Saule - Dimanche 18 août

  • © Fabrice Hauwel 
  • © Fabrice Hauwel 
  • © Mathieu Zazzo 
  • © Mathieu Zazzo 
Mise à jour :
19/7/2013 à 11 h 58
Partager :
Imprimer cet article :

Contact Stage Festival DARC : Eric Bellet
10 bis rue Dauphine – 36000 Châteauroux
tél : 02 54 27 49 16 Fax : 02 54 34 46 26
Email : association-darc@wanadoo.fr
Site : www.danses-darc.com
Facebook : www.facebook.com/stagefestivaldarc

Mise à jour :
19/7/2013 à 11 h 58
Partager :
Imprimer cet article :

Il y a 7 ans, un géant de près de 2 mètres pose son bagage dans nos contrées. Avec lui, il amène sa voix haut perchée, son regard d’enfant, des gaucheries assumées, et tout un monde de tendresse, de poésie et d’humour. Ce géant s’appelle Baptiste Lalieu. Un peu pour se cacher mais aussi parce que ça lui plait, il se créé un personnage, un alter ego baptisé Saule.

Saule monte sur scène, beaucoup, partout, puis sort un premier album « Vous êtes ici » qui rencontre un joli succès. Emmené par une chanson « Si », dont le refrain enlevé apparemment si léger, conte pourtant l’histoire d’une mort annoncée. Et Saule, grand ogre dévoreur de la vie et chanteur à succès, sort un second album « Western », lui ouvrant tous les Zenith de Benabar, et lui permettant de composer la B.O. du film Western de Benoit Mariage avec Benoit Poelvoorde, tout en continuant de tourner.

Sans jamais de pause, Baptiste se lance dans l’écriture d’un troisième album. Il écrit près de soixante chansons, les passe au crible de son intransigeance pour n’en garder qu’une quinzaine. C’est au moment où il est prêt à les fixer définitivement sur disque, que la rencontre cruciale avec Charlie Winston se fait. Plus qu’un coup de foudre artistique, c’est une réelle complicité fraternelle qui s’installe entre eux. Charlie l’Anglais avec son univers pop chamarré s’installe dans l’univers de Baptiste le Belge fou de Tim Burton et d’écriture française. Charlie Winston prend ainsi les commandes de la réalisation artistique de ce nouvel album. Ils passent le mois d’août enfermés dans un studio de l’ouest parisien, La Frette, une grande maison presque hantée, avec comme complices Ché, batteur anglais et Thomas Semence, guitariste français. Et la magie opère. Les chansons de Baptiste, arrangées et produites par Charlie, prennent vie. Et quelle vie !

De cette collaboration, naît sous la plume de Baptiste le premier single « Dusty Men », en duo avec Charlie. L’histoire de deux has been de la chanson, qui semblent s’apostropher de chaque côté de la Manche, tentant de remporter un duel pathétique autour de leur gloriole défunte. L’ironie de la chanson, la force de ses arrangements, et le groove imparable qui la mènent nous donneront raison : ce titre est déjà un tube.

L’écriture de Saule, fine et très élaborée à la fois, connaît avec ce troisième album « GEANT » une nouvelle progression. Dans les thèmes abordés (la perte d’un enfant « Just A Song », l’absolue banalité « Type Normal»), mais aussi dans l’ambivalence des propos (le bio « Chanteur bio », la tragique usure amoureuse « L’inventaire de notre amour »), les trouvailles fusent, pour le plus grand bonheur de l’auditeur.

Jusque dans l’autoportrait tendre et acide « Le bon gros géant », Saule règle quelques comptes avec la vie, elle qui ne s’est pas toujours montrée tendre avec cette carrure atypique qu’est la sienne. Dans une virtuosité mélodique, il passe en revue les sentiments qu’il éprouve dans ce grand corps : honte, malaise, puis fierté et envie de protéger les faibles et les mal lotis de la vie.

Baptiste et son double, Saule et son maître… on s’y perd parfois un peu, mais rien de grave… Baptiste Lalieu et Saule passent leur vie à se croiser. Mais, pour notre plus grand bonheur, de chacune de leur rencontre naît une chanson.

Page Facebook : http://www.facebook.com/SauleOfficiel
Site officiel : http://www.saule.be/

Plus d'infos...
  • Bloc DARC
  • Bloc Musique
  • Bloc Darc au Pays