Etudes de notaires



Eléments de l'instrument de recherche
Page de titre
Présentation
Plan de classement
Corps de l'instrument de recherche
Index descripteur géographique
Index descripteur notaires


Page de titre retour


Archives départementales

de l'Indre


 

 

 

 

 

 

 

Etudes de notaires

 

par M. du POUGET et Thierry DELATTRE

 

 

Châteauroux

2014








Présentation retour

2 E



2 E Notaires de l'Indre







Lieu de conservation FRAD036
Cotes extrêmes 2 E 527-26743
Intitulé Répertoire numérique des notaires de l'Indre
Date début cachée 1490
Date fin cachée 1953
Dates extrêmes 1490-1953
Niveau de description Fonds
Historique de la conservation Avec l'aide de Jacques Loulergue, Bernard Dejoie et Thierry Delattre
Présentation du contenu Depuis l'origine, les Archives départementales de l'Indre possèdent des archives notariales provenant d'études supprimées, qui se trouvaient réunies aux titres de famille et aux papiers d'anciennes justices seigneuriales. Elles figurent dans l'inventaire-sommaire de 1876 sous les cotes E 527 à 713 (aujourd'hui 2 E 527 à 713), avec des analyses par échantillonnage de Théodore Hubert. Eugène Hubert, son fils, archiviste de 1895 à 1931, engrangea les versements occasionnés par la réforme judiciaire de 1926 (notaires déposés aux greffes d'Issoudun et de Châteauroux) et par les dépôts volontaires nés de la loi du 14 mars 1928. Dans son rapport de l'année 1927-1928, publié dans les Rapports des chefs de service du département de l'Indre, il a dressé un bref historique du fonds et un état des minutes encore conservées dans les études. En 1947, la chambre des notaires de l'Indre établit un recensement plus complet.
C'est Xavier du Boisrouvray (1953-1966) qui procéda à la mise au net de ce recensement, puis à une politique active de collecte et de cotation du fonds. Il put l'enrichir de nombreux dépôts, et ce travail a été continué par ses successeurs, facilité certes par le caractère d'archives publiques reconnu aux minutes notariales par la loi du 3 janvier 1979 sur les archives, mais rendu plus difficile par le regroupement de nombreuses études et les conditions de conservation souvent médiocres. L'humidité a rendu maints articles incommunicables, et il faudra de coûteux plans de restauration pour sauver ce qui peut l'être encore. Dans l'urgence, les agents des Archives départementales ont procédé à la cotation des minutes, parfois mélangées aux dossiers clients. D'où de nombreuses erreurs qui seront rectifiées au fur et à mesure des vérifications.
Les humbles fichiers mis à la disposition du public à l'origine ont été remplacés par un répertoire de plus de 26 000 articles saisis sur le logiciel Arkheia permettant d'obtenir un ordre logique indépendant de la cotation, incrémentée au fur et à mesure des versements.
Instruments de recherche Répertoire numérique des notaires de l'Indre
Rédacteur M. DU POUGET
Date de création description lundi 4 juillet 2005





Plan de classement retour

Collections entrées avant 1876
  Le Blanc
    Boutin
  Bouesse et Cluis-Dessus
    Béguin
    Godin
    Thabaud
    Duboys
    Pichon (Philippe)
    Pornet
    Beaujean
    Bejaud
  Châteauroux
    Vigner
    Baucheron
    Cartier
    Pichon
    Huard
    Turquie
    Rouet
    Briaune
    Forget
    Moreau
  Les Chézeaux
    Trebilhon (Léonard)
    Trebilhon (Claude)
  Luçay-le-Mâle
    Guima (Antoine)
  Mailhac
    Aloncle (Mathurin)
    Aloncle (Jean)
    Aloncle (Pierre)
    Aloncle P.
    Aloncle (Silvain)
  Mehun-sur-Indre
    Griffon
  Moulins-sur-Céphons
    Quasi
  Neuillay-les-Bois
    Pynon (Jean)
  Nuret-le-Ferron
    Duterdre
  Prissac-Sacierges
    Perrot (François)
    Perrot (Jacques César)
  Saint-Benoît-du-Sault
    Designolles
    Cervenon
    Cervenon F.
    Cervenon J.
    Bernard (Philippe)
    Pichon
    Peignot
  Saint-Etienne-de-Fursac
    Guarin (Jean)
  Valençay
    Bluyneau
    Gauchier 1er du nom
    Gauchier 2ème du nom
    Gauchier 3ème du nom
    Ferrand
    Laisné (Simon)
    Laisné
    Sarciault
  La Vernelle
    Arraby
    Pataud
  Villegongis
    Debelle
    Joullin
Greffe du tribunal civil
  Buzançais
    Chefdeville
    Poupet
  Luçay-le-Mâle
    Dupont
    Delorme
    Rance
    Dezanaut
    Vergneault
    Vergnault
    Duguet
    Vernas Hilaire
    Guima Antoine
    Braguies
  Mehun-sur-Indre
    Mery
    Mery (François)
    Bruslé (Georges)
  Villedieu-sur-Indre
    Leroy (Jean)
    Aubert (Simon)
    Moreau
    Moreau (Jean)
    Pirochery (Pierre)
Origine inconnue
  Aigurande
    Aubard
    Bathias Louis Léonard (huissier) et Bathias Paul (notaire)
    Bertrand Pierre
    Brunaud
    Deschazette
    Jacquet Jean-Baptiste et Veaury Julien
    non identifié
    Pelletier
  Ardentes
    Rouet
  Argenton-sur-Creuse
    Bidault
    Daudet
    Delaneau
    Dirigoin
    Mallet
    Pinault
  Argy
    Aubepin
    Bruslé
    Chabannes
    Clément
    Delahaye
    Dugué
    Girault
    Mareschal
    Moreau
  Arpheuilles
    Gabignon
    Gabignon Louis
  Arthon
    Bailly
    Catherinot
  Le Blanc
    Devilliers
    Huguet
    Miguerre
    Chichery
    Auger
  Buzançais
    Bonnet
    Turquie
  Chantôme
    Degademont
  Châteaumeillant
    Baudon
  Châteauroux
    non identifié
    Guereau
    Marchand
    Bouguin
    Jallard
    Porcheron
    Violette (Sébastien)
    Basset
    Bérault
    Lamy
    Bonnin
    Raveau
  Châtillon-sur-Indre
    Luthier
    Pineau
    Pineau (Fiacre)
    Girault
  La Châtre
    Divers
    Savray
    Rigodin
  Chavin
    Girault
  Clion-sur-Indre
    Devaux
  Clion-sur-Indre, Villiers
    Devaux
  Crevant
    Rougier
  Déols
    Brion
    Godet
  Eguzon
    Alasaunière
  Frédille
    Poupet
  Gargilesse
    Delaneau
    Moreau
  Graçay, Levroux, Martizay
    Capelault-Penigault-Chipault-Martin
  Heugnes
    Caillet (François)
    Marteau
    Penin
  La Pérouille
    Peyroulx
    Peyroulx (Joseph)
  Lancosme
    Pasquier
  Le Landais
    Poupet
  Levroux
    Belyr
  Lothiers, Luant
    Salmon
  Lourdoueix-Saint-Michel
    Poirier
  Luant
    Poirier
    Paizan
    Moury
  Lureuil
    Lerat
  Lys-Saint-Georges
    Bonnin
  Mâron
    Bonnin
  Martizay
    non identifié
    Richard
  Mehun-sur-Indre
    Fleury
    Mery (François)
  Menoux (Le)
    Moreau
  Méobecq
    Guilllaume (Jean)
  Meunet-Planches, Vouillon
    Guenyer (Nicolas)
  Migné
    Devilieres
    Devillieres
    Delacoux
    Delacoux (A.)
    Hilaire
  Migné, Mézières-en-Brenne
    Pasquier
  Montierchaume
    Desmoulins
  Montipouret
    Bonnin
    Maciquot (Jean)
  Mouhet
    Pataud
  Neuvy-Pailloux
    Bérault (Joseph)
    Delaleuf (Jean)
  Neuvy-Saint-Sépulchre
    Rochoux
    Pelletier
    Divers
    Dubois Michel Guillaume
  Niherne
    Brunet
    Griffonnet
  Non identifié
    divers
  Nuret-le-Ferron
    Dutertre
  Orsennes
    Divers
  Palluau-sur-Indre
    Delahaye
    Jumeau
    Laisnier
  Le Pêchereau
    Blondet
  Pellevoisin
    non identifié
    Boussin, Mery, Mareoul
    Grangy (Nicolas)
    Grangy (Nicolas et J.)
    Grangy (J.)
    Chippault (F.)
    Lebert (J.)
    Grangy (F.)
    Chippault (F.), Gaultier de La Richerie (Charles Louis)
    Gaultier de La Richerie (Charles Louis)
  Pérassay
    Dudoussat
    Gilles
    Juppillat Jacques
  Pérouille (La)
    Turquie
  Pommiers
    Delaneau
  Romorantin
    Simon
  Rosnay
    Decory
    Richard
  Rouvres-les-Bois
    Coutant (Etienne)
    Septier (Pierre)
  Saint-Aignan
    Raboin
    Corset (François)
  Saint-Août
    Boucheron-Dumontet
  Saint-Benoît-du-Sault
    Bernard (Philippe)
    Perrot
    Demaillasson
  Saint-Genou
    Chenon
    Pocquet
  Saint-Marcel
    Mars
  Saint-Plantaire
    Chauvin
    Dreaigne
    Monaie
    Peyronneau (Jean-Baptiste)
    Poirier Georges
  Valençay
    N.
    Sauciault (Jean)
    non identifié
  Vatan
    Jolly (Pierre François)
  Velles
    Villevieu
  Vendoeuvres
    Baudichon
  Vic-sur-Aubois
    Blanchard
  Villedieu-sur-Indre
    Bourdillon (Etienne)
    Savary
    Divers
    Ranjard
    Chambon (Silvain)
    Velluet Delatouche
    Petiteau
    Guillard
    Girault
  Villegouin
    Daguin (Antoine)
    Lebert (J.)
    Poirier
  Villiers
    Pinon
    Devaux
Aigurande, étude n° 1
  Aigurande
    Pelletier (Sylvain)
    Bathias Louis Léonard, Gabriel (huissiers) et Bathias Paul (notaire)
    Texier Silvain
    Choppy (Jean-Baptiste François)
    Dubois (Michel)
    Dubois (Annet)
    Auberger Jean-Marien
    Baugy Ambroise
    Guignard Laurent
    Auberger Claude Victor Ludovic
    Boulade (Jacques)
    Dumerin André
    Guignard Laurent
    Guignard Laurent et Baugy Ambroise
    Guignard Laurent et Jacquet Jean-Baptiste
    Jacquet Jean-Baptiste
    Pelletier (Gabriel)
    Pelletier (Jean-Baptiste)
    Perier Marius
    Vallantin Pierre
    Varillaud
    Veaury Julien
  Crevant
    Pelletier
  Lignières (Cher)
    Pelletier (Claude et Esme)
  Measnes (Creuse)
    Dumerin (André)
    Vallantin
    Choppy
  Mortroux (Creuse), Lourdoueix-Saint-Pierre (Creuse)
    Barbarin
  Saint-Plantaire, Lourdoueix-Saint-Pierre (Creuse)
    Vallantin
Aigurande, étude n° 2
  Aigurande
    Bion (Pierre)
    Marlière Louis François
    Marlière (Léopold)
    Poirier Calixte Adolphe
    Petit (Pierre)
    Porcher (Emile)
Ardentes, étude n°1
  Ardentes
    Main Jacques Alexandre
    Pain Jean Jules
    Carré Pierre André (1863-1895)
    Charasson Paul Eugène Victor 1895-1908)
    Divers
Ardentes, étude n°2
  Ardentes
    Tortat (Pierre Gabriel)
    Dartois (Louis Théophile)
    Dartois (Louis Théophile) et Bessemoulin (François)
    Bessemoulin (François)
    Jarreau (Charles Prosper)
    Jarreau (Charles Prosper) et Ardouin (François Joseph)
    Ardouin (François Joseph)
    Pinard (Etienne Alexis) (1875-1908)
Argenton-sur-Creuse, étude n° 1
  Argenton-sur-Creuse
    Grosset (1754-1789)
    Baudet Silvain (1707-1747)
    Prunget Barthélémy (1693-1724)
    Dupertuis François (1725-1761)
    Devallenciennes et Dupertuis (1762)
    Devallenciennes Philippe (1763-1809)
    Devallenciennes Philippe et Jean René (1810)
    Devallenciennes Jean René (1811-1837)
    Devallencienne Jean René Frédéric (1837-1859)
    Pataud Adrien Valéry (1859-1886)
    Divers
    Répertoires de l'étude
Argenton-sur-Creuse, étude n° 2
  Argenton-sur-Creuse
    Arisler (Jean)
    Delagrave (Louis)
    Payen
    Dupertuis
    Pascaud
    Aumerle
    Nicard
    Baudet de Maubert (Silvain)
    Dupertuis Pierre (1807-1823)
    Mercier-Génétoux Jean (1823-1857)
    Lapierre Charles Auguste Jean (1857-1862)
    Fouquereau Eugène (1862-1867)
    Lapierre Charles Auguste Jean (1867-1872)
    Faucheron Jacques Aimé (1872-1875)
    Paratre Louis Jacques René (1875-1897)
    Guilbaud Michel Joseph Henry (1897-1901)
    Pimpaneau Eugène Alfred (1901-1908)
    Fiches clients, Mercier-Génétoux et successeurs (1830-1945)
  Le Menoux
    Mars (1674-1683)
    Mars et Dupertuis (1677)
    Genet (1704-1705)
    Dupertuis (1660-1689)
    Dupertuis Silvain (1690-1733)
    Dupertuis Silvain et Jacques (1734-1735)
    Dupertuis Jacques (1736-1760)
    Dupertuis François (1761-an XI)
    Dupertuis Pierre (an XII-1807)
Argenton-sur-Creuse, étude n° 3
  Argenton-sur-Creuse
    Basset (1622-1692)
    Courauldin (1601-1701)
    Bourdin (1634)
    Chatardon (1634)
    Corivault et Godin (1642-1671)
    Berthomier (1663)
    Blondet (1672-1711)
    Clément (1705)
    Corivault (1653-1670)
    Delouche (1666)
    Delagoutte (1692)
    Delagrave (1623-1714)
    Doufferin (1699, 1703)
    Godin (1605-1711)
    Grosset François (an VI-1806)
    Julien (1751, 1771)
    Jullien Etienne (1733-1782)
    Labonne (1652)
    Lasnier (1659)
    Lescot (1725)
    Mauduyt (1658)
    Nicard Antoine (1754-an VI)
    Nicart (1710-an VI)
    Pataud et Grosset (an VII, an X)
    Pénissault (1694)
    Peyrot (1700, 1702)
    Pillemy (1607-1627)
    Pineau (1655)
    Pinguet (1607-1621)
    Pirault (1649-1670)
    Poirier (1631, 1712)
    Poiron (1675)
    Prungnaud (1605-1788)
    Rougier (1654)
    Sommard (1692)
    Robert (1674-1704)
    Vérone (1653-1771)
    divers
    Delagrave Philippe (1767-1816)
    Delagrave Philippe-André (1817-1851)
    Gabillon Ernest (1852-1853, 1870)
    Gabillon Ernest Ovide (1851-1872)
    André-Châteaufort Auguste (1872-1881)
      Minutes
      Fiches client
    Martinat Louis Jean Baptiste (1881-1883)
      Minutes
      Fiches clients
    Lemoyne de Forges-Pataud (notaires à la vacance)
    Labruère Joseph Jean Baptiste (1884-1892)
      Minutes
      Fiches clients
    Labruère (1885-1887)
    Biarnois Marie Jean Baptiste Louis (1892-1899)
    Répertoires de l'étude
Argenton-sur-Creuse, étude n°4
  Argenton-sur-Creuse
    Malardeau Pierre (1742-an VI)
    Bernard Antoine (an VII-1814)
    Pérussault Jean-Baptiste Amant (1814-1832)
    Pérussault Saint-Amant (1833-1842)
    Pérussault Saint-Amant et Huard René Joseph Alexandre (1842)
    Huard René Joseph Alexandre (1843-1849)
    Huard René Joseph Alexandre et Lupé Charles Auguste (1850)
    Lupé Charles Auguste (1851-1853)
    Lupé Charles Auguste et Brunet-Lapérelle J. Théophile (1854)
    Brunet-Lapérelle J. Théophile (1854-1860)
    Brunet-Lapérelle J. Théophile et Simon Claude (1860)
    Simon Claude (1861-1871)
    Simon Claude et Lemoyne de Forges Joseph (1872)
    Lemoyne de Forges Joseph (1872-1887)
    Nicaud René (1888-1894)
    Bouis Alphonse (1895-1896)
    Répertoires de l'étude
Azay-le-Ferron
  Azay-le-Ferron
    Vincent
    Phelipeau
    Clement (François)
    Phelipeau (François)
    Moulière (Antoine)
    Moulière
    Berger
    Berger (Michel)
    Berger (Michel) et Brun (Benjamin)
    Brun (Benjamin)
    Brun (Jacques Benjamin)
    Rousseau
    Divers
Badecon-Le-Pin
  Moreau Louis (1768-1812)
  Moreau (an IX)
  Marlière Louis François (1812-1823)
  Vigoureux Jean Simon (1822-1825)
  Vigoureux Jean Simon et Berry Etienne Jean (1825)
  Berry Etienne Jean (1825-1830)
  Lebert Jean Auguste (1830-1860)
  Lebert Jean Auguste et Bruneau Sylvain Ernest (1861)
  Lebert Jean Auguste et Autourde Silvain Augustin (1852-1853)
  Bruneau Sylvain Ernest (1862)
  Bruneau Sylvain Ernest et Aurier Nazaire (1863)
  Aurier Nazaire (1864)
  Aurier Nazaire et Molerot (1864-1869)
  Aurier Nazaire et Pérot Claude Maurice Léon Thalaze (1865)
  Pérot Claude Maurice Léon Thalaze (1865-1886)
  Merlot Alexandre Amable (1886-1895)
  Germain Daniel Jean Baptiste (1895-1898)
  Dauthy D. (notaire à la vacance) (1898)
  Guibert Paul Emile Guillaume (1898-1899)
  Non identifié
Belâbre
  Belâbre
    Menard (Maximilien)
Le Blanc, étude n° 1
  Le Blanc
    Chichery
    Guignier
    Auger
    Papelard (Charles)
    Hallot (Jean-Baptiste)
    Bernard (Etienne)
    Bodin (Léon)
    Deforge (François)
    Jacquemain (Jacques)
    Chabenat (Jean Ariste)
    Doucet (Joseph Fréderic)
    Foret (Marie Jacques Adolphe)
    Paré (Narcisse)
Le Blanc, étude n° 2
  Le Blanc
    Bouchardon (Silvain)
    Bouchardon (Stanislas)
    Boulay (Pierre)
    Tixier (Adolphe)
    Bonvalot (Henri Joseph Marie)
    Delaroche (Raoul)
Le Blanc, étude n° 3
  Le Blanc
    Miguerre
    Poiron (Jean)
    Collin (François)
    Callaud (François)
    Collin (Jean de Dieu)
    Collin (Achille)
    Babb (Pierre)
    Brisset (Albert)
    Loubaud (Marcel Louis Pascal)
Le Blanc, étude n° 4
  Le Blanc
    Benoist
    Cardinault
    Penin
    Rigollet
    Pasquier (Jean), Belleau, Pirault (François)
    Pasquier
    Beaumont
    Bernard
    Belleau
    Pasquier et Belleau
    Belleau et Pirault
    Pirault François
    Pirault (François)
    Rochier (Jean)
    Pirault (Amédée)
    Maillet (Auguste Alphonse)
    Maillet (Auguste Alphonse) et Allaire (Jules Alphonse)
    Allaire (Jules Alphonse)
    Mondin (Louis)
    Mondin (Louis) et Bertrand (Léonard Jacques Jules)
    Bertrand (Léonard Jacques Jules)
    Lacôte (Antoine René)
    Lacôte (Antoine René) et Pompagnac
    Pompagnac Jean Baptiste Joseph Mathieu
    Monnoir Marie Edouard Stéphane
    Malicornet
    Desrues (Julien)
  Pouligny-Saint-Pierre et Preuilly-la-Ville
    Clément
Buzançais, étude n° 1
  Buzançais
    Hervault Pierre (1782-1827)
    Pellerin Michel Robert Alfred (1827-1843)
    Guilgault Rémi François (1843-1860)
    Petit Pierre Louis Alexandre Arsène (1860-1893)
    Larthe Joseph (1893-1908)
    Répertoires des actes
    Tables
  Vendoeuvres
    Derazey Jean Nicolas Albert (1788-1823)
    Baudichon Edouard Onésime (1825-1869)
    Jourdanne Emile (1869-1902)
    Chabanne Louis (1902-1911)
    Répertoire des actes
    Tables de recherches
    Fichier clients
  Méobecq
    Villebanois (de) Jean (1678-1718)
    Guillaume Jean (1719-1744)
    Mauduyt Jean (1738)
    Argenton Joseph (1737-1757)
    Travers Desriaux Joseph Alexis (1781-1789)
Buzançais, étude n° 2
  Buzançais
    Charrault
    Poutis
    Camelin
    Phelippes et Mignon
    Bodin
    Huard (Jean)
    Huard et Rullault
    Gaulin (Louis Athanase) et Girault (Louis-François)
    Girault (Louis François Claude)
    Gaulin (Louis Athanase)
    Gaulin (François Claude)
    Mouruau (René Alcibiade)
    Cloquemain (Pierre Théophile)
    Raiga (Charles) et Cloquemain (Pierre Théophile)
    Raiga (Charles)
    Senot (Ernest Joseph) et Raiga (Charles)
    Senot (Ernest Joseph Alphonse)
    Rabeau (Louis Albert Marie) et Senot (Ernest Joseph Alphonse)
    Rabeau (Louis Albert Marie)
    Nivet (Pierre Joseph) et Rabeau (Louis Albert Marie)
    Nivet (Pierre Joseph)
  Saint-Genou
    Velluet de La Touche
Chabris
  Chabris
    Rousselet (1656-1657)
    Sarton Jacques (1657-1716)
    Sarton François (1717-1733)
    Sarton François et Sarton François Joseph (1734)
    Sarton François Joseph (1735-1769)
    Sarton Louis (1769-1781)
    Durand Pierre (1781-1783)
    Sarton Louis (1783-1793)
    Cahu Pierre Gervais (1806-1816)
    Jaupitre Pierre Robert (1816-1822)
    Cahu Pierre Gervais (1823-1828)
    Sautereau Robert Joseph (1828-1841)
    Perruche Charles Modeste (1841-1848)
    Gillet Frédéric Auguste (1848-1859)
    Corneau Louis Antoine (1859-1861)
    Meunier Clovis (1861-1884)
    Aubrun François (1884)
    Canard Ferdinand (1884-1903)
    Drouillat Auguste (1903-1908, 1928, 1931, 1934)
  Chapelle-Montmartin (La)
    Sarton Macé (1704-1727)
    Sarton Cyprien (1728-1751)
  Dun-le-Poëlier
    Dedion (1657-1752)
    Bérault René (1677-1703)
    Bérault Gilles (1704-1754)
    Bérault René (1755-1792)
    Métivier François (père) (1783-1811)
    Métivier François (fils) (1811-1832)
    Lenormant du Coudray Charles (1832-1837)
    Boissay Félix Antoine (1837-1843)
    Bougault Louis Antoine (1843-1872)
    Bougault Robert (1872-1908)
    Répertoires de l'étude
Chaillac
  Chaillac
    Delafont
    Silvain
    Delaribadière Etienne
    Nicaud-Dubreuil
    Naudé Jean Joseph
    Redaud (Joseph)
    Naudé Jean Joseph et Demaillasson Adolphe
    Demaillasson (Adolphe)
    Courcier (Philippe Gustave)
    Courcier (Philippe Gustave), Courcier (Auguste)
    Courcier (Auguste)
    Courcier (Philippe Gustave), Courcier (Auguste) et Pasquet Jules
    Pasquet (Jules)
    Demaillasson (Florent, Victor, Edouard)
    Gaillibourdin (Silvain Frédéric)
    Loiselier
    Nicaud
    Poullard
    Redaud et Rougier (Louis Alexandre)
    Rougier (Louis Alexandre)
    Rougier (Louis Alexandre), Gaillibourdin (Silvain Frédéric) et Courcier
    Répertoire
  Chaillac et Mouhet
    Loiselier
  Mouhet
    Loiselier
Châteauroux, étude n° 1
  Châteauroux
    Bertrand André
    Mars Jean et Bertrand André
    Mars Jean
    Mars Jean et Rue Paul Joseph, Rue Paul Joseph et Farcet Adolphe Edmond
    Farcet (Adolphe Edmond)
    Font-Réaulx (de) (Louis Paul Emile)
Châteauroux, étude n° 2
  Châteauroux
    Delaleuf
    Briaune
    Turquie (Claude-Joseph)
    Drechesne (Nicolas)
    Suard (Louis Silvain)
  Déols
    Brion
  Neuvy-Pailloux
    Bidault
    Drechesne
    Godin
  Pérouille (La)
    Robinet
  Villedieu-sur-Indre
    Delacoux (Jean)
Châteauroux, étude n° 3
  Châteauroux
    Cartier (1728-1740)
    Chabaud (1735)
    Chabaud, Augay, Demousseau, Cartier (1736)
    Forget (1742-1748)
    Huard Antoine (1760-an X)
    Huard Michel (an XI-1828)
    Rue Paul Joseph (1828-1864)
    Baudet-Desperrins Pierre-Marie (1864-1868)
    Denizot Isidore Hyacinthe (1868-1880)
    Desrois Louis Camille (1880-1903)
  La Champenoise
    Ragot
Châteauroux, étude n° 4
  Châteauroux
    Robinet
    Pauperet
    Violette (Sébastien)
    Basset
    Moreau
    Baucheron
    Moreau (Gabriel)
    Moreau (François 1er)
    Moreau (François 2) et Moreau (Gabriel), testaments.
    Moreau (François)
    Moreau (François 2)
    Moreau (Simon)
    Moreau Simon et Talbot Vincent Ambroise
    Talbot (Vincent Ambroise)
    Talbot (Vincent Ambroise) et Martin (Pierre Edouard)
    Martin Pierre Edouard puis Moreau Louis Constant Armand
    Martin (Pierre Edouard)
    Moreau Louis Constant Armand
    Moreau (Louis Constant Armand) et Hamouy (Gabriel Julien)
    Hamouy (Gabriel Julien)
    Hamouy (Gabriel Julien) et Gaignaison (André Charles Edouard)
    Gaignaison (André Charles Edouard)
    Gaignaison (André Charles Edouard) et Mousseaux (Henri Jean)
    Mousseaux (Henri Jean)
    Mousseaux (Henri Jean) et Villepelet (Amédée)
    Villepelet (Amédée)
    Villepelet (Pierre)
    Williame (Albert)
  Déols
    Bouzique
Châteauroux, étude n° 5
  Châteauroux
    Chedin Blaise (1810-1821)
    Fleuret Jean Guillaume (1821-1833)
    Baudon Frédéric Jules (1833-1860)
    Vidaud Jacques François Octave Thimotée (1860-1865)
    Passajon Claude Alexandre (1865-1885)
    Passajon
    Suard Louis, notaire à la vacance (1885)
    Villemon Jules Henri (1885-1891)
    Etave Abel (1891-1907)
    Gandon Maurice (1907)
    Répertoires des actes (1821-1894)
    Répertoire alphabétique des clients (1821-1863)
Châtillon-sur-Indre
  Bridoré
    Assailly
  Châtillon-sur-Indre
    Luthier
    Pineau
    Lutier
    Baudouin
    Baudichon Louis
    Baudichon Louis Joachim
    Archambault (Charles Pierre Hugues)
    Bouchard (Jacques Louis)
    Bouchereau Jacques Auguste
    Boulangey Jean
    divers
    Fermé (François Marcel)
    Fleuriet (Gustave-Louis)
    Forest François Martin Claude
    Gaultier Joachim
    Gobert (Jean Henri Jules)
    Laboullaye (de) Robert
    Laisné Etienne
    Laisné Michel
    Lecomte Louis
    Lorié (Edgard Marie-Ange)
    Marchand Antoine
    Marchand Antoine Claude
    Nau (Pierre Louis)
    Potier de La Berthellière (Louis Victor)
    Sinau (1662-1722)
    Soubzmain Dieudonné
    Soudée (Ernest Féréol)
    Soudée et Gobert (Jean Henri Jules)
    Vicq (Jules Adolphe)
  Fléré-la-Rivière
    Mallard
  Palluau-sur-Indre
    Desers
  Tours
    Assailly
La Châtre, étude n° 1
  La Châtre
    Berchon (Claude)
    Chabenat
    Chabenat (Jean)
    Chamaillard (Anselme)
    Chamaillard (Anselme) et Moulin (Pierre-Alexandre)
    Divers
    Dorguin Pierre
    Dorguin Pierre et Chamaillard (Anselme)
    Fleuret (Guillaume)
    Moulin (Pierre-Alexandre)
    Moulin (Pierre-Charles)
    Pajot
    Tayon
La Châtre, étude n° 2
  La Châtre
    Boulanger Jacques François Alcide
    Delaroche Jean Adolphe
    Guyot (André)
    Baucheron Louis
    Baucheron Louis et Demay Jean Armand
    Bellenger Pierre
    Bernard Louis
    Bernard Louis et Coutant Eugène
    Boucheron
    Coutant Eugène
    Demay Jean Armand
    Demay Jean Armand et Tortat Gabriel
    Perault (André)
    Savary Etienne
    Tortat Gabriel
    Tortat Gabriel et Vachez Jean
    Vachez Jean
    Villain
    Villain (Jacques)
    Villain (Michel)
    Villain (Pierre)
La Châtre, étude n° 3
  La Châtre
    Deligny
    Delavau Joseph Pierre
    Pichon Pierre
    Pichon Pierre et Chabenat (Jean-Etienne)
    Chabenat (Jean-Etienne)
    Chabenat (Jean-Etienne) et Beguin (Cyprien)
    Beguin (Cyprien)
Cluis
  Cluis
     Dubois Michel Guillaume
    Appé (Jean Gabriel Alphonse)
    Aubard (François-Joseph)
    Aubard, Martin, Innocent, Vergne, Baronnet, Coursier
    Baronnet Etienne Jean Baptiste
    Bejaud (Jean)
    Bejaud (Pierre)
    Boucheron (Denis)
    Boucheron (Philippe)
    Coursier (Louis)
    Coursier (Louis) et Labry (Marie Victor Alphonse Elie)
    Delagoutte (Jean)
    Dubois (Jacques)
    Dubois (Michel)
    Duplomb (Sylvain)
    Godin
    Hache (Auguste)
    Innocent (Etienne Jean-Baptiste)
    Innocent (Etienne Jean-Baptiste), Baronnet (Etienne Jean-Baptiste) et Coursier (Louis)
    Labry (Marie Victor Alphonse Elie)
    Pronger
    Richer
    Saunière
    Thomas
    Tremeau (Jean Ernest)
    Tremeau (Jean Ernest) et Hache (Auguste)
    Vergne (Gilbert)
    Vergne (Guillaume)
    Vergne-Dugoulet (Denis)
    Vergne-Dugoullet Louis Guillaume
Concremiers
  Concremiers
    Goullaud Pierre
    Hervier (Louis)
    Lavaud (Jean)
    Magnet (huissier)
    Paré (avoué)
    Planté (Angel)
Ecueillé
  Ecueillé
    Renoux
    David
    Rochoux
    Terroy
    Duguet
    Buelles
    Bonnat
    Rolland
    Charbonnier
    Moreau
    Poirier
    Bernardeau
    Mesnard
    Dupuy
    Brunet
    Bourgognon
    Leconte
    Bodin
    Desorbiers
    Chauveau
    Clouet
    Baron
    Pradet
    Duguet et Chippault
    Maupetit
    Dupuy (Denis)
    Pean (François)
    Berthonneau (Pierre)
    Berthonneau (Pierre) et Chaumier (Modeste Armand)
    Chaumier (Modeste Armand)
    Chaumier, Modeste Armand et Gillet (Jacques Ursin Florent)
    Gillet (Jacques Ursin Florent)
    Gillet (Jacques Ursin Florent) et Belleau (Émile)
    Belleau (Émile)
    Belleau (Émile) et Blanchet (Edouard)
    Blanchet (Edouard)
  Ecueillé (Cloué)
    Audebert
  Coulangé
    Pellé
    Cabarat
    Pradal
    Mabilleau (Louis-Jean)
    Mabilleau-Hérault (Jean-Pierre)
  Villeloin
    Cabarat
  Charnizay
    Berthon
  Loché-sur-Indrois
    Androuin (Gatien)
    Mestivier (Pierre)
    Berthon
    Berthon (Jacques)
    Boutet (Jacques-Louis)
    Boutet (Louis-Auguste)
    Richard (Charles)
    Le Breton (Emile)
    Thibault (Alphonse)
    Thibault (Alphonse) et Bonamy (Albert)
    Bonamy (Albert)
    Bonamy (Albert) et Lehoux (Julien-Joseph)
    Lehoux (Julien-Joseph)
  Villedomain
    Perreau
    Desorbiers
    Berthon
  Beaumont
    Chrestien
    Cherbonnier
  Céré
    Mesnard
  Châtillon-sur-Indre
    Pournin
  Genillé
    Robin
    Douard
Eguzon
  Châteaubrun (châtellenie de)
    Chauvat Jean (1703-1789)
    Routet Jean-François (1789-1790)
  Cuzion
    Routet Gabriel (1684-1699)
    Routet André (1703-1736)
    Routet Jean-François (1791-1815)
    Delagarde Jean Jacques Etienne Marie (1815-1829)
    Autourde Silvain Augustin (1829-1862)
    Ardouin Hippolyte Alexandre (1862-1890)
    Dauthy Désiré (administrateur de l'étude) (1890)
    Gadefait Jean Octave (1890)
    Dauthy Désiré (administrateur de l'étude) (1890-1891)
    Fauconnier Lucien Ernest (1892-1902)
    Bergère Pierre (1902-1903)
    Simon Henri Ernest-Perrier Marius (administrateurs de l'étude) (1903-1904
    Campagne Paul (1904-1905)
  Eguzon
    Belleul
    Perdereau
    Delacou (Père)
    Maugenest (G.)
    Maugenest (C.)
    Maugenest (N.)
    Delacou Pierre (1777-1813)
    Delacou Gabriel (1813-1830)
    Maingasson Simon (1830-1836)
    Lupé Charles Auguste (1836-1840)
    Boistard Joseph Antoine Firmin (1840)
    Desbois Jules François (1842-1844)
    Prunget Jean-Baptiste Désiré (1844-1849)
    Moreau Pierre Didier (1849-1858)
    Pierre Louis Jules (1858-1865)
    Dauthy Désiré (1865-1901)
    Dauthy Raymond Pierre (1901-1905)
  Eguzon-Cuzion: répertoires
Issoudun, étude n° 1
  Issoudun
    Delorme (Hippolyte)
    Delorme (Joseph Alban fils)
Issoudun, étude n° 2
  Issoudun
    Bourgeot (Claude)
    Bourgeot (Claude) et Grenouilloux (Alexis)
    Bujon Génitor
    Bujon Génitor et Geoffroy Eugène
    Geoffroy Eugène
    Durand
    Etave (Ernest)
    Grenouilloux
    Grenouilloux (Alexis)
    Grenouilloux, Dallemagne, Bujon
Issoudun, étude n° 3
  Charost (Cher)
    Gaultier de La Pommeraye
  Issoudun
    Bergerioux
    Chertier (Benigne Bertrand)
    Gaultier de La Pommeraye
    Machet-Dumenil (François)
    Machet-Dumenil (François)-Cirode (Jacques)-Martin (Hyacinthe)
    Cirode (Jacques)
    Martin (Hyacinthe)
    Martin (Hyacinthe) et Lebon (Etienne)
    Lebon (Etienne)
    Lebon (Etienne) et Mercier (Louis Simon)
    Mercier (Louis Simon)
    Mercier (Louis Simon) et Boisté (Charles)
    Boisté (Charles-Alexandre)
    Cheramy (Claude Auguste) et Boisté (Charles-Alexandre)
    Cheramy (Claude Auguste)
    Sanglier (Pierre Constantin) et Cheramy (Claude Auguste)
    Sanglier (Pierre Constantin)
    Sanglier (Philippe Jules Fernand)
Issoudun, étude n° 4
  Bommiers
    Chastre-Machet (Henry)
    Douceron (Julien)
    Morat (Antoine)
    Pichon (Etienne)
  Bommiers, résidence Pruniers
    Menuaut
  Issoudun
    Renauldon
    Barré (Jean)
    Dauthuis
    Baron
    Couturet (Pierre I)
    Bergerot (François)
    Bergier (François)
    Chertier (Benigne Bertrand)
    Chertier (Jacques)
    Contancin (Henri)
    Couppe (François Martin)
    Couturet (Pierre 2)
    Couturet (François)
    Brinet (Pierre François Gabriel Henri)
    Dallemagne (Louis-Théodore)
    Dartois (Jean René)
    Dartois (Jean)
    Dartois (Nicolas I)
    Dartois (Nicolas 2)
    Diette
    Diette (Charles)
    Diette (Etienne)
    Dubisson (Jean)
    Dubisson (Pierre)
    Dubois
    Duchesne
    Duchet Léon Pierre
    Dufour (Guillaume)
    Dufour (Philippe)
    Gaste (Louis-Nicolas)
    Gautier (Maurice Guillaume)
    Gautier (Maurice)
    Gourau
    Guenoyer (Jacques)
    Guillot
    Hugault (Jean)
    Hugault (Pierre)
    Luzarche (Jacques)
    Luzarche (Cyr-Pierre)
    Marchand
    Morat (Antoine-François)
    Morat (Jean)
    Morat (Jean, Antoine-François, Pierre-René) ; Tortat (Pierre) ;Sineau (Claude) ; Dartois (Nicolas)
    Morat (Pierre René)
    Moreau
    Nardin (Louis-Charles)
    Parton (Pierre)
    Perrez (François)
    Perrez (Pierre)
    Petit Claude Hippolyte
    Pigelet (Marie-Fabien-Jules)
    Pignot
    Pignot (Jacques)
    Prevost
    Prevost (Pierre)
    Quazy
    Regnard (Simon-Jacques)
    Renaudon (Jean)
    Renaudon (Jean-Baptiste)
    Sachet (Pierre Léonard)
    Sebault (Pierre)
    Sery (Ch.)
    Sineau (Claude)
    Thurot (François)
    Tortat (Pierre)
Issoudun, étude n° 5
  Issoudun
    Demonferrand (Marin)
    Demonferrand (François Claude I)
    Demonferrand (François Claude 2)
    Demonferrand (François Etienne)
    Demonferrand (Joseph)
    Demonferrand (Louis)
    Demonferrand (Frédéric-Alphonse-François-Etienne)
    Demonferrand Frédéric Alphonse François Etienne et Rousseau Jacques Victor
    Rousseau Jacques Victor
    Rousseau Jacques Victor et Blanchet Emile
    Blanchet Emile
Issoudun, étude n° 6
  Bommiers
    Grangeron
  Issoudun
    Girault (Pierre)
    Genois (Jacques)
    Chertier (François)
    Légier (Etienne)
    Legier (Jean-Baptiste)
    Ratoin (François)
    Ratoin (François) et Bourguignon (Germain)
    Bourguignon (Germain)
    Bourguignon (Germain) et Raveau (Pierre)
    Raveau (Pierre)
    Raveau (Jean-François)
    Prunier (Jacques Louis)
    Moreau (Louis Etienne)
    Duchet (Léon Pierre)
    Duchet (Léon Pierre) et Chambon (Antoine)
    Chambon (Antoine)
Issoudun, étude non identifiée
  Issoudun
    Dartois
    Lalis
    Peneau
    Tortat
Levroux, étude n° 1
  Bouges
    Bruneau
    Goubet (Robert)
    Lejeune (Jean)
    Letellier (Thomas)
    N
  Buxeuil
    Bailly (Gatien)
    Foussedoire
  Buzançais
    Camelin
  Chézelles
    N
  Issoudun
    Quasy
  Levroux
    Aumerle
    Guerard (Charles Louis)
    N
    Bidault (Jean I)
    Bidault (Jean 2)
    Basset (François)
    Lambron (Martin)
    Lambron (Martin) et Rochoux (Louis Zéphirin)
    Rochoux (Louis Zéphirin)
    Rochoux (Louis Zéphirin) et Boyer (Edme Victor Paul)
    Boyer (Edme Victor Paul)
    Boyer (Edme Victor Paul) et Lamoureux (Hyacinthe Thomas)
    Lamoureux (Hyacinthe Thomas)
    Lamoureux (Hyacinthe Thomas) et Metivier (Paul Désiré)
    Metivier (Paul Désiré)
  Moulins-sur-Céphons
    N
  Villegongis
    Brunet
    Faguet (Sylvain)
    Foullin
    Jouslin (Martin)
    Moreau
    N
    Paget
    Trouaille (Philippe)
Levroux, étude n° 2
  Levroux
    Leblanc et Delys
    Aumerle
    Aumerle et Basset
    Aumerle et Faisant
    Aumerle, Basset, Faisant
    Barbier Eusice
    Barbier Eusice et Basset
    Basset
    Barbier et Pinault (Jacques Auguste)
    Bonneau et Leblanc
    Faisant
    Godeau (François-Alexis-Auguste-Alexandre)
    Godeau et Rochoux
    Guérard
    Leblanc
    Leblanc, Brunet et Bonneau
    Pinault (Jacques Auguste)
    Pinault (Jacques-Auguste)
    Rochoux Louis Zéphirin et Rouillon
    Rouillon (Marie-Louis-Léonce)
    Arnou Adolphe Célestin (1867-1894)
    Charlat Eugène Alfred (1894-1921)
    Resmond Aristide Moïse/Thibault Clovis Narcisse (notaires à la vacance, 1921-1922)
    Bouillon Marcel (1922-1939)
Levroux, étude n° 3
  Levroux
    Lambron
    Sanson
Levroux, étude n° 4
  Levroux
    Lutier (Jean)
    Planchat (Jean)
    Planchat (Antoine Théodore)
    Planchat et Cullère (Stanislas)
    Cullerre (Stanislas)
    Cullerre (Stanislas) et Alassonière (Henri Fabien)
    Alassonière (Henri Fabien)
    Thomas (Paul)
    Thomas (Paul) et Resmond (Aristide Moïse)
    Resmond (Aristide Moïse)
Lignac
  Belâbre
    Berthon
    Berthommier François
    Bichier
    Berthon et Vezien
    Bricart
    Cerrot et Pricaud
    Chapt Silvain (1726-1771)
    Chapt Pierre (1775- 1810)
    Chapt Jean (1816-1834)
    Courcier (Jean Philippe)
    Courcier J.
    Crochard Joseph
    Delaigue
    Demaillasson (Père)
    Demaillasson Florent
    Deremigeaulx
    Desbouige
    Desbouige (François)
    Desbouiges (Robert)
    Lejeune Dieudonné Louis Fidel
    Duchesne Marie Elidor
    Duchesne Marie Elidor et Courcier (Jean Philippe)
    Gaudon (Clovis)
    Guyot de Monserand
    Guyot de Monserand (Joseph Ferdinand)
    Jolivet (Philippe Jean Baptiste)
    Le Marquis
    Lefebvre Alphonse
    Lejeune Dieudonné Louis Fidel
    Masgrimaud (René Maurice)
    Mercier (Gaston)
    Lefevre Alphonse Henri (huissier)
    Patou Louis
    Penissault
    Pirault (Jean François Prosper)
    Pirault Jean François, Lejeune Dieudonné Louis Fidel, Duchesne Marie Elidor
    Pirault (Jean-François)
    Robin (Albert)
    Robin et Huet
    Robin, Huet et Duchesne
    Roygondeau Jean Baptiste Alexis
    Sarra
    Sarra et Patou
    Sarra et Bernard
    Sarra et Chapt
    Vezien, Robin, Renard, Sarra, Berthon
    Vigean
  Chalais
    Babb Pierre Guillaume
    Bodin Léon
    Collin
    Collin Jean
    Demaillasson
    Maugrion
  Lignac
    Cervenon Antoine
    Demaillasson (Florent)
    Demaillasson Florent, Saint-Hilaire Henri, Denis Joseph
    Denis Joseph
    Faure Jean Baptiste François
    Lamothe
    Pigaud
    Saint-Hilaire Henri
    Saint-Hilaire Henri et Denis Joseph
  Prissac
    Audoucet Elie
    Augier
    Berthon
    Bonnet Pierre Louis Eusice
    Desbarres Jean (huissier)
    Desbarres François
    Desbarres François et Berthon
    Mathé François
    Perrot
    Perrot (François)
    Perrot (Jean Eugène)
    Perrot (Pierre Louis)
  Saint-Hilaire-sur-Benaize
    Bonnet Gabriel
    Bonnet Louis Gabriel
    Lamoureux
  Vouhet
    de Lerpinière
    Demaillasson Florent
    Sachon
    Tournois
    Répertoires
Mézières-en-Brenne, étude n° 1
  Mézières-en-Brenne
    Boistard (Georges)
    Delacoux
    Delacoux (François)
    Delacoux (Philippe)
    François (père)
    François
    François (Jean-Baptiste)
    Gaudon
    Joly
    Journau
    Turquet
    Turquet (François)
  Paulnay, Mézières-en-Brenne
    Journau
Mézières-en-Brenne, étude n° 2
  Charnizay, Mézières-en-Brenne
    Taillefert (Nicolas)
  Charnizay, Preuilly, Mézières-en-Brenne
    Taissereau
  Martizay, Mézières-en-Brenne
    Savin
  Mézières-en-Brenne
    Bourdeau
    Brault (Etienne Isidore)
    Bugent
    Cellier (Louis Léonard Barthélémy)
    Claveau
    Claveau (Louis)
    Defontis
    Defontis (Benjamin)
    Defontis (Charles)
    Defontis (Jacques)
    Defontis (Pierre)
    Delatremblaye
    Delatremblaye (Jacques)
    Demadieres (Louis Aimé)
    Divers
    Grazon Jean Edouard
    Hervault (Pierre François)
    Mesmain
    Mesmain (Pierre)
    Molineau (Benjamin Ursin)
    Navelet François
    Navelet (Jacques I)
    Navelet (Jacques 2)
    Navelet (Jacques)
    Pain
    Pain (François)
    Pargon
    Pargon (Jacques)
    Prestreau
    Taillefert (Nicolas)
    Taillefert (Nicolas 2)
    Vaillant (Jean)
Neuvy-Saint-Sépulchre, étude n° 1
  Neuvy-Saint-Sépulchre
    Rochoux
    Rochoux (Etienne)
    Rochoux de La Bouige (Jean-Baptiste)
    Soulier (Antoine)
    Soulier (Antoine) et Periot (Henri)
    Godin (Jacques Auguste)
    Godin (Jacques Auguste) et Moreau (Louis Constant)
    Moreau (Louis Constant)
    Pissavy (Jean Jules)
    Nicaud (Octave)
    Nicolas (Ernest)
    Godin
    Répertoires
  Saint-Denis-de-Jouhet
    Darchis (Philippe)
Neuvy-Saint-Sépulchre, étude n° 2
  Neuvy-Saint-Sépulchre
    Villain
    Villain (Guillaume)
    Prungnaud (Gabriel)
    Grosset (Antoine)
    Périot (Henri)
    Rochoux (Jacques Adolphe)
    Cibot (Jean Charles)
    Cibot (Jean Charles) et Guinon (Louis)
    Guinon (Louis Marie Ernest)
    Cotineau (François Louis Eugène)
  Lys-Saint-Georges
    Rochoux (Jean)
    Godin (Silvain)
Orsennes
  Aigurande et Orsennes
    Aubard Louis et Joseph (huissiers)
    Barbarin (Louis)
    Clément (Pierre)
  Lourdoueix-Saint-Michel
    Periot (Jacques)
  Orsennes
    Claadart Paul
    Clément (Auguste)
    Clément (Pierre Jacques Auguste)
    Clément (Pierre)
    Darnault (Emile)
    Joamnen Roger
    Magrimauld (Alexandre)
    Penot (Auguste Ernest)
    Pénot (Auguste)
    Péricaud (Jean Léonard)
    Pingault (Jean)
    Prungnaud
Palluau-sur-Indre
  Palluau-sur-Indre
    Bodin (1605-1682)
    Brunet Jean (1681-1689)
    Parisot François (1698-1745)
    Audouyn Jean (1669-1698)
    Audouyn Jean et Audouin Nicolas (1700-1702)
    Audouin Nicolas (1703-1731)
    Audouin de la Recullée Etienne (1732-1767)
    Audouin Nicolas Amable (1767-an VIII)
    Auclert Pierre
    Boistard (Pierre Alexis)
    Claireau (Auguste Arsène)
    Guillobe (Jean Denis Hercule)
    Huguet (Charles Pierre Jean)
    Moreau (Victorien)
    Mornat
  Isle-Savary, prévôté de Clion, Murs, Le Tranger, Fléré-la-Rivière
    Helle (1715-1727)
    Chollé Bertrand (1728-1771)
    Forest François Martin Claude (1758-1772)
    Laisné Michel (1780-1788)
    Maignien Claude Gaspard (1782-1784)
    Soubzmain Dieudonné (1784-1785)
    Marchant Antoine Claude (1775-1776)
    Gallepie Urbain (1776-1779)
  Clion-sur-Indre
    Blanchet Louis (1788-1809)
    Nau Pierre Louis (1810-1820)
    Caustier André (1820-1842)
    Guérineau Pierre Jean Baptiste (1842-1859)
    Rochet Oscar Alexandre (1859-1900)
    Pommeret Edme Marie A. F. Luc (1900-1907)
    Répertoires de l'étude
  Mothe-Chauveron (La)
    Mornat
    Audouyn Jean (1687-1701)
  Fléré-la-Rivière
    Assailly Jacques (1726-1752, 1770)
  Arpheuilles
    Chollé Bertrand (1689-1702)
Pellevoisin
  Demadières Louis Aimé (1825-1842)
  Thibault Frédéric Etienne (1842-1872)
  Patrigeon Théophile Ludovic (1872-1891)
  Robin Antoine (1891-1907)
Reuilly
  Lazenay (Cher)
    Archambault (Antoine)
    Bodin (Louis)
  Massay (Cher)
    Baucheton (Guillaume)
  Reuilly
    Jelleron (Jean-Baptiste)
    Delaville (Jean-Baptiste)
    Lombrage (François)
    Lenquest (Annet-Hubert)
    Champion (François)
    Archambault (Antoine)
    Caignault
    Neraud de Villegondoux (Jacques)
    Bonnet (André François)
    Guillot (Frédéric)
    Guillot et Delaroche (Alexandre Théodore)
    Delaroche (Alexandre Théodore)
    Delaroche (Alexandre Théodore) et Metenier
    Metenier Emmanuel
    Metenier Emmanuel et Van Crayelinghe (Germain)
    Van Crayelinghe (Germain)
    Van Crayelinghe (Germain) et Hervier (Henri)
    Hervier (Henri)
    Richard (Pierre)
  Saint-Georges-sur-la-Prée (Cher)
    Taureau (Jean)
Saint-Benoît-du-Sault, étude n° 1
  Saint-Benoît-du-Sault
    Guillemet (aîné)
    Guillemet (Jean-Baptiste)
    Banne (Louis Marie Joseph)
    Guillemet (Jean-Baptiste Stanislas)
    Huard-Lamotte (François-Charles)
    Guinnepain (Auguste)
    Guinnepain (Auguste) et Banne (Louis)
    Banne (Louis) et Guinnepain (Emile)
    Guinnepain (Emile)
    Massaud (Louis)
Saint-Benoît-du-Sault, étude n° 2
  Saint-Benoît-du-Sault
    Debeaufort
    Debeaufort le Jeune
    Debeaufort (François)
    Debeaufort (Jacques)
    Debeaufort (Jean)
    Bétolaud Victor Casimir et Jonathan Paul Emile
    Bétolaud (Jonathan Paul Emile)
    Bétolaud (Jonathan Paul Emile) et Dulatier (Pierre Etienne)
    Bétolaud (Pierre Antoine)
    Bétolaud (Victor Casimir)
    Bétolaud (Victor Casimir et Jonathan Paul Emile)
    Bouget (Etienne)
    Dulatier (Pierre-Etienne)
    Dulatier (Gaston)
    Dulatier (Gaston) et Desfosses (Emile)
    Desfosses (Emile)
Saint-Benoît-du-Sault, étude n° 3
  Saint-Benoît-du-Sault
    Denizot
    Demonferrand
    Demontferrand (François Joseph Edouard)
    Dulatier Gaston et Moreau Jean André
    Moreau (Jean-André)
    Perrot
    Delafont
    Demaillasson (Antoine)
  Vicomté de Brosse
    Ithier
    Poujaud (Joachim)
    Peuchaud
    Plantyneau
Saint-Chartier
  Saint-Août
    Bergeron (Jean)
    Godin
    Moreau (François)
    Moyne (Pierre)
  Saint-Chartier
    Crosson (François)
    Moyne (Jean)
    Moyne (Louis)
    Moyne (Philippe)
    Peyrot (Nicolas)
    Biaud (Louis)
    Benoist (François)
    Bernard (Hyacinthe)
    Simon (Joseph-Alexandre)
    Maindrault (Jean Félix Anselme Edmond)
    Maindrault Charles Félix (1885-1902)
    Boyn Gustave Marie Louis (1902-1906)
Saint-Denis-de-Jouhet
  Crevant
    Rougier
  Saint-Denis-de-Jouhet
    Beaufils (Elie Jean-Baptiste)
    Darchis
    Kiesgen (Charles)
    Michelat
    Michelat (Gilbert)
Saint-Gaultier, étude n° 1
  Saint-Gaultier
    Lemarie
    Hennin
    Callippe
    Langlois
    Callippe et Langlois
    Arnoux (Gabriel)
    Arnoux (Antoine)
    Lemoine (Joseph Gustave)
    Audiguier (Joseph Gusman)
    Audiguier (Joseph Gusman) et Lemoine (Joseph Gustave)
    Lemoine (Joseph Gustave) et Salmon (Adolphe Ludovic)
    Salmon (Adolphe Ludovic)
    Chauvet (Henri Victor)
    Suard (Armand)
    Nogrette (Alexandre)
Saint-Gaultier, étude n° 2
  Saint-Gaultier
    Mauduyt (1621-1760)
    Alabonne (1702-1711)
    Neveu (1712-1736)
    Burat Dubois Pierre Joseph (1720-1785, an VIII)
    Audiguier Joseph Gusman (expéditionnaire)
    Burat-Dubois Jean Charles (1786-1820)
    Burat-Dubois Jean-Charles et Jean Joseph Frédéric (1820)
    Burat Dubois Jean Joseph Frédéric (1821-1835)
    Delaigue Jean Baptiste Alexis (1835-1842)
    Pigelet Louis-Jules (1842-1852)
    Maurat Louis Hilaire Alphonse (1852-1861)
    Gaucher Louis Henri Florimond (1862-1883)
    Darchy Pierre Frédéric Charles (1883-1897)
    Tortat Alfred (1897-1907)
Saint-Gaultier, étude n° 3
  Ciron
    Perussault
  Cors
    Perussault
  Cors et Romefort
    Perussault
  Longefont
    Matheron (Jacques)
  Romefort
    Perussault
  Saint-Gaultier
    Peyrot
    Bidaud
    Matheron (Jacques)
    Perussault (Philippe)
    Lescot (Louis)
    Lescot (Louis) et Matheron (Jean)
    Matheron (Jean)
    Matheron (Silvain)
    Matheron-Baubiet
    Matheron-Baubiet et Pigelet (Louis Jules)
    Peyrot René (1843-1866)
    Lochelongue André Joseph Aimé (1866-1902)
    Lochelongue André Joseph Aimé puis Lochelongue Emile (1903)
  Saint-Gaultier, Nuret-le-Ferron et environs
    Matheron (Jacques)
  Saint-Gaultier, Nuret-le-Ferron, Longefont
    Matheron (Jacques)
  Saint-Gaultier, Nuret-le-Ferron, Longefont, Saint-Nazaire
    Matheron (Jacques)
Saint-Marcel
  Saint-Marcel
    Alabonne (Sylvain)
    Guicestre (Jean-Jacques)
    Pigelet (Etienne)
    Pigelet (Etienne) et Messent (Joseph)
    Messent (Joseph)
    Messent (Joseph) et Binet (François Joseph)
    Binet (François Joseph)
Sainte-Sévère-sur-Indre
  Pérassay
    Dufraisse François (1747-1780)
    Planteline Laurent (1780-an XIII)
    Bellaigue Jean Baptiste (1808)
  Sainte-Sévère-sur-Indre, étude n°1
    Durant Pierre (1740-1751)
    Durant Claude Nicolas (1761-1782)
    Alindré François/Plassat (1785-1787)
    Alindré François (1784, 1791-an XIV)
    Alindré Antoine (1808-1837)
    Moreau Jacques Philippe Edmond (1837-1862).
    Béguin Abel Prosper (1862-1870)
    Perrot Pierre Prosper (1870-1874)
  Sainte-Sévère-sur-Indre, étude n°2
    Estève Jean-Baptiste (1740-1773)
    Pasquet Antoine Thomas (1776-an VIII)
    Estève Philippe (1793-an XII)
    Delaporte Silvain Alexis (an XIII-1823)
    Delaporte Jean (1823-1843)
    Bouthillier (1843-1845)
    Thévenin L. Eugène Onésime (1845-1850)
Tournon-Saint-Martin
  Fontgombault
    Giberton (Jacques)
  Mérigny
    Chasseloup
    Giberton (Désiré Victor)
    Huau (Jules Julien Alexandre)
    Mauvise (de) (Ferdinand Louis Claude)
    Giraux (Paul Sévère)
    Boursier (Hippolyte)
    Dousson (Jean Calixte)
    Darchy (Pierre Frédéric Charles)
    Lambert (Pierre Silvain Isidore)
  Fontgombault et Mérigny
  Martizay
    Boistard (Antoine)
    Doucet (père) Jean Louis
    Doucet (Louis)
    Denis (Jacques Charles)
    Saint Loup (de) (Jean Louis)
    Faizand (Jacques)
    Chevé (Jean Louis)
    Daveau (Flavien François)
  Tournon-Saint-Martin
    Penin (1611-1630)
    Penin et Boutet (1619-1629)
    Boutet René (1617-1685)
    Gomy (1670-1706)
    Gomy François (1707-1732)
    Mathieu (1736-1763)
    Peronnet François (1764-1798)
    Riou-Desfosses François (1770-1779)
    Venault François (1779-1816)
    Chapt Silvain Pierre (An VII-1838)
    Brun Benjamin Nazaire (1838-1875)
    Bernardeau de Valance Louis Henri (1875-1901)
    Rigodin Joseph (1901-1905)
  Châtellenie de Paulmy, vicomté de la Guerche, baronnie de la Boutellaye
    Venault François (1768-1778)
  Châtellenie de Lureuil, Le Bouchet, Migné
    Marrot Daniel (1725-1750)
  Baronnie d'Angles-sur-l'Anglin
    Binet (1649-1669)
    Delamazière, Morineau (1700-1750)
  Baronnie du Grand-Pressigny
    Berthelot (père et fils) (1664-1739)
    Callaud André (1772)
  Baronnie de Preuilly
    Penin (1629)
    Asnin (?) (1652-1657)
    Boutet René (1621-1686)
    Cartier (1661-1662)
    Perot Jean (1673-1705)
    Callaud André (1773-1775)
  Vicomté de La Guerche
    Drouault (1711-1759)
    Callaud André (1736-an III)
  Commanderie de Lureuil
    Peronnet François (1750-1763)
Valençay
  Valençay
    Etude n°1
      Siret (1703)
      Sarciault (1704-1706)
      Ségretin Julien (1707-1747)
      Baucheton Jean (1735-1739)
      Giraudon Pierre (1761-1788)
      Legrand Claude (1789-an II)
      Picard le jeune François (an III-1807)
      Goulet Adrien Mathurin (1807-1833)
      Naudin Etienne (1833-1849)
      Naudet Louis Eugène (1849-1868)
    Etude n°2
      Archambault Marc Jacques (1808-1830)
      Archambault Charles Marie Edouard (1830-1839)
      Martin Antoine Augustin (1839-1863)
    Etude n°3
      Argy Etienne (1680-1706)
      Ledoux François (1706-1715)
      Laurent François (1713-1721)
      Argy Jean (1721-1755)
      Argy le jeune Jean (1743-1765)
      Hubert Henry (1754-1765, 1776)
      Ragu (1756-1766)
      Gobert Jacques (1767-1776)
      Hérisson René (1776-1815)
      Valancon Jean Baptiste (1815-1827)
      Pelletier Aimé Louis Stanislas (1827-1834)
      Arrondeau Eugène Louis Mathurin (1834-1836)
      Picard Louis Alphonse (1836-1842)
      Berthe Jean Baptiste Louis (1842-1870)
      Berthe Charles Louis Auguste (1870-1871)
  Entraigues
    Rolland Jean (1694-1754)
  Graçay (baronnie de)
    Turmeau Laurian (1691-1741)
  Luçay-le-Mâle (comté de)
    Vernas Hilaire (1682-1696)
    Nepveu (1698-1699)
    Guima Antoine (1703-1717)
    Jaullain Simon (1704-1725)
    Braguier Jean (1717-1736)
    Berger Philippe (1733-1740)
    Giraudon Pierre (1740-1765)
  Menetou-sur-Nahon
    Moreau Pierre (1731-1744)
  Parpeçay
    Turmeau Laurian (1691-1699)
  Varennes-sur-Fouzon
    Moreau Pierre (1685-1709)
    Gaucher Charles (1719-1729)
    Moreau Pierre (1730-1735)
    Thivier (1764-1769)
Vatan, étude n° 1
  Vatan
    Guignard (Augustin Arthur)
    Martin (Eugène)
Vatan, étude n° 2
  Buxeuil
    Gigot (René)
  Guilly, Buxeuil
    Mellot (Jean)
  Guilly, Buxeuil, Graçay
    Mellot (François)
  Vatan
    Baucheton (Joseph)
    Bidault (André)
    Delorme (Laurian)
    Sacrot Pierre François Jules
    Laurencel Hyacinthe Pierre Etienne
    Desjobert Lucien et Laurencel Hyacinthe Pierre Etienne
    Desjobert Lucien
    Durand (Pierre)
    Gaudeffroy (François)
    Jolly (Pierre)
    Jolly (Pierre, François)
    Larton (Jacques)
    Lebeau
    Martin (Félix)
    Martin-Lejeune (Alexandre, Michel)
    Mestivier
    Mestivier (Ambroise)
    Petit (Alexandre)
    Richetin (Jean-André)
Vicq-sur-Nahon
  Saint-Aignan
    Paul (N.)
    Rouet (Isidore)
  Valençay
    Herisson
    Martin (Antoine Augustin)
    Naudin (Etienne)
  Veuil
    Joullain (Félix)
    Joullain (Félix-Pierre)
    Picard (François)
  Vicq-qur-Nahon
    Chippault (Jean)
    Chippault (Etienne)
    Pichet (Antoine)
    Goubet (Robert)
    Hubert de Puigerault (Henri)
    Picard (François)
    Picard (Michel)
    Bretheau (Paul Didier)
    Trodoux (Henri)
Villentrois
  Faverolles
    Auchet
  Lye
    Lucas (Antoine)
    Pichet
    Cahu (Louis)
    Delaroche (Pierre-Augustin)
  Villentrois
    Pichet
    Beaulieu
    Delaroche
    Cahu (Louis)
    Lelarge (N.)
    Coursier (Alexandre)
    Coursier (père et fils)
    Coursier (Louis Pierre Alexandre)
    Brisset (Nicolas Henry Eustache)
    Delaroche (Pierre-Augustin)
    Pallu





