2003, il collabore avec le groupe les Ogres de Barback pour son album Çui-là. Il revient à des arrangements évoquant la variété des années 1970 pour son album suivant, Mélangez-vous, qui sort en 2006.
Ses ventes n’atteignent plus les records d’autrefois, mais Pierre Perret a toutefois la stature d’un monument de la chanson française. Il est également devenu un auteur à succès comme avec son dictionnaire Le Parler des métiers, sorti en 2002.

En 2006, il est invité par le président de l’Assemblée nationale Jean-Louis Debré, à quelques jours de la reprise de la discussion du projet de loi sur les droits d’auteur ; il a plaidé contre la licence globale : « C’est comme si l’on rentrait dans une boulangerie et que l’on raflait tout sans payer ».

Fin 2007, il sort un album de chansons paillardes intitulé « Le Plaisir des Dieux » (du nom de l’Association des salles de gardes). Il écrit : « Il y a des lustres que je rêvais d’avoir le temps d’enregistrer un jour ces chansons de salle de garde. » Il interprète, et parfois réécrit, certaines de ces chansons comme l’avait fait Georges Brassens. En 2008 parait le double album « Les Dieux paillards » qui est la suite et la fin de son anthologie de la chanson paillarde.

http://www.pierre-perret.fr/

http://www.deezer.com/fr/music/pierre-perret

Concerts à 21h Place Voltaire à Châteauroux
Mardi 23 août : Frasiak et Pierre Perret (27 €)
Vendredi 26 août : SPECTACLE FINAL avec la présence de tous les stagiaires (15€)

DARC au Pays : la musique vient à vous !
Ces spectacles sont gratuits et commencent à 18h30.
Mardi 23 août : Maltosh à BOUGES-LE-CHATEAU

Pour acheter vos places de spectacle
ESPACE CULTUREL LECLERC :
Rue de la Poste - 36000 Châteauroux
Tél : 02 54 08 52 40
    
OFFICE DE TOURISME DE CHATEAUROUX :
1 place de la Gare - 36000 Châteauroux
Tél. : 02 54 34 10 74 - Fax : 02 54 27 57 97
accueil@chateauroux-tourisme.com

RESEAU TICKETNET : Auchan, Cora, Cultura, E.Leclerc, Le Progrès, Virgin Megastore
www.ticketnet.fr
réservation Tél. : 0 892 390 100 (0,34 €/min)

LOCATIONS : Fnac, Carrefour, Géant, Magasins U, Intermarché
www.fnac.com  -  www.carrefour.fr  -  www.francebillet.com
Tél. : 0 892 68 36 22 (0,34 €/min)

Plus d'infos...
  • Bloc DARC
  • Bloc Musique
  • Bloc Darc au Pays