Corps de l'instrument de recherche retour

Collections entrées avant 1876 retour
Le Blanc retour
Boutin retour
2 E 591 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Arrentement perpétuel fait par « noble et puissant seigneur » frère Annet Dryssac, chevalier, religieux de l'ordre Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Lureuil, à vénérable personne messire Mathurin Morrousset, prêtre, et Pierre Boyet, homme de bras, demeurant audit Lureuil, d'une pièce de terre située près ledit lieu de Lureuil, contenant de « six a sept sesterees de terre » ou environ, moyennant la somme de 6 sols tournois de rente payable par chacun an « en chacun jour de dymanche d'emprés la feste monsieur sainct Martin d'hyver », et deux boisseaux seigle, deux boisseaux avoine, deux chapons et deux gelines de rente. Lesdits preneurs seront tenus d'« essarter ou faire essarter par chacun an deux boicellées de terre jusques a ce que tout de ladite terre soit essarté ; et es terres qui seront ainsi essartées y prandra ledit seigneur commandeur le droict de dixme des fruictz acoustumez que il prant es autres terres de ladite seigneurie. » — Acte par lequel Abel Girault, laboureur, demeurant au village d'Avignon, paroisse de Douadic, « advouhe tenir de messire Mychel Morlon, escuyer, escollier, estudiant en l'université de Poictiers, comme ayant droict et transport de messire Morlon, son pere, a cause du fief de Fiesque, une piece de terre contenant quatre boicellees ou environ, assiz au champ aulbyu, pour raison de laquelle piece de terre il doibt et promect payer par chascung an audit Morlon audit nom, 6 deniers tournoiz de cens au jour et terme de Pasques fleuries. » — Acte par lequel Jehan et Jehan Brunet frères, demeurant au village de Puymarteau, paroisse de Pouligny, et Pierre Barat, demeurant paroisse de Saint-Génitour, « pour charité et pitié naturelle amour et dilection qu'ilz ont envers Genitour, Phelipon, Mathurin et Anthoine Brunetz, enffans myneurs de feu Mychel Brunet et nepveuz desdit Brunetz, ont promis nourrir et entretenir lesdits mineurs, scavoir est : icelluy François, ledit Anthoine ; icelluy Jehan lesne (l'aîné), ledit Mathurin ; icelluy Jehan le jeune, ledit Phelippon ; et ledit Barat, ledit Genitour. Ore que pour habiller ledit Anthoine qui est le plus jeune, icelluy Francoys Brunet prandra et levera la somme de 20 solz sur le cheptel de bestailh que tenoit ledit defunct de Julien Barbarin filz ». — Transaction entre Marie Drouyn, « veufve de feu maistre Augustin Colin, » d'une part, et Pierre Perot, sergent royal ordinaire au Blanc, d'autre part, par laquelle transaction « pour tout droict de douaire prétendu et requis par ladicte Marye Drouyn, comme dict est, ledict Perot oudict nom lui baille et delaisse en proprieté une piece de pré appellé le grand pré, assis en la grand prairye de Vaulx. Item, douze pas de pré assis en la prairye de Saint-Ladre, promectans lesdites parties par la foy et serment de leurs corps et soubz l'obligation et ypotecque de tous et chascungs leurs biens esdicts noms, garder et entretenir ce que dessus, sans jamays y contrevenir ; dont a leur requeste ils ont esté jugez et condempnez. ».
1551-1553.
Bouesse et Cluis-Dessus retour
Béguin retour
2 E 550 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
1) « Déclaration des héritages délaissez par le decez et trespas de deffunct Me Estienne Pibot et honneste femme Gabrielle Rolin » (1609). — 2) Double contrat de mariage entre Étienne Pibot, procureur et notaire de la châtellenie de Cluis-Dessus, Cluis-Dessous, Bouesse et Gournay, et procureur fiscal du Repaire, et Françoise Challumeau, veuve de défunt Me Louis Godin ; puis entre Étienne Pibot, fils dudit Pibot, et Aymée Godin, fille de ladite Challumeau, acte reçu Pijaud, notaire à Cluis-Dessus (1610). — 3) Transport, moyennant la somme de 50 livres tournois payée comptant, fait à Martial Laurent, laboureur, demeurant au village de Cortelles, paroisse de Montchevrier, par Jehan Lelarge, portier de la porte Saint-Privé, à Bourges, au nom et comme tuteur de Jehan Lelarge, son fils, de tous les droits d'icelui sur la succession de messire Gilbert Cottin, dont il est héritier testamentaire (1647). — 4) Promesse par Béguin de payer à Popineau la somme de 28 livres due « à cause de vente de marchandises » (1651). — 5) Acte par lequel : 1° Aimable Ducochin, lieutenant du sieur de Chaseron, capitaine et major du régiment du maître de camp général de la cavalerie légère de France, commandée par Monseigneur le comte de Palluau ; 2° François Lesage, « maréchal des logis de la maistre de camp et major du susdit régiment, » ont reconnu avoir reçu « en or et monnoye blanche à présent ayant cours » des habitants de la paroisse de Cluis-Dessous la somme de 350 livres tournois, à laquelle ils ont taxé lesdits habitants « pour l'ustancille et logemens qu'ils pouvoient et devoient estre tenus pour leur part et portion des compagnies des sieurs de Chaseron et Briante » (1652). — 6) Accord par lequel dame Jehanne Delbène, veuve de messire Jacques de Gaucourt, « a quitté et quitte, » moyennant la somme de 20 livres tournois payée comptant, la veuve de Jehan Pornet de « l'entreprinse et usurpation » faite par ledit Pornet en bâtissant un pignon dans un endroit dépendant de la seigneurie de Bouesse (1656).
1602-1658.
2 E 551 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
1) Reconnaissance de la somme de « six vingtz dix huit livres tournois » due par Pierre Parry, marchand à Aubusson, à Annet Rally, marchand, résidant ci-devant à La Prade, paroisse de Champagniac ; ladite reconnaissance faite « a cause de prest, vente et dellivrance de tappiceries » (1659). — 2) Promesse de payement de la somme de six-vingts livres tournois « au jour et feste de Saint-Michel, pour loial prest fait » à Étienne Béguin, bailli de Jouhet et procureur fiscal de Cluis-Dessus, par demoiselle Geneviève Moreau, veuve de Jacques Couraud, vivant écuyer, sieur de Daufond, demeurant à Launay, paroisse d'Arthon (1665). — 3) Autre par Béguin, de Cluis-Dessus, de payer à « prudent homme Louis Montagnier, marchand, à cause de vente de deux bœufs, » la somme de 210 livres tournois payable à la volonté du vendeur. — 4) Trois requêtes successives à M. le bailli de la châtellenie de Jouhet, par laquelle André Gonin demande à sortir de la prison dudit lieu (1671). — 5) Vente par André Alavenne le jeune, laboureur au village de Chaumont, paroisse de Gournay, à messires Charles et Guillaume de Gaucourt, chevaliers, seigneurs de Bouesse et Gournay, d'un morceau de pré appelé le pré des Portes, « contenant à cueillir une charretée de foingt ou environ, » qui joute d'une part la rivière de l'Auzon, et de toute autre part les prés desdits seigneurs ; ladite vente faite au prix de 40 livres tournois que ledit vendeur leur devait.
1659-1677.
Godin retour
2 E 549 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
1) Vente, au prix de 40 livres tournois, par Marcel Noiron, à Robert Delarue, écuyer, seigneur de La Philippière, de quatre boisseaux de « bled segle, » deux d'avoine, mesure d'Argenton, 15 sous tournois et deux poules de « cens et rente » sur la métairie du Plessis, paroisse de Chasseneuil ; lesdits cens et rente ayant appartenu autrefois au prieur du Pont-Chrétien (commune de Saint-Marcel), puis mis à l'enchère, suivant l'édit du Roi, fait sur le rachat des biens des gens d'église et, le 22 septembre 1564, adjugés, en la ville de Bourges, audit Noiron, « plus offrant et dernier metteur » (1570). — 2) Foi et hommage pour le fief et seigneurie des Roches, paroisse de La Pérouille, par noble homme Louis de Mallet, écuyer, rendus en son château du Parc à haut et puissant seigneur M. messire Jehan d'Aulmont, chevalier des ordres du Roi, comte de Châteauroux et maréchal de France ; Denis Sapiens, concierge des prisons du chastel dudit sieur, ayant dit ne l'avoir vu depuis quatre ans au moins et ne connaître personne qui ait charge de recevoir « les foy et hommage, » ledit écuyer ôta son épée et ses éperons, mit le genou en terre et baisa « le verroul et courral » de la grande porte dudit chastel, acte reçu Jean Savary, notaire du comté de Châteauroux (1585). — 3) Vente par Hémery Thomas à dame Anne Foucault, dame de La Chapelle et du Chastellier, du champ de La Cocras, sis paroisse de Malicornay, moyennant 33 écus un tiers faisant 100 livres tournois, qui ont été payés comptant (1597). — 4) Contrat de mariage entre André Barreau, fils de Jean et de Silvaine Rullaud, et Claude Poupenon, fille d'André et de Françoise Charpentier, tous demeurant paroisse de Mouhers ; ledit contrat fait aux conditions suivantes : « Lesdicts futurs conjoinctz advenir seront ungs et commuungs en tous biens, meubles et immeubles, acquetz et conquetz, presans et advenir, et apportera ladite femme en l'hostel de son futur mary la somme de quinze escutz d'or sol, revenans à quarante-cinq livres tournois et une vache avec son veau au prix de quatre escutz, six berbis et six « aigneaulx au prix de six livres, au choix dudit Poupenon, et sera habillée de deux robbes neufves, » etc. (1630). — 5) Constitution de procureur général et spécial, en la personne de maître Béguin, procureur fiscal de la justice de Cluis-Dessus, par « hault et puissant seigneur, messire Charles de Gaucourt, chevalier, seigneur de Bouesse et Gournay, et haulte et puissante dame Gilberte d'Assy, » demeurant dans la susdite ville de Cluis-Dessus, pour un procès à Moulins contre leur fermier (1671).
1469-1671.
Thabaud retour
2 E 552 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Vente par Denis Compain, laboureur, demeurant à Bezasce, paroisse de Cluis-Dessus, à maître Étienne Béguin, procureur fiscal de la châtellenie de Cluis, y demeurant, d'un morceau de pré contenant à cueillir une charretée de foin ou environ, appelé « au Nault aux Oschers, » plus cinq boisselées de terre situées dans les costes du rochier ; » le tout moyennant le prix et somme de 116 livres tournois payé comptant par ledit Béguin, « en louis dore, louis dargent et aultre monnoie à présent ayant cours. » — Extrait des registres de la châtellenie d'Aubusson, portant : 1° condamnation, par le juge royal civil et criminel et commissaire examinateur en cette châtellenie, de Jean Veyssière, à payer à Annet Layné, domestique, demeurant au logis de la Poume, » à Aigurande, la somme de 7 livres due suivant promesse écrite ; 2° remise à huitaine au sujet de la somme de 11 livres réclamée par ledit Layné pour valeur d'un louis d'or prêté pour faire conduire des laines et « estoffes, » intérêts et dépens. — Vente de trois boisselées de terre fromentalle (propre à cultiver le froment) par Jean Chauvin, demeurant « au lieu de Seris, » paroisse de Cluis-Dessus, à messire Étienne Béguin, bailli de la justice de Jouhet et procureur fiscal dudit Cluis, y demeurant ; « ladite vente faicte pour et moyennant le prix et somme de vingt une livres payez et baillez en louis blanc. » — Bail à ferme consenti par Toussaint Guillemin, « homme de labeur, » demeurant ès faubourg d'Aigurande, à demoiselle Anne Defanin, veuve de feu Gilbert de Bordesoulle, vivant écuyer, sieur dudit lieu, de la troisième partie de « certains domaines et héritages situés et assis au bourg de La Buxerette, moyennant le prix et somme de douze livres tournois, pour le temps et espace de deux ans continuels et consécutifs, cueillettes levées et dépouillées. » — Constitution de rente de la somme de 37 livres « rachetable de 540 livres, » faite par maître Blaise Vergne à messire René du Breuil du Bosc, chevalier, seigneur du Broutet.
1661-1663.
2 E 553 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
« Donaison » mutuelle de tous leurs biens faite par Jean Moreau, journalier, et Gillet Perreau, sa femme, demeurant au village du Gué, paroisse de Saint-Jean-sur-Indre (canton de Loches) ; lesdits époux « estant par la grâce de Dieu saige d'esprit, mémoire, entendement et pensées, » ont consenti ladite « donaison pour la bonne censure et affection marial » qu'ils se portent. — « Extraict » des héritages dépendant des métairie et village de Loubatière, contenant la déclaration des héritages acquis par les héritiers d'Antoine Guillemot, Malhurin Piget et autres. — Vente, au prix de 40 livres tournois, d'une pièce de terre appelée la Petite Lande, consentie par Mathieu Ballereau et ses trois fils, demeurant ensemble au village du Plaist, paroisse de Gournay, à maître Étienne Béguin, procureur fiscal de la châtellenie de Cluis-Dessus. — Vente par Silvain Ballereau, maître maréchal, demeurant au bourg de Gournay, à haut et puissant seigneur messire Charles de Gaucourt, chevalier, seigneur de Bouesse, Gournay, le Breuillat et autres lieux, demeurant à Cluis-Dessus, d'une terre appelée au Chevrot, contenant six boisselées ou environ et joutant les terres dudit acquéreur ; ce, moyennant la somme de 66 livres tournois à rabattre sur ce que Ballereau doit au seigneur de Gaucourt. — Mémoire de la dépense faite au voyage de Moulins (sans doute par un intendant de la famille de Gaucourt) : « premierement a la disner a la Chastre XXXVIIIs », plus a Chasteaumeillant a la coucher XXXVIIIs, etc. » Les autres arrêts sont : à Meaulne (dîner), Cérilly (coucher), Bourbon (dîner), et enfin, arrivée à Moulins.
1664-1666.
2 E 554 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Arrêt extrait des registres du parlement rendu pour René de Larue, écuyer, seigneur de la Philippière, contre messire Jehan Dubot, curé de Chasseneuil, au sujet d'une dime que celui-ci prétendait lui être due sur une métairie appartenant audit seigneur. — Note dans laquelle Ballereau déclare posséder deux cent quarante boisselées de terre « scavoir deux cents boisselées en terre de Seiglaut (en bas Berry, terre où l'on cultive le seigle à défaut d'y pouvoir cultiver le froment) et quarante boissselées en fromental (terre où l'on cultive le froment), vingt boisselées, ou entour, de bois taillis, etc., etc. — Consultation signée Lambin et Manatier, praticiens de Paris ; leur avis est que les pièces communiquées sont inutiles pour soutenir ou seulement appuyer l'exemption de dîme que prétend messire Jean Daber, curé de Chassignol, sur les biens et métairies du seigneur de La Philippière. — Vente au prix de 24 livres tournois d'une pièce de terre de seize boisselées, ou environ, consentie par Jehan et Silvain Gaillard, demeurant au village de Vascoux, paroisse de Bézagette, à messire Charles et Guillaume de Gaucourt.
1667-1669.
2 E 555 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Enquête des témoins assignés à la requête de René de Larue, défendeur en cause contre Clément Perrot, au sujet d'immeubles ; ladite enquête faite à Argenton, par Silvain Dufour, lieutenant général au bailliage d'Argenton, pour son Altesse Royale Mademoiselle. — Inventaire des meubles morts et vifs de défunt maître Philippe d'Archier, notaire royal qui avait laissé une veuve avec neuf enfans, « fort petis et en bas âge » laquelle veuve avait déclaré « qu'elle n'entendoit ce tenir à la communauté qui estoit contractée entre ledit feu son mary et elle par leur contrat de mariage, ains au contraire qu'elle ce tenoit a ces biens droits et conventions à elle accordée par leurdit contrat. » — Exposition faite devant Guillaume Baronnet, représentant le bailli de Jouhet absent, par le procureur d'office de ladite châtellenie, portant que « la nommée Philippe Mégnaud seroit accouchée, laquelle aurait ensuite deffaict son fruict, » qu'en conséquence ledit procureur d'office l'a fait conduire en prison. — Information faite par Guillaume Baronnet, procureur et juge expédiant, en l'absence du bailli et juge ordinaire de la justice et châtellenie de Saint-Denis-de-Jouhet, contre la fille Phelippe Mégnaud, accusée d'infanticide ; curieuses déclarations des témoins. — « Recollement et confrontation faicte par Guillaume Baronnet ; » on demande aux témoins s'ils sont « memoratifs » de leur déclaration et s'ils y persistent. Puis ceux-ci sont confrontés avec l'accusée Mégnaud. — Conclusions du procureur d'office : l'accusée Phelippe Mégnaud est déclarée duement atteinte et convaincue « de l'homicide par elle faict de son fruict ; pour réparation de quoy condampnée estre pandue et estranglée en la place publique, par l'exécuteur de la haulte justice, jusques a ce que mort sensuive, en 300 livres damande envers le seigneur de Jouhet et au despans de la procédure. ».
1670.
2 E 556 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Mémoire des meubles que Guillaume Faugeroux et sa femme ont « menez » au domicile de Denis Pingaud et sa femme lorsqu'ils sont allés demeurer ensemble : « des lincieux (draps de lits), des coffres, un méchant banc, une arche (coffre à faire le pain), deux socs d’arreau (araire), ung tran (sans doute une espèce de pioche), une tranche (pioche à travailler les terres fortes et, sans doute aussi, pic à tranchant pour couper les racines dans les défrichements), deux besochons (besocher veut dire casser les mottes de terre avec la tête de la tranche ou pioche-tranche), deux palles a besser (bêches), ung cousteau a deux manches, cinq mouches à miel (ruches), deux broches a roustir, » etc., etc., etc. Le dit mémoire a été signé par maître Béguin, notaire, « pour y avoir recours sy besoing est. » — Formule imprimée et remplie, dans laquelle Rochet, commis à la recette des consignations des amendes du fol-appel dans la ville de Bourges, reconnaît avoir reçu 6 livres de maître Étienne Béguin, intimé contre François Rollin ; — formule où ledit Rochet certifie que Béguin, procureur d'office, demeurant à Cluis, « a juré estre venu exprés » de cet endroit dans la ville de Bourges distante de dix-huit lieues afin de poursuivre son procès contre François Rollin. — Requête à messieurs les bailli et lieutenant général de Cluis-Dessus par Pierre Jouanin, marchand, demeurant à Malicornay, par laquelle le plaignant expose qu'ayant été établi commissaire sur les blés d'Étienne Tanny l'aîné, et voulu faire saisir lesdits blés par son agent, le sieur Croutelin, celui-ci, « en voulant faire sa commission, auroict esté troublé aveq viollance et blasfesme du saint nom de Dieu » par ledit Étienne Tanny et ses parents. Le plaignant demande que les délinquants soient déchus de tous droits leur appartenant sur les blés saisis, forcés par emprisonnement de leurs personnes à les représenter pour être vendus, et condamnés à lui payer le double de la valeur desdits blés, « cent livres d'amende à justice suivant l'ordonnance de 1667 » et aux dépens de la procédure. — Inventaire des pièces, au nombre de quatorze, cotées de A à P, produites par-devant les bailli et lieutenant général d'Argenton par René de Larue, écuyer, sieur de La Philippière, défendeur au principal et en entérinement de lettres contre Clément Perrot, pour être payé de la rente et cens de 12 sous 6 deniers et une poule qui lui est due par ce dernier.
1671.
2 E 557 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Obligation par Honoré Courtallier, écuyer, demeurant à « Aubreuillivin, en Berry, » consentie envers Pierre Gatinois, maître cuisinier demeurant à Dijon, d'une somme de 70 livres due « tant pour cause de nourriture et bons traitements à luy faicts pendant vingt quatre jours qu'il a esté traitte au logis dudit Gastinois au sujet d'une jambe que ledit sieur Courtallier avoit cassee, que pour avoir traitte et nourry les valets et chevaux dudit sieur Courtallier, comme il la confesse, dont il est comptant ; » ladite obligation passée par-devant Jean Clerget, notaire, garde-notes et tabellion royal héréditaire, résidant à Dijon, paroisse de Notre-Dame. — Extrait des registres du greffe de la justice de Cluis-Dessus portant défaut à haut et puissant seigneur messire Charles de Gaucourt le jeune, chevalier, seigneur de Cluis, demandeur par Béguin, contre Jean Desboys, vigneron, assigné par Guillebaud, sergent. — Exploit par lequel, à la requête de maître Béguin, procureur d'office en la châtellenie de Cluis-Dessus, Léonard Bégaud, « huissier royal, immatriculé au siège royal et bailliage d'Issoudun, » exprès et à cheval transporté dudit lieu de Cluis, sa demeure, au village de Vilour, paroisse de Gournay, distant d'une grande lieue, « en l'hostel » et domicile de François Rolin, laboureur, lui a « siniffié, notiffié et deument faict savoir le contenu en certaines sentences contre luy randu au proffit dudict Béguin » au siège ducal de Châteauroux, fait lecture de la sentence et délaissé copie d'icelle ès mains dudit Rolin, comme aussi du présent exploit. — Lettre envoyée de Preuilly (signature illisible) à M. Thabault, procureur en la justice de Bouesse, dans laquelle l'expéditeur dit avoir reçu assignation avec frais de se joindre aux autres créanciers de feu Gorinet pour faire rendre compte aux commissaires des biens dudit sieur et faire distribuer ces biens aux plus anciens créanciers, il ajoute qu'il est des plus anciens et demande à être tenu au courant de ce qui se passera. — Obligation de 10 livres tournois, par Ballereau, laboureur, paroisse de Bezagette, à Jean Robinet, huissier-archer en la maréchaussée de Berri.
1672-1674.
2 E 558 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Acte d'émancipation passé par procureur devant René Charpentier, sieur du Rochoux, lieutenant et juge ordinaire de la justice des Marches du Chastellier, par lequel acte haut et puissant seigneur messire Jean-Louis Tiercelin de Rancé, chevalier, seigneur de La Chapelle-Baloue, le Chastellier, Fleura, Lapouge et autres « places, » ayant atteint l'âge de seize à dix-sept ans, requis aux termes de la coutume de Berri, est déclaré en présence de son procureur « idoine et capable de gouverner et jouir du revenu de ses biens » et en disposer, ainsi qu'il avisera, le tout sous l'autorité d'un curateur, « pour les poursuites et validité des poursuites des procédures » dans les causes et procès que le susdit seigneur pourrait avoir ; ledit acte passé devant six parents des plus proches ou voisins, à défaut de parents, qui ont été assignés à ce et ont comparu par procureur. — Nomination devant le juge susdit et aussi par procureur de Léonard Esmoings, écuyer, sieur de La Vergne, comme curateur aux causes de messire Jean-Louis Tiercelin de Rancé ; ledit Esmoings a prêté serment et « fait les soumissions au cas requises pour le fait de ladite curatelle. » — Exploit fait à la requête de maître Gaudard, « escollier estudiant » en l'Université de Bourges, demeurant paroisse Saint-Bonnet de ladite ville, par Claude Gourru, huissier et audiencier au siège de la conservation des privilèges royaux de l'Université de Bourges, immatriculé au siège et bailliage dudit lieu ; ledit exploit portant assignation à comparaître pour une dette de 150 livres 5 sols à maître Étienne Béguin, procureur d'office à Cluis-Dessus ; ledit Gourru déclare s'être transporté « exprès et à cheval » dudit bourg au domicile dudit Béguin, distant de vingt lieues. — Transaction amiable entre Gaudard et Béguin. — Projet d'un acte d'assemblée demandé par les syndics de la paroisse de Bezagette, dans lequel acte lesdits syndics, réunis à l'issue de la messe paroissiale, exposeront : « qu'on a surpris la religion de messieurs de l'eslection de Chasteauroux, » que ceux-ci ont nommé illégalement, pour lever l'année suivante les tailles de ladite paroisse, deux individus, dont l'un d'origine inconnue, n'ayant ni famille ni biens, a quitté la paroisse depuis plus d'un an, où, d'ailleurs, il n'a résidé que quatre ou cinq mois, et dont on ignore même la résidence actuelle ; qu'ils requièrent les habitants de donner leur avis sur cette mesure, qui peut causer la ruine de la paroisse et un notable retardement à la levée des deniers de Sa Majesté, et qu'enfin il faut se pourvoir, par requête ou autrement, devant les sieurs officiers de ladite Élection ou monseigneur l'intendant, afin que l'on « suive et observe, » pour empêcher la ruine de la paroisse, le « catalogue ou rôle par colonne » des habitants qui doivent passer annuellement en charge. L'assemblée doit être composée pour le moins de onze habitants. — Liste des biens à partager entre Jehan Pornet et les enfants des deux Delavault. — Acte par lequel Jacques Ballereau, meunier du moulin des Plaidz, paroisse de Gournay, « a vandu, ceddé, quitté, délaissé et transporté par ces présentes, par vendition pure et simple et irrévocable à jamais, » à messire Charles de Gaucourt, seigneur de Bouesse et autres terres, une terre d'environ quinze boisselées, appelée aux Cherons, située en la justice de Gournay, et ce moyennant la somme de « sept-vingtz-dix livres tournois» à rabattre sur ce que le vendeur doit au seigneur de Gournay pour fermage dudit moulin du Plaidz ; au cas qu'il n'y aurait pas quinze boisselées, « le moings sera deffalqué et desduit sur le prix de la vante ».
1675-1678.
Duboys retour
2 E 559 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente par Étienne Jacquet, laboureur, demeurant au village de Vilour, paroisse de Gournay, à messire Charles de Gaucourt, de quatre boisselées de terre exemptes de tous droits, sauf du droit de dîme, moyennant 32 livres payées « auparavant ces présentes ; » — autre vente au même par Vincent Simonnet, laboureur, demeurant au village de Villebans, paroisse de Gournay, d'un pré sis au Notz, contenant à cueillir une charretée de foin ou environ, et ce, moyennant 60 livres payées « auparavant ces présentes ; » — autre vente au même par Denis Thabaud et Jeanne Ballereau, sa belle-sœur, demeurant paroisse de Gournay, de trente boisselées de terre pour six-vingts livres payées « auparavant ces présentes ; » — autre vente au même, par la veuve Jeanne Carmignatte, de quatre boisselées de terre au prix de 32 livres, payées « auparavant ces présentes ; » — autre vente au même par Mourin Simon, tailleur d'habits, demeurant paroisse de Gournay, d'un morceau de pré « a cueillir une demi-charretée de foin ou environ » au prix de 27 livres payées en « monnoye blanche et autres monnoyes ayant de présent cours, suivant les édits du Roy ; » — autre vente : au même par silvain Jacquet, laboureur, demeurant au village de Pontgautran, paroisse de Gournay, « d'une terre, pré et buisson, tout joingnant ensemble, contenant quarante-cinq boisselées ou environ, jouxte le carrouer (lieu vague où d'ordinaire plusieurs chemins se rencontrent) et chemain que l'on va de Pontgautran à Cluis-Dessus, » le tout à charge des droits seigneuriaux et du droit de dîme, « sy aulcungs sont deubz ; » et ce, moyennant la somme de « quatorze vingtz dix livres quy ont esté payées en bled pour nourrir leurs communaultéz ; » — autre vente au même par Rollin le jeune, laboureur, demeurant paroisse de Gournay, de huit boisselées de terre « franchement et quittemeut de tous cens, rentes, droitz, debvoirs quelconques, sauf du droit de dîme. » — Vente au prix de « six vingtz » livres par Louis et Françoise Prévost, à Jean Pornet, marchand, demeurant à Bouesse, de la moitié d'une maison couverte « à tuiles » avec moitié de la cour, d'un petit morceau de jardin et d'un morceau de chènevière contenant en total à semer six boisseaux de cheneveux (chènevis), le tout situé au bourg d'Arthon. — Vente moyennant 88 livres tournois, par Marguerite Bazin, veuve de Simon Ballereau, à messire Charles de Gaucourt, absent, « le nottaire aceptant pour luy et les siens ou de luy ayant cause au temps advenir, » de onze boisselées de terre labourable, ou environ, situées aux Fondz-Chaudrays, paroisse de Gournay.
1677-1679.
Pichon (Philippe) retour
2 E 560 Grosses.
Pièces analysées en 1876 :
Vente par Denis et Silvain Duris, frères, laboureurs, demeurant au village de Chaumont, paroisse de Gournay, à messire Charles de Gaucourt, d'un pré contenant à « cueillir » une charretée de foin, de huit boisselées de terre appelées les Vignes du Pesche, de six autres sises au territoire du champ Modest, de cinq autres au champ de Leutrel et de trois autres à La Coste-à-la-Dame ; ce, moyennant 214 livres, somme due audit seigneur de Gaucourt pour fermage de la métairie de Chaumont. — Plusieurs autres contrats de vente et échange entre le même seigneur et divers individus. — Bail à ferme de la métairie de Talliot, située au village de ce nom, paroisse de Bouesse, consenti pour cinq ans par messire Charles de Gaucourt à Jacques Rolin et Nicolas Ravaud, son gendre, « solidairement, un seul pour le tout ; » et ce, moyennant le prix de « sept-vingt-dix livres, » à charge par les premiers de laisser à leur sortie quatre-vingts boisselées de terre ensemencées en seigle, et sept en froment, et quatre cent soixante-quatre livres de bestiaux, toutes choses qui se trouvent à leur entrée.
1678-1695.
Pornet retour
2 E 561 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Vente de certains biens consistant en « bâtiment, cour, jardrins (prononciation encore très-usitée dans le Berri), fuite moyennant sept-vingts livres tornois » à prudent homme Silvain Durin, marchand, demeurant au village de Montan, paroisse de Bouesse, par Gabriel Croublier, sieur du Cosson, demeurant à Bourges, paroisse de Saint-Outrillet, « estant de présent » à Bouesse. — Vente par Maria Augay, marchand, demeurant au village de Bors, paroisse de Gournay, à messire Charles de Gaucourt, de : 1° le pré des Naudz, contenant huit charretées de foin ; le pré de La Font, contenant une charretée et demie de foin, et un autre pré de trois charretées et demie ; 2° trente et une boisselées de terre ; 3° six boisselées de chènevière ; ce, moyennant le prix de 100 livres tournois, ladite somme devant acquitter une dette du vendeur à l'acheteur et payer l'affranchissement des terres ci-dessus, comme étant dans la seigneurie et servitude de Gournay. — Contrat de mariage entre Pierre Batassaud, maître maréchal, et Françoise Bidault : le lit Batassaud « a prin a femme et loyalle espouze Françoise Bidault, laquelle, par le conseille et advys de Bidault, maître fendeur, son père ; de Blaize Bransolle, son parrin (dans l'idiome du pays, on dit parrinage au lieu de parrainage), a cause davoir espouze sa marenne ; de Jean Villaudier, son bon amy ; de Jacques Pichon, Jean Perin, ces bons amys et voisains, a aussy prin a m ? ? ? et loyal espoux ledit Pierre Batassaud, ainsy que Dieu la voullu et que nostre m ? ? ? sainte esglize la cejourd'huye accordez et solennisée ». Ladot de la mariée consiste en 30 livres, un lit garni de couette (couëtte mentionné comme vieux par l'Académie) coysains (coussins), six linceux (draps de lit) de trois aunes et demie de grosse toile, deux écuelles, et deux écuelles d'étain ; ladite somme payable en deux termes à un mois d'intervalle, etc., etc. — « Extrait des nottes » délivrées par Pornet, notaire, à M. Lombard, curé de Bouesse : testament, copies de descente pour expertise, de contrat de vente, etc. — Inventaire fait à l'occasion du mariage entre André Cartier et Andrée Banouzet. — Plusieurs quittances diverses.
1679-1682.
2 E 562 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Déclaration faite par M. Mallet, curé de Bouesse, des bâtiments et terres que possède Étienne Roux au lieu de La Verrerie. — Doux « extraicts » des contrats et autres pièces qui ont été passés par-devant Mauduys, notaire royal à Saint-Gaultier, « pour et au nom du feu » sieur de La Philippière durant le temps que ledit notaire a été employé aux affaires dudit sieur. — Articles du futur mariage d'entre Antoine Delavaut, maître couvreur, demeurant paroisse de Bouesse, « avecq honneste fille Vincente Ballereau. » — Inventaire et partage en deux lots des biens composant la succession de feu Antoine Roux. — Contrat de mariage entre François Ballereau et Catherine Gabillon. — Avertissement du seigneur de Bouesse par lequel il fait savoir à tous ceux qui mènent leurs bestiaux dans les dépendances de ladite seigneurie « qu'ils ayent à satisfaire aux advenages par eux deubz, faute de ce, il les fera contraindre par la prize de leurs bestiaux. » — Marché fait pour la levée des tailles entre Gabriel Merland et Silvain Dumas. — « Catholoque » des collecteurs des tailles de la paroisse de Mosnay, dressé en l'année 1684 pour ladite année et les suivantes : Pierre Trochet et Julien Roux, pour 1684 ; Jean Pornet et François Mercier, 1685, etc., etc. ; deux collecteurs différents chaque année. — Extrait de joutes ou confins de la métairie de La Porte du château de Bouesse.
1683-1685.
2 E 563 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Avertissement de maître Étienne Béguin, bailli, lieutenant de la justice de Saint-Denis-de-Jouhet, par lequel il « fait dire » aux habitants de Cluis-Dessous de ne pas l'imposer aux rôles des tailles et gabelles, parce qu'il n'habite plus leur paroisse. — Certificat de Rochon, prêtre, desservant le prieuré de Cluis-Dessous, attestant avoir publié le susdit avertissement, « en sa grand'messe paroissiale dite et célébrée pour servir et valoir, ainsi que de raison, afin que personne n'en prétende cause d'ignorance. » — Requête dudit maître Étienne Béguin à messieurs le président, lieutenant et « esleus » de l'Élection générale de la ville d'Issoudun, par laquelle il demande qu'il leur plaise faire défense aux habitants de Cluis-Dessous de le nommer collecteur de leurs tailles, parce qu'il n'habite plus leur paroisse. — Arrêt des président, lieutenant, élus, et contrôleurs, conseillers du Roi, en l'Élection générale de Berri, établie en la ville d'Issoudun, portant défense aux principaux habitants de Cluis-Dessous (suivent leurs noms) de persister à vouloir nommer ledit bailli, maître Étienne Béguin, collecteur de leurs tailles, parce qu'il n'habite plus leur paroisse, ce que d'ailleurs il avait fait publier au prône de la messe paroissiale. — Vente, par Jean Duris, vigneron au village de Bors, paroisse de « Gornay, » à messire Charles de Gaucourt de trois boisselées de terre, situées au territoire de La Curas dite paroisse de « Gornay ; » ladite vente faite pour demeurer quitte envers messire Charles de Gaucourt des droits et devoirs dus sur ladite terre à la seigneurie de Gournay. Le vendeur a déclaré n'avoir « aucuns autres héritages en ladite seigneurie, et ou il en aura les abandonne des a présent audit seigneur. ».
1686-1687.
2 E 564 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
« Article de mariage d'entre Mathurin Robin et Marguerite Courtaud. » — Note constatant qu'Étienne Vergne, demeurant à La Châtre, a déclaré posséder à Gargilesse « une pièce de vieille vigne, mal plantée, contenant cinq à six journaux ou environ. » — Contrat de mariage entre Claude Pichon et Louise Prévost : entre autres conditions, ledit Pichon s'est obligé de nourrir les quatre enfants que la future épouse a eus de Baronnet, son premier mari ; mais il pourra jouir et disposer du revenu de leurs biens, « sans qu'il soit tenu de payer aulcune jouissance. » — Compromis par lequel Silvain Meignan, meunier, demeurant « de présent au mollin » Thévenin, paroisse de Pommiers, consent à payer la somme de 200 livres en cinq payements annuels de 40 livres à « hault et puissant seigneur, messire Charles, compte de Gaucourt, conseiller du roy en ces conseilz d'Estat et prive, lieutenant general pour Sa Majesté, en sa province de hault et bas Berry, seigneur de Bouesse, Gournay, le Breuillat et autres lieux, demeurant en cette ville de Cluis-Dessus, » et ce comme réparation du dommage causé audit seigneur par l'incendie complet du « mollin » Cluzeau, qui avait eu lieu par la faute dudit Meignan ou de sa famille, pendant qu'il en était fermier ; moyennant ladite somme, le seigneur de Gaucourt renonce à le lui faire rebâtir dans l'état où il était avant « ladite incendie. » Mémoire des contrats d'acquêts comprenant, entre autres achats, moyennant sept vingt-dix livres, des droits de quatre boisseaux et quatre poules sur le village de Fourneaux. — Requête adressée au lieutenant général civil et criminel au duché-pairie de Châteauroux par la veuve de messire Honoré Dumont, che­valier, seigneur de Courtaillet. Ladite veuve, étant en procès contre honorable homme Pierre Gatinois, déclare n'être point commune avec son mari, ni tutrice des enfants issus de leur mariage, et « requiert estre renvoyée avecq despans. ».
1688-1691.
2 E 565 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Sentence rendue par Gabriel Duperthuis, avocat en parlement, bailli et juge ordinaire de la terre et châtellenie de Cluis-Dessous, au profit de Léonard Guilbaud, demandeur, contre Silvain et André Simonnet, défendeurs, lesquels sont condamnés à payer audit Guilbaut : 1° la somme de 17 livres, montant d'une obligation consentie au profit de feu Pierre Foullatière, beau-père d'icelui ; 2° les dépens du défaut formé contre eux, par suite de leur non-comparution ; 3° les frais qui s'en sont suivis, montant, y compris le voyage du demandeur, à 45 sous, sans compter « les présentes à executer ». — Sentence du prévôt des marchands de la ville de Bourges, rendue au profit de messire Charles de Gaucourt, seigneur de Bouesse, ayant les droits de Jean Rousseau, contre Pierre Maublanc, défendeur, par laquelle sentence ledit défendeur est condamné : 1° à payer au demandeur la somme de 19 livres et deux pipes de vin du cru de Chain, suivant le prix qu'il a valu en 1691 ; 2° à la restitution de neuf fûts de pipes et aux dépens taxés à la somme de 12 livres 16 sous, non compris la livre des présentes. — Consultation de Billard, avocat de Paris, au sujet « des testamment et codicille de damoiselle Marie Moissat, des 15 juillet et 25 août 1680, » et du mémoire de sieur François Lecamus ; ladite consultation déclare que la prétention de Lecamus « n'est pas bonne et qu'il ne peut s'empescher de randre la somme de 800 livres faisant partie du legs fait à son fils. » — Quittance d'une somme de 150 livres due sur les métairies de Fontenet, donnée par les religieux de l'abbaye d'Aubepierre à M. le comte de La Chapelle ; — autre de la même somme donnée par Guillaume, prieur de ladite abbaye, à Louis Barré, marchand, fermier desdites métairies, « pour et en l'acquit des enfans de feu monsieur le comte de La Chapelle. ».
1692-1693.
Beaujean retour
2 E 566 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Ferme de la seigneurie de La Philippière et des fiefs de l'Espinat et des Espinettes, consentie au sieur de Pertubrault, par monseigneur de Gaucourt, au prix de 550 livres et trois poinçons de vin. — Partage fait entre Silvain Rollin et les mineurs de défunt Étienne Rollin. — « Dellaissement » fait par Jean Avril, laboureur, et Silvain Jean et Jeanne Garnier, ses beaux-frères et belle-sœur, demeurant au bourg de Bouesse, à haut et puissant seigneur, messire Charles, comte de Gaucourt, chevalier, seigneur de Bouesse et autres lieux, « de tous et chacun des biens » leur appartenant, comme héritiers de feu Léonard Garnier, leurs père et beau-frère, situés au village des Minières, territoire de Bouesse et ès environs ; ledit « délaissement » fait pour demeurer quittes de vingt-neuf années d'arrérages de « censé due » à la seigneurie de Bouesse pour la jouissance des biens ci-dessus, ensemble pour demeurer quittes jusqu'à présent de « la censé » due sur une petite maison leur appartenant, sise à Bouesse, de laquelle ledit Jean Garnier jouit à présent ; et sera tenu icelui Jean payer « ladite cense » tant qu'il jouira de ladite maison. — Requête au bailli de la justice de Bouesse, adressée par Pierre Chabenat, subrogé tuteur des enfants, héritiers testamentaires de défunt Jean Pornet, notaire du duché ; ledit Chabenat porte plainte contre Étienne Alamamye, tuteur desdits enfants, pour bris et rupture de scellés apposés après le décès dudit notaire, entre autres de ceux placés sur « une arche à fait » (arche, coffre — fait, bien, fortune, ce que l'on a en propre en fait d'objets mobiliers, surtout de linge et vêtement) ; ledit Chabanat demande aussi qu'il soit fait justice par la nomination d'un commissaire pour informer à ce sujet. — Acceptation de ladite commission par le procureur de cour, requérant contre ledit Alamamye abrogation de ses fonctions de tuteur et contrainte par corps pour les bris et rupture de scellés susmentionnés, ainsi que la convocation du conseil de famille pour nommer un nouveau tuteur auxdits enfants Pornet. — Quittance d'une somme de 4 livres 17 sous 6 deniers faite par le sieur Pidoux, curé de Malicornet, à madame la comtesse de La Chapelle « pour la part et portion d'un supplément de portion congrue » qu'elle lui doit annuellement à cause des dîmes perçues par elle dans la paroisse dudit curé. — Quittance d'une somme de 95 livres faite par Savar, pour M. Barré, « au sieur Mercier, courrier de Toulouse, logé rue de la Limace, proche le grand bureau de Poste. » Lettre sans signature adressée de Paris à Léonard Barré, à La Chapelle ; l'expéditeur de la lettre charge celui-ci d'une commission pour M. le prieur de Caselac.
1693-1695.
2 E 567 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Traité entre Jourdin, marchand de bois, d'une part, et, d'autre part, le comte de Gaucourt, « conseiller du Roi et lieutenant général et commandant pour Sa Majesté au gouvernement de Berry. » Ledit traité fait pour éviter un procès au sujet d'arbres abattus par Jourdin qui avait acheté une coupe audit comte. Celui-ci garde les charassons (échalas) qu'il s'était réservés. — Mémoire fait pour une entrée en ferme des « gros bleds » qui se sont trouvés ensemencés dans les « métries » dépendant de la seigneurie de La Philippière, au moment de la couvraille d'hiver (la couvraille, c'est l'époque de l'ensemencement des terres), faite environ à la Saint-Martin, 1700. — Dix billets adressés à M. puis à Mme Legrand, marchands à Argenton, par Labarrière, régisseur du château de Bouesse, demandant diverses marchandises : clous de champlat (terme de couvreur en bâtiment, planche mince et refendue en biseau, dont on borde les toits en tuiles, en la faisant porter transversalement sur l'extrémité des coyaux, comme une poutre latte) ; une peau et demie de mouton passée en blanc, clous d'un double, d'un demi, d'un liard, de deux pour un liard, de deux au denier, de linage ; grande broquette, petite broquette ; « une pougnée de mourue » (pougnée, 2 à 3 livres). — Comptes et mémoires pour la maison de Gaucourt. — Quittances faites par ladite maison à ses fermiers. — Compte des espèces que M. le comte de Gaucourt a reçues du sieur de Montereux sur une somme de 11, 000 livres que celui-ci devait « nantir : 251 louis et 13 livres 15 sols, 120 escus et 3 livres 14 sols ; en pièces de 5 sol, 60 livres ; en pièces de 6 sols, 9 livres, etc. » — Note de grains vendus : « Au Grand-Ballereau, dix boisseaux de méchante seigle (dans les campagnes du bas Berri, saigle est toujours féminin) ; à Tixier, six boisseaux de bonne seigle ; à Avril, huit boisseaux de triaille, au jardrinier (jardrin, jardrinier, très usité dans les campagnes du bas Berri) ; six boisseaux de bon bled, » etc. — Mémoire des héritages contenus au contrat de vente fait par Silvin Pichelain et sa femme à Michel David.
1696-1703.
2 E 568 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
« Appréciation des bestiaux de la meterie de Lage : cinq bœufs, 180 livres ; six torins (jeunes taureaux), 91 livres ; six tores de trois et quatre ans, 72 livres ; cent douze chez (têtes) de brebis, tant masles que femelles et les petits agniaux de l'année, 168 livres ; une jument et deux poulins de deux et trois ans, 50 livres, etc. ». Vente au prix de « six-vingt-quinze » livres par Simon Auguay, demeurant à La Verrerie, paroisse de Bouesse, à Jean Vincent, marchand de bois, de la coupe d'un bois de futaie, à la réserve des taillis d'un pied de tour et des arbres « testereaux » (on appelle têtaud en Berri un arbre que l'on étête périodiquement). — Vente, par Guillaume Boucheron, chirurgien, demeurant à Cluis-Dessus, et Jeanne Chaveneau, veuve de feu Jean Boucheron, notaire audit lieu, à messire Charles de Gaucourt, d'une pièce de terre appelée la Vigne-au-Sau, « territoire et scittuée au lieu et village de Choumont-en-Haut, paroisse de Gournay, de consistance de cinq boisselées ou entour » ; ce moyennant 35 livres tournois dont les vendeurs étaient redevables envers l'acquéreur pour des arrérages, cens et rentes échus à la Saint-Michel dernière et dont ils demeurent quittes par la présente vente. — Vente, parles quatre frères Lombard et leur beau-frère, à Silvain Merland, maréchal à Bouesse : 1° d'une maison couverte « a thuille, avec planché de torchis, ayant son courtillage (terrains entourant l'habitation et affectés au jardin, à la chènevière, etc.) au-devant, un jardin derrière ; 2° d'une grange couverte a thuille et rebardeau, avec un petit jardin contenant a semer un demy boiceau de chenevoix (chènevis), » etc. Ladite vente faite au prix de 190 livres payées tant présentement qu'auparavant les présentes. — Vente au prix de 450 livres par Silvin Delovan, laboureur, à Silvain Beaujean, sieur de Labarrière, second mari de la mère des vendeurs, demeurant au château de Bouesse, de tous les biens meubles et immeubles, « noms, raisons et actions qui peuvent competter et appartenir audit Silvin Delavau » dans la succession de son père. — Cession sans garantage » à madame la comtesse de Gaucourt, par Labarrière, son régisseur, de tous les droits qu'il a sur la succession de Jean Delaveau. — Mémoire des bestiaux donnés à cheptel par maître de Gaucourt à Charles Léger, meunier de Gournay : une vache et un veau d'un an, 45 livres, un cochon, 12 livres, deux cochons de la « ménagerie, » 20 livres, deux taureaux, 76 livres etc. — Mémoire du travail fait par le maréchal Merland pour la maison de Gaucourt : plusieurs réparations au saut d'ariau, (soc d'aroire, en Berri on prononce so pour soc, ro pour roc, etc.) et à une tranche (sorte de pioche), 48 sous. Fourniture de 3 lians (liens de fer), 21 sous, un lian fourchu, 20 sous. Raccommodage des ratissoires et des tranches du jardinier, 18 sous. — Mémoire de dépenses faites à Bourges par le comte de Gaucourt en février 1713 : 3 pintes de vin, 10 sous ; un plat de crème au chocolat, 1 livre 10 sous ; un pluvier, 1 livre ; un perdreau, 2livres ; cinq pigeons, 1 livre 15 sous. — Quittance signée Roch, cordonnier à Bourges, de la somme de 3 livres due pour « des souliers bruns brodés d'argent » qui ont été fournis à feu madame de Gaucourt, douze jours avant sa mort. — Quittance faite à Châteauroux, signée Duris, d'une somme de 17 livres 18 sous, payée par les habitants de la paroisse de Bouesse pour la capitation générale de 1710, ordonnée par la déclaration de sa Majesté, du 12 mars 1701. — Plusieurs comptes de M. de Gaucourt avec Avril, fermier d'un de ses domaines, la Grande-Méterie. — Ferme faite à « moitié fruits, profits, revenus et émoluments » par M. de Gaucourt, aux frères Lombards, laboureurs de la méterie des Touchettes.
1704-1718.
2 E 569 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Estimation en bloc des bestiaux de la « mesterye » de Bethenet appartenant à M. le comte de Chateautier : quatre bœufs arrables, » quatre velles (génisses du premier âge), onze cheps (têtes) de porcs, etc. : total neuf cents vingt livres. — Mémoire de Mériot, serrurier à Bourges, pour la maison de Gaucourt : une clef de porte, 10 sous ; une clef d’ormoire (prononciation encore usitée dans tout le Berry), 10 sous ; réparation à la berline, 1 livre 5 sous ; ouvrage fait au « logis du roy, » 3 livres, etc. — Divers autres mémoires d'ouvriers, d'ouvrières, de fournisseurs, etc., très-utiles pour faire connaître le prix des journées, du travail à façon, des matières employées, etc. : journées de maçon, 1 livre ; une robe de ros de Sicile et le jupon 2 livres 10 sous ; gages annuels d'un laquais, 60 livres, etc. — Mémoire de ce qui a été reçu des habitants de Gournay en 1727 au-dessus de la rente ordinaire et dont il doit être tenu compte à M. de Gaucourt à cause de son droit de geôle et de prévôté. — Mémoire d'une fourniture pour l'enterrement de madame la comtesse de Gaucourt, de quatre cents billets de convocation, en très-grand papier, à cent sous le cent ; ladite fourniture faite par le sieur Chacipol, maître imprimeur à Bourges. Rabais dudit mémoire de 20 livres à 18 par l'héritier « présomptif » de madame de Gaucourt. Quittance de cette dernière somme par ledit imprimeur. — Quittances du médecin et du chirurgien. — Requête à M. le bailli de la justice de Gournay, ou au plus ancien des curiaux du siège, en son absence ; par laquelle Jean Rollin et Jean Deshays, habitants du village des Rollins, se plaignent que l'on a incendié leurs maisons, vers minuit, qu'ils ont perdu tout leur avoir évalué à 1, 500 livres chacun, et que par suite ils sont réduits à la dernière mendicité ; ils demandent la permission de se pourvoir en cour d'église pour « obtenir moratoire en forme de droit afn de révélation » des faits ci-dessus par eux articulés. — Requête à monsieur le bailli de la justice de Cluis-Dessus, par Maurice Landillon, laboureur à la métairie de Villeban. Celui-ci « remontre » que cinq bœufs de trait à lui appartenant sont en danger de mort par suite des mauvais traitements que Gabriel Hémery, aidé de ses deux enfants, leur fit subir, pendant la nuit dans leur pacage, à coups de pieux, fourches et autres instruments, ce qui le met hors d'état de faire ses labours, mener ses fumiers et faire la « semenaille » de ses terres. En conséquence, il demande 600 livres de dommages-intérêts. — Quittance de 80 livres faite au nommé Boisdargent par Lecamus, homme d'affaires de la maison de Gaucourt. — Requête du marquis de Gaucourt au bailli de la justice de Bouesse, tendant à se faire payer 29 années d'arrérages d'une rente de 4 boisseaux de seigle, 18 d'avoine et 3 sous de guet — Échange d'immeubles entre le marquis de Gaucourt et Étienne Bavouzet le vieux.
1719-1738.
Bejaud retour
2 E 570 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Échange de plusieurs terres fait entre monsieur Pijaud et, dame Françoise de Valois de Mursay de Gaucourt. — Requête à monsieur le bailli de la justice de Bouesse, par laquelle Jean Rollin demande réparation du dommage à lui causé par les bestiaux de Banouzet le jeune qui lui ont en partie « mangé et gasté le bled seigle » d'une pièce de terre de 20 boisselées. — Bail sous seing privé d'une maison, grange, jardin, chènevière, etc., fait à Madeleine Grosset, au prix annuel de 50 livres pour cinq années, commençant à la Saint-Martin, par haute et puissante dame Marie-Louise Tiercelin de Châteaufier. — Plusieurs billets signés Legrand, agent de la maison de Gaucourt, demandant diverses marchandises à monsieur Renaud, marchand à Argenton. — Ferme pour 7 ans du moulin du Châtelier, par madame la marquise de Lusignan, à Louis Charpentier, meunier au moulin Garrat, paroisse de Dampierre, et à Louis Charpentier, son neveu, journalier ; moyennant le prix de 200 livres, exigible en deux payements égaux aux fêtes de Saint-Jean-Baptiste et Saint-Martin, plus, au jour des Rois, un gâteau des rois composé de la fleur d'un boisseau de froment ou la somme de 3 livres, au « choix et option » de ladite dame, plus à la Sainte-Marie-Madeleine, 12 poulets « bons et recevables. » — Ferme au prix de 40 livres des droits de dîme et terrage qui se lèvent au village de Frulon et aux environs de la paroisse d'Orsenne ; ladite ferme faite pour 5 ans par M. Barré, agent de la marquise de Lusignan, à Silvain Buret, demeurant paroisse du Pin ; — Ferme, par le même, du droit de dîme appelé le dîme d'allée, faite pour 7 ans, moyennant le prix annuel de 130 livres, à Jean Meignat et Jacques Lochept, vignerons au village de Châtillon, paroisse du Pin. — Cheptel montant à la sommede 714 livres, donné par madame la marquise de Lusignan à François Morichon, métayer du Bois, paroisse de Pommiers ; — Cheptel de 291 livres 5 sous donné par le même à Silvain Delagautière, l'un des métayers de Fondenet, dite paroisse de Pommiers. — Ferme par dame Louise-Alexandrine de Foudrat, veuve du seigneur marquis, comte de Lusignan, à François Delagautière, de la tuilerie de Fondenet, comprenant un four cuire la tuile avec « son haalle » (sa halle) et place, deux petits jardins, douze boisselées de terre, ci-devant en brandes (bruyères) et augeoncs (ajoncs) : ladite dame de Foudrat fournira les bois nécessaires et les fera mener à la tuilerie par ses gensses (prononciation de gens, dans le Berri), elle prélèvera 500 tuiles sur chacune des quatre fournées qui se feront annuellement, le surplus sera partagé entre bailleur et preneur, ainsi que la chaux, briques et carreaux ; plusieurs autres conditions. Les parties déclarent que les produits de ladite tuilerie peuvent être de 45 livres par an.
1739-1765.
Châteauroux retour
Vigner retour
2 E 527* Minutes. —
Pièces analysées en 1876 :
Quittance de Pierre Matron, marchand, faite à Guyon Collombier, de la somme de 9 écus reçus « en escuz et monnoye contez suyvant l'esdict du Roy. » — Vente au prix de « huict escus ung tiers d'escu » à Clément Caillault, par Étienne Coupin et Mathurin Mouchebeuf, laboureurs, demeurant paroisse de Sainte-Foste, » d'une pièce de vigne contenant un arpent ou environ, « assise ou vinoble de Sainte-Foste. » — Quittance à David, par Savary, d'une somme de 5 écus reçus « en deux escus, troys pistoletz et le reste en monnoye. » — Contrat de mariage entre Perrine Bouer, fille d'Étienne Bouer, laboureur à Vineuil, et Huguet Legros « homme de bras, » en la maison de Pierre Audoux, dite paroisse de Vineuil, ledit contrat fait aux conditions suivantes : Huguet a promis payer « 13 escus tiers d'escu » au père de la future, moyennant quoi celui-ci « a mis en son hostel ledit Huguet comme l'ung de ses enffens et en ce faisant a afilié avec luy ledit Huguet, » lui donnant le même droit qu'à ses enfants, en cas de partage de ses biens. Il y aura communauté de biens entre les époux, et, en cas de décès de l'un d'eux sans enfants, la femme rendra les 13 écus et tiers d'écu aux hoirs du mari, ou leur donnera communauté dans ses propres biens ; le mari aura choix de bailler aux héritiers de sa femme ladite communauté ou de reprendre les « treize escus tiers d'escu. » — Acte par lequel Clément Audoux et Cousturier, demeurant à Scroz, paroisse de Saint-Pierre-de-Notz, a arrenté « à perpétuel » à Pierre Choisve, demeurant à Chercherioux, même paroisse, pour la somme de 12 sous, «. une cinquiesme partie dont les cinq font le tout et encores la troiesme des aultres cinquiesmes parties, » d'un arpent de vigne ou environ.
1581-1583.
Baucheron retour
2 E 528 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Reconnaissance par Mathurin Abriou, à « honneste femme » Jeanne Ameüille, d'une rente, de 40 sous due sur un demi-arpent de vigne ou environ, situé paroisse de Saint-Maur. — Transaction entre maître Bernard Philippes, procureur au duché-pairie de Châteauroux, et Jacques Gaudichard, maître serrurier en cette ville, par laquelle ledit maître Philippes consent à réduire une rente foncière de 50 livres à la somme de 40 livres, pour que ladite rente ne lui soit pas remboursée avant son décès et celui de son épouse. — Reconnaissances de rentes dues sur des vignes sises au clos des Malgrappes, paroisse de Déols. — Arrentement, au prix de 24 livres, par maître Claude, sieur de La Touche, à Étienne Villers, Claude Berault et Jean Plot, vignerons, de trente boisselées de terre sises au faubourg de Saint-Christophe. — Vente, au prix de 85 livres, de cinq quartiers de vigne, sis au Champ-Carreau, par maître Pierre Piéplat, bourgeois de la ville d'Issoudun, à dame Marie Chauveau, veuve d'honorable homme Pierre Mallard.
1656-1726.
Cartier retour
2 E 529 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Transport pour 6 années, moyennant le prix annuel de 102 livres, de la cinquième partie des dîmes de Fourches et Montaboulin, appartenant à monseigneur le comte de Clermont, ledit transport fait par Étienne Delestang à Étienne Poimon et Claude Gilbert, tous vignerons à Déols. — Ferme de la portion de dîme de blé levée sur Villefaveau et lieux circonvoisins, paroisse de Neuvy-Pailloux, consentie pour 6 ans, au prix de 100 livres, à Louis Troisseine, bourrelier à Issoudun, par « noble Henry Bertrand, » seigneur de Greuille, capitaine des chasseurs et maître des eaux et forêts du duché-pairie de Châteauroux, comme fondé de procuration de monseigneur Louis de Bourbon, propriétaire de ladite dîme. — Arrentement fait moyennant 20 sous et une poule de rente annuelle à Jacques Labrune, journalier à Jeu-les-Bois, par Claude-Joseph Duvivier, seigneur de Bellevue, demeurant ordinairement à Bourges, d'une « loge de demeure, » grange, toits à bêtes, jardin, etc. — Procuration donnée par Bonaventure Waufard, boursier, à Marie-Anne Gaveau, sa femme, pour retirer des mains de la dame veuve Simon les provisions de l'office d'huissier audiencier en l'Élection de Châteauroux, dont était pourvu Pierre Gaveau, père de ladite femme Waufard. — Vente par maître « Phelippe » Augras, procureur en l'Élection de Châteauroux, à maître Claude Pichon, notaire du duché de Châteauroux, pour s'en faire pourvoir quand bon lui semblera, à ses frais et dépens, de l'état et office de procureur postulant en ladite Élection de Châteauroux ; ladite vente faite au prix de 120 livres. — Ferme pour 6 années, consentie moyennant 160 livres tournois et 6 boisseaux de « bled froment de charge », par maître Lafleur, curé de Saint-André de Châteauroux, et trois prêtres communalistes de ladite paroisse, à Michel Jarry et Jean Banouzet, vignerons, de la moitié de la dîme de Menas, paroisse d'Étrechet, appartenant à la communauté des enfants prêtres de Châteauroux.
1728-1740.
Pichon retour
2 E 531 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente d'une rente de 9 livres 10 sous et 2 poulets, au prix de 160 livres, par Claude-Marie Lejeune, marchand drapier, à maître Bernard Phelippes, procureur ès siége du duché, en l'Élection de Châteauroux. — Reconnaissance d'une rente de 45 sous et 2 deniers due solidairement sur un arpent de vigne ou environ, situé à Déols, par Marc Dejalle, marchand drapier, et Jacques Morin, marchand parcheminier, à Jean Guymon, sieur de La Pinterie, bailli de la justice et principauté de Déols. — Arrentement d'une pièce de terre située au village de Fonds, fait moyennant 12 livres chaque année par « prudent homme » Jean Nabert, marchand à Déols, à 6 vignerons de Châteauroux, tous solidaires les uns des autres. — Quittance d'une somme de 20 livres payée, pour l'extinction d'une rente de 20 sous, par maître Joseph Malland, bourgeois de Châteaumeillant, à David Lejeune, vigneron à Déols. — Arrentement de trois boisselées ou environ de terre labourable, situées au clos de Rochefort, vignoble de Châteauroux, fait par dame Marie Guéreau à Étienne Blanchard, vigneron, demeurant au faubourg Saint-Christophe. — Vente d'une vigne, contenant trois quarts d'arpent ou environ, située au clos de La Fosse-Bellot, vignoble de Châteauroux, faite moyennant 99 livres payées comptant, par François Maillan, dit Lamy, vigneron, à Jean Calin, « tixier » et drapier.
1725-1728.
Huard retour
2 E 539 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente, moyennant 6, 000 livres, à maître François Crublier, sieur de Saint-Cyran, de l'état et office de conseiller du Roi, garde-marteau en sa maîtrise particulière des eaux et forêts établie à Châteauroux ; ladite vente faite par dame Marie Cartier, veuve de Nicolas Catherinot, dernier possesseur dudit office. — Faculté de rémérer ladite charge au bout de 20 ans, accordée au sieur Catherinot fils, à condition de payer comptant et sur-le-champ 6, 000 livres, prix de ladite vente, et 2, 000 livres pour frais d'acquisition et autres occasionnés pour l'obtention des provisions dudit office. — Procuration ad resignandum de l'état et office de conseiller président, ancien alternatif triennal des traites foraines de Châteauroux, ladite charge évaluée à 1, 200 livres ; — d'un office de procureur au bailliage de Châteauroux, dont l'évaluation a été faite à la somme de 600 livres. — Arrentement perpétuel d'un ancien désert de 8 arpents, appelé le désert à La Brossarde, situé paroisse de Lourouer, par messire Crublier de Chandaire, à Claude Janvier, tireur de mine, au prix de 12 livres par an et à condition de défricher ledit désert pour sûreté de la rente.
1772-1779.
2 E 540 Minutes et grosses.
Pièces analysées en 1876 :
Acte par lequel dame Jeanne Calais, veuve de maître Léon Duris-Dufresne, receveur particulier des finances de l'Élection de Châteauroux, se fait caution pour le sieur Gabriel Moreau, qui doit être pourvu dudit office, envers MM. de Pautigny et Hamelin, receveurs généraux des finances de la Généralité de Bourges, et ce en hypothéquant tous ses biens meubles et immeubles, présents et à venir, jusqu'au solde et entier apurement de tous les comptes dudit Moreau vis-à-vis desdits receveurs généraux. — Acte par lequel Lavault, laboureur, ayant été traduit au bailliage de Châteauroux pour cause de refus, se reconnaît justiciable de la terre et seigneurie de Fromenteau et Fougerolles, et en cette qualité sujet à la banalité du moulin de Bouginet. — Bail de 9 ans de la seigneurie de Pruniers, appartenant à monseigneur le comte d'Artois, moyennant 1 850 livres. — Bail de la dîme et navale de La Petite-Glaine, fait pour 8 ans, moyennant 36 livres chaque année, par Claude Peyrot, seigneur de Treuillault, à Pierre Robert, laboureur, demeurant au lieu et domaine des Cent-Sols, paroisse de Saint-Maur. — Bail des moulins à foulon de Chambon et dépendances, situés sur la rivière de l'Indre, paroisse de Saint-Denis de Châteauroux ; ledit bail fait pour 9 ans, moyennant chaque année 750 livres argent, et pour menus suffrages (redevances, ordinairement en nature), une carpe de 5 à 6 livres ou un brochet de même poids, au choix du bailleur. — Sous-bail, moyennant 2 000 livres et 6 dindes, de la métairie de Saint-Pierre de Notz, appartenant au comte d'Artois. — Ferme de 9 ans, au prix annuel de 58 livres, par Jean Dufour, de Saint-Christophe, à Châteauroux, de la dime et novale appartenant à ladite cure. — Ferme de 3 années, moyennant 60 livres par an, d'un privilège de barbier-perruquier-baigneur-étuviste en la ville de Châteauroux.
1780-1785.
2 E 541 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Bail pour 9 ans, moyennant 60 livres par an, d'un privilège de barbier-perruquier-baigneur-étuviste, consenti au sieur Louis Jousset, barbier, par Joseph Saintour, lieutenant des maîtres perruquiers de la communauté de Châteauroux. — Vente d'un office de procureur au bailliage de Châteauroux, moyennant 600 livres et 600 autres livres pour le mobilier de l'étude, tels que bibliothèque, table, rayons, robe de palais, bonnet carré, rabat, etc. — Arrentement perpétuel, au prix de 6 livres par an, par messire Léon Crublier de Chandaire à Pierre Ligat, maréchal à Ardentes, d'un terrain de 25 à 30 boisselées faisant partie des brandes (terrain couvert de bruyères) de Vilbommiers, paroisse de Saint-Martin d'Ardentes. — Échange d'une chambre haute avec grenier au-dessus, sise place du Marché-aux-Bœufs et grevée d'une rente de3 livres 10 sous, fait par François Defond, marchand, à Jean Gimon, menuisier, contre 6 boisselées de terre situées à l'Aiguillon, paroisse de Saint-Maur, et « chargées » de 35 sous de rente. — Bail d'une locature dépendant du Temple de Châteauroux, moyennant le prix annuel de 130 livres et 2 chapons, « accordé, » pour 27 ans, à Patrigeon, marchand fermier, par haut et puissant seigneur Vincent de Loix, chevalier de Saint-Louis, demeurant en son château de Marceaux, paroisse de Saint-Lactencin, et actuellement logé à l'Hôtel de la Promenade, sis Place-Neuve, paroisse de Saint-Denis, à Châteauroux.
1786-1789.
2 E 538 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Nomination et présentation de maître Philippe Briaune, clerc tonsuré, au bénéfice du Rosaire, fondé en l'église Saint-André de Châteauroux, par le sieur Sébastien Denis, sacristain du chapitre de Notre-Dame de Déols, demeurant dans la ville de Déols, paroisses Saint-Étienne et Saint-Germain ; ledit Sébastien étant collateur et présentateur dudit bénéfice, comme l'aîné de la famille des Denis. — Reconnaissance d'une rente de 6 livres par Nicolas-Jean But, journalier, au profit du sieur Louis Émery, marchand, due sur une maison et jardin en roture situés à Châteauroux, rue des Grandes-Écoles, près la porte Thibault. — Bail de la terre et seigneurie de Coings, sauf diverses réserves, entre autres les étruissures (élaguage) de la garenne du château, consenti pour neuf ans à commencer de la caissaille des terres (premiers labours), par messire François Leblanc, écuyer, seigneur de Coings, au sieur Vincent Darnault, marchand fermier, et ce moyennant, chaque année, 1, 150 livres et divers menus suffrages (redevances le plus souvent en nature, que le métayer ou le fermier paye au propriétaire d'un domaine). — Protestation de Léonard Alely, l'un des huissiers audienciers au bailliage de Châteauroux, contre plusieurs huissiers audit bailliage et un huissier à la « conestablye, » pour l'acte de vente au prix de 350 livres, de son « état et office » par eux extorqué « nocturnement » audit Alely.
1767-1772.
2 E 537 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Procès-verbal dressé au réquisitoire du sieur Pierre Chavenet, bourgeois, l'un des maîtres de la confrérie du Très-Saint-Sacrement, fondée l'an 1362, en l'église Saint-Martial de Châteauroux ; ledit procès-verbal constatant le trouble et empêchement fait à ladite confrérie d'enterrer un de ses membres décédé, par les officiers de la milice bourgeoise, qui prétendaient que le défunt, ayant été officier de ladite milice, devait être enterré par les « sergents de ville. » — Bail de 7 années consenti par messire Antoine Salmon, prêtre-curé de Paisay-le-Sec (Vienne, arrondissement de Montmorillon) et prieur commendataire du prieuré de Saint-Marin, paroisse de Saint-Marcel, des revenus temporels dudit prieuré, sauf les moulins à blé et à drap et le droit de pêche et de chasse, nonobstant la permission accordée au preneur, et ce moyennant la somme de 300 livres par an. — Vente, au prix de 800 livres, de l'office de procureur du Roi en la juridiction des traites foraines de Châteauroux, par maître Athanase-Alexis Crublier, sieur des Bornes, à maître Michel Crublier, sieur de Grandmaison. — Bail de neuf ans consenti aux sieurs Chabenat et Claveau, marchands, par maître Jean Penier de La Rue, père temporel de la communauté des Cordeliers de Châteauroux, de la huitième partie de la dîme des sables, qui faisait autrefois partie du prieuré de Grammont, et ce moyennant 10 livres par an et 6 livres de pot-de-vin pour les besoins de la sacristie.
1746-1766.
Turquie retour
2 E 547 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Reconnaissance faite à demoiselle Anne Pinon par Nicolas Bernier, affranchisseur (châtreur de bestiaux), d'une rente de 30 sous due sur un arpent de vigne en trois morceaux sis au clos des Malraisons, vignoble de Châteauroux. — Ferme pour neuf ans de la dîme novale, dépendant de la cure de Vouillon, faite au prix annuel de 15 livres par messire Gilbert Chaton, curé de ladite paroisse, à François Delétang, fermier de la seigneurie de Vouillon et entreposeur du tabac de la ville d'Issoudun. — Reconnaissance d'une rente de 50 sous et 1 denier de cens, lods et ventes dues par la veuve Marie Guérin à Pierre Grosset, chirurgien, sur trois quartiers de vigne sis au clos des Brouillats, vignoble de Châteauroux. — Vente d'un arpent de vigne en roture, sis au clos Sur-Salle, par Silvain Binault, « voiturier par terre, » à Jean Bonneau, bourrelier ; ladite vente faite à la charge de payer en acquit du vendeur 4 livres 12 sous de rente dont la vigne est grevée.
1760-1763.
2 E 546 Minutes et grosses.
Pièces analysées en 1876 :
Sous-fermage de neuf ans, moyennant 63 livres chaque année, par le fermier de la dîme de Saint-Gildas, appartenant au Roi, à Vincent, meunier du moulin de Salle, de la dîme de vin qui se lève au clos du Couvent, paroisse de Déols. — Reconnaissance d'une rente de 30 sous due par Brunet, vigneron, et Malanchers, son beau-frère, sur une chènevière de trois boisselées, à messire François Soucellier, abbé commendataire de Saint-Paul-lez-Sens et vicaire de la vicairie de Notre-Dame d'Argenton, fondée en l'église Saint-Étienne dudit lieu. — Cession par Jacques Plat, vigneron, à Jean Chera de trois quartiers de vignes en roture, joutant la plante (terrain planté depuis peu en vignes) du sieur Jacques Morin, moyennant le service de la rente annuelle de 3 livres 10 sous, payable à Claude Grenouillon de Déols. — Vente par Pierre Auroux à Joseph Nuret, huissier des tailles en l'Élection de Châteauroux, d'un quart et demi d'une maison en roture moyennant le quart et demi de la rente de 12 livres dont ladite maison est grevée. — Bail d'une année, fait moyennant 90 livres à Lecointe, Chaudry et Gigot, vignerons, par messire Ledoux, curé de Saint-Martin d'Ardentes et vicaire de la vicairie de Sainte-Marthe, fondée en l'église Saint-André de Châteauroux, d'un huitain pris sur la dîme de Lourouer, dont les trois quarts appartiennent à Sa Majesté et l'autre quart audit curé. — Bail de neuf années, fait au prix de 48 livres par an à divers particuliers par messire Antoine Penier, curé de « Saint-Christophle » à Châteauroux, de la dîme verte dépendant de ladite cure. — Acte constatant la perception de la moitié de la dîme de lainage et charnage à raison de « douze toisons, une et douze agneaux, un » qui se lève dans les bergeries de la grande et petite métairie de Fleuranderie, par Blanchard, lieutenant général criminel au bailliage royal de Châteauroux, propriétaire de la moitié de la dîme, l'autre appartenant à Sa Majesté.
1749-1759.
2 E 548 Minutes et une grosse.
Pièces analysées en 1876 :
Bail de neuf ans consenti à Jean Petit, laboureur, par messire François Guillard, prêtre, prieur d'Étréchet, de diverses dîmes de blé, lainage et charnage, moyennant la somme de 35 livres et deux poulets. — Arrentement perpétuel, moyennant la somme de 30 livres chaque année, par Angoumois, maître perruquier de Châteauroux, à Dominique Verdy, garçon perruquier, d'une des six charges de maître perruquier-barbier-baigneur-étuviste, unie au corps des maîtres perruquiers de ladite ville de Châteauroux, suivant l'édit du 23 mars 1673. — Amortissement de la rente ci-dessus, au prix de 600 livres, versées en six payements égaux. — Bail de sept ans consenti, moyennant la somme de 30 livres, à Pierre Japhiet, par René Grillon, avocat en parlement, de tous les droits de ferrage qui appartiennent à ce dernier dans la paroisse de Sacierge. — Ferme de neuf ans, faite à Laurent Lemor, au prix annuel de 12 livres, par Jean Dufour, prêtre-curé de Saint-Christophe à Châteauroux, de la dîme novale du terrain appelé La Garenne de Saint-Gildas, dont ledit Lemor est propriétaire. — Bail de trois ans de la dîme de La Baumerie en la seigneurie de Surins, consenti par J. -B. Vesdy, fermier de ladite seigneurie aux droits du collège de Bourges, à Jacques Crechet, laboureur, moyennant « six septiers de bled froment, six de bled marsèche (orge de mars) et six d'avoine, bon bled de charge pur et net de poussière et d'althon (grain léger du froment à balles adhérentes que l'on sépare avec le balai d'alètes, branches de genêt). ».
1764-1789.
2 E 545 Minutes et grosses.
Pièces analysées en 1876 :
Constitution d'un procureur général et spécial par messire Guillaume de Boisé de Courcenay, prêtre, bachelier en théologie de la faculté de Sorbonne ; et Claude de Boisé de Courcenay, chevalier, officier au régiment de Condé, pour rendre au Roi, au bureau des finances de la généralité de Bourges, « les foy et hommages » qu'ils lui doivent pour raison des terres et seigneuries de Courcenay et La Feuge, « mouvant et relevant en plein fief de Sa Majesté, à cause de ses châteaux et domaines de Châteauroux » (la demeure desdits se trouvant à plus de cinq lieues de la juridiction où la foi et hommage doit être portée). — Bail pour neuf ans des dîmes de blé, vin, lainage, charnage et toutes autres choses décimables dépendant de la cure de Saint-Denis à Châteauroux, par messire Jean Noël Escallier, prêtre-curé de ladite paroisse, moyennant 700 livres argent ; un cent d'avoine ; deux cents de paille, moitié froment, moitié marsèche (orge de mars) et une livre de laine filée, en tresse. — Fermage par Jacques Lafleur, prêtre-curé de la paroisse Saint-André de Châteauroux, de la moitié de la dîme « qui se prend et lève » au village de Menas et environs, paroisse d'Étréchet, ladite dîme appartenant à la communauté des enfants prêtres de ladite paroisse de Saint-André. — Sous-fermage de neuf années, par Vincent Alamargot et autres fermiers des dîmes de Saint-Denis de Châteauroux, appartenant au Roi, fait à Jean Dubreuil et Michel Doré, laboureurs, des dîmes de vin des clos de Champverger et de l'Aubraie, situés dite paroisse de Saint-Denis, moyennant 87 livres, « sans diminution possible pour grêle, gelée, vimaire (tout fléau de force majeure qui frappe l'agriculture), inondation, etc. » — Reconnaissance d'une rente foncière et seigneuriale de 10 livres et 1 denier, due à messire Claude-Jacques Lafleur, prêtre-curé de la paroisse Saint-André de Châteauroux, sur une petite pièce de terre de cinq boisselées ou environ, située au faubourg de la rue Chevrière de ladite ville. — Fermage pour neuf années du péage de Châteauroux appartenant aux domaines, moyennant la somme de 1, 550 livres, au sieur Charles Aubrelicque, demeurant à Paris, fondé de procuration du sieur Rigaud, bourgeois de ladite ville de Paris.
1740-1748.
Rouet retour
2 E 532 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Ferme du dîme appelé Les Tournets, avec 40 boisselées de terre situées près L'Étang-de-La-Gerbe ; ladite ferme faite pour 4 années, au prix annuel de 36 livres et 4 poulets, par Guillaume Godin à Pierre Loiseau, journalier à Nault, paroisse de Saint-Maur. — Reconnaissance d'une rente de 6 livres due par Pierre Ferreau, marchand drapier, aux RR. Dames religieuses de la Congrégation de Notre-Dame, ordre de Saint-Augustin, demeurant paroisse de Saint-Denis ; ladite rente due sur une maison située faubourg de la Porte-Saint-Denis, rue du Pilier, à Châteauroux. — Sous-fermage du dîme des Quatre-Murailles et Fourgabaut, à prendre depuis « ché Mounet, jusques et suivant le chemain de la rüe de Marban, ché René Malbrun ; » ledit sous-fermage fait pour 9 années, au prix annuel de 18 livres, par Jean David, vigneron et sous-fermier du « dixme vert » de Déols, à Claude Lebeau, « tixier » en toile. — Acensement de la ferme du péage de la prévôté de Bitray, qui se perçoit sur les laines, poterie, faïence, verre, fruits, « fazance, » amandes et autres choses, avec un arpent de vigne situé au clos de Coullombier, et deux pièces de terre ; ledit acensement fait pour 9 ans, au prix annuel de 30 livres, par Mathurin et Marie Soullet, fermiers de Bitray, paroisse Saint-Germain-de-Déols, à René Dumoulin et René Audebert, vignerons.
1730-1738.
Briaune retour
2 E 533 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente pour la somme de 110 livres, par Joseph Nuret, huissier des tailles en l'Élection générale de la ville de Châteauroux, d'une rente foncière et censière de 100 sous et 2 poulets. — Déclaration et affirmation par serment de messire François Crublier, vicaire de Saint-Marcel, et de messire Joseph Crublier, bourgeois de Châteauroux, héritiers d'Étienne Crublier, sieur Des Crubliers, leur père, qu'ils n'ont jamais eu et n'ont actuellement en leur possession aucun ancien aveu ni dénombrement de la dîme des Damiers. — Arrentement de 4 journaux de vieilles vignes, situés au clos des Vieilles-Vignes, vignoble de Surins, par les PP. de la Compagnie de Jésus et du collège royal de Sainte-Marie de la ville de Bourges, moyen-nant une rente de 20 sous argent, 4 journées d'homme, évaluées à 5 sous chacune, et 14 deniers de cens, lods et ventes. — Arrentement, au prix de 100 sous de rente, par Jacques Vallé, receveur des octrois de la ville de Déols, à Claude Nouvel, journalier, d'une pièce de vigne située au clos de Rochefort, vignobles de Déols, contenant l'œuvre de 6 hommes de marre (hoyau). — Reconnaissance d'une rente de 100 sous et 4 deniers de cens, due par Meunier, Couni et Crot, tissiers en draps, à MM. les vénérables, prieur, chanoines et chapitre de l'église collégiale de Saint-Jacques de Neuvy-Saint-Sépulcre, sur cinq arpents de vigne situés sur le grand chemin allant de la porte aux Guédons à Ardentes.
1742-1764.
2 E 534 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Rectification des bornes qui séparent les dîmes appartenant à M. Leblanc de Marnaval et celles de la paroisse de Sainte-Colombe, perçues par messire Étienne Alliot, prêtre-chanoine en l'église collégiale et séculière de Saint-Sylvain de Levroux et desservant de ladite paroisse. — Reconnaissances de rentes dues audit Leblanc de Marnaval, comme seigneur de Bouges, sur des terres, des vignes, etc. — Échange du domaine des Amilloux, appartenant au Roi, contre un autre domaine appartenant au sieur Penier de La Rue, sis au village de Clavières, et sur lequel on était obligé de passer les matières approvisionnant les forges de Clavières, ainsi que leurs produits et déchets.
1765.
2 E 535 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Remise pour 9 ans de la charge de greffier de la maîtrise particulière des eaux et forêts faite à maître Ledoux, procureur au bailliage royal de Châteauroux, par Anne Dury, veuve Godin, à cause de la minorité de ses enfants. — Procès-verbal d'une cérémonie observée de toute ancienneté, le mardi de la Pentecôte, en l'honneur de monseigneur le duc de Châteauroux. Ladite cérémonie se passa ainsi, le 22 mai 1777 : En présence et au nom des habitants et propriétaires de la rue « d'Indre, » la veuve la plus nouvellement remariée de ladite rue (comme c'était l'usage), Geneviève Morillonnet, veuve de François Veillat, tondeur (tondeur de draps), et remariée avec Pierre Mabille, tondeur, s'est rendue dans la cour du château, accompagnée d'un grand nombre d'habitants de ladite rue « d'Indre, » ayant un ail vert à leur chapeau, et « accoingnés » chacun d'une femme ayant un ail à la tête. Après avoir chanté une chanson en l'honneur de monseigneur le comte d'Artois, fils de France, frère du Roi, alors duc de Châteauroux (plus tard Charles X), ladite veuve a présenté un pot rempli de fleurs à messire Henri Beugnet, intendant des « maison, domaines et finances » de Monseigneur. Puis, elle cassa le pot de fleurs, et l'assemblée se retira, après avoir apposé sur la minute notariée un certain nombre de signatures.
1766-1777.
2 E 536 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Plan d'un terrain vague ou emplacement dans lequel étaient les greniers de la seigneurie de Déols. — Reconnaissance de plusieurs rentes au profit de l'abbaye de Notre-Dame-des-Pierres, ordre de Cîteaux, filiation de Clairvaux. — Extrait des registres du conseil de monseigneur le comte d'Artois, portant autorisation d'arrenter l'emplacement des anciennes prisons d'Argenton, des bâtiments qui en subsistent et de la cour en dépendant, au profit du sieur Denis Renaud, avec charge de payer à la recette du comté d'Argenton une rente de 72 livres et 1 sou de cens, portant lods et ventes et autres droits seigneuriaux, suivant la coutume. — Arrentement d'un emplacement vain et vague dépendant de l'ancienne Sainte-Chapelle de Bourges et faisant partie de l'apanage du comte d'Artois, fait par messire Étienne Grétré de Champvilliers, écuyer, directeur général des domaines en Berry dudit comte d'Artois, au sieur Joncard, huissier à Bourges, à condition qu'il payera annuellement 1 sou de cens et une redevance de deux boisseaux de froment graine.
1779-1788.
Forget retour
2 E 530 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Reconnaissance d'une rente censière de 3 livres et 5 sous par livre, due aux RR. PP. Cordeliers, de Châteauroux, par les révérendes dames religieuses de la congrégation de Notre-Dame, ordre de Saint-Augustin, demeurant paroisse de Saint-Denis de ladite ville de Châteauroux ; — d'une rente de 100 sous, 6 poulets, 6 fromages, 2 livres de beurre, 2 oies et 2 dindes, due à Pierre Pauperet par Pierre Roux, sur une maison et dépendances, étant en roture, sise aux Bordes, paroisse de Saint-Maur. — Arrentement par messire Claude Turquie, prêtre, docteur en théologie, curé de la paroisse de Saint-Germain de Déols, de 10 arpents et demi de désert de vignes, en roture, dépendant de ladite paroisse, fait à plusieurs vignerons, de l'avis des habitants de ladite paroisse, moyennant 40 livres de rente et à condition de ne faire aucun amas de pierres dans lesdites vignes. — Reconnaissance par dame Bataillet, veuve de Pierre Pinon, sieur de La Boutardière, en son vivant écuyer « chez le Roy ; » ladite reconnaissance faite aux RR. PP. Cordeliers du couvent de l'observance de Saint-François, de Châteauroux, représentés par maître Cousturier, leur père temporel ; de 30 sous de rente et 1 denier de cens dus sur une maison couverte « à tuiles et bardeaux », sise paroisse Saint-Denis. — Marché d'apprentissage passé entre le sieur François Piellet, maître perruquier et greffier de la communauté de « messieurs les perruquiers » de Châteauroux, et messire Étienne Lecointe, chanoine : ledit maître Piellet doit, pendant deux ans, enseigner au neveu dudit chanoine « l'état, l'art et métier de perruquier et toutes autres choses en dépendant, » moyennant quoi l'apprenti doit travailler audit état et métier et faire toutes autres choses « licites et honnestes » à lui commandées par ledit maître Piellet. — Reconnaissances : d'une rente de 30 sous due par Pierre Yvon, marchand drapier, à Pierre Pinault, écuyer, seigneur des Ormeaux, sur une masure et jardin y attenant, étant en roture, sis rue Basse, paroisse de Saint-Denis de Châteauroux et dont ledit Yvon est « seigneur, propriétaire, possesseur et détenteur ; » — d'une rente de 20 livres due par Pierre et Claude Bisson frères, vignerons, à maître André Blanchard, prêtre-communaliste de Saint-André de Châteauroux, sur une maison sise faubourg de Déols, rue Courteaumoine, et sur une vigne et un jardin.
1743-1756.
Moreau retour
2 E 542 Minutes et grosses.
Pièces analysées en 1876 :
Ferme de 9 ans, moyennant 1, 500 livres, des droits de péage, poids du Roi, gassots (baquets pour faciliter le mesurage du grain dans les marchés), foires, plaçage et traites de la ville de Châteauroux, ainsi que du droit de 5 sous par chaque porc tué dans la ville et faubourg ; ladite ferme faite par François Crublier, maire de Châteauroux, et les premier et deuxième échevins, à plusieurs marchands de ladite ville, pour la part et portion qui appartient auxdits maire et échevins. — Ferme de 9 ans, moyennant 46 livres, par les administrateurs de l'Hôtel-Dieu de Châteauroux, des dîmes appartenant audit Hôtel-Dieu et consistant en un quart « du dixme qui se prend et lève » depuis le grand chemin de fond à La Grenouillière jusqu'au Marderon. — Terrier des prieurés de La Chaise, Bouges, de Pin, Gargilesse et Sainte-Cécile, dépendants du chapitre de Saint-Martin de Châteauroux. — Sous-fermage de la dîme de blé de toutes espèces qui « se prend, lève et perçoit » dans les paroisses de Chezelle, Villedieu et environs, fait pour 8 ans à Jeaudaux, marchand, et Venaille, vigneron, demeurant à Châteauroux, par Thomas et François Darnault, frères, fermiers du prieuré de Chezelle, et ce moyennant le prix annuel de 700 livres argent et certaines conditions, entre autres la réserve par lesdits bailleurs des pailles, balles et vautins (ce qui est séparé du blé et de la balle par le vannage) qui proviendront de la dîme affermée, laquelle appartient aux bailleurs, « au nom et comme fermiers de Messieurs du chapitre de Quebecq en Canadat. ».
1740-1763.
2 E 543 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente par plusieurs vignerons à Roux, « tixier » en toile, d'une petite grange en roture, située à Déols, rue Saint-Germain, et ce moyennant la somme de 72 livres payée comptant en « louis d'argent et monnoye ayant de présent cours », et, de plus, 3 livres de rente qui grève ladite grange. — Procuration ad resignandum de l'office de greffier en chef de la Maîtrise royale et particulière des eaux et forêts de Châteauroux, évaluée à 2, 000 livres, — Procuration pour foi et hommage à rendre à monseigneur le comte d'Artois, comme duc de Châteauroux, à cause du fief de Château-Gaillard, appartenant à messire Edme Crublier de Saint-Cyran, avocat au Parlement, demeurant à Châteauroux. — Ferme de 6 ans, par Crublier d'Opterre, seigneur de Montaboulin, à Phelisseau, Dumoulin et Coulon, vignerons, du huitième de la dîme de Crevant, paroisse de Montierchaume, dépendant de la seigneurie de Montaboulin, et ce moyennant la somme de 120 livres, 100 fagots de paille « garnis de 4 au cent, » de 15 livres chacun dont 50 de grosse paille, 25 de marsèche (orge de printemps), et 25 d'avenat (paille d'avoine). — Procès-verbal au sujet de la dîme de la grande et petite Glaine, paroisse de Saint-Maur, disputée entre Claude Peyrot, veneur et chasseur du Roi à la capitainerie de Saint-Germain-en-Laye, et messire Jean Charbonnier, curé de Saint-Maur.
1764-1778.
2 E 544 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Bail de la terre et seigneurie de Brives aux sieurs Charles, Jean et Joseph Tixier par Nicolas de Guerle, bourgeois de Paris, fermier général des domaines et biens du duché de Châteauroux, moyennant le prix annuel de 10, 000 livres, deux douzaines de perdrix rouges et un millier d'écrevisses. — Bail par le même du moulin et de la métairie de Bitray et des terres de Liste, paroisse de Diors, à Jean Goujon, moyennant le prix annuel de 1, 200 livres, un chariot de foin, 100 bottes de paille de seigle, 4 dindes, 4 oies et 4 poulets. — Déclaration de divers immeubles tenus et possédés à titre de cens et rente par la veuve André Ponroy, de messieurs les supérieur, directeur, et prêtres du séminaire de Saint-Sulpice de Paris, seigneurs hauts, moyens et bas justiciers de la châtellenie de Neuvy-Pailloux. — Autres déclarations de biens dépendant de ladite châtellenie. — Reconnaissance d'un droit de ferrage « à raison de 12 gerbes l'une » dû par Catherinot, couvreur, au collège royal de Sainte-Marie de la ville de Bourges, à cause de son fief et seigneurie de Surins, sur 37 chaînées de vignes situées au clos de Villedieu, paroisse de Niherne. — Déclaration par les Ursulines d'Issoudun qu'elles possèdent des terres et domaines dépendant de la châtellenie de Neuvy-Pailloux, appartenant au séminaire Saint-Sulpice de Paris.
1779-1789.
Les Chézeaux retour
Trebilhon (Léonard) retour
2 E 571 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Donation mutuelle entre René Trébilhon, marchand, et Françoise Mongereau, sa femme, de tous les « meubles et aquetz immeubles a heux deux apartenans et quilz ont aquis et pouront aquerir et communs ensemble », afin qu'après le décès de l'un d'eux le survivant puisse en jouir pendant sa vie, sans que les héritiers du prédécédé y puissent rien prétendre ; ladite donation faite en considération « de la grand amour, dillection, privaulte, curiallite et familliaritte quilz ont par sy devant eue, ont encores de presant, espère avoir ensemble au plaizir de Dieu tant quilz vivront ». — Partage entre René Trébilhon, marchand, demeurant au lieu noble de Roddes, paroisse de Mouhet, d'une part, et Louise Bonnet, femme de « feuct » Léonard Charpentier, « quand vivoict » sergent royal, d'autre part, de la moitié des lieux et domaines appartenant à Louise Bonnet et ses enfants à qui ledit Trébilhon l'avait achetée, comme il est porté dans le contrat de « vendission » du 21 mars 1642. — Vente faite au prix de 38 livres tournois par François Canin, laboureur, à maître Jean de Lafont, notaire, du pré de Berchetet, contenant « ung journault et demy de faucheur ou environ, situe es apartenances du village des Rossieres, » de la mouvance de la seigneurie de Mondon. — Contrat de mariage entre Jean Aumasson, d'une part, demeurant en communauté de biens avec Mathurin Aumasson, son père, Toussaint, son frère, et Simonne Castille, sa belle-sœur, et, d'autre part, Françoise Dordet, fille de Mathieu Dordet, laboureur. — Testament de « damoiselle Louise de Mousnon, fame de messire Louis de Salleignact, escuyer, « seigneur de Rochegodon, demeurant parroisse de Chaillac ».
1642-1659.
2 E 572 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Offre de retrait lignager faite par Pierre Sagellat, prêtre curé de La Châtre, à François Chapellet, pour certaine terre « par ledit sieur Chappellet acheptee de Jehan Sagellat, frère dudit sieur cure, appellee icelle terre des Champalles ». — Contrat de mariage entre Léonard Cornichon, laboureur, demeurant au village de La Forge, paroisse d'Esserable, d'une part, et Léonarde Phelippon ; par lequel contrat les père et mère de ladite Léonarde promettent de donner en dot à leur fille la somme de « neuf vingt dix livres tournoiz, un lict garny de couette, couessin, couette de drapt, six lincyeux, douze aulne de couverechet, deux abis neuf, outtre ses auttres abis et meuble quelle a par devers elle pour son ussage, plus un coffre ferman a clef tenant huict boisseaud de ble et se en advancement, en attandant leurs sussession ». — Contrat de mariage entre Jean Pithon, marchand boucher, demeurant au bourg des Chézeaux, d'une part, et Anne Gaillard, d'autre part. — Donation faite par Anne Mazeroux, veuve de feu Pierre Aubruin, demeurant au village du Mazeroux, paroisse de Saint-Georges-les-Landes, à Georges et Jean Aubruin, ses enfants, laboureurs, de tous et chacuns ses biens meubles et immeubles, à la charge par eux de la nourrir et entretenir sa vie durant « insy que a sa condition et qualité appartient. » — Contrat de mariage entre Pierre Brunet, charpentier, demeurant au village des Grands-Moulins, paroisse des Chézeaux, d'une part, et Madeleine Longin, fille de Jean Longin, journalier, demeurant au village des Moulins, même paroisse. — Testament de François Bellot, laboureur, demeurant au village de La Roche, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles ; par lequel testament il veut entre autres clauses, qu'en considération des « bons et agréables servisses et amitye que luy a rendu Marye Bellot, sa seur, reconnoissant dans son ame lavoir trompée et lezee dans le comptras de partage faict de leurs biens duquel il la rellevee et relleve par ces présentes, ladite Marye Bellot partage avecque ses enffans pour la troizieme portion dans tous et chacuns ses biens pastrimonial et mastrimonial, en rendant par ladite Beslot sa seur la somme de cinquante livres tournoiz que ledit lestatteur auroict payée pour la coste part de ladite Bellot sa seur des deptes de ses feux pere et mere et en sattisfaissant icelle somme a ses enfants, veux que tous comptras de partage, renonciation demeure neul casse et ennulle ».
1660-1669.
2 E 573 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Inventaire des meubles de Mathurin Relliet : « cinquante-trois livres de chanvre appressent appresyes a la somme de 7 livres 10 solz ; plus deux escuelles destain, 20 solz ; plus un coffre de « bois de serizier ferman a clet, tenant quinze boisseaud de ble ; plus un trant (sorte d'outil analogue au pic, ou peut-être au trident a branches recourbées) ; une bessoche (sorte de pic) ; une couette baree (cette qualification s'applique à tout ce qui est bigarré ou tacheté) ; une selle de bois ; trois livres de layne, 45 selz, etc. » — Approbation de la cession d'une obligation montant à la somme de 672 livres faite par André Pignet, prêtre, prieur de Baulieu, y demeurant, à François Rocher, sieur des Cossant, demeurant au bourg de Lignat ; ladite approbation donnée par messire Joseph Pigné, seigneur de Nouzt et de Lacoste, conseiller du Roi et président en l'Élection de Limoges, demeurant en son château noble de Lacoste, paroisse de Mazières, ressort de la Basse-Marche. — Testament de René de Marteville, marchand, demeurant au bourg des Chézeaux, par lequel il donne et lègue, à l'exclusion de tous ses parents, à Jean Silvain, marchand, demeurant audit bourg, tous ses biens meubles et immeubles quels qu'ils soient, et ce en considération des bons offices, services et « amyties que luy a rendus cy devant ledit Sillevin, nourittures et bons traittement faietz dans son inffirmite, ayant este abandonne et deslaisse de tous ses parens» ; à la charge par ledit Silvain de lui faire faire quatre services, l'un le jour de son enterrement, « la huictaine enpres, quarantaine et bouct de lan et de payer tous les droictz funerault et destes. » — Inventaire des meubles laissés par feu Pithon, « quand vivoit sergent, » fait à la requête de Marguerite Chambon, veuve dudit Pithon, par Léonard Trébilhon, notaire, assisté de deux « appréciateurs, qui ont jure et affirmez en leur ame et consiance quil procéderont a linvantaire desdits meubles fidellement. » Ladite veuve, de son côté, « a jure et affirme de faire voir et respresenter tous lesdits meubles tant dudit feux Pithon son mary que delle. » Entre autres objets, on y voit : « un lict garny de couette et couessin, couverthure de drapt, six rideaud de toille avecque un meschant challit appresyes a la somme de 10 livres ; deux banselles (petits bancs mobiles), dix piesses de vezelle destain, scavoir quatre plas et six assiettes, une counye (cognée) ; un meschant challit de couchette, 20 sols ; trois lincieux (draps de lit) de toille de chanvre et meslange, de chacun quatre aune, » etc. — Sommation par le prieur de Beaulieu au fermier du domaine de La Crous, pour lui faire acquitter les devoirs dus par ladite métairie. — Ferme par André Pinet, prieur de Beaulieu, à M. Guespart de Millot, du revenu du prieuré de Saint-Nicolas de Beaulieu ; ladite ferme consentie moyennant le prix de 1, 500 livres par an.
1670-1672.
Trebilhon (Claude) retour
2 E 574 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Lettres de provision, par lesquelles Philippe, sénéchal du vicomte de Brosse, sur le bon rapport qui lui a été fait « de ses sens, suffisance, loyauté, prud'hommie, capacité et expérience au fait de pratique et religion catholique, apostolique et romaine, a mis et institué Claude Trébilhon de par monseigneur de cette cour, en la possession et jouissance de notaire du vicomte de Brosse. » Le titulaire doit apposer sur ses lettres de provision son seing, écriture et paraphe dont il entend se servir en l'exercice dudit office, qu'il ne pourra changer et auquel on aura recours quand besoin sera. » — Enquête faite pour justifier que Claude Trébilhon « est de la religion catholique, apostolique et romaine, est de bonne vie et mœurs et qu'il n'y a rien à dire sur sa conduite ; » ladite enquête faite à la requête du procureur de la cour, par Philippe Genin, sieur de La Brosse, sénéchal et juge ordinaire de la vicomté de Brosse et des châtellenies y annexées. — Acte par lequel Françoise Bouttin, veuve de feu Jean Depicque, décédé au lieu de la Maison-Rouge, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles, est nommée tutrice de son fils mineur, et renonce en conséquence à la communauté de biens qu'elle pourrait avoir contractée avec feu son mari ; et nomination d'un curateur audit mineur, pour procéder à l'inventaire des meubles et effets de ladite communauté. — Ferme par Pierre de Lafont, fermier des terres et seigneuries de La Salle de Jansais et La Vault Pot, demeurant au bourg et paroisse des Chézeaux, à Julien Ricard, meunier, demeurant au « Moullin bannal » du Refour, susdite paroisse, pour le terme de huit années, « des deux moullins à bleds appelés du Refour avec la maison et escuries, le tout sous un mesme fais et les jardins qui sonts par le devant » ; ladite ferme faite pour le prix et somme de 220 livres tournois par an, payable de quartier en quartier et en outre à la charge par le preneur de donner chaque année « deux chappons et un gasteau de fleur de farine de froment bien et duement assaisonnée, de la valleur de vingt sols, » et la somme de 15 livres tournois et un boisseau de farine de froment au premier avril prochain une fois payés, « pour les espingle et pot de vin. » — Reconnaissance de cheptel par André Aumasson, journalier, demeurant au village de La Reux, paroisse de Saint-Georges-les-Landes, à Françoise Aumerle, demeurant au bourg et paroisse de Cromac ; ledit cheptel composé de « unze chepf (têtes) de berbis qui demeureront chef pour chef, lesquelles berbis ledit Aumasson a promis bien et duement nourrir, esberger a ces propres couts et despans et du tout en rendre bon et fidelle compte tant du principal dudit cheptel que de la moitié du croist et profit qui en proviendra ». — Ferme par Pierre Delafont, fermier de la seigneurie de La Vault Pot et La Salle de Jarsaix, demeurant au bourg des Chézeaux, à René Aubrun, journalier, demeurant au village de La Forest Brune, même paroisse, « de la tuillerie des Gorces de Puischafret, a luy appartenant en la paroisse de Saint-Georges-les-Landes, tout ainsi quelle consiste et comporte, ainsi quen a jouy cy devant Claude Bernard, tuillier, avec lusage du bois nécessaire pour faire cuire chasque fournée de ladite tuillerie, que ledit Aubrun prendra dans les bois appartenans au bailleur, lequel bois sera marqué par ledit Delafont ou par gens de sa part, nom compris en cest presantes tous les herbages, chasteignes, glan et fuine (faînes) que ledit Aubrun preneur ne pourra amasser ny faire amasser dans lesdits bois, ny pascager aucunes bestes dans cesdits bois sans le pouvoir et consantement dudit bailleur » ; la présente ferme faite pour 6 ans moyennant le prix et somme de 150 livres et 3 milliers de tuiles. — « Desport » de la plainte portée par Jeanne Coyat, veuve de feu André Courtioux, demeurant au village de La Sallesse, paroisse d'Arnac, contre Pierre Nicaut, maréchal, demeurant au même village, « pour l'avoir battüe et maltraittée le jour de hier 9 avril 1722, duquel maltraittement elle le tient quitte tant du passé, presant et advenir comme si il nestoit advenu, ensemble de tous frais de justice et de pensement de chirurgien. » — Cession faite moyennant la somme de 10 livres, par ladite Jeanne Coyat à Joseph de L'Escluse, marchand, demeurant au lieu de La Bastide, paroisse de Maillac, « de tous et chescuns ses droits pour raison dudit maltraittement. ».
1714-1725.
2 E 575 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Transaction entre André Nicault, journalier, et Marie Nicault, sa sœur, « pour esvitter tous procès et entretenir amitties entre eux » ; par laquelle transaction ladite Marie Nicault reconnaît devoir à son frère la somme de 40 livres tournois dont celui-ci la tient quitte, et de plus, il promet de ne pas la troubler dans la possession du bien de la Bastide-Cormarin, dont elle a droit de jouir pendant son vivant. — Cession par Sylvain Valleaux, maçon, à Jean Penchaud, sieur de La Fayolle, « maistre de poste du bourg des Grands Chézeaux, de tous uns chascuns ces droits et prestantions qu'il luy appartienne pour une moitié pour la reddition de compte quil pouvoit avoir a prestandre contre feu Sulpice Coyat, son tutteur, suivant et conformément a l'inventaire en date du 2 décembre 1694 » ; ladite cession faite moyennant le prix de 80 livres tournois, plus la somme de 19 livres pour espingle et supplément de ladite cession. » — Autre cession faite moyennant 150 livres par ledit Sylvain Valleaux à André Fradet, laboureur, « de la moitié de ses drois a lui apartenans, restant de la rediction de conte quil a a prestandre, et a lui appartenant, contre les héritiers de feux Anthoine Coyat et Sulpice Coiat, fraire dudit Antoine et communs en biens ; icellui feu Sulpice, son tuteur, tout insi que ladite moitié a lui restante lui est excheü, suivant quil est porte par l'invantaire de ses meubles et effés. » — Donation entre vifs par Catherine Masgrimaud « journalliere, » demeurant au village du Masgrimaud, paroisse de Maillac, à Mathurin Bardet, son beau-frère, de « tous uns chascuns ces biens meubles, immeubles et acques a elle appartenantes par les successions de feu André Dumasgrimaud et Jeanne Sibot, ces pere et mere, scis et scitués dans le village du Masgrimaud » ; ladite donation faite en considération des bons et agréables services rendus à ladite Catherine par ledit Bardet, « attendu son infirmité, » et à la charge par le donataire de nourir entretenir et loger sa vie durant ladite Catherine dans sa maison et « communauté ». — Quittance réciproque de André Robin, journalier, et André Fradet, aussi journalier, par laquelle ledit Robin tient quitte ledit Fradet « des information et provision prise pour raison de mauvais traitements » infligés à la femme de Robin par celle de Fradet, et par contre Fradet tient Robin quitte de la somme de 16 livres pour la ferme d'une maison et autres domaines affermés pour trois années. — Reconnaissance de rente seconde de la somme de 10 livres 11 sous, par Pierre Godard et René Vallaud, son beau-frère, demeurant ensemble au village de Jeu, paroisse d'Azerables, à Jean et Pierre Niot, frères, laboureurs, demeurant ensemble au village de Rebrac, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles ; ladite rente seconde foncière et amortissable due par chacun bon an à « chacun jour du quinze janvier. » — Compte de tutelle entre André Quemant, maçon, demeurant au village de La Sallesse, paroisse d'Arnac, et Jean Faisant, paveur, demeurant au lieu de la Grange-Vieille, paroisse de Maillac. — « Engagement » et cession, par Catherine Maillochon, veuve de feu Jean Aubrun, demeurant au village de Jagon, paroisse de Saint-Georges-les-Landes, à Silvain Raffignon, sabotier, demeurant audit village, de la possession et jouissance de la moitié d'une maison appartenant audit feu son mari, appelée la Grande Maison, de Jean Aubrun, « couverte a thuille avec son courtillage (terrains entourant l'habitation et affectés au jardin, à la chènevière, etc.) devant et derrière ou il y a une chambre basse, une chambre haute et grenier au-dessus… plus un morceau de jardin derrière ; » ladite cession faite pour que ledit Maillochon demeurât quitte envers ledit Raffignon de la somme de 60 livres en principal, montant d'une obligation.
1726-1727.
2 E 576 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Sommation par messire Jean Martin, écuyer, seigneur de La Goutte-Bernard, au greffier de Brosses, de lui délivrer une expédition d'un prétendu défaut rendu contre lui, dont il est fait mention dans une sentence du sénéchal de Brosses, portant condamnation dudit messire Jean Martin à payer au sieur Pierre Bichier une somme de 108 livres et 4 « souls de pipe », montant d'une obligation consentie par dame Gabrielle de Saint-Aignan de La Gastine, dont ledit messire Jean Martin était héritier pour partie ; ladite sentence rendue par surprise ainsi que le défaut, et de plus la sommation faite audit greffier de Brosses, sans que celui-ci ait voulu se présenter pour y répondre ; mais « sa femme a paru a sa fenestre, » ledit Jean Martin « estant a la porte, laquelle luy a dit que son mary ny etoit pas et quil estoit a la campaigne, ce que ledit Martin a pris pour refus, attendu que ledit greffier a esté sommé il y a environ une heure en parlant a sa personne dans une des rues de Saint-Benoist-du-Sault ». — Acte par lequel les principaux habitants de la paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles déclarent unanimement « dune commune et même voix » qu'ils veulent et entendent que les collecteurs de ladite paroisse « taxent et cottizent dans les rolle quils seront dans l'obligation de faire pour la prochaine année 1729, les biens des particuliers quy sont comme vaguant et habandonnes estant dans lestandue de ladite paroisse ou ceux quy en jouissent en qualitté de biens jouissant ou exploittans, le tout suivant leurs estat et portée ». — Sommation faite par Jacques Aumasson, et Hugues Conillaud, collecteurs de la paroisse des Chézeaux pour l'année 1729, à Jean Duhail, leur consort, de se joindre à eux pour « esgaller les tailles imposees sur ladite paroisse, attendu les ordres quils ont receus pour ledit esgallement, dont a faulte dy procéder ils encourreroient de gros frais et esvennemens, le temps pressant pour ledit esgallement. » — Acte d'assemblée de la paroisse de Maillac pour nommer les collecteurs de l'année 1729. — Reconnaissance, par Jean Penchaud, maître de la poste du bourg et paroisse des Chézeaux, et Madeleine Roque, sa femme, de la somme de six livres, due par eux à perpétuité pour l'entretien de la lampe de l'église de Saint-Pierre-des-Chézeaux, d'une part, et la valeur d'une messe de Requiem par chaque semaine pour deux legs faits par leurs ancêtres. Lesdits Penchaud et sa femme ont promis payer les 6 livres et la valeur d'une messe de Requiem à messire Léonard Nicault, prêtre-curé de la paroisse des Chézeaux, et à ses successeurs. — Nomination d'un collecteur de la paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles pour l'année 1730, en la personne de René Dupuis, pour remplacer Jean de Mazous, lequel « est absent du pays et dailleurs est devenu insolvable de passer en charge de collecte attendu son grand nombre de famille et pauvreté qui sont réduit a la veille daller demander laumosne. » — Acte de nomination de syndic de la paroisse de Maillac en la personne de Jean Bonnot.
1728-1729.
2 E 577 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Sommation par messire Jean Martin, écuyer, seigneur de La Goutte-Bernard, au greffier de Brosses, de lui délivrer une expédition d'un prétendu défaut rendu contre lui, dont il est fait mention dans une sentence du sénéchal de Brosses, portant condamnation dudit messire Jean Martin à payer au sieur Pierre Bichier une somme de 108 livres et 4 « souls de pipe », montant d'une obligation consentie par dame Gabrielle de Saint-Aignan de La Gastine, dont ledit messire Jean Martin était héritier pour partie ; ladite sentence rendue par surprise ainsi que le défaut, et de plus la sommation faite audit greffier de Brosses, sans que celui-ci ait voulu se présenter pour y répondre ; mais « sa femme a paru a sa fenestre, » ledit Jean Martin « estant a la porte, laquelle luy a dit que son mary ny etoit pas et quil estoit a la campaigne, ce que ledit Martin a pris pour refus, attendu que ledit greffier a esté sommé il y a environ une heure en parlant a sa personne dans une des rues de Saint-Benoist-du-Sault ». — Acte par lequel les principaux habitants de la paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles déclarent unanimement « dune commune et même voix » qu'ils veulent et entendent que les collecteurs de ladite paroisse « taxent et cottizent dans les rolle quils seront dans l'obligation de faire pour la prochaine année 1729, les biens des particuliers quy sont comme vaguant et habandonnes estant dans lestandue de ladite paroisse ou ceux quy en jouissent en qualitté de biens jouissant ou exploittans, le tout suivant leurs estat et portée ». — Sommation faite par Jacques Aumasson, et Hugues Conillaud, collecteurs de la paroisse des Chézeaux pour l'année 1729, à Jean Duhail, leur consort, de se joindre à eux pour « esgaller les tailles imposees sur ladite paroisse, attendu les ordres quils ont receus pour ledit esgallement, dont a faulte dy procéder ils encourreroient de gros frais et esvennemens, le temps pressant pour ledit esgallement. » — Acte d'assemblée de la paroisse de Maillac pour nommer les collecteurs de l'année 1729. — Reconnaissance, par Jean Penchaud, maître de la poste du bourg et paroisse des Chézeaux, et Madeleine Roque, sa femme, de la somme de six livres, due par eux à perpétuité pour l'entretien de la lampe de l'église de Saint-Pierre-des-Chézeaux, d'une part, et la valeur d'une messe de Requiem par chaque semaine pour deux legs faits par leurs ancêtres. Lesdits Penchaud et sa femme ont promis payer les 6 livres et la valeur d'une messe de Requiem à messire Léonard Nicault, prêtre-curé de la paroisse des Chézeaux, et à ses successeurs. — Nomination d'un collecteur de la paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles pour l'année 1730, en la personne de René Dupuis, pour remplacer Jean de Mazous, lequel « est absent du pays et dailleurs est devenu insolvable de passer en charge de collecte attendu son grand nombre de famille et pauvreté qui sont réduit a la veille daller demander laumosne. » — Acte de nomination de syndic de la paroisse de Maillac en la personne de Jean Bonnot.
1730-1731.
2 E 578 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Convention de communauté entre Jean et André Aumaître frères et leurs femmes, demeurant tous au village de Cheuget, paroisse de Saint-Sulpice-Ies-Feuilles. — Nomination des collecteurs de tailles du bourg des Chézeaux, en la personne de Claude Bernard, tuilier, Silvain Philipon, maçon, et Jean Chevallier, aussi maçon, pour l'année suivante. — Autre nomination de collecteurs pour la paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles. — « Confection du tableau ou collonne des habitans de la paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles, pour servir à la nomination des collecteurs pour les années 1736- 1739 ; » remplacement de deux collecteurs dans ladite paroisse pour l'année 1736, dont l'un est « destenu malade en danger de mourir ou estre estropié dans loppittal de Rambouillet » et l'autre a perdu sa femme « du despuis quil a esté nommé collecteur » et est chargé de « trois enfants en très bas aage. » — Acte fait à la requête de messire Bruneau Butaud, prêtre-curé des Chézeaux, contre les habitants de la paroisse, à cause du refus de ceux-ci de lui donner les clefs de l'église pour y faire les fonctions curiales, et par ce qu'ils ne veulent pas le reconnaître pour leur curé. — Inventaire des meubles appartenant à la dame Martin, fait « dans la crainte des esvenements fascheux dans la suitte » avec son gendre et sa fille ; les deux « appresciatteur sont jurés et affirmés appresciers lesdits meubles en leurs honneurs et conscience : » 10 livres de chanvre de brin estimées 4 livres 10 sous ; 25 livres de gros (la deuxième qualité du chanvre peigné, toile de grous ou de gros) estimées 6 livres 5 sous ; 18 livres de fil de gros estimées 8 livres ; 7 draps de toile de gros ; une nappe de toile de brin ; un trois pieds de fer (cercle en fer soutenu par trois pieds et destiné à supporter une grande chaudière, les petites chaudières se suspendent à la crémaillère), une brie à bréyer (broyer) le chanvre, demi usée estimée 12 sous, etc. Le tout montant à la somme de 52 livres 6 sous.
1732-1735.
2 E 579 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Convention de société entre Marie Coyat, veuve de Léonard Demaillasson, et Silvain Demaillasson, son fils, demeurant ensemble et non communs (se dit de celui qui est de communauté avec un autre, soit au jeu, soit dans une entreprise industrielle, soit dans un travail) au village de Peuchand, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles ; par laquelle convention ledit Silvain, marié depuis deux ans, a mené sa femme pour demeurer avec ladite Coyat et pour la « supporter dans son vieil ages de caducittés a la pouvoir faire subsisters », et non pour y faire aucune communauté. Ledit Silvain non plus n'a rien apporté de ses gains et travaux journaliers, ni de sa femme que simplement pour nourrir et « sustenter » sa mère. — Rétrocession, faite moyennant la somme de 16 livres, de la terre appelée de La Chassan contenant quatre boisselées ou environ, par Benoîst Mathieu, journalier, demeurant au village de La Roche, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles, à Jean et Claude Taillebour, frères, demeurant séparément au village de Virnubois, susdite paroisse et à Claude Redaut, du village de La Mardelle, même paroisse. — Séparation de communauté d'entre Jean Philippon et ses frères et leurs femmes, demeurant tous ensemble à la métairie de La Porte de Puislaurans, paroisse de Saint-Georges-les-Landes. — Ratification par Léonard Dupuis, journalier, veuf de feu Léonarde de Puisferrat, demeurant au village de Virvallois, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles, du partage fait entre ses enfants après le décès de leur mère, de tous les « biens fons, meubles mors et vifs, despandant tant de ses propres acques dentre luy el sa dite feue femme et sesdits enfans et leurs femmes » ; et déclaration par ledit Léonard, des meubles à lui laissés par ses enfants pour s'en servir jusqu'à son décès. — Vente par Étienne Pinardon, journalier, demeurant au village de Labouce, paroisse de La Châtre au Vicomte, à Étienne Bondenis, laboureur, son beau-père et « son communs » (se dit de celui qui est de communauté avec un autre, soit au jeu, soit dans une entreprise industrielle, soit dans un travail), demeurant audit village, susdite paroisse, de sa part et portion de communauté pour un tiers en meubles avec ledit Bondenis ; ladite vente faite moyennant le prix et somme de 33 livres. — Procès-verbal de visite des réparations à faire dans les bâtiments acquis par Claude et Jean Dubrac, frères, de Jacques Masgrimaud, journalier ; ledit procès-verbal fait à la requête desdits Claude et Jean Dubrac et du consentement dudit Masgrimaud. — « Acte portant exclusion de communauté d'entre Léonard Dupuis et Silvain Dupuis et Anne Demaillasson, sa femme. ».
1736-1737.
2 E 580 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Renonciation par Marie Renard, femme de Benoît Mathieu, « simple manouvrier, » demeurant au village de La Roche, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles, à la succession de Marie Valleaux, sa fille, issue de son premier mariage avec feu Léonard Valleaux. — Marché conclu entre Joseph Bidallon, « maître charpentier de moulin, » et Denis Fraddet, « valet et domestique » dudit Bidallon, demeurant ensemble au moulin banal du Refour, paroisse des Chézeaux, par lequel Bidallon promet d'apprendre à Fraddet, pendant l'espace de trois années d'apprentissage, son métier de « charpentier de moulin » et pendant ce temps de le nourrir, coucher et blanchir moyennant la somme de 30 livres ; au cas où Fraddet quitterait avant le temps convenu, il s'oblige à payer à Bidallon la somme de 60 livres à prendre sur une rente qui lui est due par René Chanteclerc, marchand, demeurant au village de Chéridon, paroisse des Chézeaux. — Ferme du moulin du Refour, situé au bourg des Chézeaux, consentie par Joseph Bidallon à Mathurin Michaud, meunier, demeurant audit moulin, pour le temps qui lui reste de son bail, moyennant trois boisseaux de seigle, payables chaque semaine le mercredi, et de plus la somme de « six vingt livres » 15 sous provenant de deux chevaux qui servaient à « lusage des subjets dudit moulin, de poil lun noir et lautre gris et la quantité de foin que ledit bailleur a donné audit preneur en entrant dans ledit moulin et autres arnois, soient marteaux, masses, for et excepté la pinsse qui restera audit bailleur ». — Bail à ferme du moulin de Piégu, par madame Françoise de Chamborant, veuve de messire Louis Pot, écuyer, seigneur de Piégu et autres lieux, demeurant en son château de Piégu, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles, à Pierre Pichon, manœuvre, demeurant au village de Sallesse, enclave de laVillaubrun, en Poitou, paroisse d'Arnac ; ledit bail fait, entre autres clauses, à la charge de payer toutes tailles, impositions et « nattures de deniers royaux a imposera sur ledit moulin » et de donner à ladite dame bailleresse, pour tous menus suffrages (redevances accessoires, le plus souvent en nature, que le métayer ou le fermier paye au propriétaire d'un domaine), la quantité de « huit poullets et huit chappons, un pain de sucre de la pesanteur de trois livres et un gasteau de la fleur dun boisseau de fromant bien beurré et garny de fromage, ou bien au choix de ladite dame bailleresse, la somme de trois livres », le tout pendant l'espace de chaque année. Et en outre pendant la première année seulement, la quantité de 27 setiers de « bled seigle » de huit boisseaux chacun et enfin la somme une fois payée de 18 livres pour les « espengle et supplément dicelle ». — Testament de François Desnoyer, « simple manouvrier, » demeurant au village du Noyer, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles, par lequel il donne et lègue à sa femme Léonarde « à la Jeanne, tous uns chascuns ces meubles, acques, conques, et le tyer de ces propres par prescipput et avantage a tous ces enfans et héritiers, et ce pour lamittié quil porte a la Jeanne sa femme, bons agréable service quil a reçu delle et espère recevoir a ladvenir. » — Désistement de procédure par Honoré Dupuis, marchand, demeurant au village de Chanteloub, paroisse d'Azerable, contre Silvain et Étienne Pasquier, frères, laboureurs et tuiliers, demeurant au village de Mondion, susdite paroisse. — Abandon en libre possession et jouissance de biens par Jean Biernois et Sulpice Auchastrain, à Léonarde Dunay, veuve « en dernières noces » de feu Denis Biernois, père et oncle desdits Jean et Sulpice. — Procès-verbal de visite de bâtiments à réparer, fait à la requête de Jean Monat et Léonarde Valleau, sa femme. — Testament de Benoîte Aumasson, veuve de feu Georges Conillaud, demeurant au bourg des Chézeaux ; ledit testament portant pension viagère de 115 livres pour aliments, consenti à Louis Aumasson, son frère, pour avoir recueilli ladite Benoîte en sa demeure lorsque le fils de feu son mari la chassa de chez lui. — Inventaire des objets mobiliers laissés par feu Pierre Dulatlier et « desfunte » Anne Alabedouche : une ballasse (sac rempli de balle d'avoine pour les lits d'enfants) ; une javelle de filasse ; deux bœufs « arrables » (bons pour le labour) ; un torin (jeune taureau) prêt à lier, etc.
1738-1739.
Luçay-le-Mâle retour
Guima (Antoine) retour
2 E 592 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente d'un clos de vigne enfermé de haies vives, contenant un arpent ou environ, par Silvain et René Pothier, laboureurs, et Jehan Pothier, leur neveu, « homme de braz, » demeurant tous trois au village d'Aubigny, à « honneste personne Martin Collasson, maistre opérateur, » demeurant au bourg de Poullaynes. Ladite vente est faite moyennant dix-sept « escuz sol pour le sort princippal et quartz descu et trente solz tournois pour le vin de marche. » L'acheteur sera chargé du cens que ledit clos « peult debvoir envers messieurs les venerables du Chezal Benoist a cause de leur prieure de Chambon et dung boissau de ble froment, mesure de Gracay et cinq solz tournois de rente deue aux Launaiz de la parroisse de Vic, sans aultres charges quelzconques, franc et quitte de tout le temps passe jusques a huy. » Le présent acte, signé Claude Gillot, notaire, est passé au nom du « garde du scel estably aux contractz de la baronnye de Gracay, pour messieurs les venerables thesaurier, chanoines et chappitre de la saincte chappelle du palais royal de Bourges, seigneurs barons dudit Graçay. — Acte par lequel Gillet Devineau, laboureur, « a reconnu et confesse avoir et tenir en son hostel, pocession, charge et garde a tiltre de cheptel, moitié croist et decroist, » perte et profit suivant la coustume et reigle de ce pays, « de honneste personne Claude Sicault le jeune, marchand ; cest assavoir deux chevaux a lestimation de cent quatre vingt deux livres ; plus deux bœufs a lestimation de cent trente cinq livres ; plus quatre autres bœufs a lestimation de cent vingt livres : plus sept chefs (têtes) de vaches estimée ensemble soixante et neuf livres ; plus vingt trois chefs de berbis a lestimation de quarente livres ; plus une chevre et un bouc estimez quatre livres, tous les susdits bestiaux revenant ensemble a la somme de cinq cent cinquante livres. » — Obligation de « prudent homme Fredericq Joannean, marchand, fermier du priore de Saint-Denis les Lucé, » qui reconnaît devoir a monsieur le prieur de l'abbaye de Barzelle et payable à sa volonté la somme de 56 livres, « pour valheur de quatre septiers de bled froment de rente anuelle et perpétuelle deüe par le sieur prieur de Saint-Denis les Luce. » — Obligation de 97 livres 6 sols dus pour argent et blé prêtés, consentie à « damoiselle Louise de Guenant et Charles de Guenant, escuyer, son frère, » par Claude Trotignon, laboureur, qui promet « payer a la volonté et premiere requeste » des prêteurs. — Plusieurs autres obligations. — Cheptel composé de « unze chefs de berbis au cheptel et estimation de cinquente solz pièce ; plus treize moutons au cheptel et estimation de la somme de cinquante deux livres huit solz et une bouricque avecq sa suitte aussi au cheptel et estimation de la somme de dix livres, revenant toutes les sommes cy dessus a la somme de quatre vingt neuf livres dix huit solz. » — Enquête faite par Jean Loisiel Auldez, procureur du comté de Luçay-le-Mâle, « expediant au lieu et place de monseigneur le bailly de ce comté. » Ladite enquête faite pour séparer de biens Marie Menar, femme « dhonorable homme » Jacques Tixier, marchand, fermier de la terre et seigneurie de l'Allemandière. Dix témoins comparaissent, entre autres : maître Michel Deffeux, prêtre, curé de Luçay-le-Mâle, âgé de 58 ans ou environ ; maître Jean Jeannin, prêtre, vicaire de ladite paroisse, âgé de 35 ans environ, demeurant au bourg de Luçay ; Marguerite Caillette cabaretière, etc. Les dépositions de ces témoins s'accordent à constater que Jacques Tixier, constamment livré à l'ivrognerie, se laissait aller à des actes excentriques et insensés, quelquefois même dangereux ; par exemple un jour « après avoir bu il entra tout a cheval dans la cuisine » d'un cabaretier à Selles. Une autre fois, on le vit « vendre du bled a luy apartenant a beaucoup meilleur marche quil ne valoit au marche sans que cependant il y eut necessite. » Plusieurs fois on le trouva la nuit dans les rues de Valençay jouant du tambour de basque et chantant à haute voix. Enfin, un jour il mit sa femme hors de chez lui, la coucha en joue, avec des pistolets, en la menaçant et lui disant qu'il ne voulait plus jamais la voir.
1594-1715.
Mailhac retour
Aloncle (Mathurin) retour
2 E 593 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vidimus d'un acte de 1503 par lequel Marc du Chastillon, écuyer, seigneur de Lascoux (paroisse de Saint-Léger-Bridereix), âgé de 60 ans ou environ, « connois et confesse et advoue tenir en hommage franc et lige » de Madame la douairière de Savoie, dame de la « vicomté, terre et seigneurie de Bridiers : » 1° Le lieu noble de Lascoux, à présent détruit, avec ses cours et clôtures ; une métairie à deux paires de bœufs, garnie de jardins, une garenne, deux étangs, une pêcherie, sur quoi il lui est dû chaque année huit gelines, un bian (corvée) une vinade entière, etc. ; 2° le lieu noble de la maison Brand et dépendances sur quoi il lui est dû « quatre septiers, un boisseau et une coupe seigle ; » sept quartes et un tiers de quarte avoine. Desquelles choses susdites il doit une partie au prieuré de Saint-Léger-de-Bridereix, à celui de Tercillat et à la seigneurie de Saint-Germain. Tout compensé, il revient par an audit seigneur Marc Du Chastillon 35 à 40 livres tournois ou environ. — Copie non signée d'une déclaration faite par les tenanciers de la tenue de Chez-Daudin à Jehan Pot, seigneur de Reddon et de la Salle-de-Jauroys, faisant mention qu'il lui est dû chaque année « a la feste de my-aoust » cinq boisseaux froment mesure de Terre-aux-Feuilles. — « Eschange perpétuel » entre Léonard Briard, laboureur, demeurant au village des Regnardières, paroisse de Maillac, et Jehan Aloncle, maçon, demeurant au bourg de Maillac. Le premier cède huit boisselées de terre ou environ et un jardin ; le second neuf boisselées de terre ou environ, le tout « estant de la feudalité » du seigneur de Mondon. — Sommation faite par Jean Mireau dit Grissy et par Françoys Borye, procureur de K. Félix Champine, commissaires, députés par le Roi touchant la saisie des fruits, revenus et autres biens communs d'église ; ladite sommation faite à messire Mathurin Mallegon, prêtre, vicaire de la paroisse de « Saint-Legier-Brodeyreye, » de déclarer s'il n'y a aucuns fruits et autres biens communs appartenant audit prêtre et à ladite cure de Saint-Légier. Ledit Mallegon a donné déclaration qu'il n'y avait rien de tel à Saint-Légier, ce dont les commissaires ont pris acte. — Quittance de 20 sols faite par Valleau à maître Mathurin Aloncle. — Accords faits entre frère Jean de Montbel, religieux de l'abbaye des bourgs de Dieu et prieur des prieurés de Mouhet et Maillac, demeurant en ladite abbaye, d'une part ; et messire Mathurin Alaniepce, prêtre, demeurant au village de La Salle, paroisse des Chézaulx, d'autre part ; par lesquels accords ledit Alaniepce sera tenu dès à présent de faire le service divin au bourg de Mouhet, pendant trois années consécutives à commencer de ce jour, et ledit de Montbel devra payer chacune des trois années, au terme de Notre-Dame d'août, audit Alaniepce douze septiers de seigle de huit boisseaux chacun (mesure « Terre-aux-Feulles», chaque septier contenant huit boisseaux), et trois « escuz sol. ».
1503-1600.
2 E 594 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente faite par André Dumasgrimauld, demeurant au village Dumasgrimauld, paroisse de Maillac, à « sire Benoyst Bastide, » marchand, demeurant en la ville de Saint-Benoît-du-Sault, de deux boisselées de terre ou environ appelées « de derrier les Fousses, avec leur entrées et yssues, » moyennant le prix et somme de 30 sols tournois payés comptant. — « Afferme et accense » faite pour une année par Thomas Dumasgrimauld, « masson, » à Antoine Demasgrimauld, de dix boisselées de terre, moyennant quatre boisseaux de seigle « mesure Terre aux feulhes ». — Échange entre Léonard Perrigot, sergent du vicomte de Brosse, d'une part, et Pierre Perrigot, son frère, d'autre part, tous deux demeurant paroisse de Saint-Georges ; par lequel échange Pierre a cédé à Léonard « ung pasturault appele le pasturault des vergnes, avec deux sesterées de terre ou environ consistans en boys et pasturault ; et en contreschange ledit Léonard Perrigot, sergent, a bailhe et delaysse audit Pierre la moictye par indivis avec ledit Pierre dung journault de pre ou environ appelé le pre de la prade. » Et parceque le « pasturault » des Vergnes et les deux sesterées sont de plus grande valeur que le pré de La Prade, comme compensation ledit Pierre Perrigot demeure quitte envers ledit Léonard de la somme « de diz escus sol revenant a trente livres tournoiz » qu'il lui devait pour avoir « norry et entretenu » son fils l'espace de trois années. — « Afferme et accense » faite par André de La Forest, fermier de la seigneurie de Mondon, demeurant au château noble de Rhodes, paroisse de Mouhet, à Michel Guilherot, notaire, demeurant à Maillac, et Mathurin de Mailhaison, laboureur, demeurant au village de « Cheulx Dandin, » paroisse Saint-Sulpice-Terre-aux-Feuilles, de la « paison et glandee des boys et fourest de la seigneurye de Mondon, ladite ferme faite pour et moyennant le prix et somme de vingt huit escutz solz, et le tout aux droitz et charges accoustumees comme sy devant les precedantz fermiers en glandes et paison on accoustume de user et jouyr toute foys comprins ausdits vingtz huit escutz, les livres de sire et Carollus, droitz de capitayne. ».
1588-1592.
2 E 595 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Promesse autographe faite à maître Jehan Aloncle par Ballère, curé de « Mailhac, » de dire moyennant la somme de 10 livres, qui ont été payées comptant, « une messe tous les mardy durent ung an a son intention et de ses deffunctz père et mere ». — Reçu de Jacques Decollard, religieux de la prévôté de Saint-Benoît et prieur du prieuré de Maillac, à maître Jehan Aloncle, fermier dudit prieuré, pour le payement d'un terme « a echoir a la prochaine feste de Pentecoste » et montant à la somme de 60 livres tournois. — Reçu donné par Berthonnet à Jehan Aloncle, notaire royal à Maillac, de la somme de 36 livres qu'il lui devait à cause du service divin fait par ledit Berthonnet dans l'église de Maillac, « pour monsieur le prieur dudit lieu. » — Certificat du prêt d'un « bat de pierre » (baquet en pierre) fait à Aloncle par Gueilhou. — Reçu fait au « chatel de Menetou Sallon, » par Daubrays, d'une somme due par Aloncle et Guillerot, fermiers, pour deux termes de fermage de la « terre et seigneurye de Mondon et des forges estant en ladicte seigneurye. » — Annonce de la saisie par défaut de payement d'une obligation de « la maison, granges, estables courtillages (terrains entourant l'habitation), jardrins, pres, terres, pasturault, boys et autres domaynes quelconques, domaynes et héritages de la mesterie (métairie) du village de Coudert appartenants a maistre Mathurin Aloncle et Estiennette Marraut sa femme, soubz saisie a la requête de maistre Berthommier Delouche, marchant, demeurant a Sainct Benoist. ».
1603-1629.
2 E 596* Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
« Acquisitions faictes par messire Anthoine de Lignieres, seigneur dudict lieu vicomte et baron en partie de la viconte de Bridiers en Poytou et baronnie de Berez en Tourenne, gentilhomme ordinaire de la chambre du Roy, bailli de Auxerre, senneschal et gouverneur pour le Roy en sa conte de Sainct Paul. » Ledit registre est signé Constant. — Vente par Jean Gayte à puissant seigneur messire Anthoine de Lignières, chevalier seigneur dudit lieu, gentilhomme de la chambre du Roi, de la « tierce partie par indivis de la seigneurie et doumayne noble de Gerzat, avec ses appartenances, justice, cens et rantes, droictz et debvoirs seigneuriaux, ensemble tous et chacuns les biens immeubles audit vandeur appartenans et qui luy compectent tant a cause de la donation a luy faicte par feu noble Jean Gayte et feue Jehanne Pouget, ses pere et mere, que comme leur héritier, soyent maisteries, ediffices, prez, boys, terres, eaues, communaulx, pasturaux et autres quelconques heritaiges et doumaynes, etc. Et pour les bons et agreables services et biens a luy faictz par ledit seigneur achapteur et quil espere quil luy fera a ladvenir, ledit vendeur luy a donne par donnation faicte entre vifs, tout le droict de plusvallue des presantes choses vandues, » le tout pour le prix et somme de « onze vingts » livres tournois. — Vente, moyennant trois livres tournois, par Jean Couchon, des Traiz, de la faculté de « rachapt et rechemere » possédée, par le vendeur au sujet du « tiers ou tierce partie dung pre situe au mas du Traiz, justice de Roche dagoux, contenant ledict tiers pre ung journal de pre ou envyron appelee prai Coutant. » Messire des Lignières payera au premier acquéreur du pré dix livres tournois, prix auquel il avait été acheté. — Échange avec Antoine Cleret de Montyvernoux : Messire des Lignières cède « ung pre situe au mas de Bosghas, contenant deux journaux de pre ou entour ; » plus 3 « sesterees » de terre ; de Montyvernoux cède le pré du « Genyer de Varellias haultas, » contenant 3 journaux ou environ au cens de 8 sols 6 deniers tournois, dus au seigneur des Lignières ; mais celui-ci payera 51 sous tournois pour plus grande valeur des biens qu'il reçoit en échange. Les biens pourront être revendiqués par les parties à défaut de parfaite garantie. — Vente faite par Guillaume et Martin Jallatz, père et fils, de la place d'une maison sise au village du Traiz, moyennant la somme de 100 sous tournois ; ladite maison au cens accoutumé, dû au seigneur de Rochedagoux. — Échange avec Jacques Mauchier : ledit seigneur des Lignières cède « six sesterees de terres sittuees au mas des Fanges, franches, quictes et nobles de cens, charge et servitude quelconque. » Mauchier cède « tous et chascuns ses héritaiges a luy advenuz a cause des successions de ses feuz pere et mere, assiz et situez dans le lieu de Mauchier, Chellet, Lautraix et de Vallette et Chassagnete ; soit ort (jardin), maisons, chambre, estables, prez, terres, ortz et olches (oûches, enclos planté d'arbres fruitiers près des maisons rurales, jardins, etc.) et aultres quelconques qui luy peuvent compecter et appartenir dans lesdits mas et que ce confinent et sont encloz dans le lieu noble et doumaine des Lignieres, Villemerrier, Verghadet, les Couchons, Freret, Fogerolles, Cheuz Loys, Ardremeuge, Escoutaix, Mazieres de toutes partyes. » — Vente par « venerable personne messire Andrien Ravaut, presbtredu villaige de Choullier, paroisse de Charout, diocezese de Limoges, a puissant seigneur messire Anthoine des Linieres, chevalier, seigneur dudit lieu, gentilhomme ordinaire de la maison du Roy, bailly d'Auxerre et seneschal en la conte de Sainct Paoul, absant ; presant puissante damoiselleFrançoyse de Courtenay, consorte audit seigneur. » Ladite vente est faite de tous les héritages qui appartiennent audit seigneur dans le village de Choullier « soyent : maisons, granges, estables, hors (jardins), osehes (enclos plantés d'arbres fruitiers près des maisons rurales) jardins, près, terres, boys, buissons, eaues et cours dicelles. »
(Registre.) — In-folio, 126 feuillets, papier.
1561-1568.
Aloncle (Jean) retour
2 E 597 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Acte notarié dans lequel Antoinette Jouanoct âgée de 25 ans, « faict sa plainte a Dieu au Roy et a Justice » d'avoir été trompée au moyen de promesses de mariage, par Michel des Brosses, fils de Jean des Brosses, chez qui elle était comme domestique. La plaignante déclare qu'elle a eu deux enfants et qu'elle est actuellement enceinte dudit des Brosses. Lequel acte a été fait « es presences de messire Anthoine Ballere, prebstre, cure de Maillac et de messire Philippes Favier, sieur de La Rondiere. » — « Déclaration feodalle des domaines et héritaiges tenues de honoraible maitre Jehan Guilloct, seneschal du dongnon, a cause du fief et seigneurye de Vieille Court, appartenant audict Guilloct a foy et hommaige liege de haulte et puissante dame madame la duchesse de Guisse, a cause du vicompte de Brosse. » — Nombre des déclarations de domaines dudit Guillot et autres.
1619-1622.
2 E 598* Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Quittance de la somme de 60 livres dues à Gabriel Jouanost, sabotier et laboureur, demeurant paroisse de Saint-Georges-les-Landes, par Maroit et Filloux, laboureurs, en vertu d'un certain contrat de mariage fait entre Michel Jouanost, fils dudit Gabriel, et Françoise Filloux, sa femme. — Contrat de mariage entre Julien Jauffre et Anne Charlot, dont la dot consiste en un lit garni de couette, coussin, couverture et six lincieux (draps de lit) moitié de chanvre et moitié meslis (mélange de chanvre et autre matière textile), huit couvre-chefs, etc. — « Accense pour cinq années et cinq cueuillectes consécutives » par Jean Silvain, marchand, à Léonard Giraud et Antoine Fredonnet, laboureurs et sabotiers, de la métairie qu'il possède au village de Peux-de-Saint-Ligier, qui consiste en maison, grange, jardins, étables, cours, « courtilaiges, » prés, bois, champs fraudis (terre inculte) et champs communs. Ladite « accense » faite au prix de 15 setiers « blé seigle. » — Acte par lequel Michel Dumasgrimauld reconnaît devoir 16 livres à lui prêtées en pièces de 16 sols, testons et autre « monnoye » blanche, par Martin Gabiat, prévôt de la seigneurie de Roddier.
(Registre.) — In-folio, 114 feuillets, papier.
1622.
2 E 599* Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Reconnaissance faite par Jacques Delaboicette, maçon, à François Maisonnier, marchand, d'une dette de 70 livres pour prix d'un pré et gorse (châtaigneraie.) — Bail de 3 ans, au prix annuel de 43 livres, fait par François Chavignat, marchand voiturier, à Léonard Chavignat, laboureur, d'un héritage consistant en maisons, champs fraudis et champs communs, etc. — Échanges et contre échanges faits par Léonard Jolly, sabotier, et Pierre Filloux, laboureur. Le premier cédant le « tiers et tierce partye, dune grange, les deux tiers et tierces partyes dung journault de pre, etc. » L'autre cède « une maison avec son courtilaige, une hosche, » etc. — Vente, au prix de 4 livres, par Léonard Canyn, l'aîné, maçon, à Léonard Dubrac, marchand, de 4 boisselées de terre situées dans la seigneurie de Mondon. — « Accense » d’une maison avec un jardin, faite pour 3 ans au prix de 40 sols par Marguerite Briard à Dumasgrimaud. — Quittance d'une somme de 79 livres 5 sous, payée en trois pistoles, en pièces de 16 sous et autre « monnoye » blanche ; ladite somme due, pour salaire et vacation, par Jean, maître affineur à Philippe Favier, fermier de « la forge à fer » de Mondon.
(Registre.) — Petit in-folio, 294 feuillets, papier.
1621-1622.
2 E 600* Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Testament de Martial Joly. — Contrat de mariage entre François Gaulier et Marguerite Boutineau. — Vente au prix de 24 livres par Jacques Delaboicette, maçon, à Jean Aupetit, marchand, de 5 boisselées de terre situées au village de La Vaulx-Port, paroisse de Saint-Sulpice. — Acte par lequel : 1° Guichard Duplan, maçon, « du vouloir avis et consentement » de son frère et de son oncle, promet de prendre Françoise Sybort « a femme et loyalle espouse. » 2° Ladite Françoise Sybort « du vouloir avis et conseil » de ses beaux-frères promet de prendre ledit Guichard Duplan « à mary et loyal espoux. » — Bail « à tiltre de ferme et baillette de mestayrie » par Germain Canin, laboureur, à Silvain Dubrac, maçon et laboureur, d'un domaine consistant en une maison, grange, étables, cours, « courtilaiges, » jardins, prés, etc. ; ledit bail fait pour 5 ans et moyennant partage des récoltes entre les parties. — Renouvellement de bail d'une ferme, fait pour 5 années « cueuillettes et perceptions, » par Delafourest à Étienne Silvain et Pierre Silvain, son fils, moyennant neuf « septiers de blé seigle, bon blé, pur et net » à la mesure de Saint-Benoît-du-Sault, chaque setier de huit boisseaux, un chartil de foin, deux aunes de toile de chanvre et une douzaine de fromages payables et « conduisable » à la maison et domicile dudit Delafourest. — Transaction et accord entre Pierre Canin, l'aîné et Léonard Canin, le jeune, au sujet du partage de leurs domaines. — Contrat de mariage entre Léonard Barraud et Madeleine Brachet. — Reconnaissance de cheptel « à moitié croît et profit » faite par François Dupuis, laboureur et sabotier, demeurant paroisse de Saint-Ligier-Maignaizois, ressort de la Basse-Marche, à Jean Silvain, marchand hôtelier, demeurant au bourg de Maillac. Ledit cheptel est composé de « quatre beufz arraibles, (de charrue) deux desquelz sonct eaiges de chacung dix ans ou environ, et les autres deux eaiges de chacung quatre ans ou environ, lesquelz sonct tous de poill froumantin (couleur de froment) et pie ; plus six vasches, quattre desquelles ont chacung leurs veaux apres elles, les unes dicelles vasches sonct de poill pie et froumantin, et les autres de poill brung, tout lequel susdict bestiaux et aumaille (bêtes à cornes) susdeclaire estant pour le chaptel, prix et somme treze vingtz quinze livres. Plus cinquante ung chefz de brebis, tant masles que femelles, chef pour chefz, que ledit preneur a promis bien et deument nourrir, serrer, regir et gouverner ». — Ferme pour un an par Jean Daridet, marchand chapelier, à Martin Gabiat, prévôt de la juridiction de Roddes, de tous les immeubles qu'il a au village du Masgrimauld, consistant en jardins, prés, terres, « champs commungs » et particulièrement en 12 boisselées de terre ensemencées de seigle, le tout moyennant 4 setiers de « bled seigle » mesure de Saint-Benoît-du-Sault, de 8 boisseaux chacun, et la somme de 18 livres tournois que ledit Gabiat a payée comptant. — Vente faite par Silvain Dubrac, maçon, à Sulpice Cacard, laboureur, de 5 boisselées de terre ou environ, appelées le dehors de Rimeneaux, situées ès appartenances du village du Mas, plus une boisselée de terre appelée des Heaux, située ès appartenances du village de la Mareschère, moyennant le prix de 18 livres 10 sols tournois que l'acquéreur a payée comptant. — Contrat de mariage entre Guichard Duplais, maçon, et Françoise Syboct ; dans lequel contrat la future se constitue en dot : « ung lict garny de couette, couessin, une robbe de drap blanc et deux coeffes de serge, le touct uzaige de villaige ; et en outre quattre lincieux de chanvre et meslis, avec une haulne de toille de lin et lasomme de quarante sols. »
(Registre.) — Petit in-folio, 168 feuillets, papier.
1623.
2 E 601 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Mise à l'enchère des différentes dignités pour la procession de la Fête-Dieu : « Le grand prevost de lautel a este mis par Léonard Rolin a une livre de cire et renchery par Léonard Dupuis a une livre et demye. » Le premier danseur, une livre de cire ; le « chamberland », une livre de cire ; le conseiller du Roi, une livre de cire ; le trésorier du Roi, une livre de cire ; le porte-épée, une livre et demie de cire ; le grand maître des cérémonies, une livre de cire ; l'écuyer tranchant, une livre de cire ; le « segond » page, une livre de cire ; le premier « tireur de guain, » une demi-livre de cire ; le porte panache, une demi-livre de cire ; le cuisinier du Roi, une demi-livre de cire ; le « tate ving » (l'officier chargé de goûter le vin), une livre de cire ; « plus l'office du noume faict a sa guise (le bouffon du Roi ?), » une livre et demie de cire. Les enchérisseurs ont pour le payement de leurs enchères « oblige, affecte et hypothèque tous et chescungs leurs biens meubles et immeubles, presents et futurs quelzconques. » — Assemblée des habitants de la paroisse de Maillac, convoqués « aux fins de confirmer sertain reglement ordre et alphabet ja accorde, ensuyvy et entretenu de longtemps par tous les habitans de ladite paroisse, faict et accorde entre eux pour obvier aux habuz et fraudes, qui se commetoient pour chacung an, en icelle dicte parroisse, touchant la lieve et collecte, assiette et esgallement (répartition) des deniers royaulx. » Ledit règlement est en date du mois de mars 1601, et la présente confirmation du 10 décembre 1623.
1601-1624.
2 E 602* Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Fermage « pour le temps et espace de sept années et sept cullietes consécutives, » par Pierre Brachert, laboureur, à Martial Brachert, laboureur et sabotier, de « tous et chescuns les lieux, doumaines et héritaiges appartenant audit Pierre Brachert, au lieu et vilaige de La Roncelrie et ses apartenances, consistans iceulx dictzlieux en « une maison, grange, estaible, jardrins, prez, terres, boys, champs fraudes et champs coumungtz, » et ce moyennant la somme de 9 livres tournois, par an payable à la « fête de Notre-Dame de miaoust. » — Vente par Léonard Canin, « lesne » maçon, à Jean Silvain, marchand, dung jardrin appele le petit jardrin du Mas, contenant a semer ung boiceaux et demy de chenevois ou environ ; » plus de la moitié indivise de 8 boisselées de terre ; le tout moyennant la somme de 13 livres tournois. — Échange entre Jacques Dumasgrimaud, laboureur, demeurant au village du Masgrimaud, d'une part, et Michel Audoulcet, « masson, » d'autre part : le premier cède 8 boisselées de terre ou environ, appelées « des Bouyons ; » le second cède deux boisselées de terre ou environ, appelées « du « Pastural Rochier », le tout « mouvant et tenu en la feudallite et directe seigneurye de Puylaurans. » — Contrat de mariage entre Étienne Dumasgrimaud, « laboureur à bras » et Jeanne Marsaud ; dans ledit contrat la future se constitue en dot « tous et chescuns ses droictz succesifs, mobiliers et immobiliers, a elle apartenant a cause des succetions a elle escheues et obvenues par le deceps et trespas de ses ditz feu pere et mere, en quelque part et lieu que lesdits droitz soit situes, assis et posses, pour en jouir par les dits futurs maryes, apres la selebration dicelui dit mariage, en commun et par moytie, ainsy que bon luy semblera. Plus, ladite Jehanne Marsaud, future espouse, sest constituee quatre lincieux de chanvre et meslis, six osnes de toille de meslis, douze couvre-chefs de lin, trois robbes ou cottes de sarges, les corps et manche de drap, le tout usages de vilaiges ; ung coffre ferment a clef, tenant dix boiceaux de bled ou environ et la somme de dix livres tournois ». — Partage d'une maison, appartenant en commun à Gervais Dumasgrimaud, « masson, » et à Pierre Delaire, charpentier : Dumasgrimaud aura une bassie (tablette de pierre d'un évier de cuisine) qui est dans la muraille d'une chambre de ladite maison, laquelle bassie icelui dit Dumasgrimauld pourra prendre et en faire et disposer à sa volonté.
(Registre.) — In-folio, 155 feuillets, papier.
1624-1625.
2 E 603* Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Échange entre Étienne Reignault, maçon, et Sulpice Bouttineaux, aussi maçon : le premier « cède, quitte et transporte » au second 3 boisselées de terre ou environ ; l'autre cède 5 boisselées ou environ. En outre, ledit Reignault pourra recueillir, « ès mestives » (moisson) prochaines, le blé seigle qui est présentement ensemencé dans la terre, à lui ci-dessus échangée. — Vente par Jean Bouttineaux, laboureur, à Étienne Reignauld, maçon, de trois boisselées de terre ou environ, moyennant la somme de 10 livres tournois, payée comptant, « en piesses de saize solz, douzains et aultre bonne monnoye blanche bien nombree et comptee. » — Traité de mariage entre Mathurin Jannetton, « tailleur dabis, » au bourg de Croumas, d'une part, et Catherine Dumasgrimaud, demeurant au bourg de Maillac, d'autre part ; lequel mariage « sacomplira au voulloyr de Dieu et de nostre mere saincte Esglise catholicque, appostolicque et roumaine. » Par ledit traité les parentsde la future lui constituent en dot « ung lict garny de couette, couessin et couverture de lict, six lincieux de chanvre et meslin ; troys cottes de serge, les cors et manches de drap, le tout uzaige de villaige, une douzaine et demye de couvre chefz de toille de lin, et comprenant ceux quelle peut avoyr par devers elle, quattre chefz de brebis et la somme de six vingtz livres : » moyennant cet apport ladite Catherine sera commune en biens, avec son futur mari, pour la moitié de ceux qu'il a dès maintenant et pour la moitié de ceux que les conjoints pourront acquérir, pendant leur union. La dot sera payable, savoir : les meubles susdits et la somme de 60 livres, le lendemain de la bénédiction nuptiale, et les 60 autres livres, à la Toussaint la plus prochaine.
(Registre.) — Petit in-folio, 109 feuillets, papier.
1626.
2 E 604 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Bail à ferme fait, pour l'espace d'une année, par Chappauld, maître menuisier, à Jean Guereau, tuilier, d'une tuilerie, sise au lieu et dans les communs du village de La Sallesse : « ledit preneur pourra prendre toutte la terre qu'il conviendra et quy sera propre a faire tuille dans lesdictz champs commungs, au lieu ou il trouvera le plus propre et convenaible pour ce faire, comme aussi ledict Chappauld sera tenu fournir audict Guerauld, preneur, tout le boys enthierement quil lui conviendra et sera necessaire pour faire cuyre la dicte tuille, pendant et durant ledict temps et iceluy dict boys mener et conduyre sur le lieu, a ses propres cous et despens » Ledit bail fait au prix de 100 livres tournois, payables savoir : 40 livres à la fête de Sainte-Marie-Madelaine prochaine, 30 livres à la Saint-Michel, et 30 livres au terme du bail, à la Toussaint. Durant le bail le preneur pourra faire dans ladite tuilerie « tant de tuile et carreaux de bricque quil voudra et les vendre selon son bon plaisir. » — « Afferme et accense » par Daridet, maître chapelier, à Jacques Dumasgrimauld, maçon et laboureur, de la récolte de 4 boisselées de terre, ensemencées en blé et de 3 boisselées, ensemencées en seigle. Ladite afferme faite pour s'acquitter envers Dumasgrimauld, d'une dette de 8 livres tournois. — Sommation faite par Michel Dumasgrimauld et Gervais Cacard « taxeurs et assoyeurs »des tailles imposées la présente année (1627), en la paroisse « de Maillac, » à Guillaume Rollin, de prendre les rôles des tailles et les commissions en vertu desquelles elles ont été imposées. Ledit Guillaume accepte pour un quartier et refuse pour les trois autres, disant que des collecteurs ayant été élus pour ces trois quartiers, il n'est tenu de répondre que d'un seul ; « et pour iceluy effectuer, il a prins les rooles et a promis faire la lieve dung des quartiers desdictes tailles pour empescher le retardement desdictz deniers, et apres ce il offre rendre lesdictz rooles pour lexecution du reste contenu en iceux. » — Testament de Léonard Faizan « l'esné, » laboureur, et Léonarde Filloux, sa femme ; « lesquels estant mal sains et indisposés tanct a cause de leur eaiges vieilz et caductz que a cause daultres afflictions et grandz maladies, quy leur sonct survenues, despuis quelque temps, et mesme ladicte Leonarde Filloux estans gisante dans le lict, malade ; toutefoys, tous deux sains d'esprit, pensée, memoyre et d'entendement, comme de prime fasse il est appareu aux nottaires soubz-signés, par leur parolles, gestes et maintien. Lesquelz, désirant pourvoir au salut de leurs asmes, sepultures de leurs corps et disposer d'aulcungs biens qu'il a pleu a Nostre Seigneur leur envoyer et prester en se monde.... ont ordonne, de leurs propres bouches, leur testament et ordonnance de derniere volonte, au nom du pere, du fils et du benoyst Sainct-Esprit, un seul Dieu en Trinitté, ainsy qu'il sensuit : Premierement comme bons chrestiens et catholicques, ils ont recommande et recommandent leurs ames des a présent, et quant de leurs corps elles partiront, a Dieu le createur, a la trés sacrée Vierge Marie, mere de Nostre Seigneur et redempteur Jesus-Christ ; a monsieur sainct Michel ange et archange, a leurs bons anges ; a messieurs sainct Pierre et sainct Paul ; sainctz Gervays et sainct Protaist, leurs pattrons ; a monsieur sainct Léonard, leur parrin et a toute la cour celeste de paradis, » etc.
1625-1629.
2 E 605* Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Acte par lequel maître Sulpice Piton, sergent, demeurant au village de Peux-Piton, parlant à la personne de vénérable messire Antoine Ballère, prêtre-curé du bourg de Maillac, « luy a dict et declaire quil sestoict dessiste et departy des promesses du mariaige quy avoict este sy devant convenu et accorde entre luy et Jehanne Silvain et quil voulloict et consantoict que ladicte Jehanne se mariasse avec toute aultre personne quelle trouveroict bon estre. » — Accord et arrangement entre Pierre Vallantin, maçon et journalier, demeurant « dans le bois et forêt » de Mondon, paroisse de Maillac, et François Voisin, sabotier et coupeur de bois, demeurant au village de Mondon : ledit accord fait au sujet d'un différend intervenu entre eux à propos d'un prêt d'argent, dont Vallantin demandait à être remboursé par Voisin. Celui-ci payera la somme de 10 livres tournois « dans le jour et saincte feste de Noel prochaine », et demeurera ainsi à l'abri du procès. — Vente moyennant 47 livres tournois, par Sibart des Novelles, marchand, à François Clémenson, laboureur, des « houstills et choses quy ensuyvent, quy sonct : une enclume, deux soufflectz, deux maches (masses), quattre marteaux et quattre paires de tenailles, un estoc (étau) avec une bicorne ; le tout usaige de mareschal et serruzier. » — Accord et transaction entre sire Pierre Nycauld, marchand et sire Gervais Silvain, aussi marchand, pour mettre fin à un procès, qu'ils avaient au sujet d'un bœuf, que ledit Silvain avait fait arrêter entre les mains dudit Nycauld, comme lui appartenant ; mais ce dernier soutenant l'avoir acheté, en « plaine foyre, » dans la ville du Dorat : ledit accord fait, moyennant la somme de 14 livres tournois, montant des dépens du procès que Nycauld a payée à Silvain, dans la crainte de la mauvaise issue du procès.
(Registre.) — Petit in-folio, 114 feuillets, papier.
1634.
2 E 606* Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente par Michel et Étienne Dumasgrimauld, frères, « massons, » à sire Léonard Dubrac, marchand à Maillac, de deux boisselées de terre appelées « de Jarriges, » moyennant le prix et somme de 18 livres, payées « presentement comptant par ledict acquereur. » — Lettres. — Listes de débiteurs. — Notes relatives à une somme de 4 livres 13 sous que le bordier (celui qui exploite une borderie, c'est-à-dire une petite exploitation rurale) d'Aloncle prétend lui être due par son maître ; — à divers payements effectués en pistoles d'Espagne, en écus d'or, valant 6 livres, en testons, en pièces de 26 sous, etc. ; — à différents travaux, comme charrois de charbon, coupage de bois, confection d'une bouchure (haie), etc. ; — à diverses quittances à faire ; — à de nombreuses fournitures de sel faites à des particuliers et aux « saulniers » de Prost, du Peux-Piton, etc., entre autres d'un quart de minot de sel valant 2 boisseaux, sans indication de prix et d'un minot 6 boisseaux, moyennant 79 livres ; — à plusieurs livraisons de foin, de blé et d'avoine.
(Cahier.) — Petit in-folio, 40 feuillets, papier.
1634-1637.
2 E 607 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Reçu de « houict boiseaux de seille » (seigle), mesure de Saint-Benoît, fait à maître Jean Aloncle, notaire royal, fermier du « Bouchest, » par Pichon, curé de Cromas, à cause de la dîme de « Monlanbert et Bouchest, » qui lui appartient. — Demande, par le sieur de Born, au sieur Aloncle, d'un mémoire de ce qu'il prétend de dommages et intérêts pour la forge de Barneuil, à cause du « retardement du temps qu'elle a este mise en estat, et promesse par ledit de Born de s'en rapporter aux expers. » — Vente au prix de 80 livres tournois, par Mathurin Dumasgrimauld, maçon, à François Dubrac, marchand, d'un pré appelé de La Vergne, contenant 2 journaux de faucheur, ou environ. — Requête de Jean Aloncle, notaire royal, fermier de la seigneurie de Courtevrault, à M. le sénéchal de Montmorillon, par laquelle il demande opposition au payement de la première année de ferme de la forge de Charneuil, dépendant de ladite seigneurie, et ce, à cause de la non-exécution des clauses contenues dans le contrat de ferme, fait audit Aloncle, par dame Lucrèce de Béthune, femme du seigneur de Bouesse. Ces clauses consistent dans la réparation prompte et urgente des bâtiments et outils nécessaires à ladite forge, lesquels sont eu ruine, et occasionneront, s'ils ne sont réparés, un grand dommage audit Aloncle, vu qu'il a des matériaux et des ouvriers qui ne trouvent pas leur emploi tant que les réparations seront à faire. — Lettre servant de reconnaissance pour la quantité de « cinq cens de fert, » reçu par M. Pallardin, de M. Aloncle, maître de forges à Charneuil. — Reçu de 2 boisseaux de « ble segle, » mesure de Saint-Benoît-du-Sault, fait à Aloncle, comme fermier du bois de « La Croux et de Bouchetz, » par Delaclostre, curé de Jouhet : ces 2 boisseaux de seigle étaient dus à cause de la dîme dudit bois, laquelle dîme appartenait au curé de Jouhet.
1630-1639.
Aloncle (Pierre) retour
2 E 640 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Installation comme notaire au bourg de Maillac de Pierre Aloncle, fils de défunt Pierre Aloncle, notaire audit lieu, faite par Jean de Chatenet, écuyer, seigneur de Merignac, conseiller du Roi et son sénéchal de robe longue à Montmorillon, après l'audition des deux témoins produits par le candidat, savoir : messire Antoine Ballaire, curé de la paroisse de Maillac, et « sire » Léonard Dubrac, marchand, habitant ledit bourg, qui ont déclaré que Pierre Aloncle était âgé de 25 ans passés « et qu'il est de bonne vye et mœurs, religion catolique, apostolique et romaine ; le bien savoir : ledict Ballaire, pour lavoir baptise et administre lessaint sacrement, et ledit Dubrac, pour lavoir toujours veu et frequante estant de mesme bourg. » Ladite installation a été faite « en presance du procureur du Roy comparant par maistre Charles Richard. » — « Inventayre des nottes de feux maître Pierre Aloncle, en son vivant nottaire royal, faict par nous, nottaires soubzsignés, a la requeste de Pierre Aloncle, fils aisne dudit feux Pierre Aloncle, et de maître Jehan Aloncle, scieur du Taillis, commis pour delivrer les coppie desdite note, et de Silvain Dubrac, curateur pour la validite dudit inventayre, le tout suivant ordonnance et commission a nous adressante esmanee de Monsieur le seneschal et juge ordinaire des seigneuries de Rhodes, Mondon, et autres, estant en datte du dix septiesme jour du mois d'octobre 1680, signee par Demohere greffier commis ; laquelle nous a esté represantée par lesdits Aloncle. Ladite inventayre encoumancée par nous nottayres soubzsignés le vingt neufviesme jour dudit mois d'octobre, en presance dudit scieur Dubrac, et commance par une liasse de notte a nous represantée par lesdits Aloncle, de l'année 1641, contenant en son total 41 minutte. » (Suit le détail). — Choix de Jean Aloncle, sieur du Taillis, comme tuteur curateur des cinq enfants mineurs laissés par feu maître Pierre Aloncle, notaire à Maillac ; choix de Jean Nicault sieur des Bussières, pour avoir soin des notes dudit feu Aloncle. — Reçu de la somme de 27 livres due par ledit Aloncle pour le rétablissement et confirmation de « toutes hereditez et survivances en faveur de ceux qui possedent des offices, gaiges, « droictz, » etc. Ledit reçu donné par le procureur général et spécial de « maistre » Jean Dubuisson, chargé du recouvrement général desdites taxes. Par convention entre Aloncle et le dit procureur, la somme avait été réduite à 27 livres de la somme de 40 livres à laquelle il avait été taxé pour le rôle arrêté au conseil ; promesse dudit procureur de fournir dans deux mois audit Aloncle quittance du trésorier des « parties casuelles, » moyennant qu'il payera 44 sous pour le droit de « controolle et expedition de ladite quittance. » — Quittance donnée par Mennerot, « tresorier des parties casuelles, année 1657, » à maître Pierre Aloncle, notaire royal à Maillac, dépendant de l'élection du Blanc, généralité de Bourges, de la somme de 20 livres « a laquelle il a esté taxé au conseil du Roy, pour estre restably dans l'heredité dudit office cy devant revoquée, et estre d'ores en avant deschargé du payement du droict annuel et de tout droict royal ; » etc. — Déclaration du roi concernant l'hérédité des offices de notaires, garde notes, tabellions et procureurs, et la réduction et modération des frais des lettres de confirmation des nouveaux acquéreurs desdits offices et des provisions des audienciers, huissiers, sergents et autres officiers ayant pouvoir « d'exploiter ; » — Commission datée de Bourges, donnée par Charles Tubeuf, chevalier, seigneur baron de Vert et de Blanzat, conseiller du Roi, etc., à tous huissiers et sergents de faire au sujet de la déclaration susdite toutes publications, significations, sommations, commandements, et contraintes nécessaires ; — d'après le rôle des taxes de la généralité de Bourges, les notaires royaux résidant dans le ressort de l'élection du Blanc paieront chacun 100 livres et 2 sous pour livre, pour jouir du bénéfice de ladite déclaration. — Lettres de provision, données pour l'office de notaire à Maillac, sénéchaussée de Montmorillon, par le Roi à Pierre Aloncle « sur le bon rapport qui a esté fait de ses sens, capacité, prud'hommie et experience. » — Quittance de la somme de 21 livres payée par ledit Aloncle pour le droit de marc d'or de l'office de notaire royal et gardenote héréditaire réservé au bourg de Maillac, sénéchaussée de Montmorillon. — Installation, comme notaire au bourg de Maillac, de Pierre Aloncle, deuxième desdits nom et prénom, faite par Pierre du Chastenet, écuyer, seigneur de Merignac, conseiller du roi et son président et sénéchal de robe longue en la sénéchaussée de Montmorillon, sur le vu de ses lettres de provision et de sa quittance du droit de marc d'or, après s'être informé de « sa bonne vie, mœurs, religion catholicque, apostolique et rommaine, » et après avoir entendu les deux témoins laïques qui ont affirmé connaître depuis longtemps ledit Aloncle « pour faire proffession de ladite religion catholique, apostolique et rommaine, pour l'avoir veu frequanter les saints sacremans de confession et communion, et qu'il est aagé de vingt sept a vingt huit ans ou environ, bien savoir qu'il est intelligent, au faict de praticque et jugé capable de faire ladicte fonction. ».
1640-1682.
2 E 641 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Inventaire des meubles de feu Mathurin Faizant : des linsieux (draps de lit) ; une demie counie (sans doute une petite cognée), « deux paillise (paillasse) a metre des mouche a miel apresie a huict soubz, » etc. — Saisie-arrêt sur les meubles de Jean Aloncle, sieur du Taillis, à la requête de Pierre Chanbourant Chavailles, sieur de la Clavière, Éguzon, Pillorant et autres lieux, « par vertu de santance de nosseigneurs les mestres des anquestes du palais a paris, signee Dupuis, par laquelle ledit Aloncle est solidairemant condampne avecque aultre comme tenancier » de la Bernardrie et du Mas sur quoi il doit cinq années d'arrérages de rente « noble, feodalle et fontierre. » — Lettre adressée à Monsieur Richier, « prestre, cure de Bazellas, pour faire tenir a monsieur de Villemuzeau advocat a saint Benoist Dussault. » — Partage de la succession de Jean Faizant entre Mathieu Faizant, d'une part, et François et Mathurin, « laboureux, » d'autre part, demeurant tous paroisse de Maillac. — Inventaire, fait en vertu d'une commission donnée par « Monsieur le senechal » de Montmorillon, des meubles, titres et obligations, et autres choses appartenant à feu Vincent Desnouelle : un paillon (corbeille en paille ou en osier destinée surtout à faire lever la pâte du pain) ; un casse (chaudière en fonte) ; « pleus la veselle consystant an pinte, choupine, plais et asiete pezant quarante six livres, apresie a la somme de douze soubz la livre ; se monte le tout la somme de vingt sept livres douze soubz ; » un linseux de grosse toile ; dans le grand coffre cinq « nape de lis » de 2, 3, 4 et 5 aunes, un drais de brains (brin, certaine qualité de chanvre) de quatre aunes ; neuf services de grosse toile ; un tour de lit de serge jaune garni de franges ; divers outils à travailler la terre, entre autres une tranche (pioche à travailler les terres fortes) et un tran (trident, fourche recourbée pour enlever le fumier) ; une petite « besonche » (bêche ou pioche) ; une pelle à « bescher ; » un marchepied et un banc, ces deux objets fermant à clef ; un grand salouet (pot de grès où l'on met le porc salé) avec son couvercle ; trois pipes et un busart de vin ; quatre linsieux « dellie, » un autre de grosse toile et un autre de toile de « braing ; » des bandes « douvrage, » etc. — Contrat de mariage entre Léonard Delaige et Silvine Aufrère. — Vente, moyennant 50 livres, par damoiselle Martin, fille de feu Jean Martin, écuyer, sieur de la Goutte Bernard, et de damoiselle de La Rouche, à « daimoiselle » Françoise Bleraud, veuve de Jean Soubfrain, écuyer, sieur de la Taillade, de tous les devoirs qui appartiennent à la venderesse dans la « metherie » (on dit encore métrie dans les campagnes du Berry) de Fand provenant de la succession de Jeanne Soubfrain, fille dudit sieur des Taillades et de Jeanne Martin, sa première femme. — Extrait des paiements, mises et avances faits par Gervais Aloncle, comme « porte roolle » de la paroisse de Maillac : pour le principal de la taille, 2,000 livres 3 sous ; pour le papier des quittances, 7 sous 6 deniers ; pour passage, 6 sous ; pour douze procès-verbaux de frais, 50 livres 8 sous ; pour pâture et garde de bestiaux, 22 livres 6 sous, Il reste à payer sur le rôle « huit vingt une livre dix solz ».
1680-1683.
2 E 642 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Procuration donnée par « dame » Marie Simonnot à son mari « messire » Claude de La Faire, chevalier, seigneur du Bouchault, Château-Guillaume, et autres « plasse, » demeurant au château de Château-Guillaume (commune de Lignac, Indre), paroisse dudit lieu ; par laquelle elle lui donne plein pouvoir de vendre « a tel prix quil jugera a propos la rante noble et feodale « a luy appartenan » sur le village de la Ville-Aubert. Ladite procuration a été passée pardevant Pullaud et Vacherie, notaires de la « chastellenie de Chateauguillaume « establys pour Monsieur dudict lieu. » — Quittance de la somme de 110 sous restant à payer pour le quart des arrérages dus par « dame » Marie Gillette Guillerot sur la tenue Lavaud à la seigneurie de Mondon depuis 1673 jusqu'en 1682 ; ladite quittance donnée sans préjudice des trois autres quarts de la « solidite » et des frais qui ont été faits. — Inventaire des meubles de feu André de Monbraignaud qui demeurait au village de Monbraignaud, paroisse de Maillac : un grand pot de fer tenant quatre seaux ; un autre petit tenant demie « seilliee » (contenu d'un seau) ; un « mechant trois pies » (trois pieds, cercle de fer soutenu par trois pieds et destiné à supporter une grande chaudière) ; deux pioches et deux trans ; une pelle ferrée à bêcher ; un dar (une faux) avec la « forge » (enclume) et le marteau ; vaisselle d'étain, outils de sabotier, etc. — Cession d'une rente de 11 livres à André Faizant par Jean, son frère, « garçon limosin, natif du bourc de Mailliac. » — Procès-verbal notarié, constatant qu'au bourg de Maillac, en la place publique, à l'issue de la grand'messe « dite et selebree par mesire Pierre Thoumais prestre » et curé dudit bourg : Jean Nicaud, Guillaume Faizant, Silvain Dubrac, etc. (neuf sont nommés dans l'acte), « faisant la pleus grande et saine partie de ladite paroisse de Maillac, » après avoir conféré ensemble, ont unanimement nommé Pierre Dubrac comme syndic de la paroisse. — Bail d'une métairie avec prés, vignes, dîmes, terrages, cens et rentes, moulins, dîmes de vin, charnage et lainage, et tout autre droit dû à la seigneurie de Loissière, y compris les prés acquis par retrait féodal par madame la marquise de Rhodes. Ledit bail consenti pour sept ans au prix annuel de 700 livres en deux termes, à maître Jean Delafont, notaire royal, demeurant au village de Loissière, paroisse de Chaillac, par messire Charles Pot, conseiller du roi en ses conseils, grand maître des cérémonies de France, vicomte de Bridiers, seigneur de Menetou-Salon, le Maignet, Rhodes, la Salle du Jançay, Mondon, Loissière et autres « places. » — Ferme, aux prix annuel de 1 450 livres tournois, du revenu des seigneuries de Teniers et de Montipouret "situées au pays de Berry, consenti pour cinq ans par Braute, intendant du marquis de Rhodes, en faveur des deux frères Gromet, le jeune, demeurant au lieu seigneurial de Chassin, paroisse de Transeau en Berry, et l'aîné, fermier de l'abbaye de Vanriennes, paroisse de Fougerolle aussi en Berry".
1684-1686.
2 E 643 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Ordre envoyé par Louis-François Dey, chevalier, seigneur de Séraucourt, conseiller du Roi, etc., « intendant de Justice, Police et Finances en la Generalité de Bourges, » aux syndics, échevins et collecteurs de la paroisse de Maillac, d'expédier au greffe de ladite généralité, dans le délai d'un mois, des états certifiés d'eux contenant les noms de tous les possesseurs des héritages qui composent le « terroir de leur paroisse, soit terres, prez, vignes, bois, estangs ou herbages ; » la quantité possédée par chaque particulier, les différentes qualités des terres, les exempts, les privilégiés, et ceux qui, domiciliés en d'autres paroisses, font valoir par leurs mains, et les héritages appartenant à chaque communauté. — Certificat de Pierre Thomas, curé de Maillac, par lequel il atteste avoir « leu et publie la presente ordonnence au « prosne de la messe le second May jour de dimanche. » — Modèle des états qui doivent être envoyés au greffe de « Monseigneur l'Intendant » par les syndics, échevins et collecteurs des paroisses. — Cession par Dufour à maître Jean Nicault, notaire royal au bourg des Chézeaux, de diverses créances montant à la somme de 596 livres 1 sou et dix setiers de seigle. — Vente par Léonard Perneux, maçon, à Thomas Robin, maître sabotier, de la moitié d'un pré appelé la Petite-Prée, contenant un « journaud » de faucheur ; ladite vente faite moyennant la somme de 72 livres et à la charge de payer les droits dus sur l'immeuble vendu. — Testament de Léonarde Aumason, « vefve » de feu Antoine Pillaud, fait en la maison de ladite veuve qui a dit au notaire « quelle estoit aigee de soisante et dix an ou pleus, et que considerant que sa vie ne peut estre longue, et que ne voullant desceder « sans mettre ordre au saleut de son âme. » Entre autres dispositions : elle veut qu'il lui soit fait un service suivant sa condition, deux dans la quinzaine et deux autres plus tard. Pour ces cinq services, elle lègue à « monsieur le cure de Maillac la somme de neuf livres » à prendre sur ses « propres, » etc. — Certificat notarié constatant que « le disme » des villages du Mas et du Masgrimaud a été « mis en premiere mize par André Dubract, mestre charpantier, a la quantité de neuf septier de seigle, mesure de saint Benoist, de huict boisseaux le septier et a esté receut par mestre George Guillerot, mestre cherurgien, « demeurant au bourgt de Maillac, comme fondé de procuration de messire Mathurin Berat, prestre, prieur de Maillac. » S'il ne se trouve « de plus hault meteurs, la presente servira de ferme. » Au cas où le seigneur de Villemuzeau ferait lever la cinquième partie qui lui appartient, il en sera fait déduction.
1687-1789.
2 E 644 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Testament de Denis de Nouelles, marchand, « nay et natif du bourg de Cromas, » qui, sur le point de partir pour l'armée, a voulu, après avoir recommandé son âme à Dieu, à Notre-Seigneur Jésus Christ et à toute « la cour celeste de son sainct paradis, » léguer tous ses biens à Mathurine Aloncle, sa belle-sœur, à la bonne volonté de laquelle il s'en remet pour ses « funeralles et obseques. » — Autre de « dame » de Lerpinière qui ordonne que son corps soit enterré au tombeau de ses prédécesseurs situé en l'église du bourg d'Arnac, qu'il lui soit fait cinq services de chacun six prêtres : le premier, le jour de l'enterrement, et les autres, huitaine, quinzaine, quarantaine et bout de l'an, et que sa charité dominicale soit distribuée selon la coutume durant le cours de l'année à la paroisse, etc. — Reçu donné à Pierre Aloncle, notaire royal à Maillac, de la somme de 25 livres, et 50 sous pour les 2 sous pour livre, à compte sur celle à laquelle il a été taxé. Ledit reçu est fourni par Boucher, procureur de maître Adrien Revillon, chargé par le Roi du recouvrement des sommes que devaient payer les procureurs, notaires tabellions, huissiers, sergents et autres ayant pouvoir d'exploiter. — Promesse dudit Boucher de fournir audit Pierre Aloncle une quittance de finance signée du trésorier des revenus casuels du Roi, avec décharge des 2 sous pour livre. — Fermage du moulin Dubou dépendant de la seigneurie de Rhodes, consenti pour trois ans, moyennant le prix de 240 livres payable par quartier à Silvain Rocheraux, meunier audit moulin Dubou, par maître Guillaume Dufour, fermier général de ladite seigneurie de Rhodes. — Mariage entre Charles Nicaud, sieur des Bussières, et Françoise Loisellier, demeurant tous deux à Labatide-Cormarain, paroisse de Maillac. — Vente, faite à Versailles, par Léonard et Antoine Perrin frères, maçons, demeurant à Versailles, natifs de la paroisse de Maillac, « pays du haut Poitou, » à François Marié, maçon, demeurant paroisse de Maillac, et à Antoinette Perrin, sa femme, leur sœur, ledit François étant présent, d'une masure et le fonds sur lequel elle est située au village de Pétoulé, paroisse de Maillac, plus deux portions de jardin séparées et une petite pièce de terre close de haies. Ladite vente faite pour se libérer de dettes et donner une marque de leur satisfaction envers les acquéreurs. — Ferme pour huit ans de la métairie de la Salle de Jançais, paroisse des Chézeaux, à Léonard Depuyferrat, laboureur et charpentier, par maître Guillaume Dufour, fermier de la seigneurie de la Salle de Jançais, demeurant au château de Rhodes, paroisse de Mouhet : les gros bestiaux seront pris sur le pied de l'estimation qui en sera faite ; quant aux brebis et moutons, il en sera laissé à fin de bail l'équivalent du prix et quantité, « chef pour chef » (tête pour tête), qu'il s'en trouvera à l'entrée. Ladite ferme est faite moyennant le prix de «douze vingt livres » payable en deux termes ; de plus 20 livres de pot de vin payées comptant, et 40 livres pour le sieur Dufour payables à la Pentecôte suivante.
1690-1692.
2 E 645 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Quittance donnée par E. de Chadoullenas et Françoise de Gartampe à Pierre Aloncle, notaire royal au bourg de Maillac, d'une somme de 200 livres faisant les deux premiers termes de plus forte somme due par ledit Aloncle en vertu d'un contrat de transaction ; — autre par P. Gabia, collecteur de la capitation de la paroisse de Saint-Georges, à Étienne Gabia, de la somme de 3 livres à laquelle ce dernier « est cotizé dans le rôle de la capitation » de ladite paroisse ; — autre par Butin aux habitans de Maillac, d'une somme de 171 livres 4 sous reçue à compte par les mains des collecteurs sur la capitation de 1696 ; — autre par le même aux mêmes d'une somme de 43 livres 11 sous, y compris une décharge de « M. l'intendant. » — Procès-verbal notarié de la sommation faite aux habitants de Maillac par Jean Faizant, Jean Dumasgrimaud et consorts, « taixheur et collecteur des taille » de ladite paroisse de Maillac, de s'assembler pour nommer un collecteur à la place de feu Jean Loyselier. Ladite sommation faite devant Pierre Aloncle, notaire à Maillac, « avant midy aut bourg de Maillac aut devant la grant porte et prainsipalle antree de lesglize du bourg et paroisse de Maillac et a leysseue de grant maisse dicte et sellebree par mesire Pierre Thoumais prestre cure du bourg et paroisse de « Maillac. » Les collecteurs avaient d'abord donné lecture aux habitants d'une requête par eux adressée, à ce sujet, à « mesieur les offisier de leslecsion du Blanc. » — Compte entre M. Denis Du Recloudis et Gilbert Gaulliet, son métayer. — Ferme pour quatre ans, moyennant quarante-deux sétiers de seigle, mesure de Saint-Benoist du Sault, de huit boisseaux le setier, payables par quartier, et la somme de 10 livres pour tous menus suffrages (redevances accessoires ordinairement en nature) ; ladite ferme consentie par Jacques Dubrac, fermier de la seigneurie de Rhodes, y demeurant, paroisse de Mouhet, en faveur de Charles Delafont, laboureur, demeurant au village du Bosc, paroisse d'Azerable, du moulin du village du Bosc, dépendant de ladite seigneurie, avec les « subjects et aistraignables » (ceux qui étaient forcés de moudre leurs grains au moulin). — Requête à « Monsieur le Senechal de Brosse », par laquelle André Martin, écuyer, sieur de la Rochedemont, lui demande l'autorisation de faire faire un inventaire notarié des meubles appartenant aux enfants mineurs de Jacques Martin, écuyer, sieur des Tisons, et de damoiselle Renou de Saint-Aignan de La Gastine dont il a été nommé tuteur. Et ce, afin qu'un jour il en puisse rendre compte et que « les mineurs ne puissent demander que ceux qui sont dans la maison ; » suit l'autorisation dudit sénéchal D. V. Bastide. — Billet de Durecloudy, beau-frère de Pierre Aloncle, notaire à Maillac, dans lequel il lui demande « les trois escus » qu'il lui avait promis.
1693-1696.
2 E 646 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Testament de Michel Guillerot, sieur de Reullais, demeurant à Maillac, « lequel gissant au lict mallade, saingt toute fois desprit et dantandemant, considerant quil ny a riens de sy sertain que la mors ne chauze pleus insertaine que leure dicelle, ne voullant partir de se monde sans pourvoir au salleut de son ame et dispauser des biens quil a pleut a dieux leuy donner, recommande son ame a dieux le createur et la biens heureuze vierge Marie et a tous les saingt et saingte du paradis et que lors que son ame serat separéé de son corps elle soit colloquéé aut rant des biens heureux. » Il s'en remet, pour son service, à la volonté et « discression » de sa femme à laquelle il lègue « tous ces meuble aquais et le tiers de ces propre ou la jouissansse de tous et chesque ces biens meuble immeuble et fons patrimoniaux sa vie durant au choix et obtion » de sa femme. — Procès-verbal d'Antoine Resnier, « huissier royal et immatriculle au siège « roial » de l'élection du Blanc, dans lequel il déclare que les taxeurs collecteurs des tailles de la paroisse de Maillac n'ont pas payé à Messire Jean Génitour Bichier, sieur d'Azay, conseiller du Roi et receveur des tailles en l'Élection du Blanc, une somme de 628 livres qu'il leur reste devoir sur la totalité des tailles de Maillac ; qu'en conséquence il a, de l'autorité « du Roy et de justice, prins et constitue prisonnier la personne de Anthoine Saunier, tixeran, demeurant au village du Mas, paroisse de Maillac, » l'un des collecteurs de ladite paroisse ; et qu'ayant voulu l'emmener dans la prison du Blanc, celui-ci lui avait demandé la permission de passer chez « son porte rolle » pour lui parler et savoir s'il n'avait pas d'argent « amace » (amassé). Et qu'en conséquence de cette permission qu'il lui avait donnée « il auroit subtillement passé par les derriere et ce seroit esvadé. » Autre procès-verbal dressé sur l'évasion de Jean Maillasson, un des collecteurs des tailles de la paroisse de Maillac, qu'un huissier royal avait « constitué » prisonnier à défaut du payement de 301 livres qu'il lui restait à payer au Roi sur la levée des tailles de Maillac, et auquel il avait « faict commendement de le suivre » pour être conduit dans la prison de la ville du Blanc ; que ledit Demaillasson s'était refusé à le faire et s'était évadé.
1697-1700.
2 E 647 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Liste des tenanciers de la tenue du Mas et de la Bernardrie : George Guillerot, Jean Nicauld, Pierre Aloncle, Jean Aloncle, etc., au nombre de vingt. — Décharge donnée à Bonaventure, métayer de la Croux, des bestiaux appartenant à maître Des Fréraux, « en sa charge et guarde pour la somme de dix neuf vint livres. » — Demande en dégrèvement d'impôts adressée « a Messieurs les presidans, lieutenant, eslus, accesseurs et recepveurs en lelection du Blanc en Berry, » dans laquelle les « pauvres habitans de la paroisse de Maillac remonstrent comme aultre fois leurs miseres et calamites quil soufre incessament a cauze des tailles et sommes quy leurs sons impozes tous les ang ne pouvent plus subsister et mesmes la plus grande partie des habitans de ladite paroisse et des plus moyenes (aisés) ont quitte et abandonne icelle voyant la surcharge de la taxe inposee. » Ils ajoutent qu'il n'y a plus dans ladite paroisse que de pauvres maçons manœuvres qui vont travailler « au pais de France » et que même ils n'avaient rien gagné la présente année, ce qui portait grand préjudice aux veuves et orphelins de la paroisse qui, sur les soixante-dix feux dont elle est composée, en compte plus de mauvais que de bons ; qu'en outre la récolte de blé a été si petite qu'elle ne suffira pas à ensemencer les terres, etc. — Estimation du bétail et des objets d'une ferme : « les deux grand beuf huy vaing et quinze livres ; les deux petis a huit vaingseing livre ; » plusieurs taures (génisses ou jeunes vaches) à 22, 18, 16 et 15 livres ; deux vaches suitées, 22 et 27 livres ; quatre taurins (jeunes taureaux), deux à 25 livres et deux à 20 livres : « le grand thoraux a 55 livres ; la gement (jument) et son poullin, 30 livres. Les deux chaches (truies) et huy petit chochons a 15 livres. Les deux jout (joug) garnis de joulle et de talladoire a chequn 40 sous, » etc. — Notes de recherches à faire dans les minutes. — Liste d'objets mobiliers donnés par testament : « deux hault de chosse ; » des couvrechefs (coiffures de femme) ; trois pelisses ; un corps de drap (sorte de corsage de femme) ; pelles à « espandre » le fiant (fumier) ; un « pardeux » pour atteler les bœufs, etc. Fragment d'une liste d'imposition pour la paroisse de Maillac, comprenant les Regnardières, le Bost, Monbreignaud, la Vaudelle : Léonard Briard et Pierre Brachet, laboureurs « a deux paires de beufz, métayers a monsieur de Roddes, » 25 livres 7 sous ; un sabotier, 12 livres ; un journalier, 9 livres ; un maçon, 8 livres, etc. — Déclaration féodale des domaines et héritages situés au village des Grands Peux, paroisse de Croumais, appartenant à Léonard Jolly, laboureur ; ladite déclaration faite par-devant le juge sénéchal en la juridiction du château de Saullignac : maison couverte « a thuyles, » grange, jardin, etc. — Liste d'objets mobiliers : deux « oules » (marmites) ; trans (fourches à trois dents) ; un « trapics ; » un « cofinos » (coffineau, sorte de cuillère en forme de pipe dont le manche est creusé comme un tuyau et qui sert à puiser l'eau dans un seau quand on veut boire) ; fil de gros, draps de gros (toile de gros chanvre) ; draps de brin (toile de chanvre fin) ; une « ballasse » (paillasse ?), etc.
[1600]-[1700].
2 E 648 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Promesse par Pierre Gallet, « masson et tisserant, » demeurant au village de Mondon, paroisse de Maillac, de « eximer, garentir et indamniser » Jean Bertholon, maçon, et Mathurine Maygret, sa femme, demeurant au village de Menussat, paroisse de Jouhat. de la levée des tailles de la paroisse de Maillac, année 1699, pour laquelle année Gallet était collecteur. La garantie est aussi bien envers le receveur desdites tailles qu'envers les autres collecteurs pour la susdite année, « tant des tailles partagées qu'a partager. » — Vente, moyennant la somme de 350 livres, par Charles Nicaud, sieur des Busières, demeurant au village de Montbraignaud, paroisse de Maillac, à Charles Gervais, « bourgois de Paris, demeurant dans la ville de Paris, charge de proucurasion de Monsieur le Marquis de Rodhes, » de trente pieds d'arbres « chainne » marqués, à prendre dans la « gorsse (gorce, châtaignier, bois de châtaignier,) apellee de la Fons Chebrie, » et quatre-vingt-dix-huit pieds d'arbres « chainne quy son dans la gorsse appellee de la Breniaudiere, » située près le village de Monbraignaut. — Signification d'appel d'une sentence rendue en l'Élection du Blanc contre Jean Demaillasson, marchand, et ses consorts, collecteurs de la paroisse de Maillac pour l'année 1699, faite à la requête dudit Demaillasson et consorts, par Dumas, huissier et sergent royal, demeurant au Blanc, paroisse Saint-Étienne, reçu et immatriculé au siège royal de Montmorillon ; ladite signification adressée à Jean de Villiers, bourgeois de Paris, chargé du recouvrement de la finance des amendes qui se jugent en l'Élection du Blanc, à la requête duquel ladite sentence avait été rendue. — « Dénonciation » par Trébilhon, huissier royal, à maître Pierre Aloncle, notaire royal à Maillac, de tous les actes « sujest à insinuations portes par ledit de creation des offices des greffiers des insinuations layques, datte du mois de decembre 1703, » et l'arrêt du Conseil rendu en conséquence ordonnant que les droits d'insinuation seront payés au sieur Simon Miger, bourgeois de Paris, chargé par le Roi de la vente des offices de « greffiers des insinuations layques, » créés par édit du mois de décembre 1703, soit à lui soit à ses procureurs ou commis ; « ensemble la declaration du Roy rendue en interpretation dudit edit rendu a Versailles le 19 juillet ensuivant ; et copie des ordonnances d'attages (attaches) mise au bas diceux par M. lentandent, signee Rouiault et Cassot, le tout pour que il nen ygnore, le sommans de sy conformer, sur les painnes et amende y portes. » De plus ordre de délivrer audit sieur Miger, entre les mains de M. Chauldron, contrôleur des exploits, « actes et autres, demeurant en la ville et bourg de Saint-Benoist, faisant la fonction de lun desdit offices par commission, et ce a compter du premier janvier dernier jusqua ce jour, et den continuer a luy fournir ledit etat a lavenir de trois mois en trois mois, aux offres de luy payer les droist a luy atribuez pour ladite declaration, et de luy rembourser le papier ce timbre que il employera. » Ladite « dénonciation » est faite à la poursuite et diligence de maître François Faucheront, procureur dudit maître Simon Miger pour faire le recouvrement de la finance provenant de la vente desdits offices, de « celles qui seront vendue en la généralité de Bourges, » demeurant à Bourges, rue Cage-Verte, paroisse du séminaire. — Bail à ferme, pour trois ans, moyennant la somme annuelle de « traize vingt dix livres, » par Alexandre Pousset, « coumis de Monsieur Gervais, » demeurant à la forge de Mondon, paroisse de Cromac, à Philippe Redaux, meunier, demeurant au bourg de Cromac, du moulin de Mondon « velgermant apellé » le petit moulin de Mondeugne, « avec tous les subget et estraignable quy despande dudict moullain et du grant moullain de Mondon » (les sujets et estraignables d'un moulin étaient ceux qui étaient astreints à y faire moudre leur blé). Ce moulin consiste en une maison, plus « unne espaisse de lougis a prandre dans le lougis appelle la Verne de Mondon, du caute de la maisson dudict moullain jusque a la premier poudre » (poutre) ; plus un petit appentis et un « jardrain. ».
1701-1705.
2 E 649 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Testament d'Antoine de Puiferrat, « laboureux », demeurant au « villaige » du Cheux-Bardin, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles. — Inventaire des « meubles morts et vifs, papiers et titres » dépendant de la succession et communauté (association de deux ou plusieurs individus ou familles qui vivaient en commun) d'André et Pierre Aumasson et leurs femmes, Marie Depuiferrat et Madeleine Descombes : « six livres de vaisselles d'estaing, en œüvres, » 15 livres 12 sous ; pelles ferrées ; un tour de lit de droguet ; bancelles (petits bancs) ; un « dressoir à mettre de la vaisselle ; » trois paniers à mouches (abeilles), 6 livres ; trente boisseaux de blé, mesure de Saint-Benoit-du-Sault, 22 livres 10 sous ; trois paires de « joüilles » pour lier des bœufs, 20 sous ; 160 livres de fer « en reilles, » 20 livres ; des dards (faux) ; une « arminette » (erminette) ; une « asseaux » (asciau, outil de charron et de laboureur) ; deux devantiers (tabliers) ; « une arnois a labourer » (charrue, le mot harnais s'emploie en Berry pour toute espèce d'engins), etc. — Étiquette imprimée sur bois ou avec des caractères à jour, portant les armes de France ayant à droite et à gauche un tonneau de poudre et un canon avec l'inscription suivante : « de. par le Roy, povdre. fine. a, giboyer, faite, av. movlin. royal, de. Saint Iean Dangely ». — Nomination de collecteurs des tailles de la paroisse de Maillac. — Reconnaissance de 20 sous « pour cause de prest » faite à Pierre Aloncle, notaire royal à Maillac. — Copie de l'extrait de baptême de Silvain, fils de maître Pierre Aloncle et de Radegonde Berthon, signé Paillet, prêtre, curé de Maillac, archiprêtre de Ranquon, diocèse de Limoges. — Vente du domaine des Peux Garniers, contenant en prés, terres et pâtureaux cinq à six séterées de terre, faite par maître Pierre Souffrain, écuyer, sieur de Lavergne, capitaine au régiment des Landes, fils et héritier de feu maître Joseph Souffrain, écuyer, sieur de Lavergne, demeurant au bourg et paroisse de Mouhet, à maître Robert Roy, sieur de Montrot, prêtre, « osmonier » des chapelles de Rode, Cost et Bridiers, demeurant au lieu de la Grande Vergne « soubz Rode », susdite paroisse ; et ce, moyennant la somme de 325 livres dont le sieur de Lavergne était débiteur envers le sieur de Montrot.
1706-1718.
2 E 650 Pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Supplique de François Demonbreignault, habitant de Maillac, à l'élection du Blanc, par laquelle il se plaint d'être imposé à 45 livres, quoiqu'il n'ait que deux vaches de labour qu'il tient même de cheptel, et que le peu de bien qu'il exploite, appartienne, en partie, aux enfants mineurs de Mathurin de Montbreignaut, tandis que des « exploitages » à quatre bœufs, appartenant à celui qui exploite, ne sont imposés qu'à 30 livres. En conséquence, le suppliant demande que sa taxe soit abaissée à 30 livres, somme qu'il trouve encore trop forte. Suit l'injonction des élus aux collecteurs « de taxer le supliant en conciancc et luy proportionner une cotte a son estat et faculte et a celles des autres habitans sous les peines que de droit. » — Autre supplique pour dégrèvement d'impôts, motivée par des pertes de fortune. — État des habitants de la paroisse de Maillac qui, au nombre de 36, n'avaient pas payé, au 6 avril 1723, les termes des mois précédents ; le plus imposé, l'est de 56 livres, et le moins, de 2 livres 18 sous. — Lettre d'un jeune homme, sur le tour de France, écrite de Meaux à Pierre Aloncle, notaire à Maillac. — Promesse, faite par le même Pierre Aloncle à maître Jean Apay, de lui payer, à Noël 1725, la somme de 69 livres « à chause de vante et de delivrance dun beuf. » — Certificat, en date du 19 mai 1726, signé par J. Demaillasson, syndic de la paroisse de Maillac, et Pierre Aumasson, habitant de la même paroisse, constatant que Pierre Auvillin est « garçon » de ladite paroisse de Maillac, qu'il a tiré au sort le premier mai (1726), qu'il s'offre à « aller au lieu et place » de Gabriel Aloncle, et qu'il est apte à faire ce remplacement, comme étant de la paroisse de Maillac. — Acte de prise de possession de la chapelle de Rodes, et de celle de l'église de Mouhet, par messire Michel Borianne, prêtre, aumônier et chapelain desdites chapelles, et ce, en vertu de « la donnation et nomination a luy faite par hault et puissant seigneur » de Mesgrigny et de Vandœuvre, baron de Cros et la Maisonfort, vicomte de Bridiers, seigneur de Rodes et autres « plasses. » — Lettre datée de Paris, adressée par Delouche à Mademoiselle de Lalye, aux Chézeaux, près Saint-Benoît-du-Sault.
1720-1731.
Aloncle P. retour
2 E 608 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Contrat de mariage entre Léonard Barraud, sabotier et laboureur, demeurant au village de La Roche, paroisse de Saint-Légier-Manaizies, ressort de la Basse-Marche, d'une part, et Madeleine Brachert, demeurant au village des Renardières, paroisse de Maillac, sénéchaussée de Montmorillon, d'autre part : ladite Madeleine se constitue en dot « dung lict garny de couette, couessin, couverture de lict, deux robbes de drapt, avec une cotte en la charge de ses abis, quelle porte hordinairement, le tout usaige de villaige, six lincieux de chanvre et meslis, dix-huict couvreschefz, un coffre fermant a clef, tenant quatre boyceaux de bled ou environ, et la somme de sept-vingtz livres tournoiz. » — Vente par Jeanne de Piégut et Jacques Jamoct, son fils, marchand, demeurant tous les deux au bourg de Saint-Sulpice-Terre-aux-Feuilles, à François Auchastrère, maçon, demeurant au village de Gorce, même paroisse, d'une pièce de terre appelée du Ballaugier, mouvance de la seigneurie de Puy-Laurens ; ladite vente faite au prix de 16 livres tournois, payées comptant par l'acquéreur, en « piesses de cinquante-huict solz, quars descus et aultre monnoye blanche. » — Quittance de la somme de 11 livres tournois, consentie par Léonard Mathé, laboureur au village des Rivailles, paroisse de Cromac, à Léonard Joly, laboureur au village des Grands-Peux, même paroisse ; ladite somme restant due sur celle de 27 livres, montant d'une obligation. — Inventaire des meubles de feu Jacques Martin. — Baillette entre Léonard Pierre et Léonard Silvain, des biens appartenant à M. de La Font.
1640-1642.
Aloncle (Silvain) retour
2 E 609 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Sommation faite, par Mathurin Silvin, marchand, demeurant au lieu noble de La Touche, paroisse de Chaillac, aux habitants de la paroisse de Maillac, de nommer des procureurs syndics « pour ferre les afferres dicelle parroisse ; » à laquelle sommation, lesdits habitants n'ont fait aucune réponse, ils n'ont mis non plus aucune diligence à nommer lesdits procureurs. — Vente par messire René de Bersolle, chevalier, seigneur, baron des Bastides, La Roche-Busson et autres lieux, demeurant à La Roche-Busson, paroisse de Mérigny, à André Guillerot, marchand, maître de la forge de Mondon, paroisse de Maillac, de 220 « arbres chenes, à prendre dans le bois et forêt des Bastides, » sise en la paroisse de Jouac, et à choisir dans l'étendue de ladite forêt ; cette vente est faite à la charge par l'acquéreur de couper, débiter et ôter ledit bois dans le délai de 2 ans, et en outre de payer la somme de 1, 600 livres tournois, dont 600 livres ont été baillées comptant et le surplus payable aux ternies de Noël et du carême en suivant. — Reconnaissance donnée par Pierre Bourdillon, maître tailleur de pierres, à André Guillerot, fermier de la seigneurie de Mondon, demeurant au village de Monduguié, paroisse de Maillac, de la somme de « huit vingt livres » et de 24 boisseaux de blé pour fin de payement de la somme de 360 livres et desdits 24 boisseaux, aux termes d'un accord fait entre les susdits, par lequel Bourdillon était tenu de faire un fourneau au lieu d'Abloult. — Accord et marché conclu entre Léonard Duplant, marchand, demeurant au bourg de Jouart, et Pierre Baunamit, tailleur d'habits, demeurant au village de La Vaudelle, paroisse de Maillac ; aux termes duquel marché, ledit Duplant s'engage à payer, pendant un an, audit Baunamit, la somme de 15 sous par mois, pour l'apprentissage de son fils Louis Duplant. — Bail à ferme, pour une année seulement, par messire René Prévost, prêtre-curé de Saint-Georges-des-Landes, à Denis Alaigesse, Pierre Rollain, Mathurin de Puiferat, Pierre Aubrun et Guillaume Auvillain, laboureurs, charpentiers ou tailleurs, du « cartier de Jagoin avec ses enclaves, » moyennant la quantité de 26 setiers de seigle, mesure de Saint-Benoît-du-Sault, payable « au jour et fête » de Notre-Dame de septembre.
1642-1643.
2 E 610 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Acte par lequel Léonard Trébilhon, marchand, demeurant au lieu de la Maison-Neuve, paroisse de Maillac, promet servir de caution pour une somme de 10 livres, due à Pierre Martin, par Hugues Aumasson, maréchal, demeurant au village de Piégut, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles. — Transaction passée entre André Guillerot, fermier de la seigneurie de Mondon, et Pierre Bourdillon, tailleur de pierres ; par laquelle transaction, Bourdillon s'oblige à faire, en la maison ancienne de la métairie de Saint-Georges, les murailles qui ont besoin d'être refaites et les hausser de 2 pieds, savoir : le pignon du côté de la bergerie, avec le pan du côté de la basse-cour, et la moitié du pignon qui reste à faire. Bourdillon promet en outre de couvrir ladite maison de tuiles et refaire la cheminée, le tout moyennant la somme de 40 livres, payables par Guillerot à Bourdillon, à condition que les travaux seront achevés « au jour et fête de Pasques charnelles. » — Reconnaissance par Silvain Petit, charpentier, Antoine Mathière, aussi charpentier, et Pierre Nicaud, meunier, à André Pichon, de la somme de 21 livres tournois, adjugée à chacun d'eux pour leurs « salaires, journées et dépenses, » employées à la visite des réparations à faire aux bâtiments, moulins et étangs des seigneuries de Rodes, Mondon et autres lieux. — Nomination des collecteurs de tailles de la paroisse de Maillac. — Vente de fonds situés à La Vaudelle, en mouvance des seigneuries de Mondon et Puilaurent. — Nombre d'actes de fermage, de vente et d'échange. — Acte par lequel Coustureaux, marchand, demeurant au village de La Bastyde, reconnaît avoir reçu de messire Antoine Ballet, prêtre-curé du bourg et paroisse de Maillac : un lit garni de « couette, couessin, » couverture de lit et un « chaillict » (bois de lit), 2 landiers, 6 plats d'étain et 30 lincieux de chanvre, 10 chefs de « berbis » tant mâles que femelles, etc., etc. « En quoy ledict Ballet estoit tenu et aublige par contract de mariaige. ».
1644.
2 E 611 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Acte par lequel Léonard Trébilhon, marchand, demeurant au lieu de la Maison-Neuve, paroisse de Maillac, promet servir de caution pour une somme de 10 livres, due à Pierre Martin, par Hugues Aumasson, maréchal, demeurant au village de Piégut, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles. — Transaction passée entre André Guillerot, fermier de la seigneurie de Mondon, et Pierre Bourdillon, tailleur de pierres ; par laquelle transaction, Bourdillon s'oblige à faire, en la maison ancienne de la métairie de Saint-Georges, les murailles qui ont besoin d'être refaites et les hausser de 2 pieds, savoir : le pignon du côté de la bergerie, avec le pan du côté de la basse-cour, et la moitié du pignon qui reste à faire. Bourdillon promet en outre de couvrir ladite maison de tuiles et refaire la cheminée, le tout moyennant la somme de 40 livres, payables par Guillerot à Bourdillon, à condition que les travaux seront achevés « au jour et fête de Pasques charnelles. » — Reconnaissance par Silvain Petit, charpentier, Antoine Mathière, aussi charpentier, et Pierre Nicaud, meunier, à André Pichon, de la somme de 21 livres tournois, adjugée à chacun d'eux pour leurs « salaires, journées et dépenses, » employées à la visite des réparations à faire aux bâtiments, moulins et étangs des seigneuries de Rodes, Mondon et autres lieux. — Nomination des collecteurs de tailles de la paroisse de Maillac. — Vente de fonds situés à La Vaudelle, en mouvance des seigneuries de Mondon et Puilaurent. — Nombre d'actes de fermage, de vente et d'échange. — Acte par lequel Coustureaux, marchand, demeurant au village de La Bastyde, reconnaît avoir reçu de messire Antoine Ballet, prêtre-curé du bourg et paroisse de Maillac : un lit garni de « couette, couessin, » couverture de lit et un « chaillict » (bois de lit), 2 landiers, 6 plats d'étain et 30 lincieux de chanvre, 10 chefs de « berbis » tant mâles que femelles, etc., etc. « En quoy ledict Ballet estoit tenu et aubligé par contract de mariaige. ».
1645.
2 E 612 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Ferme par François Dubrac, marchand, demeurant au lieu noble de Beauvest, paroisse de Saint-Tillère-la-Trille, à Léonard Trébilhon, marchand, au lieu de la Maison-Neuve, paroisse de Maillac, des « troys quartz et troysiesme partye de tout le poisson quy est a presant et quy se trouvera dans lestans de Beauvest apartenant audit Dubrac, fors et excepté deux brochées des plus beaux et la moytié de la perche et aultre petit poisson quy partaigerons par moityé, avec les deux plus belles angilles, quy se trouverons dans ledit estans, qui demeurons audit Dubrac ; » la présente ferme faite au prix de 75 livres, payable « dans le jour et faiste de Paisque charnelles. » — Partage fait entre Mathurin Aumasson, « masson, » demeurant au village du Masgrimault, paroisse de Maillac, d'une part, et Gervais Cacard, aussi « masson, » et « Hysabaux » Aumasson, sa femme, d'autre part. — Quittance baillée par Silvain Dulathie, sabotier, à Jehan Martin « pour raison de doct et promesse de mariage. » — « Compte portant obligation » entre André Guillerot, fermier de la seigneurie de Mondon, et Léonard Pradeaux, « musnier, » demeurant au moulin de Mondon.
1646-1647.
2 E 613 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Reconnaissance et déclaration de fonds situés dans la tenue des Grands-Peux, seigneurie de Soulignaut, par Bonaventure et Antoine Cornichon. — Déclaration des domaines et héritages du Lattier et de la tenue du Recloux. — Vente par Pierre Cornichon, marchand, et Pierre Dubrac, et Léonard Dulathier, son gendre, laboureurs, à maître Mathurin de Maillasson, arpenteur, demeurant au village de Préborat, paroisse de Croumas, de la moitié d'un pré contenant 2 « journaulx de foulcheur » moyennant le prix de 60 livres tournois, payées comptant par l'acquéreur, « en pistolle d'Espagne, en piesses de cinquante huict solz et aultres bonnes monnoyes blanches. » — Déclaration et reconnaissance par Silvain des Recloudis, laboureur, au profit de la Seigneurie de Soulignac, de la tenue des Grands-Peux, paroisse de Craumas, consistant en une rente noble, féodale et foncière de 40 sols d'argent, 15 boisseaux de froment, 24 boisseaux de seigle, 28 boisseaux d'avoine, le tout mesure de Terre-aux-Feuilles, payables, chaque année, le jour et fête de Saint-Michel. — Bail à ferme à moitié fruits, consenti par maître André Guillerot, fermier de la seigneurie de Mondon, demeurant au bourg de Maillac, à Léonard Braud, laboureur, demeurant au bourg de Saint-Georges-les-Landes, de la métairie de Lespost, ses appartenances et dépendances, pour le temps et espace de 7 années et à la charge, entre autres conditions, de payer chaque année au bailleur une douzaine et demie de fromages « bons et raisonnables, » 4 livres de beurre, 6 poules et 4 chapons, 2 oisons, et pour le gâteau, la somme de 30 sols. — Accord, « pactes et convenances, » entre Mathurine Briard, veuve de Silvain Dubrac, demeurant au village des Courtiers, paroisse de Maillac, d'une part, et Pierre Dubrac, maçon, et Marie Canin, sa femme, demeurant audit village, d'autre part. Aux termes duquel accord ladite Mathurine Briard déclare qu'elle n'a jamais eu, et n'aura jamais de communauté de biens meubles et immeubles, avec lesdits Dubrac et Canin, quoiqu'elle demeure avec eux, ce qu'elle ne fait que par « familiarité et amitié. ».
1648.
2 E 614 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Acte par lequel Mathurin Silvain, marchand, demeurant au village de La Vaudelle, paroisse de Maillac, reconnaît devoir et promet payer à la Saint-Michel prochaine, à Pierre Guellion, prêtre, vicaire du prieur de Maillac, la somme de 80 livres tournois qui lui a été prêtée. — Reconnaissance par Pierre Martin, tailleur d'habits, à Léonarde Perrot, sa femme, de la somme de 300 livres tournois, pour doter une de ses sœurs ; ladite somme provenant de la vente du bien patrimonial de ladite Léonarde Perrot. — Acte par lequel Antoine Audoc, laboureur et sabotier, demeurant au village des Roufières, paroisse de Maillac, accepte, moyennant 55 livres en principal, plus les lods et ventes, d'Antoine Bourain, marchand, l'offre de retrait conventionnel de certains immeubles, vendus par ledit Bourain, et consistant en une maison et jardin. — Bail à ferme à moitié fruits, par maître Philippe Guillerot, sieur de la Brosse, à Pierre de Raballière, laboureur, demeurant au village de Recullas, d'une métairie sise audit lieu ; lequel bail est fait pour 5 ans, à la charge, entre autres conditions, de payer chaque année 6 fromages, 6 poules, 2 livres de beurre « au jour et fête » de Saint-Jean-Baptiste, et un gâteau de la valeur de 20 sous au jour et fête des Rois. — Constitution d'une rente annuelle et perpétuelle de 7 livres, par Daniel Symonnet, journalier, et Léonarde Silvain, sa femme, demeurant au village du Bosc, paroisse de Maillac, à Étienne Briard, laboureur, demeurant au village des Renardières, même paroisse. — Contrats de mariage entre François Gaulliet, tailleur de pierres, demeurant au village de Soullier, paroisse de Maillac, et Marie Desbrosses, veuve de feu Jean Dumasgrimauld, demeurant au village de Dumagrimault, même paroisse ; — entre Antoine Gaulliet, fils dudit François, et Anne Dumasgrimauld, fille de ladite Marie Desbrosses. Ledit contrat est fait sous le régime de la communauté de biens.
1649.
2 E 615 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Testaments : de Marie Thoumas, femme de François Pisson, demeurant au château de Puylorans, paroisse de Saint-Georges-les-Landes ; par lequel elle donne à son mari tous ses biens meubles et immeubles, acquêts et conquêts et le tiers de son patrimoine ; — de Jean Martin, maçon, par lequel, après avoir recommandé son âme à Dieu le créateur, Père, Fils et Saint-Esprit, un seul Dieu auquel il croit et a mis toute son espérance, il donne à Mathurine Thoumas, sa sœur utérine, 80 boisseaux de « bled seigle, » sa vie durant, à prendre dans son bien patrimonial et ses immeubles acquêts, à la charge de « faire et porter sa charité pendant lan de son anterrement, » et en outre la somme de 20 livres, pour acquitter les frais de ses autres services et funérailles, au cas où les autres héritiers, qui y sont obligés, ne le feraient pas. — Acte par lequel Marguerite Thoumasson, demeurant au village de la Chiradde, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles, déclare n'avoir jamais eu et ne vouloir aucune communauté de biens avec Salomon Apierre et Claudine Thoumasson, ses beau-frère et sœur, avec lesquels elle demeure, et elle s'engage à rembourser dans 6 mois audit Salomon la somme de 300 livres qu'il lui a prêtée pour acquitter ses dettes. — Contrat de mariage entre Mathieu Demaillasson, demeurant au village de Maillasson, et Marguerite Nycaud, par lequel celle-ci se constitue en dot la somme de 1,000 livres et divers objets mobiliers. — Cession et donation par Jean Silvain, marchand, et Françoise Nicault, sa femme, à Guillaume Jolly et Anne Silvain, sa femme, leur beau-frère et belle-sœur, de tous les « noms, raisons, droits, etc. » qu'ils ont acquis des héritiers de feue Marguerite Canin, lesdits droits sis et situés dans les villages du Mas et des Courtières. Et ce à cause des bons et agréables services qu'ils en ont reçus. — « Asance et afferme pour trois annés consequtives » par Jean Desrecloudis, marchand et fermier du fief de La Bure, à Léonard Gaullier, laboureur et sabotier, demeurant au village des Petits-Peux, paroisse de Cromac ; des « paiquaiges de la Goutte Noyre (goutte : mare, petit étang), a prandre despuis la pescherie de la Goutte Noyre et au pastural dudit Desrecloudis et a la terre des Cornichons, tirans le chemain quon va de la Goutte Noyre a Soullignac et tirans aussy au champ appelé du Perteus ; » et ce, moyennant la quantité de 30 boisseaux d'avoine, dont 10 de grosse et 20 de menue, mesure de Saint-Benoît-du-Sault, et quatre « poulais, » le tout payable à la Saint-Michel.
1650-1651.
2 E 616 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Bail à ferme pour sept ans, par Gervais Cacard, tailleur de pierres, demeurant au village des Courtières, paroisse de Maillac, à Pierre de Reballière, journalier, demeurant au village des Rivailliers, paroisse de Cromac, d'une maison et plusieurs morceaux de terre, moyennant la somme de 4 livres 10 sols tournois, payable chaque année « en la feste » de Saint-Martin d'hiver. — Testament de Françoise Faisant, veuve de feu François Aujordanne, demeurant au bourg de Maillac ; par lequel elle lègue à Jean et François Faisant, ses neveux, tous ses meubles et acquêts, immeubles et conquêts, dont elle les constitue « vrays propriateurs, » et en outre elle veut et entend qu'ils se fassent rembourser plusieurs sommes qu'elle a prêtées à plusieurs personnes y dénommées. — Sommation par Sulpice Dubrac et Antoine Nicault, collecteurs de la paroisse de Maillac, à Jacques Guillerot, procureur syndic de ladite paroisse, de « leur bailler par extraict les nouveaux venus et les tos perdus aux fains quils puissent travailler a lesgallement des deniers imposez eu ladite paroisse. ».
1652.
2 E 617 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Cessions faites par Jacques Dumasgrimauld, laboureur, demeurant au village Dumasgrimauld, paroisse de Maillac, à Léonard Dubrac l'aîné, marchand, demeurant au bourg de Maillac, de la somme de 26 livres, que lui doivent Mathurine Briard et Antoine Canin ; ladite cession consentie moyennant 26 livres que Dumasgrimauld devait à Dubrac, et dont ils se tiennent réciproquement quittes ; — par Mathurin Silvain, « pratissien, » demeurant à Montmorillon, en la paroisse de Saint-Martial, à André Silvain, son père, sabotier, de la somme de 200 livres à prendre sur tous ses droits à la succession de sa mère, Marie Pithon ; ladite cession faite moyennant pareille somme de 200 livres que ledit Silvain père s'oblige de payer à messire Pierre Pivert, prieur de Beaulieu, « promocteur et saincdict general de monsieur de Limoge, » pour la vente, faite par ce dernier audit Mathurin Silvain, d'un office de sergent royal. — Testaments : de Léonard Dubrac l'aîné, marchand, demeurant au bourg de Maillac par lequel il donne à Léonard Dubrac, son fils aîné, la somme de 400 livres tournois à prendre sur son bien après son décès, y compris une obligation dont il lui est redevable, et, au cas où ledit Dubrac fils voudrait inquiéter les autres héritiers, le don de 400 livres resterait nul et sans effet ; — d'André Valleau, marchand, demeurant au village de Puyferrat, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles, par lequel il lègue et donne tous ses biens à Léonard Perrot, son beau-frère, en raison de ses bons et agréables services.
1653-1654.
2 E 618 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Protestation des habitants de la paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles contre la nomination de commissaires pour la surtaxe des impositions. — Enquête faite à la requête de Martine de Lacost, veuve de Christophe Peillerin, et de ses enfants, Paul et Barthélemy Peillerin, demandeurs, contre Vincent Simonnet, défendeur ; ladite enquête ouverte au bourg de Prissac, pour établir les droits que prétendent avoir lesdites parties à un lopin de pré et à une gorce (châtaigneraie), où jusque-là les bestiaux ont pacagé promiguement et confusement. ».
1655-1656.
2 E 619 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Cession par Pierre Bonnamict, tailleur d'habits, à Étienne Briard, laboureur, demeurant au village des Renardières, « de tous et chascung les droictz tant civil que criminel que ledit Bonnamict pourroit avoyr a lencontre de sire Jehan Desrecloudis, marchant, pour raison de sertains exces crimines commis a la personne dudit Bonnamict, par ledit Desrecloudis, depuis douze jours en sa ; desquelz basteries ledit Bonnamict en auroit faict informer pardevant monsieur le juge lieutenant criminel du Blanc en Berry, et en auroit obtien (obtenu) un decret a lencontre dudit Desrecloudis. » Ladite cession faite moyennant la somme de seize livres tournois qui a été payée comptant. — Vente par Jean Dubrac, cardeur, et Martine Perpichon, sa femme, demeurant au village de Monbregnaud, paroisse de Mailliac, à Antoine Desbrosses, laboureur, de « tous et ung chascung les lieux, domoignes et heritages apartenant a ladite Martine Perpichon, a elle constituee en dopt et promesse de mariage par Jean Perpichon son oncle ; » ladite vente faite moyennant le prix de « douze vingt livres tournois, » dont 75 livres ont été payées comptant ; le surplus le sera : moitié un an après les présentes, moitié à la Saint-Michel la plus proche. — Obligation de la somme de 45 livres tournois, consentie par Pierre Vielet, maréchal, à Silvain Dailleq, maçon. — Résiliation de communauté entre Jean Desrecloudis, marchand, et Françoise Briard, sa femme, d'une part ; et Pierre Desrecloudis, aussi marchand, et Jeanne Lozellier, sa femme, d'autre part. Lesdites parties demeurant toutes au bourg de Saint-Georges-les-Landes. — Quittance par Gervais Caquard, laboureur, demeurant au village du Mas, paroisse de Maillac, à maître Jean Aloncle, notaire royal, de sa quote-part de la rente qu'il doit sur la tenue du Mas, dépendant de la seigneurie de Puylaurens.
1657-1658.
2 E 620 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Cession faite par Hugues Aumasson, laboureur et maréchal, demeurant au village du Mas, paroisse de Maillac, à Étienne Briard, laboureur et marchand, demeurant au château noble des Loges, paroisse de Saint-Légier-Manazière, de son droit à la moitié « dun certain contract darrentement pour raison de certains doumaynes que feu Me François Dubrac avoit baille a feu Leonard Aumasson, pere dud. Huges Aumasson et a feu Leonard Guanin.., montant led. contract a la soume de 5 livres 10 solz, payable par chascugne année, et esmortiçable a la soume de 110 livres » ; la présente cession faite pour le prix et somme de 55 livres, dont led. Aumasson était redevable aud. Briard à cause de vente et délivrance « de bled seigle » pour se nourrir lui et sa famille. — Vente, au prix de 100 livres tournois, par Antoinette Bouchet, veuve de feu Jean Bureau, demeurant au village de Mondon, paroisse de Maillac, à Philippe Guillerot, sieur de la Brosse, demeurant au bourg de Maillac, de quatre journaux de vigne ou environ située au « coste de Roussac proche des jeunes Plantes », mouvant de l'abbaye de Saint-Savin (ordre de Saint-Benoît, diocèse de Poitiers). — Accord par lequel Pierre Poyron, ancien meunier du moulin de la Sallesse, demeurant au village des « Grand Vielle Court », paroisse d'Arnac, s'engage à payer au sieur Pierre Mathieu, meunier dud. moulin, demeurant au village de la « Grange Vielle », la somme de 27 livres 10 sous montant des réparations à faire aud. moulin ; laquelle somme est payable, savoir : 13 livres 15 sous le jour de Pâques, et le surplus en la fête de la Toussaint prochaine : — Quittance par François Silvain, laboureur, demeurant au village de la Chardière, paroisse de Saint-Georges-les-Landes, à son gendre Étienne Aubrun, maçon, demeurant au village de la Ménardière, susdite paroisse, de la somme de 15 livres pour la nourriture et pension de Léonard Aubrun, fils dudit Étienne ; — et par Aubrun à Silvain, de la somme de 5 livres pour une année des intérêts de la dot de feue Catherine Silvain, sa femme. — Diminution de taxe par les collecteurs de la paroisse de Maillac en faveur de Jean Sallesse, maçon, demeurant à la Sallesse, en l'enclave d'Arnac, à la condition qu'il retournera faire sa demeure dans huit jours en ladite paroisse. — Estimation à 112 livres tournois de trois bœufs « arables de poil froumantin (couleurs des épis mûrs) et rouge, de laige savoyr, deux, cinq ans, et l'autre de sept ans », faite à la requête de Mathurin Silvain, laboureur, demeurant au village du Gas, paroisse de Saint-Georges-les-Landes, qui les tenait à titre de cheptel de « haulte et puissante dame de Counieulx, dame et mestraisse de Bellaibre. » — Reconnaissance de la somme de 20 livres tournois due par Martin Delacou, laboureur et vigneron, demeurant au village du Chastellier, paroisse de Prissac, à Philippe Guillerot, sieur de la Brosse, demeurant au bourg de Maillac, pour vente de blé seigle ; laquelle somme ledit Delacou s'oblige à payer en la fête de Saint-Michel prochaine.
1659-1660.
2 E 621 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Accord et marché entre Etienne Briard, marchand, demeurant aux Loges, paroisse de Saint-Légier Manazière, et Sulpice Terrade, charpentier, demeurant au village des Courtières, paroisse de Maillac ; par lequel Terrade s'oblige de faire la charpente d'une maison que Briard a fait construire dans le village des Renardières, ladite charpente composée « de trois fermmes de logis, deux poudre (poutre) quil fault escarrir, trois portes savoyr deux doubles, ranger le planchon et faire un mantost de cheminee, escarrir quatre filliere et le fais et les gambes de forces et deux montans, et taillier le reste, le touct faire ladite charpante dans la prochaine faiste de Nostre-Dame de Mi-aoust, en ce que led. Briard sera tenu de fournir de bois et aider a faire la lievee de ladite maison, et faire les frais de nourriture » ; moyennant la somme de 60 livres « en cas que la charpante soit levee sur gambe de force », sinon de 55 livres. — Quittance par Pierre Dumasgrimaud, laboureur, demeurant au village des Renardières, paroisse de Maillac, à Me Jacques Guillerot, notaire royal, et dame Marguerite Dubrac, de la somme de 250 livres tournois qui lui était due en qualité d'héritier de feu Messire Pierre Rueillon, prêtre. — Bail à ferme pour un an, fait au prix de 4 livres, par Jacques Silvain, marchand au bourg de Maillac, à Pierre Gaulchier, notaire, demeurant au village des Triabières, paroisse de Saint-Georges-les-Landes, d'une grange couverte « a tuille » sise audit village. — Testament de Marguerite Dubrac, veuve de Pierre Nicault, par lequel elle lègue tous ses biens à son fils Jean Nicault, en qui elle a une « particuliere confiance, a la charge de doter Margueritte et Jehanne Nicault, filles de Georges Nicault et de Marie de La Mareschere, de la somme de 150 livres a chascugne delles, et la somme de 60 livres a Marie Nicault, fille de feu Silvain Nicault et Jehanne de La Mareschere, lors et au temps quelles auront trouve party convenaible pour se marier ; et au cas ou elles decedderoient avant questre mariées, le présent don demeurera neul et sans effect. ».
1661.
2 E 622 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Quittance par Jean Dubrac, maître sergetier, demeurant au village de Montbrignaud, paroisse de Maillac, à Antoine Desbrosse, laboureur, demeurant au village de la Palisse, paroisse de Cromac, de la somme de « huit vingtz cinq livres » due par ce dernier pour prix de vente. — Quittance réciproque entre Jean Aupetit, marchand, demeurant au village de Plantedis, paroisse de Saint-Georges les Landes, et Pierre Thoumas et Pierre Audoucet, tous deux laboureurs et sabotiers, demeurant l'un au village de la Ménardière et l'autre au bourg de Saint-Georges, de la somme de 75 livres 7 sous, levée sur les tailles de ladite paroisse dont ils étaient collecteurs l'année précédente ; laquelle somme ils ont partagée entre eux. — Obligation par Sébastienne Desbrosse et ses enfants, demeurant au village du Couder, paroisse de Maillac, à Jean Guillerot, notaire royal, demeurant susdite paroisse, de la somme de « quatorze vingtz livres tournois a cause de vante et delivrance de bled saigle pour la nourriture et entretenement deux et de leur famille. » — Vente par François Rouffaud, sabotier, et sa femme, demeurant en la « bordrie et meynagerie de la singnerye de la Croux », paroisse de Cromac, à Me Gilbert Bardet, notaire du vicomte de Brosse, demeurant au village de Moellenber susdite paroisse, de deux boisselées de terre appelées « aux Boux Bourin », situées audit village de Moellenber, moyennant le prix de 10 livres tournois. — Ferme pour cinq ans, moyennant la somme annuelle de 3 livres, par Sulpice Dubrac, marchand, demeurant au village du Souiller, paroisse de Maillac, à Antoine Galletard, me serrurier, demeurant au village « de Laige du Lac », en l'enclave d'Arnac, d'une « anclume de fert batteu de mareschal, ayent deux bicorne lune rondde et lautre carrée. ».
1662.
2 E 623 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Procès-verbal, dressé à la requête de messire Léonard Rabby, prêtre, curé de Cromac, pour le prélèvement de la dîme qu'il a droit de prendre sur un champ « en novaille » sis sur sa paroisse, et qu'il avait commandé à son neveu, Pierre Dudougnon « soubdiacre », de percevoir ; lequel « s'est mis en debvoir de dîmer ledit champ, seroit getté sur luy trois des anfans de Gaspard du Rieux, escuer, sieur de Fontbufeaux, asisté de sept huict personnes, tant de leurs serviteurs et aultres inconnus, armes de bastons a fer et espée et aultres armmes lesquelz luy ont osté la gerbbe que ledit Dudouignon avoit prainsse et levée, en jurant et blaphemant le nom de Dieu quil ne leveroit point la dime ny qui n'en emporteroit aucune gerbbe, et que sy ne se retiroit, quy luy coupouroit les oreilles, et ny ayent affaire pour luy, et quil le peyroit ou il l'atraperoit ; lesd. sieur Rabby et Dudognion, voyant la fureur et force desdits du Rieux et leurs complices, et crignant unne escandelle, se seroit retires. » — Acte par lequel Jean des Recloudis, marchand, demeurant au bourg de Saint-Georges, a dit et déclaré à René Prévôt le jeune et Renée des Recloudis sa femme, fille et gendre dudit Jean, « quy leur restoit un coffre fermant a clef tenant dix boiceaux ou environ et a faict conduire ledit coffre avec beufz et charrette en la porte dudit Prevost, estant led. coffre neuf fermant a clef, estant ladite serrure et ferrure neufve ; lequel dict Prevost tout esmeu de collere a dict audit Desrecloudis de faire descandre ledit coffre de la charrette, et le faire mezurer sy tenoit les dix boiceaux ; et a mesme instant ledit Desrecloudis a faict descandre ledit coffre et a soumé ledit Prevost de le faire mezurer. Ledit Prévost esmeu de collere en blaphemant le saint nom de Dieu quil vouloict voir sy la serrure estoict bonne, et lon luy donna la clef ; lequel Prévost ayent heu la clef, de rage et de malice, layant misse dans led. coffre en faizant sanblant de lourir, a force la clef dudit coffre dans la serrure de force et violance, et aussy en mesme temps esmeu aussy en jurant le saint non de Dieu a prains un livier, et frapant sur ledit coffre, disant quil le vouloict ronpre et quil en avoict asses dautre, ledit Desrecloudis veu la fureur dudit Prevost c'est retiré et luy a lessé le coffre entre ses mains. » Et quittance par ledit Prevost à Pierre Desrecloudis, fils dudit Jean, de la somme de 30 sous pour fermage du « gouigre » (regain) d'un pré ; ladite somme payée en « un louis de trante solz. » — Sommation par Me Louis Poujaud, sieur de Lamour, notaire du bourg de Saint-Maurice en Poitou, aux receveurs et contrôleurs du bureau des traites établi à Maillac, de lui donner un passavant pour la conduite de « quatres barique de vin qu'il veut envoyer quérir du costé de Limoge ou Engoumois pour mener en sadicte maison de Saint-Maurice, pour y estre beut et vendent en detal, a pot et a pinte, de crainte que les gardes generaux ne luy areste ses charetes sur un chemin, comme n'estent certain sy les traictes ont cours dans ces pays et provinces. » Et délivrance du passavant à la charge de payer le droit des quatre barriques de vin s'élevant à la somme de 28 sols que ledit Poujaud a consignée entre les mains des receveurs et contrôleurs, avec faculté de « s'en pourvoir, ainsy quil verat bon estre, pour avoir repetission de son argent sy le cas y eschoit. » — Donation entre vifs pure, simple et irrévocable, par Mathurin Tillet, journalier, demeurant au lieu de la Maison Neuve, paroisse de Maillac, à Guillaume Nicault, son cousin germain, « pour les bons et aigreaibles services et amytye quil luy porte », de tous ses biens meubles et immeubles patrimoniaux, à la charge et condition de « nourir et entretenir le donnateur de toucte chausse necessaire suivant sa condission, sa vie durant ; et en cas quil ne puisse compatir avec luy et demeurer ensamble, sera tenu ledit Nicault donnataire de luy baillier et payer annuellement et par advence en chascugne annee la soume de dix livres, unne chartée de bois, etc., pour l'entretenemant de sa vie, coume aussy de payer tous et chascungs ces debtes. » — Obligation par François de Fontville, laboureur, et Christine de Mazout, sa femme, demeurant au village de la Vallette, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles, à maitre Pierre Loysellier, sirrugien » demeurant au bourg de Chaillac, de la somme de « six vingt six livres tournois », pour cause de vente de blé et d'argent prêté.
1663.
2 E 624 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Reconnaissance par Lerbon-Dulathier, à Jean Nicault, sieur Desbussière, demeurant au lieu de la Bastyde Cormarin, paroisse de Maillac, de certains meubles consistant en « unne couvertte de drapt bardée et un couessain de lict, un chaudron, unne pinte, huict petis plus et cinq assiette, le touct d'estain, » lesquels meubles avaient été saisis sur Dulathier par Nicault, et que celui-ci est condamné à lui rendre. Et quittance par ledit Nicault audit Dulathier de la somme de 40 sous montant d'une obligation à lui due par ce dernier. — Vente par Antoine Ducoux, maréchal, demeurant au bourg de Saint-Tillère la Trille, à Me Pierre Chaptel, contrôleur du bureau des traites foraines de Maillac, d'une « forge de mareschal garniee d'un soules double, une enclume de fert batteu pessant deux cens ou environ, plus deux maches et deux marteaux a la main, deux pere de tenailles lune a croches, un estot, le tout de fert batteu » ; ladite vente faite moyennant la somme de 55 livres 10 sous qui sera déduite et défalquée sur deux obligations « que ledit Ducoux vandeur estoict tenu et obligé a feu Me François Dubrac, bau pere dudit sieur Chaptel. » — Inventaire, fait à la requête de Pierre Jammeton, procureur syndic de la paroisse de Cromac, des « nappes, linges quy sont dans lesglize de ladite paroisse, avec les soumes de deniers, sire, etc. » ; lesquels objets consistent en vingt-trois nappes de lin avec celles qui sont sur les autels, « partie de neufve, partie quy sont demy uzee, deux lincieux, unne meschante courtine servant a laulel de Nostre Dame, deux obbes lune de toille blanche et lautre de toille de chanvre grosse, deux chezubles lune de camelon blanc et lautre rouge vielle et uzée, et un mantau pluvial rouge a demy uze, et quelque sire de la confrairie du Saint-Sacrement ; quand a la sire du patron de lesglize fuct vandeue l'année dernier par Bardect sy devant procureur a plusieurs habitans de ladite paroisse pour achepter un callice et aultre aurnement necessaire pour faire le service divin en ladite esglize. Plus trente sols pour estre emploié aux reparassions de ladite esglize, et la somme de trois livres qui estoit deue par Jean Dufault pour l'enterrement dans lesglize de feu Morice Pichon » ; ledit inventaire fait eu présence de Messire Léonard Rabby, curé de la paroisse, Jean Chavignat, prédécesseur dudit Jammeton, et Jean de Saint-Martin, gardien desdits objets. — Accord et marché par lequel André Rollain, laboureur, et « masson », demeurant au village du Bost, paroisse de Maillac, a vendu à Léonard Silvain, marchand, demeurant au village de la Vaudelle, susdite paroisse, 110 pieds de « betons (bouleaux) choyzis » à prendre dans les domaines qui peuvent lui appartenir dans ledit village du Bost, à la réserve de six pieds que le vendeur pourra choisir des plus beaux, moyennant la somme de 14 livres tournois que ledit Léonard Silvain a retranchée sur les « tos » que ledit Rollain est taxé ès rôles de ladite paroisse pour la présente année. — Transport de la vente susdite par ledit Léonard Silvain à Gervais Guemand, sabotier, demeurant au village de Montbrignaud, susdite paroisse, moyennant pareille somme de 14 livres tournois. — Bail à ferme pour trois années, à moitié de tous fruits, par Pierre Dubrac, sieur des Martinières, et dame Radegonde Nicault, veuve de Me Jacques Guillerot, demeurant au bourg de Maillac, à François Silvain, « tessier en toille », demeurant à présent au château de La Counillière, paroisse de Cromac, de partie des « logis et bastimans du chasteaux de la Counilliere, estables, jardrins quy despandent dudit chasteaux de la Counilliere, fors et reserve le jardrin appelle le petit jardrin de Soullignac ; plus deux osches appellee la vigne et losche derriere la grange ; plus un pre appelle le pre de la Foulaudrie et deux aultres chartes de fouin que les bailleurs seront tenus baillier par chascun an au preneur, et une gorce (châtaigneraie) et pasturald appellee de la Touche » : à la charge par le preneur de faire valoir et « bisner lesdits jardrins, boucher et faucher les pres et pasturald et gorce, et labourer les terres a ces propres coux et despans », et de payer chacun an, au jour et fête de « Nostre Dame daoust », la somme de 6 livres tournois.
1664.
2 E 625 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Nomination d'Antoinette Sallesse, veuve de Nicolas Perrin, comme tutrice de ses enfants mineurs, et commission pour procéder à l'inventaire des meubles et titres desdits mineurs. — Acte de caution consenti par Martin Silvain et Marguerite Brisonnet, demeurant au village de Renée, paroisse de Saint-Georges les Landes, à Georges Aubrun, demeurant au village des Mazères, susdite paroisse, de la somme de 9 livres 12 sous dont il a répondu pour eux à Paul Butaud, sieur du Poux, qui leur avait vendu et livré du « bled seigle » pour leur nourriture. — Visite des réparations à faire aux « logis et bastimans » du lieu noble des Grands Fas « qui sen va en ruinne », faite à la requête de demoiselle Catherine Pignonneaux, veuve de feu noble Jean de Montbel, écuyer, seigneur de la Taiche, des Grands Fas et autres lieux : « Au dessus de la porte de la tour et entree dudit logis il est necessaire de la refaire et mettre un lestier et refaire un loppain de la tour quy est tunbe ; item un paignon dudit logis quy est du coste des cheminee, lequel est panche et a tire de deux pied et est en fort mauvais estat ; item la couverture du cors dudit logis a grand besouing estre touct repassee daultant quil y tunbe de leau en boucout dendroit, et il y a quantite de tuille, cloud, latte a dire ; item pour faire enduire une chambre dudit logis et faire unne cheminee dans la petite chambre avec partie des revaillement, racomoder les planchis qui sont en mauvaize estat. » — Ferme pour cinq ans, consentie moyennant la somme annuelle de 6 livres tournois, par Pierre Desrecloudis, fermier de la seigneurie de Soullignac, y demeurant, paroisse de Cromac, à Pierre Chaptel, demeurant au bourg de Maillac, d'un « chaps (chas, chapt, du latin caput, corps de logis et par extension héritage, foncier) appelle la gouette du grand semetiere estant tant en terre que en paiquaige ; plus quatre boicellees de terre appelle des Remisse ; plus une laize et du bouct de laize quy sont dans les jardrins de cheus Marchere, le tout situe dans ledil bourg de Maillac. » — Cession et transport, consenti moyennant la somme de 50 livres, par Jean Gaulluect, sabotier et marchand, demeurant au bourg de Saint-Georges les Landes, à Claude Dubrac, marchand, demeurant au village Dumagrimauld, paroisse de Maillac, de « tous et chascungs les droits civilz et criminel quil peult avoir a lencontre de certayne personnes qui luy auroit prains et desrobe quantité de poissons quil avoit dans unne pescherie appelle Goutte Noire, a luy appartenant, lequel dict Gaulluect ceddant en avoit obtenu lettre monitoyre faicte proclame et en suitte en auroit obtenu rangregement. » — Reçu donné par J. Butaud, fermier de la seigneurie de Mondon, à maître Pierre Aloncle, notaire à Maillac, d'une somme de 12 sous 8 deniers et autres redevances en déduction de la rente due à ladite seigneurie sur la tenue du Mas.
1665.
2 E 626 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Testament de Etienne Briard, laboureur, demeurant au villages des Renardières, paroisse de Maillac ; par lequel après avoir pourvu aux intérêts de son âme, il lègue en ce qui concerne les « afaire mondains », à Marguerite Guillerot sa femme, tous ses biens meubles et immeubles à titre de donation pure, simple et irrévocable, « pour les bons et agreaibles » services qu'elle lui a rendus. — Sommation par Jean Nicault, sieur Desbussière, demeurant à la « Batyde Cormarin », paroisse de Maillac, à Laurent Dumas, neveu de messire Léonard Rabby, curé de ladite paroisse, de lui rendre des brebis et des moutons qui lui appartiennent, et que ledit sieur Rabby avait fait saisir chez Marguerite Delafond qui les tenait à cheptel dudit sieur Desbussière. — Bail à ferme pour cinq ans, moyennant le prix annuel de 6 livres tournois, par Léonarde Perrot, veuve de Philippe Saunier, demeurant au bourg de Maillac, à Martin Moreau, maréchal, demeurant au village de Montbrignauld, susdite paroisse, d'une chambre « quy est par le dessus de la salle basse de la maison Perrot avec lantichambre quy est au tenant de ladite chambre ; plus le gernier quy est par le dessus de ladite chambre, en ce que ladite bailleresse poura y mestre ces grains quelle poura avoir ; plus la grange quy est au tenant de ladite maison en ce que ladite bailleresse y poura mestre a loger les fouins et grains quelle poura recullier par chacun an et battre lesdits grains dans ladite grange ; plus six laize de jardins a les prandre dans le jardrin quy est par le derrier de ladite maison et grange, a les prandre le lon de la grange apartenant au notaire soussigné ; plus aultre trois laize dans ledit jardrin a les prandre par le dessus du puis dudit jardrin et tout le long de son pre ; plus un petit caros dudit jardrin ; plus un loppain. » — Vente, au prix de 38 livres, de quarante boisseaux de froment mesure de Saint-Benoist du Sault, faite à René Prévost, maître « cordounier » et marchand, demeurant au bourg de Saint-Georges les Landes, par Pierre Anry, laboureur, demeurant au village des Servantières, susdite paroisse. — Vente, moyennant 37 livres, par Antoinette Mazet, veuve de feu Jean Lefort, demeurant au village de la Grimmière, paroisse de Maillac, à Mathurin Aumasson, charpentier, demeurant audit village, de « deux vaiche avec chascun leur veaux après elles, aigiee de chascun six a sept ans ou environ, de poil rouge et brun. » — Obligation de la somme de 54 livres tournois, pour cause de prêt, consentie par Léonard Bernard, marchand « cergettier » et drapier, demeurant au boug de Jouhet, à Maurice Brisson, sabotier, demeurant audit bourg.
1666.
2 E 627 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Quittance, par Pierre Gayot le jeune, « me apotiquere », demeurant au bourg d'Arnac, ressort de la Basse-Marche, à François de La Mareschère, laboureur, demeurant au village de la Mareschère, paroisse de Maillac, de la somme de 50 livres tournois qui lui était due pour avoir « traicte, pance et medicamente » Pierre de La Mareschère, neveu dudit François, « dune sertayne playe dans la cuisse, partie destre, de la grandeur de la paulme de la main, pénétrante jusque a los ; plus unne. aultre playe en la jambe de la mesme partie sur los tibiat avec grande excoriassion de la grandeur de quatre dois penetrante jusque a los, desquelz playe il luy avoit falleu faire couture pour consolider ; et pour lavoir traicte et panse pour le temps et espasse de deux mois ou environ continuellement. » — Acte par lequel Mathurine Briard, veuve de Sulpice Dubrac, déclare qu'elle ne veut plus faire sa demeure et résidence au village du Soullier, paroisse de Maillac, et qu'elle désire aller demeurer au village Dubrac, paroisse de Saint-Sulpice les Feuilles, « et pour cest effaict a faict charger ces meubles sur des charrettes et a thue son feu. » — Accord et marché, moyennant 27 livres payables à la Saint-Martin d'hiver, fait entre Jacques Frugier, « couvreust a paille », demeurant au lieu de la Vergne, paroisse de Mouhet, et Léonard Gaulchier, maçon, demeurant au village de la Purusse, paroisse de Saint-Sulpice les Feuilles, par lequel ledit Frugier promet et s'oblige « de latter et faire la couverture a paille dune grange et estables contenant unne fermmes de logis ou environ apartenant audit Gaulchier, située dans le village de la Purusse ; et sera tenu Frugier de fournir de gluis, paille et faire la couverture bonnes et raisonnaibles de ladite grange. » S'il faut plus d'un millier de gluis pour faire ladite couverture, Gaulchier sera tenu de fournir le surplus. Le couvreur devra aussi fournir de la latte pour latter ladite grange, et sera tenu de « acoumoder la charpante sy besoin est » : ces travaux devront être achevés à la Saint-Jean « a payne de tous despans, doumaiges et interest. » — Accord et marché entre Pierre Dubrac, sieur Desmartinière, et fermier de la seigneurie de la Counillière, demeurant au bourg de Maillac, et Léonard Phillipon, charpentier, demeurant au village des Grelleries, paroisse de Saint-Georges-les-Landes ; par lequel ledit Phillipon s'oblige à faire la « charpante dune maison, dune chambre et unne bergerie, estant touct jouignant ensamble et soubz un fais (corps de logis), savoir les filliere fais desdits batimans avec unne fermme, le tout neuf ; un plancis en ladite chambre quy est de sallivos et planchon, le tout aussy neuf ; et faire des chevrons dans lesdits batimans ceulx qui conviendront a faire et quy seront necessaire. Et poura faire servir ledit Phillipon les chevrons et latte quy sont et pouront servir dans lesdits lieux ; et le surplus quil convindra, ledit Phillipon sera tenu de les faire neuf. Plus sera tenu ledit Phillipon y faire unne uesserie (huisserie, assemblage de pièces de bois qui, à défaut de pierres de taille, forment la baie d'une porte dans les constructions grossières) et trois porte dans lesdits logis et batimans » ; le présent accord fait moyennant la somme de 35 livres payée comptant par ledit Dubrac. — « Afferme et assance », par Jacques Valleau, fermier en partie de la Seigneurie de Mondon, demeurant au village de Mondon, paroisse de Maillac, à André et Nicolas Jammos, marchands et laboureurs, demeurant au village de Bouchais, paroisse de Vareille, du dime de tous bledz du village de Fontvielle et Bouchais avec ses anclaves despandans de la seigneurie de Mondon, et touct ainsy que les presedans fermiers en ont acoustume jouir » ; la présente ferme faite moyennant « unze septiers de bled saigle, mezure de Saint-Benois du Sault, de huict boiceaux chascun septiers. ».
1667.
2 E 628 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Déclaration par Jean Nicault, « archier et hussier » en la maréchaussée de Montmorillon, qu'il « luy auroit este prains et enleves quantites de meubles consistans en grand plas, et aultre moyens plas, et grand assiettes, pintes, esuiere (aiguière), le touct destain fain ; plus unne grande platines de cuivre et aultres meubles, par des personnes sois dissans hussiers de la ville de la Soubztrayne, pays de Limouzain, a la requeste pretandeue de Jehan de Puyvinaud, sans que ledit Nicault en ayent heu aulcun procès verbal dexecussion pretandeue ny mesmes aulcun commandement. » Protestation et opposition du même contre la vente desdits meubles. — Bail à ferme pour trois ans, par Antoinette Sallesse, veuve de Nicolas Perrin, demeurant au bourg de Maillac, à Barthélémy et Joseph Chantereau, père et fils, « me tailleur dabis et mareschal », demeurant au bourg de Saint-Légier-Manaziers, ressort de la Basse-Marche, d'une « forge de mareschal garnie de deux soufles ; unne thuere (tuyère), unne anclume de fert batteu, un estot, deux mache, savoir unne petite et unne grosse, deux marteaux un petit et un gros, un petit riveroit, un boutouect, et unne perre de tenaille a ferre, un brochouect, trois pere de tenaille, deux a croches, lautre a main, un segot et un feullect, un carret et unne lime coupante, deux clouere, deux mandros, un de fonte et lautre de fert batteu » ; la présente ferme faite pour la somme de 7 livres 10 sous tournois par an. — Accord, moyennant 18 livres, entre Etienne Gabiat, laboureur, demeurant au village de la Chardière, paroisse de Saint-Georges les Landes, et Pierre Langlois, « besseseron », et François Chapelle, journalier ; par lequel lesdits Langlois et Chapelle s'obligent de « qurer unne pêcherie apartenant audit Gabiat située au bouct dun pre appelle des Rudelle, de trois pied de creus, a la charge que ledit Gabiat sera tenu de douner trois journée dune perre de beufz et unne charrette avec unne persoune pour heuder a houster les inmondice. » — « Complainte a Dieu, au Roy et a Justice » des crimes et délits faits par Messire Pierre Delacoux, prêtre, à la personne de André Delagrange, serviteur de André Dupoux, « me sirugien », âgé de 15 ans ; lequel « estant dans les fosses du fort du bourg de Saint-Legier-Manaziers, entour les deux heures après midy, estant proche dun gunier apartenant a sondit maistre, seroit survenu sur luy esmeu de collere ledit sieur Pierre Delacoux, preste, en jurant et blaphemant le saint non de Dieu : Teu voullois hier couper un gunier quy mapertenoit, et ce retirant dans sa chambre, et par les fenestre de sa chambre luy tirra deux coupps de pierre par la teste, desquelz coups il est sorty quantite de sang ; et sy ledit complaignant neust este secoureu, il fust demeure sur la place. » — Bail à ferme, au prix annuel de 3 livres, par Jean Nicault, sieur des Bussières, demeurant au lieu de la Batyde Cormarin, paroisse de Maillac, à Gervais Dupland, meunier et maçon, demeurant au moulin de Peupithon, paroisse de Saint-Sulpice les Feuilles, d'une maison « couverte a thuille, avec un jardrin a present en pre que ledit preneur sera tenu faire valloir par moitye ; plus un lict garny de couette, couessain, couverteure de lict, unne arche a poictry tenant huict boiceaux on environ, et un mestier garny a faire sergent et toille. » — Reconnaissance par Pierre Aumasson, « maitre masson en plâtre », demeurant au village de la Grimmière, paroisse de Maillac, de la somme de 4 livres 16 sous tournois. — Ferme du dîme de la seigneurie de Mondon.
1668.
2 E 629 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Reconnaissance de cheptel par Gervais Dupland, maçon. demeurant paroisse de Maillac, à dame Radegonde Nicault, veuve de Me Jacques Guillerot, demeurant susdite paroisse ; ledit cheptel consistant en vingt-trois chefs (têtes) « de brebis » tant mâles que femelles, que ledit Dupland sera tenu de « nourir, serrer, regir et gouverner a ces propres coux et despans. » — Accord et marché, fait moyennant la somme de 4 livres, entre Sulpice Terradde, charpentier, demeurant au village du Mas, paroisse de Maillac, et Gervais Dubrac, laboureur et « couvreust a paille », demeurant audit village ; par lequel ledit Dubrac « sest oblige audit Terradde de faire la couverteure a paille dune grange que ledit Terradde a faict la charpante et levee dans ledit village du Mas, et la montte et faiste a ces despans, en ce que ledit Terradde sera tenu de latte ladite grange et fournir de gluis sur le lieu pour faire ladite couverteure. » — Vente, par François Demay et Gabrielle Vaudelle, demeurant au village des Recules, paroisse de Cromac, à Léonard Bardet, marchand drapier, demeurant au village d'Outre l'Eslang, paroisse de la Châtre-au-Vicomte, de « toutes leurs parts et portions et droicts quils peuvent avoir et pretendre dans une mazure appellee la maison des hoirs de feu Leonard Vaudelle, grand pere des vendeurs, avec ausy leur part et portion du courtillaige dicelle maison, ainsy que bornes sont mises » ; ladite vente faite pour le prix et somme de 13 livres tournois et « une paire de bas de chauses de drap neuf ou demy aulne de drap pour icelle paire de chauses. » — Vente, moyennant 14 livres, par Michel Aloncle, laboureur, demeurant au village de Montbrignauld, paroisse de Maillac, à Gervais Guemand, sabotier, demeurant audit village, de tous les « betous (bouleaux) vergne et tranble quy sont dans partie du pastural appelle le grand Pastural apartenant audit Aloncle. » — Quittance par Prévost, « chirugien », à Etienne Gabiat et André Petitpied, sieur de Prémartin, de toutes les « panseures et medicamans » qu'il leur a faits. — « Donnation faicte pour cause de mort », par Mathurin Martin, maçon, demeurant au bourg de Maillac, aux curés ou chapelains de ladite paroisse, présents et à venir, de la somme de 30 sous de rente annuelle et perpétuelle ; à la charge et condition par eux de dire ou faire dire, de 4 mois en 4 mois, une messe basse et un libera en l'église paroissiale de Maillac « pour le sallut de lasme dudict Mathurin Martain, ses predecesseurs et successeurs, et aussy de « faire assavoir » au prône de la messe paroissiale les jours où se diront les messes. — Vente, par Léonard Rougier, notaire au bourg de « Saint-Legier Magnazais », à Pierre Senne, sieur Desfourneaux, demeurant paroisse de Cromac, de « 4 beufz arrables, un taureaux, deux vaches avec chascune leur suitte et trois vesles » ; ladite vente faite moyennant le prix de 300 livres.
1669-1670.
2 E 630 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Bail à ferme pour deux ans, par Jean Martin, maçon, demeurant au bourg de Maillac, à Martin Moreau, maître maréchal, demeurant audit bourg, d'une chambre haute avec une petite antichambre à côté ; plus « le fouignoux (fenil ?) quy est au paignon (pignon) de ladite maison ; plus trois laize de jardrin » ; le tout moyennant le prix annuel de 6 livres. — Partage par moitié, entre Jean Silvain, laboureur et marchand, demeurant au village de la Vaudelle, paroisse de Maillac, d'une part, et Pierre Dubrac, sieur Desmartinière, et fermier de la seigneurie de Puylorans, demeurant au château noble de Puylorans, paroisse de Saint-Georges les Landes, d'autre part, d'un bail fait par ledit Jean Silvain des biens, domaines et héritages de feu Antoine André ; à la charge par ledit Dubrac de payer la moitié du prix dudit bail et la moitié des frais. — « Acte prainze » par Claude Dubrac, procureur syndic de la paroisse de Maillac, contre Antoine Jolly et André Descombe, collecteurs nommés de ladite paroisse, de leur refus de recevoir 1° la commission des deniers imposés en ladite paroisse, 2° l'acte de nomination, et enfin dix actes des habitants qui se sont fait « desfandre » en ladite paroisse. — Quittance par Jean Faizant et Guillaume Nicault, tous deux collecteurs de la paroisse de Maillac, à Jean Dubrac, sergetier, demeurant au village de Montbrignauld, susdite paroisse, de la somme de 50 livres, savoir : la somme de 3 livres en deux « piesse de 30 solz despuis le mois de julliec dernier passe ; plus « 14 livres de la vante dune torre ; plus la somme de 33 livres presantement contant, toucte lesquelles sommes revienne a ladite somme de 50 livres » due par ledit Dubrac auxdits collecteurs pour la « lieve du cartier de taille Dubrac par accord faict entre eulx. » — Vente par maître Jean Delafont, prêtre, demeurant au bourg des Chézeaux, à Jean Nicault, « hussier et archer en la seneschaussée et mareschaussee de Montmorillon », demeurant audit bourg, d'une terre appelée la « Pescherie de cheus Gaillard » contenant neuf boisselées ou environ, avec la « pescherie quy est dans lanclos de ladite terre, le touct entourne de fosses despandans de ladite terre et « pescherie » ; la présente vente faite moyennant le prix et somme de 100 livres tournois payée comptant.
1669-1670.
2 E 631 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Accord et marché passé moyennant 20 livres entre André Descombe, marchand, demeurant au bourg de Maillac, et Léonard de Montbrignauld, maître maçon et « pozeur », demeurant au village de Montbrignauld : ledit de Montbrignauld, ne fournissant que la main-d'œuvre, s'oblige de « faire et parfaire un corps de logis » composé d'une chambre basse et d'un grenier au-dessus et appuyé au pignon de la maison de feu François Dubrac, de la longueur de 20 pieds de dedans en dedans et de la hauteur dudit pignon. L'entrepreneur aura deux fenêtres à faire, deux huisseries en pierres de taille à poser, deux portes à changer de place, et une cheminée à construire ; enfin il devra « faire les entree dudit corps de logis, avec un pierron du coste de la reuee ; avec les planchier, couverteure dudit logis, avec une petite fenestre dans le pignon. » — Contrat de mariage entre Louis Petitpied, sieur de la Vallette, maître de poste des Grands Chézaux, et demoiselle Marguerite Guillerot, demeurant au bourg de Maillac ; par lequel ladite Marguerite Guillerot se constitue en dot la somme de 4,000 livres, un lit garni de couette, « couessains, courtepointe, rideaux et tour de lis, le tout avec franges et frangon de sois, et le challis et paillasse ; un tapis de table garni de mesme, et le tout de coulleure feulle morte ; un coffre de bois de menuzerie fermant a clef ; douze linsieux (drap de lit) de chacun trois aune ; quatre douzaine de serviette de toille de lin, un habis neuf de poux de sois noire avec une jupe de taffetare de coulleure, et un justocore ausy de taffetare ou broquare de coulleure, avec les autre habis, menus lainge, baige (bagues) et joaux, et trousseaux quelle a par devere elle. » — Testament de Martine Silvain, femme de Mathurin Silvain, laboureur et maçon, demeurant au village de la Chardière, paroisse de Saint-Georges-les-Landes ; par lequel elle donne à Renée Prévost, fille de Jean Prévost, « me sirugien », pour les motifs qui à ce l'ont portée, la somme de 40 livres, « un lict garny de couette, couessain, couvertte de lict, six lincieux (draps de lit) de toille de chanvre, dix aulnes de toille de lain pour faire des couvrechefz, unne robbes les corps et manches de drapt et le desoubz de serge, demy douzayne de serviettes, un coffre fermant a clef tenant 12 boisseaux, unne torre au pris et estimation de 15 livres, six berbis plaignes, aigniaux pour pareille soume et meubles qne ladite testatrisse auroit confondeu en la communaute de sondit mari. » Lesquelles choses données à ladite Renée Prévost serviront à la marier et à sa constitution de dot. — « Afferme et assence » consentie pour un an, moyennant 8 livres, à André Descombe, marchand, demeurant paroisse de Maillac, par Léonard Dubrac, aussi marchand, demeurant même paroisse, de la portion qu'il possède du « pastural » de Lespinat Barreaux. — Inventaire après décès des effets mobiliers de feue Mathieue Delagarde, « vefve » de Léonard Delavotz, au bourg de Jouhet, dressé par Aloncle, notaire royal héréditaire, assisté de deux appréciateurs : François Lucquet, sieur de Cherbois, et Antoine Charet, marchand, qui ont évalué lesdits effets « après sermant prins deux » par ledit notaire : un châlit n'ayant aucune « fonsiere par le hott » ; une robe de serge avec le corps et les manches de drap ; 18 écheveaux de fil, une moitié d'étoupe, et « le reste mellinge » ; 3 livres d'étain en plats et assiettes évalués 40 sous ; « quatre douszene de lin », 20 sous ; sept chefs (têtes) de brebis « petite que grande », 7 livres 10 sous.
1671-1672.
2 E 632 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Accord entre « N. Cusson », religieux de l'abbaye de Saint-Benoît du Sault, et prieur des prieurés de « Mouet » et de Maillac, d'une part, et Messire François Marcoux, prêtre de la communauté du bourg d'Arnac, d'autre part ; aux termes duquel « ledit sieur » Marcoux a promis et s'est obligé de faire le service divin que « ledit sieur » Cusson est obligé de faire ou faire faire dans l'église du bourg et paroisse de Maillac, qui est de dire tous les dimanches la première messe dans ledit bourg de Maillac, ainsi que les 4 fêtes annuelles qui sont Pâques, « Pentecôte », la Toussaint et Noël, les fêtes commandées de la Vierge, le jour de Saint-Gervais, patron, et des apôtres Saint-Jacques, Saint-Philippe et Saint-André, pour le temps et espace d'un an ; ce moyennant le prix et somme de 78 livres, payable de trois mois en trois mois. — Reconnaissance par Jean Gaullier, meunier, demeurant au moulin de Puylorans, paroisse de Saint-Georges les Landes, à Pardou Maignon, marchand, demeurant au village de Puychaffray, susdite paroisse, de la somme de 24 livres due pour vente et délivrance d'un cheval. — Vente par messire André Descombe, prêtre, curé recteur du bourg et paroisse de Maillac, et André et Pierre Descombe, ses frère et neveu, marchands, demeurant audit bourg, à Léonard Denouaille, marchand foulon, demeurant au moulin de la Taiche, susdite paroisse, d'une maison « aulte et basse, consistant en une boutique et escuriee, deux chambre haulte, et un petit entichambre avec le grenier qui est par le dessus, couvertte a thuille, apellee la maison des Descombes avec son courtillage (terrains entourant l'habitation) par le devant » ; ladite vente faite moyennant le prix et somme de 430 livres. — Estimation par Jean Olivier, meunier au moulin de Jouat, et Pierre Poiron, charpentier, demeurant au village de l'Escluze, paroisse d'Arnac, des réparations à faire aux moulins de Mondon et de Mondugne par les fermiers sortants, savoir : pour le moulin de Mondon, à la somme de 8 livres ; et pour le moulin de Mondugne, à la somme de 50 sous. — Accord et marché entre André Descombe, marchand, demeurant au bourg de Maillac, et Sulpice Terradde, charpentier, demeurant au village du Mas, susdite paroisse ; par lequel Terradde s'est obligé de faire la charpente d'une maison que Descombe fait bâtir dans ledit bourg, de la largeur de vingt pieds en carré, avec une montée pour monter dans le grenier, et trois portes. Descombe sera tenu de faire faire la massonne (maçonnerie) avant la fin du mois de mai, et de fournir, sur les lieux, les chevrons, « sallivos quil y convindra, avec un mantos de cheminee » ; le présent marché conclu moyennant le prix et somme de 40 livres. — Acte par lequel François Massellin, fendeur de bois, demeurant au bourg de Baulieu, a promis « de garentir et indampnizer » René Massellin son père, aussi fendeur de bois, demeurant au village du Roullay, paroisse de Chaillac, de la somme de 311 livres qu'ils se sont ensemble obligés de payer à André Demontbel, écuyer « seigneur de la Taiche, les Grands Fas et aultre place, par contract de vante faict entre eulx pour raison de certayne quantité de chesnes que led. seigneur de la Taiche a vandu aud. François Massellain, le tout comme il est plus a plain porte et mentionne dans ledict contract de vante. ».
1673.
2 E 633 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Quittance par Marie Nicaud à Jean Aloncle, marchand, de la somme de 29 livres, faisant moitié de la rente à elle due sur la métairie du Masgrimaud. — Accord et marché par lequel Sulpice Dubois, journalier, demeurant à présent au moulin de Jançois, paroisse de Saint Sulpice les Feuilles, s'est obligé de servir Léonarde Ausudre, veuve de feu Paique Dubois, demeurant au moulin du Bosc, paroisse d'Azerables, « de la vacassion de munier et en ce quelle lenployra, suivant le droit et de raison, pour le temps et espasse dun an, le touct pour et moyenant le pris et soume de 33 livres, deux chemisse de toille de chanvre, unne aulne de serge, unne pere de caneson de grosse toille. » — Autre, par lequel Adam Moreaux, laboureur, demeurant au village de Recullas, paroisse de Cromac, s'est obligé de servir Mathurin Silvain, marchand, demeurant au village de la Vaudelle, paroisse de Maillac, « cheus luy aux labouraiges et aultre afaires, » depuis le présent jour jusqu'à la Saint Martin d'hiver, à la charge par ledit Silvain de nourrir ledit Moreaux, l'entretenir de sabots, lui payer la somme de 38 livres, lui bailler deux charretées de bois, et prêter ses bœufs pour les conduire, et le laisser aller chez lui une journée en temps de « mestive » avec lesdits bœufs. — Fermage pour trois ans, au prix annuel de 4 livres, par Jean Prévost, « maître serugien », demeurant au bourg de Saint Georges les-Landes, à Pierre Senné, sieur Desfournaux, demeurant au château noble de la Croux, paroisse de Cromac, du grenier de sa maison située audit bourg, sans comprendre le petit grenier qui est par dessus sa chambre. — Vente, au prix de 36 livres, par Pierre Chaptel, et dame Magdelaine Dubrac, demeurant au lieu de Labastyde Cormarin, paroisse de Maillac, à François Dumasgrimaud, laboureur, demeurant au village du Brac, paroisse de Saint Sulpice les Feuilles, d'une petite maison appelée la « maison vielle, couverte a paille, contenant deux espaces de logis ou environ avec son courtillaige (terrains entourant l'habitation) par le devant, et le tour d'eschelle par le derrier. Plus un lopain de jardrin appelle le jardrin cheus lanne, contenant a semer un quart de chenevois ou environ. Plus un aultre lopain de jardrin appelle le jardrin de la Cadete, contenant a semer un boiceaux de chenevois ou environ. ».
1674.
2 E 634 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Cession et transport par Etienne Canin, maçon, demeurant à Varayne, à André Descombes, marchand, demeurant à Maillac, de la part et portion de la succession à lui échue par le décès de Vincent Brachet, son oncle ; à condition que Canin demeurera quitte envers Descombe d'une obligation consentie à ce dernier. — Testament de Marguerite Berger, veuve de Gilles Lestourneau, demeurant au village de Plantedis, paroisse de Saint-Georges les Landes ; par lequel, après avoir fait le signe de la croix sur son corps et recommandé son âme à Dieu, elle donne et lègue à Luc Estève, maçon, demeurant audit village, « son voizin et amy, pour les bons et agreables services quelle en a receus et espere recevoir, » sa part et portion d'une maison et jardin ou ouche (enclos planté d'arbres fruitiers près des maisons rurales), le tout situé aud. village où elle fait sa demeure ; plus une « couette de couchette et deux lincieux (draps de lit) et un pety coffre que est aupres de son lit, moiennant quil luy fera faire deux services. » Et à Me Pierre Gauchier, notaire, demeurant au bourg de Saint-Georges les Landes « son amy, » tous ses autres biens meubles, « moiennant que led. Gauchier sera tenu de faire faire ses obceques et funerailles, de donner a disner a ceux qui porteront son corps en terre et de luy faire faire trois services. » — Cérémonial de la prise de possession par Me Léonard Lemargue, prêtre du bourg de Verneuil en la basse Marche et diocèse de Limoges, de la cure de Saint-Martin le Mault en Poitou, susdit diocèse, dépendante de l'abbaye de Bourdieu, suivant les provisions qu'il a obtenues en bonne et due forme de monseigneur l'Illustrissime et Révérendissime évêque de Limoges ; ledit cérémonial consistait dans l'attouchement du « verrouil de la porte de leglise, son de cloche, baisement du grand autel, ouverture du missel, visitation du tres adorable sacrement de lautel et des reliques de leglise, aspersion deau beniste et celebration de la grande messe parroissialle, et seance dans la chaire pastorale et autres ceremonies en tel cas requises et observees. » — Contrat de mariage entre Protais Pradaux, maçon, demeurant au village de la Vaudelle, paroisse de Maillac, d'une part, et Léonarde Perrin, demeurant au bourg de Maillac, d'autre part ; aux termes duquel lad. Léonarde Perrin se constitue en dot la somme de « sept vingt dix livres, un lict garny de coitte, couessin, couverte de lict, six linsieux (draps de lit) de toille de chanvre de chesque quatre aulnes, dix aulnes de toille de lain pour faire des courechef, unne nape de toille de lain de trois aulnes, six servietes, deux robbes de layne, un coffre fermant a clef tenant huict boiseaux ou environ, six berbis plaignes, qui est la moytiet pour la susesion de feu Perrin son pere, et lautre moytiet pour la susesion feuteure de sa mere. » — Testament de Me Jean Le Margue, prêtre, curé de Saint-Martin Lemaux ; par lequel il donne et lègue à l'église de Saint-Martin trois boisselées de terre ou environ, sises dans le village de la Chaume, à la charge de dire et célébrer annuellement et perpétuellement pour le salut de son âme à chaque veille de saint Jean-Baptiste ou le lendemain à la commodité de monsieur le curé qui sera son successeur. De plus il lègue à Anne Paquet, veuve de Martial Tournois, pour ses bons et agréables services, « une couchette garnie de coitte, coisin avec une couverte et deux lincieux (draps de lit), 4 brebis quil a a chetel au village de la Chausme avec leur suitte. Et tous ses autres biens a Chateine Le Margue, sa filliole et niepce, et a Jehan Lemargue, son frère. ».
1675.
2 E 635 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Reconnaissance de la somme de 38 livres due par Me Aloncle à Jean Berton, sieur Descouteur, « a cauze de vante et délivrance de vain. » — Bail à ferme du moulin de Purusse et ses dépendances, par Pierre Dubrac, sieur des Martinières, et Jean Nicaut, sieur des Bussières, tous deux fermiers de la seigneurie de Puylorans, à Silvain et François Trebilhon, laboureur et meunier, demeurant au village de la Purusse, paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles : et ce moyennant la quantité de 24 setiers de « bled seigle » et la somme de 5 livres pour les menus fiefs. — Acte par lequel Antoine et Jean Demay ont affermé, moyennant la somme annuelle de 6 livres, à Léonard Saunier, demeurant à « Croumas, » tous les lieux qui peuvent leur appartenir dans le bourg de « Croumas, fors et reserve la moytie du fruict qui poura venir sur les arbre ; ensamble tous les lieux qui leurs peuvent apartenir dans le village de Boucquebraud, fors et reserve des chastayne qui ne sont comprins. » — Reconnaissance de cheptel par Jacques Silvain, marchand, demeurant au village de la Vaudelle, paroisse de Maillac, à Pierre Dubrac, sieur de la Martinière, demeurant au château noble de Puylorans, paroisse de Saint-Georges les Landes : ledit cheptel, du prix et somme de « sept vingtz livres tournois, » est composé de « deux beufz araibles, aiges de chascun cinq a six ans ou environ, plus deux torrins (jeunes taureaux) de laige de deux ans ou environ, plus une vache mere aigee de cinq ans ou environ, le tout de poil rouge et pict (pie) ; lequel dit bestial aumaille led. preneur sera tenu de les nourir, serrer, regir et gouverner a ces propre coux et despans. » — Accord entre Marguerite Gaullier, veuve de feu François Joyeux, d'une part, Pierre Joyeux, Françoise Demazerolle, sa femme, et Martin Joyeux, son frère, « sergetier et tailleur dabis, » fils et bru de ladite Gaullier, d'autre part, demeurant tous au lieu de la Vergne « soubz Rodde, » paroisse de Mouhet ; par lequel ils déclarent ne vouloir contracter aucune communauté de biens les uns avec les autres, et que la demeure qu'ils feront ensemble à l'avenir est seulement par « familiarité a cauze de la viellesse et casabillitté de lad. Marguerite Gaullier leur mere et belle-mere, et pour l'onneur et respect quilz luy porte, et qu'elle n'a moyen de vivre. » — Inventaire des meubles appartenant à ladite Marguerite Gaullier.
1676.
2 E 636 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Triple sommation par messire Pierre Perrot, prêtre, curé recteur de la paroisse des Chézeaux, aux habitants de ladite paroisse, de lui faire « bastir et esdifier unne maison presbiteralle pour le loger et faire sa demeure suivant son estat et condition ; ou sy mieux il esme, de luy baillier et payer par chascun an la somme de vingt livres, » le tout d'après tout d'après le libelle d'une sentence de la sénéchaussée de Montmorillon. A laquelle sommation deux procureurs syndics de ladite paroisse ont répondu que « ledit sieur cure prenoit mal son temps, que les parroissiens nestoit dans le temps de luy faire bastir unne maison, mais que lesd. habitans leurs avoit dit quil luy en loueroit unne ; « ledit sieur Perrot a faict responce quil y a asses longtemps quil est locquatere, et que le changement de logis luy estoit sy fascheux et prejudiciable quil luy estoit inpossible daquieser a leurs offres. » — Sentence de la vicomte de Brosse qui condamne Jean Aloncle, sieur du Thuillier, « deffandeur et deffaillant, » à payer à Jean Silvain, marchand, demandeur, la somme de 11 livres faisant la moitié de deux promesses consenties par ledit Aloncle au profit de feu Léonard Silvain, père du demandeur, sauf audit demandeur à poursuivre le paiement du surplus ; et la somme de 48 sous, et celle de 3 livres 15 sous pour les dépens de l'instance, y compris la journée du demandeur. — Quittance par André Guillerot, à Me Pierre Aloncle, notaire royal, de la somme de 45 livres « et ce pour la moittier de la moitié de celle de 90 livres pour les trois annees dernieres de rante quil luy doibt pour leur mesthrie du Masgrimaud, de la somme de 30 livres par chascun an. » — Promesse par Pierre Aloncle, notaire royal héréditaire, demeurant au bourg de Maillac, de payer au jour de la Toussaint sans sommation, à André Guillerot, sieur de Lespat, demeurant en l'abbaye du « Pallais-Saincte-Marie, » paroisse de Thoron en Poitou, dont il est fournier, la somme de 27 livres 12 sous pour deux années de rente dues sur la « metterie » du Masgrimaud. — Autre promesse par le même au même de payer une dette de 33 livres 10 sous pour arrérages de rente.
1677.
2 E 637 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Acte par lequel Mathieu de Maillasson, marchand et laboureur, demeurant paroisse de Maillac, et dame Marie Perrot, sa femme, parlant à la personne de dame Louise Perrot, femme de Blaise de Maillasson et leur belle-sœur, lui ont dit et déclaré qu'ils ne « desiroient plus faire leur demeure au village de Betoulet, et pour cet effet quils vouloient prendre et emmener les meubles que ladite Marie Perrot avoit porte en leur maison, qui sont seulement son coffre, ses abits et menu linge, lesquels dits meubles lesdits Mathieu et Perrot sa femme ont fait charger sur une charrette a bœufs, comme aussy ledit Mathieu de Maillasson a prins et emmenes tous et chescuns les abits qui luy pouvoist appartenir, comme aussy ledit Mathieu a prins dedans ladite maison de Betoulet ou y demeuroits tous ensemble quatre linceux (draps de lit) de grosse toille a moitie use, quatre plats et quatre assiette destin, un pot de fer fort use tenant demy seau deau ou environ, huit livres de laine ; tous lesquels dits meubles lesdits a Mathieu de Maillasson et sa dite femme ont menes et conduit dans le village de Maillasson, paroisse de Saint-Sulpice les Feuilles ou ils desirent faire leur demeure a « ladvenir. » — Testament mutuel et réciproque de Jean Aloncle, sieur du Taillis, et de dame Louise Texier, sa femme, demeurant au bourg de Maillac ; par lequel « se voyans vieux et malseins et craignans destre prevenus de mort sans avoir mis ordre a leurs affaires, » ils donnent à celui d'eux qui survivra tous leurs biens meubles et immeubles, à la charge par le survivant de faire faire à l'autre ses funérailles, services et charités, ainsi qu'il est accoutumé aux personnes de leur condition. — Partage entre Martine Braud, veuve de feu Denis Rivaillier, d'une part, Meris Rivaillier et Marguerite Joulit, sa femme, et Pierre Rivaillier et Anne Aupetit sa femme, d'autre part, demeurant tous au village de la Grand Crous, paroisse de Croumais, de tous les biens meubles qu'ils ont en commun, en quatre lots, dont un à ladite Martine, un et demi audit Meris et un et demi audit Pierre ; le lot de ladite Martine consistant en « un couffre fermans a clef demis neuf de bois de serisier, sept linsieus (draps de lit), savoir quattre de toille de chanvre neuf et les autres trois de grouesse toille demis husses, pleus hune marmite neuve tenans hune seliee (seillée, contenance de seille, sorte de seau en boissellerie, sans cercle et avec une anse de bois) ou environ, plus hune petite achet, huns trois piet, hune cremaillier, huns petis salouets (pot de grès où l'on conserve la provision de porc salé), un tribet, hune mantaux neuf de drapt, deux abais suivans sa condission, neuf chais (têtes) de berbis lavec hune baillaisse, dousse a haune de toille de laine pour faire des courechet (couvre-chef), sept haune de lin fourt, pleus deux haune et demie de serge avec pleusieurs autres petits meubles. » — Retrait d'une obligation au profit de Jean Silvain contre messire Jean Auconte, prêtre, prieur de « Marrie Marmorillect, » et autre Jean Auconte, son frère, « montant le nombre et cantitee de neuf vingt quatre boisseaux segle, mesure de Saint Benoist du Sault. » — Cession et transport, fait moyennant la somme de 40 livres, par Pierre Descombes, marchand, et dame Jeanne Aucamus, sa femme, demeurant au village du Coudert, paroisse de Maillac, à Jean Nicault, sieur des Bussières, demeurant au lieu de la Bastide Cormarin, susdite paroisse, de la part qui peut appartenir à Jeanne Aucamus d'un contrat de rente constituée contre les héritiers de feu Gervais Aumasson et Sébastienne Desbrosses, sa femme, au profit de feu Léonard Aucamus, aïeul de ladite Jeanne ; laquelle part est le sixième de la somme de 16 livres de rente annuelle amortissable à la somme de « douze vingts livres. ».
1678-1679.
2 E 638 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente par Jeanne Du Magrimaud, femme séparée de biens de Léonard de Laboicette, demeurant au village de Plantedis, paroisse de Saint Georges-les-Landes, à Jean Aupetit, marchand, demeurant paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles, du tiers d'un pré appelé du Grand-Vergier, contenant le tiers d'un « jornaud, » de faucheur ou environ ; la présente vente faite moyennant le nombre et quantité de six boisseaux de blé seigle, mesure de Saint-Benoît-du-Sault, que ledit Aupetit a baillé comptant à ladite venderesse « pour sa nouriture et antretenement et sa grandde necessiste, nayant de quoy la nourict et subtante, et que sond. mary ne luy faict aucun bien et qui ne la veux pas voir ni la frequanter, et quelle est sur le poin de mourir de faim, sy elle ne treufve quelque personne quelle puisse vandre quelque un de ses dommaines a elle appartenant pour luy ayder a la nourir, et voyant la malladie, pouvrette ou elle est reduitte, et que son dy mary ne faict aucun conte delle sans lavoir oblige de ce faire ; » ladite vente faite à la charge par l'acquéreur de payer à Antoine Gaultier la somme de 36 sous de rente par an. — Arrentement perpétuel, « au debvoyr direc de rante noble, feodalle et fontiere, » par noble Jean Des Roches, écuyer, sieur de Bouchays et de la Maison chère, et demoiselle Gabrielle de Guérect, sa femme, à Gabriel Bouchon, laboureur, demeurant au village de Maint-Nussat, paroisse de Jouhat, du lieu, « mas, doumaine et heritaige, veulleguairement appelle le mas et boys de derrier les cosses, allias du boys de la Croux, contenant tanct en brande que en boys cinq septrees de terre revenant a 40 boicellees de terre ou environ » ; ledit arrentement fait moyennant la somme de « 32 solz tournois, un chappon bon et raisonnaible, et un boiceaux bled seigle, mezure de Terre aux feulhes, par chascung an, » plus la somme de 50 livres tournois « pour lentree et gratuitte dudict lieu sus harrante. » — Acte par lequel Julien Bellanfant, meunier du moulin de Mondugne, y demeurant, paroisse de Maillac, a sommé Georges Guillerot, sieur de Lestant et fermier du château et seigneurie de la Croux, de reprendre le moulin bannier de ladite seigneurie de la Croux qu'il avait ci-devant à ferme, d'autant qu'il est à bout de bail, et de recevoir les fers dudit moulin.
1680.
2 E 639 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Quittance de la somme de 44 livres (40 livres en principal et 4 livres pour les « deux sols pour livre de ladite somme »), moyennant laquelle « vente et adjudication a esté faicte à maître Jean Aloncle, praticien, « de l'office de notaire royal, tabellion et gardenotte hereditaire au bourg de Maillac, seneschaulcee de Montrillon (Montmorillon), trouvé et jugé necessaire estre estably audit lieu, pour jouyr d'oresnavant dudit office par luy ses hoirs successeurs et ayans cause hereditairement, à faculté de rachapt perpetuel, suivant l'Edict du mois de may » 1597 et arrêts du Conseil d'État. Ladite quittance donnée à maître Aloncle par Parentin, « thresorier des parties casuelles, pour servir à la recette des deniers provenans de l'establissement et vente des offices de notaires royaux et gardenottes héréditaires. » — Acte dressé par les commissaires députés par le roi pour l'exécution de l'édit de mai 1595, par lequel acte il est ordonné « à tous juges qu'il appartiendra, qu'après qu'il leur sera apparu des bonnes vie, mœurs et conversation dudit maître Jean Aloncle, et de luy pris et receu le serment en tel cas requis et accoustumé, ils le mettent et instituent en paisible possession » de l'office de notaire à Maillac, moyennant la somme de 44 livres, « ne s'estant presenté autres personnes pour l'encherir et mettre a plus haut prix. » — Ratification royale, signée Lecoq, de la vente de l'office de notaire à Maillac faite à maître Jean Aloncle qui devra jouir « plainement, paisiblement et héréditairement dudit office. » — Commission donnée par le roi au premier « huissier ou sergent sur ce requis » de signifier aux propriétaires d'offices, tant casuels, domaniaux qu'héréditaires, qu'ils aient à payer les taxes « sur eux faictes » pour le droit de marc d'or, et ce dans le délai d'un mois, sous peine de saisie de leurs gages et vente de leurs biens, etc., et paiement des frais ; — commandement « de par le Roy, » fait par Antoine Giraud, sergent royal, demeurant au Blanc, à maître Jean Aloncle, notaire royal au bourg de Maillac, de payer dans un mois à « maistre » Louis Gaveau, receveur général à Limoges, la somme de 11 livres 5 sous à laquelle il a été taxé pour le « droict du mard d'ort » dudit office. Sans quoi il y sera contraint « a ses fraiz et despans. » — « Quitance du droict de mar dor, » par Louis de La Court, secrétaire de la Reine et commis par le roi à la recette des deniers du droit susmentionné ; ladite quittance donnée à maître Jean Aloncle, notaire royal du bourg de Maillac, Élection du Blanc en Berry, de la somme de 11 livres 5 sous. — Commission en date du 1er juillet 1623, donnée par les commissaires députés par le Roi pour « la revente en heredité des offices de notaires et tabellions et Gardenottes, » au premier huissier ou sergent royal sur ce requis, de signifier aux notaires de la sénéchaussée de Montmorillon d'envoyer « dans le onziesme jour de juillet prochain pour tout delay » à maître Jean de La Court, greffier de la commission « estant de present a Poictiers, » logé à la Grand Rouhe » proche la place du Pilori, toutes les pièces en vertu desquelles ils jouissent de leurs offices, pour être par lesdits commissaires procédé « à la liquidation de ladite finance et ordonner du remboursement d'icelle : autrement et à faute de ce faire dans ledit temps et iceluy passé, seront lesdits nottaires interdits de l'exercice de leurs charges, et commis personnes capables pour l'exercice d'icelle, jusques à ce qu'il ayent satisfait » à l'ordonnance. Suit l'indication du jour où il sera procédé à « la revente desdits offices sur les enchères qui s'y presenteront en la salle du bureau des finances dudict Poictiers size en l'enclos du palais dudit lieu ; » — signification de ladite commission à maître Jean Aloncle. — Adjudication, faite les 23 et 31 juillet 1623, de l'office de notaire à Maillac. Sur l'enchère de 100 sous, il y a eu deux enchérisseurs, outre ledit Aloncle à qui est resté l'office au prix de 33 livres « outre la finance par luy cy devant payée. » Ladite somme devra être payée dans trois jours « ès mains de maître Edoüart Deligny, conseiller du Roy, et tresorier de ses parties casuelles, ou du porteur de ses quittances. » — Quittance donnée par ledit Deligny à maître Aloncle, de la somme de 33 livres (30 livres en principal et 3 livres pour les 2 sous pour livre), moyennant laquelle première somme de 33 livres vente et adjudication a été faite audit Aloncle de l'office de notaire, tabellion et garde-note à Maillac, sénéchaussée de Montmorillon, par le commissaire député en la généralité « de Poictou pour la revente tant des offices de notaires, tabellions, gardenottes, qui n'ont payé le supplement de l'heredité de leurs offices pour estre conservez et maintenus en iceux leur vie durant : que de ceux qui sont exercez par les resignataires, heritiers ou ayans cause dudit office hereditairement et aux droits y appartenans. ».
1619-1625.
2 E 651 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Minutes et pièces diverses. — Acte, contrôlé à Saint-Benoît-du-Sault, par lequel Jean Berthon donne plein pouvoir à Silvain Aloncle, son neveu, d'agir en son lieu et place, pour faire mettre opposition au mariage de Marie Nicaud, mineure, avec Mathurin Sallesse, et le faire réussir avec un autre. — Déclaration de dix-huit des principaux habitants de la paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles, requis par Messire François Peuchaud, sieur de la Fayolle, « maistre de la poste » du bourg et paroisse des Chézeaux, et cités devant notaire, parce que François Peuchévrier, son métayer, avait été pris et arrêté sur le grand chemin de la messagerie de Paris à Toulouse, par Jean Bonnet, assisté de la maréchaussée de Saint-Benoît-du-Sault, comme devant faire, il y a trois ans, partie de la milice de Saint-Sulpice-les-Feuilles, avec Georges Bonnet, frère dudit Jean ; par laquelle déclaration ils certifient, « tous unanimemant et dune commune voix », que Peuchévrier n'a pas été, il y a trois ans, compris dans le nombre des « garsons » de la paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles, quoiqu'étant « vallet » du meunier de Piégu en ladite paroisse, « netant pas domicillier dicelle » à cause du peu de temps qu'il y a demeuré, ce qui a fait qu'on ne l'a jamais compris pour y tirer au sort ; ensuite, qu'il n'était pas « de la taille que le Roy les demandait cette année là ; » que, depuis cette époque, il s'est marié et mis en société pour faire valoir une des métairies du sieur de la Fayolle. — Déclaration faite par Louise Bardet, en présence de Jean Faizant, son mari, pour satisfaire à la déclaration du Roi, en date du 23 avril 1742, et à l'ordonnance de M. l'intendant de la généralité de Bourges ; par laquelle elle dit posséder dans le territoire de la paroisse de Maillac, Élection du Blanc, deux boisselées de terre labourable, deux de brandes et pacages, un demi-quartier de pré, « un mourseaux de maison et de grange, » et un petit jardin. Ces divers immeubles peuvent porter tous ensemble un revenu annuel de 6 livres, et sont taxés à la somme de 3 livres 15 sous. — Demande en dégrèvement d'impôts, faite par Demonbreignaud à l'intendant de la généralité de Berry. — Publication par laquelle « on fait a savoir de la part de M. le Vicomte de Rochechouart, que pour faciliter ses sujets et fermiers a lui redevables, soient de moulins, dixmes ou autres choses, il veu bien encore recevoir en espece les bleds qu'ils peuvent luy devoir ou rester des années precedentes, c'est a dire 1768, 1769 et 1770.» Qu'en conséquence, il leur donne encore un mois, passé lequel ils seront poursuivis par toutes voies de droit et de « rigueur » pour payer leurs rentes en argent, suivant les plus hauts prix des marchés de l'année précédente, etc.
(Liasse.) — 34 pièces, papier.
1732-1771.
Mehun-sur-Indre retour
Griffon retour
2 E 652 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Bail à rente annuelle et perpétuelle, fait moyennant le prix de 60 livres par maître Jacques Feuillet, sieur du Clerc-Bois, bourgeois de Châteauroux, y demeurant paroisse Saint-André, à maître Georges Bruslé, notaire, demeurant au château de Surins, paroisse de Niherne, de deux métairies appelées la métairie du Clerc-Bois et la métairie des Poullichons. — Vente faite par Marc Margou, procureur fiscal en la châtellenie de Meobecq, y demeurant, à François Aubepin, « maistre dhotel ordinaire du Roy, » demeurant à Buzançais, paroisse Saint-Étienne, d'une métairie appelée la Molle, sise au village du Terdre, paroisse de Meobecq, avec tous les immeubles acquis aud. village du Terdre par feu maître Charles Margou, son père ; plus un étang, appelé l'étang de Messire François, sis en ladite métairie de la Molle, « icelluy estang a mettre nourin ou gros poisson. » Le tout moyennant le prix et somme de 1,300 livres tournois, dont 700 ont été payés comptant par l'acquéreur. — Vente par Gabriel Parthon, marchand à Châteauroux, paroisse de Saint-Christophe, à Hardoin Pauperet, vidame du duché-pairie de Châteauroux, y demeurant susdite paroisse, de la somme de 8 livres tournois de rente foncière annuelle et perpétuelle à prendre et percevoir « sur ung jardin detempté par Phellippes Jouhanes dans lequel il a faict faire des jeux de boulles, scitué au fauxbourg de la porte neufve de Chasteauroux (une rue porte encore de nos jours en cet endroit le nom de rue des Jeux) qui jouxte d'une part le chemain allant de Chasteauroux a Fond ; » ladite vente consentie moyennant la somme de « sept vingts » livres tournois, que ledit sieur Parthon a confessé avoir eue et reçue dudit Pauperet tant avant les présentes à plusieurs fois que présentement comptant. — Partage entre Marie Mollet, veuve de Georges Bruslé, notaire, d'une part, et Marguerite Bruslé, veuve de Silvain Morin, vivant laboureur, demeurant à la grande métairie de Niherne, d'autre part, des biens immeubles restant à partager de la succession de défunt Nicolas Bruslé et de Marie Prinet, père et mère desdits Bruslé, en présence de témoins ; « desquels biens il revient a lad. ve Morin deux portions a cause que led. deffunct Morin son mary estoit affillié en la maison dud. deffunct Nicolas Bruslé pour succedder comme un de ses autres enffans. » Ledit partage est fait à la condition que la veuve Morin retournera à la veuve Bruslé la somme de 3 livres pour venir en égalité à cause d'une crèche aux bœufs échue au lot de ladite Morin, et à l'égard de la rente de 40 sous et deux poulets due au sieur de Boisvilliers sur les jardins compris dans le partage, cette rente sera payable moitié par la veuve Morin, et le surplus par la veuve Bruslé et Joseph Bruslé, laboureur, locataire d'une maison attribuée dans le partage à ladite veuve Bruslé. — Remise et abandon, fait par Marie Mollet, veuve de Georges Bruslé, demeurant à Niherne, à maître Gabriel-André de Boisvilliers, chevalier, seigneur de la Dixme, demeurant paroisse de Fontenay, de la métairie de la Mardelle, la maison de Niherne et autres héritages contenus et compris dans les deux contrats de vente consentis par le sieur de Boisvilliers à Bruslé ; ledit abandon fait aux conditions suivantes : le sieur de Boisvilliers acquitte ladite veuve de toutes dettes montant à la somme de 65 livres 10 sous ; si elle trouve à vendre la métairie de la Mardelle au-dessus de la somme de 3,000 livres, le surplus lui appartiendra ; de plus elle pourra par ces présentes rentrer dans la maison et autres héritages vendus par le contrat passé devant maître Foret, notaire à Romorantin, en payant au sieur de Boisvilliers la somme de 500 livres. « Sera neanmoins ladicte veufve Bruslé tenue de rembourser ledict sieur de Boisvilliers de la somme de soixante et six livres dix sols de frais de la sentance rendue a Chasteauroux contre elle, de l'acte d'assemblee de parens et des frais des presentes, au cas que la susdicte mestairie de la Mardelle et bestiaux soyent vandus en plus hault prix que la somme de trois mille livres. »
(Liasse.) — 3 pièces, parchemin ; 96 pièces, papier.
1657-1709.
Moulins-sur-Céphons retour
Quasi retour
2 E 653 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Obligation par Marie Milan, veuve de Pierre Garrivet, demeurant au village des Bois, paroisse de Moulins en Berry, à messire François-Henri de Guenaud, chevalier, de la somme de 108 livres et douze poulets et six « ouyes » qu'elle devait pour trois années de ferme de la locature qu'elle occupe actuellement sise audit village des Bois. — Transaction entre Jean-Baptiste Ploquin, régisseur des dames religieuses de l'abbaye de Jarsay, demeurant paroisse de Moulins, d'une part, et Madeleine Chaudron, veuve de Nicolas Souadé, demeurant paroisse de Souget, d'autre part, au sujet d'une demi-boisselée de terre appartenant audit Ploquin, sur laquelle, sans aucun droit ni qualité, ladite veuve Souadé a fait construire une « loge en bois torchis et bousillage servant de grange et vacherie appuyé sur des fourches et paufourches (pieux fourchus par le haut), couverte en chaume et bruyere ; » aux termes de laquelle transaction ledit Ploquin cède et transporte ladite demi-boisselée de terre à la veuve Souadé, et celle-ci en contréchange lui abandonne un petit morceau de terre contenant une boisselée, située entre les grandes vignes dépendant de la communauté de Jarsay et l'ancien étang dudit Jarsay. — Vente par Anne Théret, veuve de Guillaume Terminé, demeurant au village de la Pierre, paroisse de Moulins, à Étienne Berthon, journalier, et Anne Terminé, sa femme, gendre et fille de ladite Théret, d'un lit « compose de son bois de lit, une pluntie (lit de plume), une couverture de laine blanche, ridaux de toile barré (toile à raies d'autre couleur que le fond) ; plus un autre bois de lit, une pluntie remplie de plumes doyes, ainsy que la premiere, ridaux et tour dud. lit de toile barré, six draps de grosse toile a demi usées ; plus une mauvaise armoire aussy de bois de chêne ; plus deux cofres de bois de chêne fermant à clef ; plus une poële de fer, un poêlon d'airin, une marmite de fonte, un chenest et une cremailler, le tout de fer, tous lesdits effets de valeur de la somme de cent dix livres ; » à la charge par ledit Berthon et sa femme de « loger, soigner, nourrir, habiller, eclairer et chaufer la venderesse, pendant toute sa vie, tant en santé que maladie, selon son état et condition..., et après son décès de la faire inhumer en la maniere ordinaire et accoutumée, sen rapportant pour ce a lhonneur et conscience bien entendue entre lesdittes parties. » — Reconnaissance par Solange Thoreau, veuve de Louis Rouet fils, demeurant au bourg de Moulins, à Marguerite Lebœuf, veuve de Louis Rouet père, sa belle-mère, demeurant audit bourg, de la somme de 93 liyres 4 sous, dont 60 livres pour constitution de dot, 18 livres pour les services de ladite veuve Rouet fils, et 15 livres 4 sous en avancement d'hoirie ; ladite somme de 93 livres 4 sous reçue par la veuve Rouet fils en objets mobiliers : un lit « composé d'une pluntie (lit de plume) remplie de plumes d'oye pesante 38 livres, estimée chacune livre trente-huit sols, y compris le traversin, les rideaux et ciel du lit, ainsy que la paillasse et les tringles de fer pour la somme de 83 livres 4 sols ; un vieux coffre de bois de noyer pour la somme de 9 livres, revenant les susdits effets à la susd. somme de 93 livres 4 sols. »
(Liasse.) — 12 pièces, papier.
1788-1789.
Neuillay-les-Bois retour
Pynon (Jean) retour
2 E 654 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Bail fait par Louis et Laurent Douin d'héritages sis à Claise, à la charge de payer 10 sous de rente à l'abbaye de Meobecq. — Reconnaissance de 2 livres 4 sous 6 deniers de rente sur des biens sis à Longueville, à la charge de payer les devoirs seigneuriaux qui sont ou peuvent être expliqués par un acte y référé reçu Moury, notaire, le 7 avril 1680. — Opposition du curé et des habitants de Neuillay aux défenses faites par Messieurs les abbés de Meobecq ou leurs fermiers d'envoyer pacager aucuns bestiaux et de ne pas prendre de bois dans les bois de l'abbaye dudit Meobecq ; signification de ladite opposition par Burat, du 15 octobre 1700. — Acte fait par messire Guillaume de Laage, chevalier, seigneur de la Bretolière, Luant et autres lieux, demeurant au château de l'Esguillon, paroisse de Luant, à maître Pierre Moury, notaire du duché-pairie de Châteauroux, pour les paroisses de la Pérouille, Luant et autres lieux. Par lequel acte Guillaume de Laage donne audit Moury à titre de précaire les meubles sur lui « executez » à la requête dudit seigneur par exploit de Dentrevault, sergent dudit duché, en date du 12 janvier 1700. — Bail pour 7 ans de la métairie de la cure de Neuillay, fait par David Nuret « prestre, » curé de la paroisse de Neuillay, demeurant « en son logis curial audit bourg de Neuillay. » — Vente de 6 boisselées de terre sises aux Villaines et sujettes au droit de terrage suivant : 50 boisseaux de froment, 40 de seigle mesure de Buzançais, 2 chapons, « un gasteau aux rois » valeur 15 sous.
(Liasse.) — 34 pièces, papier ; 2 cahiers in 4°, 73 feuillets, papier.
1692-1703.
Nuret-le-Ferron retour
Duterdre retour
2 E 655 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente de trois boisselées de terre à prendre dans le lieu appelé la Varenne, qui consiste en douze boisselées de terre et qui est à partager avec l'acquéreur et autres « personniers » (parsonnier, celui qui est en société avec un autre). Ladite vente est faite, moyennant 5 livres et 30 sous « pour le vin du présent marché », par Louis Perinault, à Jacques Bonnargent, tous deux laboureurs au village des Chervis, paroisse de Nuret-le-Ferron ; — autre, par Jacques Pinoteau et Françoise Auclerc, sa femme, à Marin Jacquet, laboureur, d'une rente de 4 livres 9 sous payable à la saint Jean-Baptiste et rachetable par les vendeurs moyennant 99 livres. Les témoins dudit acte ont été messire François Soumard, curé de Nuret-le-Ferron, et Jacques Remillat, maître maçon, demeurant au village de Quinsat, paroisse de Roussat, « pays de la Marche ; » — autre « a heritaige perpetuel, » par Silvain Jacquet, vigneron, demeurant à Neuillis-les-Bois, « estant de presant en ce bourg et paroisse de Nuret-le-Ferron, » à Denis Moreau, laboureur, demeurant au village des Fraignet, susdite paroisse, de trois boisselées de terre censive ou environ formant le tiers de neuf boisselées « a partaiger avecques les hoirs de deffuncte Tiffaine Picault et les heritiers de deffunct François Picault ; » ladite vente faite moyennant le prix et somme de 9 livres, plus 30 sous que l'acquéreur a payés pour « le vin du present marché. » — Autre « a heritaige perpetuel », par René Lardeau et Eutrope Auroux sa femme, demeurant au village des Caillault, paroisse de Nuret-le-Ferron, à Philippe Rouer, laboureur, demeurant au même lieu, de « demy quard de boicellez de pré siz et situez audit villaige, » pour le prix et somme de 50 sous que l'acquéreur a payés comptant, plus la somme de 3 livres « pour le vin et espingle du present marché. »
(Liasse.) — 93 pièces, papier.
1659-1679.
Prissac-Sacierges retour
Perrot (François) retour
2 E 706 Expéditions.
Pièces analysées en 1876 :
Édit du Roi portant que les offices de notaires, procureurs, huissiers, sergents et archers seront héréditaires. — Avis des officiers de la justice de la Rochechevreux, disant qu'il est nécessaire d'établir un office de notaire dans l'une des paroisses de Prissac, Chaslais, Sacierge, Vouhet, Saint-Civran, Luzeret, Chazelet, et autres, dont les habitants se « trouvent engagés » à avoir des procès, par la négligence qu'ils mettent à passer leurs actes devant notaire, étant forcés, pour ce faire, d'aller à Argenton ou à Saint-Benoît du Sault, villes éloignées, l'une de trois, et l'autre de cinq « granetz lieües. » — Quittance de la somme de 10 livres, payée par François Perrot pour le droit de marc d'or « par modération » pour la première provision de l'office de notaire royal et garde-notes héréditaire des paroisses de Prissac et Sacierge, dont l'établissement a été jugé nécessaire. — Octroi, en date du 31 août 1673, de l'office de notaire des paroisses ci-dessus contiguës, du ressort de Montmorillon et de Guéret, fait par le Roi à François Perrot, praticien, demeurant à Prissac. — Extrait de baptême dudit Perrot baptisé à Saint-Cyvrain (Saint-Civran) le 2 décembre 1647. — Installation dudit Perrot par Claude Micheau, sieur du Meslier, conseiller du Roi, sous-lieutenant général civil à Montmorillon, généralité de Poitiers. — Deux quittances, de chacune 50 livres payées par ledit Perrot à cause de son office de notaire. — Provisions de procureur fiscal de la terre et justice du prieuré de Sainte-Marie-Madeleine de la Cherpaigne, données audit Perrot par Christophe Hochet, prêtre, bachelier de Sorbonne, régent de l'Université de Paris, et prieur dudit prieuré. — Résignation de l'office de notaire de Prissac et Sacierge, du ressort de Montmorillon et généralité de Guéret, faite par François Perrot au profit de Jacques-César Perrot, praticien, son fils aîné.
(Liasse.) — 2 pièces, parchemin ; 8 pièces, papier (3 imprimées).
1672-1697.
2 E 708 Pièces diverses.
Consentement donné par Claude Rossin du Planti de Maison-Dieu, bourgeois de Paris, y demeurant, rue Paucé, paroisse Saint-Paul, à ce que François Perrot, son beau-frère, soit pourvu de l'office de notaire de Prissac et Sacierge en remplacement de Jacques-César Perrot, défunt. — Quittance de la somme de 41 livres 5 sous payée par François Perrot, pour jouir, à titre de survivance, de l'office de notaire possédé par feu Jacques-César Perrot. — Octroi, en date du 7 juin 1710, dudit office par le Roi à François Perrot. — Installation dudit François Perrot, comme notaire de Prissac et Sacierge, par messire André Micheau, sieur du Meslier, conseiller du Roi, et son président et sénéchal de robe longue à Montmorillon.
(Liasse.) — 4 pièces, parchemin ; 3 pièces, papier.
1710.
Perrot (Jacques César) retour
2 E 707 Pièces analysées en 1876 :
Lettres de provision accordées à messire Jacques-César Perrot par messire Gabriel Lecoigneux, chevalier, seigneur, marquis de Belâbre, Mortefontaine et autres places ; lesdites lettres données pour l'office de procureur fiscal en la châtellenie des Vazoires, pour le tiers appartenant audit Gabriel Lecoigneux. — Quittance de la somme de 21 livres pour le droit de marc d'or, dû par maître Jacques-César Perrot, pour son office de notaire royal héréditaire, ès paroisses de Prissac et Sacierge, contiguës des ressorts de Montmorillon et de Guéret. — Octroi, en date du 18 juillet 1698, de l'office de notaire des paroisses ci-dessus, fait par le Roi à Jacques-César Perrot, praticien. — Installation dudit Perrot, comme notaire résidant à Prissac, par messire André Micheau, sieur du Meslier, conseiller du Roi et son président sénéchal au siège royal et sénéchaussée de Montmorillon.
(Liasse.) — 4 pièces, parchemin
1698.
Saint-Benoît-du-Sault retour
2 E 709 Actes provenant de divers notaires dont l'origine n'a pu être constatée. — Copie authentique, en date de 1608, d'un acte de 1599, consenti par Pasquet Mathé, laboureur, demeurant au village des Pérelles, paroisse de Chaillac, à François Guillemet, sieur de l'Image, demeurant « en ceste ville de Saint-Benoist-du-Sault », d'une vigne située au « matz » des Plantes de Cheignat qui « fust a feu Mathurin Mathé pere dudit vandeur, contenant de tout huict journaux de vigne ou environ comprins ung journault de vigne vacgue estant au milieu. » Ladite vente faite moyennant le prix de 40 « escuz dor soleil baillez et payez contant reaulmant et de fait » — Vente par demoiselle Moreau Du Pescher, en faveur de messire Micheau, curé de Roussines, d'une pièce de terre et d'un morceau de pré, pour amortir une rente d'un boisseau et demi de froment. — Acceptation de retrait lignager. — Deux listes de contrats d'acquisition des héritages mouvant de la prévôté de Saint-Benoît-du-Sault, reçus par Nébillon le jeune, notaire à Saint-Civran, vicomté de Brosse ; — autres de contrats reçus par Cervenon, notaire à Saint-Benoît-du-Sault, par Demolière et Lardy. — État des domaines et héritages possédés par François Chauldron, sieur de Beaumont, soit comme héritier, soit comme acquéreur des biens de feue dame Marguerite-Benoît Samect. — Quittance donnée par M. Ranjon, curé de Parnac, au Révérend Père Prieur des Bénédictins de Saint-Benoît-du-Sault, de la somme de 17 livres 16 sous qui lui avait été remise « en divers temps » pour la subsistance des pauvres de ladite paroisse de Parnac « suivant et conformément a larrest du parlement pendant lannee de la grande disette 1694 » ; — autres quittances analogues de quatre curés : M. Perrot, curé de la Châtre-au-Vicomte, pour 22 livres ; M. Cervenon, curé de Sacierges, pour 6 boisseaux de seigle et 15 livres en argent ; M. Le Royer, curé de Mouhet, pour vingt-et-un boisseaux de blé ; M. Dubrac, curé de Saint-Cyprien, pour la somme de 18 livres qui a été « convertie en pain conformement a lintention desdits Reverends Peres. » — Procès-verbal, fait à la requête du R. P. dom Antoine Champclost, prieur claustral du monastère de Saint-Benoît-du Sault, et signé des notables dudit lieu, attestant qu'il est « de notoriette publique a tous les habitans dudit lieu et ceux circonvoizins que, en conséquence de larrest rendu en la Chambre des vacquations portant reglemant par provision pour la subsistance des pauvres, du 20 octobre 1693, leur communaute, en conformite dudit arrest, obeissant a icelluy, veula grande affluance des pauvres necessiteux en cette ville et des paroisses circonvoizines dependantes de cette prevosté, et comme les plus riches habitans de ceste ditte ville quy avoient moyen de ayder et faire subsister les pauvres ont quitté ladite ville pendant les annees de 1692 et 1693 pour senpescher de payer les grosses tailles et loger les gens de guerre, nestant resté en ladite ville que de pauvres habitans presques tous mandiants et quy estant dans limpuissance de faire un four pour faire subsister les pauvres au desir dudit arrest, leurd. communauté sest trouvee obligee pour eviter a de grands malheurs de fournir laumosne depuis le mois de janvier jusques a la fin du mois de juin de lannee 1694 a plus de mil a douze cens pauvres par jour dont le grand nombre a causé de grande maladie et mortalité dans les lieux. »
(Liasse.) — 1 pièce, parchemin ; 124 pièces, papier.
1608-1717.
Designolles retour
2 E 669 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Actes passés pour la famille de Forges par plusieurs notaires de Saint-Gaultier : Vincent, Perrin, Dessignolles, etc. — Acte d'affranchissement fait par André de Forges, « escuyer », sieur de Barreneuve, en faveur de Jean Du Chegut l'aîné pour les bons services qu'il lui a rendus, à condition toutefois que l'affranchi et sa postérité paieront annuellement audit de Forges 12 deniers et un demi-boisseau d'avoine à la Saint-Michel, et qu'il demeurera « homme » dudit sieur comme ses autres « hommes serfs », sauf qu'il sera déchargé « de toutes charges et debvoirs de servitute, tailles et mortailles que led. Duchegut souloit payer. » — Vente, moyennant la somme de 11 livres tournois, par Jean de Bonmassin, « escuyer », sieur de la Renaudinière et de la Salle, à André de Forges, son cousin : 1° d'« ung lopin de pre sittue au lieu nomme lille de Barneufve contenant ung quart de journaulx ou environ » ; 2° d'«ung douzain de cens et rentes que doyt Mathurin Bienvenu duTierdre. » — Vente, au prix de 60 livres tournois, par Jacques de La « Trymouille, escuyer, sieur de la Barre », à André de Forges, des cens, rentes, dîmes, charnage et lainage qu'il possédait à Lavaur et à Rivarennes.
(Cahier.) — Petit in-folio, 13 feuillets, papier.
1519-1536.
Cervenon retour
2 E 661 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Reconnaissance faite à la prévôté de l'abbaye de Saint-Benoît-du-Sault, par Denis Delagoutte, marchand, demeurant à Saint-Benoît-du-Sault, d'une rente noble féodale de 10 sous sur la tenue de Fontbrot. — Déclaration des domaines de la tenue de feu Jean Bérast, comprenant les tenanciers du Meslier, du Joug, des Galliotz, de la Longault, des Nadaux, etc. — Rente noble due à la prévôté de l'abbaye de Saint-Benoît-du-Sault, et rente « seconde » due au petit couvent de ladite abbaye sur la tenue de Fougerolle. — Droits de terrage sur Sauzerades, paroisse de Roussines.
(Registre.) — Petit in-folio, 72 feuillets, papier.
1596-1608.
Cervenon F. retour
2 E 662 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Acte d'association et communauté entre Pierre Rulaud, laboureur, et Malhurine Delaume sa femme, demeurant au village de Montmartin, paroisse de Roussines, d'une part, et Léonard Bruneau, laboureur, et Jeanne Touzet, sa femme, demeurant au village d'Outre-l'Étang, paroisse de la Châtre, d'autre part, fait pour « tous biens, meubles, acquestz et conquestz immeubles qui se fairont pendant et constant leurdicte communaulté pour chacun un quart et quarte partie, et seront tenus faire valoir ensemblement la mestayrie du sieur de Brimord au Petit-Montmartin suyvant et au désir de la ferme aud. Delaulme faicte par le sieur de Brimord, et pour cest effect lesdits Bruneau et Touzet seront tenus aller faire leur demeure avec lesdits Rulaud et Delaulme audit lieu du Petit-Montmartin et y porter et conferer leurs meubles qu'ils ont par devers eux pour aquerir le droict de proprietté ; et au cas que lesdits Bruneau et Touzet ne pourront s'entretenir ensemble avec lesdits Rulaud et Delaume en ladite separation et partage, lesdits Rulaud et Delaume prendront de preciput et advantaige sur le total de ladite communaulté la somme de trente livres. » — Transaction entre Jean Mareschal, d'une part, et Claude Périot, marchand, de l'autre, demeurant tous deux à Saint-Benoît-du-Sault ; par laquelle ils demeurent quittes l'un envers l'autre de toutes affaires « qu'ils ont heu ensemblement jusques a present, moyennant la somme de 22 livres tournois que ledict Periot a promis payer dans le jour et feste de la Toussaint prochain, venant et ce sans prejudice d'autres obligations esquelles ledit Periot est obligé audit Mareschal qui demeurent en leurs force et vertu. Et au payement de ladicte somme ledit Periot a obligé et hypothequé tous et chacuns ses biens, sa personne a tenir prison, une execution necessaire pour l'autre. » — Inventaire des meubles de Jacques Guillemet, fait d'après un contrat de mariage : Plusieurs coffres de différentes grandeurs en bois de chêne, et dont la contenance est appréciée en boisseaux de blé ; 2 challeux ou lampes « d'ayrin » (châlin, lampe rustique qui consiste quelquefois en une simple coquille fossile que l'on suspend à la poutre ou à la cheminée) ; un chevet de lit de plumes ; une « chayre » (chaise) de bois de cerisier ; quatre-vingt-douze livres de vaisselle d'étain à 9 sous la livre ; trois bigots (outil à deux dents ou pointes parallèles et recourbées pour labourer les vignes, surtout celles où il y a beaucoup de pierres), etc. ; cent aunes de toile « moytié chanvre de brin (première qualité) et moytié « d'estoupe. »
(Liasse.) — 40 pièces, papier.
1634-1639.
Cervenon J. retour
2 E 663 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Fermage « a moitye fruicts, profficts, reveneu, pour le temps terme et espace de cinq annees cinq cuillettes consecutives a commancer a caresme prenant prochain », fait par Marie Guillemet, veuve de François Perrot, demeurant au bourg de Saint-Civran, à Jean Mangenaud, maréchal audit lieu, de tous les immeubles qu'elle possède au bourg de Saint-Civran et environs, en terres, pâturages, etc., « pour icelles terres estre par ledict Mangenaud cultivées, labourées et ensemancées a moictie fruietz provenant desdictes terres, et icelles fumées des fians (fumiers) que ladicte Guillemet aura ; et sil ny en a suffisamment, sera ledict Mangenaud tenu fournir ce quil deffaudra, en ce que ledict Mangenaud sera tenu de fournir de letiere aux bestiaux de ladicte Guillemet. ». Les semences seront fournies par moitié, les récoltes seront partagées, et ledit Mangenaud jouira desdits lieux en bon père de famille. — Accord entre maître François Chaudron, demeurant à Saint-Benoît-du-Sault, François Nicault, demeurant à Chaillac, et Pierre Mancier, demeurant à Saint-Civran, tous marchands et fermiers des revenus de l'abbaye et prévôté de Saint-Benoît-du-Sault, arrêté en présence de Monseigneur l'abbé dudit lieu, que sur tous les différends qui pourraient naître et arriver entre eux pour raison de ladite ferme, ils en passeront par l'avis et conseil du Révérend père Michel Martin, prieur du couvent des Révérends Pères Augustins de ladite ville ; et, au cas qu'il ne puisse décider lesdits différends, il lui sera permis de prendre avis de tel avocat qu'il lui plaira sur les mémoires qui lui en seront donnés par les parties, et moyennant qu'ils lui fourniront de l'argent pour les frais, sous peine par les contrevenants de payer avant tout la somme de 200 livres en pure perte. Et, en outre, il a été arrêté que, si le père Prieur, après son triennal fini, est obligé de quitter ledit couvent, il substituera en son lieu et place tel autre religieux qu'il lui plaira, et les susdits fermiers « acquiesceront a iceluy comme sy sestoit ledit Reverend pere, et se justifiera de ladite substitution par lecrit du Reverend pere prieur », sous les mêmes clauses et conditions que dessus. — « Adcense » pour cinq années, par Nicolas ***, demeurant à Saint-Benoît-du-Sault, à Mathurin Trincard, vigneron, demeurant au village de Nougères, paroisse de Roussines, de la maison « de la grange au Daulphin et a ceulir une chartée de foing dans son pré », moyennant le prix annuel de 110 sous, à la charge par le preneur de faire valoir pendant ledit temps les jardins et chenevières : la fourniture des semences et les produits seront à moitié. — Constitution de procureur général et spécial en la personne de Jean Mouron, huissier à cheval au Châtelet de Paris, y demeurant rue Galande, paroisse de Saint-Séverin, par dame Marie Charlotte Dumont, veuve de feu messire Louis-Martin de La Goutte-Bernard, demeurant au château de la Lande, paroisse de Crozon, auquel procureur ladite dame « a baillé plain pouvoir, puissance et mandemant spetial de comparoir pour elle et sa personne represanter pardevant tous juges competans qu'il appartiendrat pour faire payer en son nom et faire touttes poursuittes necessaires pour laditte dame contre les heritiers dudict deffunct seigneur de la Goutte-Bernard pour le recouvremant du dhoire a elle accordé par son contract de mariage par ledict deffunct jusques au remboursemant dudit dhoire. »
(Liasse.) — 158 pièces, papier.
1671-1673.
Bernard (Philippe) retour
2 E 656 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente, au prix de 12 livres 10 sous tournois, d'une pièce de terre sise au village des Fressonnettes, « avec tous et chacuns ses fonds, droitz, entrees, isseues, appartenances et depandances quelconques, tenue et mouvante du fief de Resignevoysin ; » ladite vente faite par Martin Morand, laboureur, demeurant en la métairie du Roys, paroisse de Saint-Benoît-du-Sault, et Perrette Nadaud, sa femme, à Jean Jollivet, journalier, demeurant au village des Fressonnettes, paroisse deChaillac. — Donation mutuelle entre François Bichier, avocat, demeurant à Saint-Benoît-du-Sault, et Catherine Audoucet sa femme, « de tous et chacuns leurs biens meubles acquests et conquests immeubles presans et futurs et tierce partie de leurs biens patrimoniaux a eux et aux enfans qui descendront de leur mariage a perpetuitte pour en jouyr, faire et disposer par le survivant deux et les siens comme de son propre heritage. » Ladite donation faite « pour les bons et aggreables services quils se sont rendus et rendent journellement et quils esperent se rendre a ladvenir, et lamitie maritalle entre eux. » — Bail à ferme de trois boisselées de terre, « pour le temps et espace dune année et une cueillette, » consenti moyennant le prix annuel de 20 sous à Jean Naubuge, vigneron au village de Chignet, paroisse de Sacierges, par Benoît Boissonnier, sergent, demeurant à Saint-Benoît-du-Sault, « au nom et soy disant avoir charge de Martin Mathe, filz de Laurans Mathe. »
(Liasse.) — 106 pièces, papier.
1618-1620.
2 E 657 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente faite moyennant la somme de 7 livres, à Fiacre Jollivet, maçon, par Jean Blanchard, vigneron, demeurant tous deux au village de Chignet, paroisse de Sacierges, d'une chenevière « contenant a semer un quart de chenevois ou environ situé audit village, appellee de la Poytougne ; » plus une autre chenevière sise « ou mas des Fromentauds, » de même grandeur, avec « chacuns leurs fonds, droicts, entrees et issues, appartenances et depandances quelconques, tenus et mouvans lesdicts lieux de la prevoste de Sainct Benoist du Sault a certains debvoirs feodaux que les parties sur ce enquises nont sceu declairer, francs et quittes des arrerages desdicts debvoirs ensemble de touttes autres charges, rantes et hippotheques jusques a huy, et lesquels debvoirs feodaux payera a ladvenir lacquereur. » — Fermage, pour trois années et trois « cueillestes consecutives, » fait moyennant 10 livres payables à « chascune feste des Roys, » par Jude Redaud, «meulnier, » demeurant au moulin de Montgarnault, paroisse de Parnac, à Pasquet de Montmartin, journalier, demeurant au village de la Grange-au-Gourru, paroisse de Roussines, « de tous et chacuns les domaines appartenant aud. Redaud au village de la Grange et es environs, a la charge que les meubles qu'a led. Redaud en sa grange ne pourront estre deplacés par le preneur, excepté seullement quil nest pas comprins en cette ferme les cheneviales dud. Redaud. » Le bailleur sera tenu d'acquitter les rentes dont sont grevés lesdits immeubles affermés. — Échange et « permutation » entre maître Mathurin Bichier, marchand en la ville de Saint-Benoît-du-Sault, d'une part, et Guillaume Petitpied, laboureur, au village de Chignet, paroisse de Sacierges ; par lequel ledit Bichier « a bailhé aud. Petitpiet, sçavoir est troys boissellees de terre situee en la Rancipue, et en contreschange et recompance ledict Petitpiet a bailhe et cedde aud. Bichier scavoir est deux boissellees de terre estant en pastural et pasquage situées en la Brousse. » Les contractants devront payer « a chacun leur egard » certains devoirs féodaux auxquels ils sont tenus comme mouvant de la prévôté de Saint-Benoît-du-Sault. — Bail à ferme pour cinq ans, consenti, moyennant la somme de 3 livres payable « a chascune feste de Noel » par Benoît Mornet, meunier au moulin de Montperet, paroisse de Roussines, comme « mary administrateur de Jehanne des Plasses sa femme », à Léonard Touzet, vigneron au village de Montbroux, susdite paroisse, « de tous et chacuns les domaines et heritages de la femme dud. Mornet, situes au village de Montbroux et es environs, sans aucune chose en excepter ne retenir, et sans que led. preneur soit tenu payer aulcune rante ; mais jouira desd. lieux en bon pere de famille. »
(Liasse.) — 155 pièces, papier.
1626-1627.
2 E 658 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Fermage pour deux ans, par Jean Collin, sieur de Brimost, conseiller du Roi, élu en l'élection du Blanc, y demeurant, à Jean Betoulat, « hoste vandant vin, » demeurant au même lieu, d'une maison située en la présente ville ; et ce moyennant le prix annuel de 30 livres tournois payable « a chascune feste de Noel. » — Échange entre Jean Agenet, écuyer, sieur de Courcy et du fief de Margot, demeurant au bourg et paroisse de la Châtre-au-Vicomte, et Édouard Demargo, maître maçon, demeurant au village de l'Aumosne, à présent paroisse de Mouhet ; par lequel échange Agenet abandonne à Demargo un pré appelé le pré de devant, contenant « deux journaulx de faulcheur ou environ, plus sept leizes (largeur, étendue) de chenevière appellees la cheneviere de Margot contenant ensemble deux boissellees de chenevouer ou environ : » Et en contréchange Demargo cède audit Jean Agenet un pré appelé des Barrières contenant « a ceuillir deux chartees de foing ou environ. » Les parties seront chargées l'une et l'autre des devoirs féodaux et de leurs arrérages envers les seigneuries dont relèvent lesdits immeubles. — Bail à ferme, fait par Jean Maucier (ou Mancier) l'aîné, marchand à Saint-Benoît-du-Sault, à Jean Maucier le jeune, marchand en la même ville, d'une maison située au fort de la présente ville, « sans y comprendre une chambre que ledit Maucier laisne s'est reservee, ainsi que lad. maison s'estend et consiste ; la presante ferme faite moyennant le prix et somme de 15 livres tournois par chacun an, payable lad. somme a chacun jour et feste de la Pentecoste. » — Arrentement perpétuel, par Henri-David Bernard, demeurant à Saint-Benoît-du-Sault, à Claude Courcier, marchand drapier, demeurant même ville, d'une vigne contenant « troys journaulx ou environ, » moyennant la somme de 3 livres 10 sous de rente foncière payable à « chacune feste saint Martin d'hiver ; » ladite rente rachetable et amortissable au prix de 70 livres tournois et les arrérages, en un seul ou deux paiements égaux.
(Liasse.) — 74 pièces, papier.
1637-1640.
2 E 659 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Ferme du greffe de Saint-Benoît du-Sault, faite par messire Robert d'Aubusson, seigneur de Saint-Benoît, abbé, prévôt commendataire de l'abbaye dudit lieu et de celle de Notre-Dame du Palais, à maître Robert Collin, sieur du Bouchardon, son filleul, demeurant à Saint-Benoît, pour le temps et espace de cinq ans, à la charge par le preneur de payer annuellement « a chascune feste de Pasques » la somme de « huict-vingtz » livres tournois, savoir 50 livres aux fermiers dudit seigneur et le surplus ès-mains de maître Jean Collin, sieur de Brimont. — Extinction d'hypothèque par Pierre Maudevin, marchand en la ville de Saint-Benoît-du-Sault, tant pour lui que pour Madeleine Fiaud, sa femme ; ladite hypothèque, au profit de Pierre Maufis, sergent, et Suzanne Cuvier, sa femme, et de maître Benoît Moreau, avocat, demeurant en ladite ville, sur une maison sise sur le Peux d'Argenton « couverte a thuille y ayant une huilerie dedans et autres mentionnez » dans deux contrats. Pour ladite extinction, Pierre Maudevin « baille et paye en quartz de sou, testons et douzains, » aud. Pierre Maufis la somme de 67 livres lui revenant, et audit Moreau la somme de 90 livres. — Inventaire des meubles et titres des immeubles appartenant à Catherine Bonnet, veuve de feu Jean Billaud, fait en exécution du contrat de mariage de Catherine Billaud : une casse (chaudière) ; 44 livres d'étain à 15 sous la livre ; un petit cabinet (armoire dans laquelle on serre les objets les plus précieux), etc.
(Liasse.) — 31 pièces, papier.
1647-1648.
2 E 660 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Contrat de mariage entre Mathurin Benoît, vigneron, demeurant au village du Meslier, paroisse de Roussines, et Marie Mornet, absente, fille de Léonard Mornet, demeurant au village de Roussines, susdite paroisse, par lequel ledit Benoît, « par ladvis de Jehan Touzet son cousin, de Pierre Thomas son cousin, a promis prandre a femme et future espouse lad. Mornet absante, mais led. Mornet stipulant pour elle, et lequel Mornet pere, par ladvis de Pierre Mornet, oncle de lad. Mornet, et de Pierre Soulas, son voysin et cousin, a promis faire prandre a lad. Mornet, sa fille, led. Benoist ce acceptant, et pour le tout lauthorisera led. Mornet pere ; et sera led. mariage celebré en face de saincte Esglise, les solemnites dicelle gardees et observees. En faveur duquel mariage a esté dict et accorde que le futur espoux viendra demeurer avec lesd. Mornet père et fille et confera en leur communaulte le nombre de treze chefs de berbis, une couverte de lict avec une couverture de drap, ung lincieux moictie melange et moictie toille brin (chanvre de 1er qualité), deux coffres de bois chesne ferment a clef a tenir six boisseaux, de bled ou environ ; moyennant quoy le futur espoux sera mis et receu en communaulte dud. Mornet et de Françoise Desplaces sa femme en segonde nopces, la future espouse pour un quart et quatriesme partie en meubles et acquests quils feront a l'advenir ». — Payement d'une somme de 500 livres, fait « en louys dor, louys d'argent et autre monnoye courante », par Catherine Bernard, femme séparée de biens, à René Delagarde, marchand à Argenton, qui cède en retour une somme de 500 livres à lui due pour fermage. — Vente faite, moyennant le prix de 35 livres tournois, par dame Silvine Agenet, femme de René Delagarde, marchand, demeurant à Saint-Benoît-du-Sault, à Philippe Thomas, sergent royal au bourg des Chézaux, d'un charnage lui appartenant en quelques maisons du bourg des Chézaux et village du Bosc, dans une maison de la « Fourest brune », ainsi que ledit charnage a été délaissé à ladite Agenet par son contrat de mariage avec Léonard Delafourest du 7 mai 1635, « et demeurent comprins en ceste vante tous arrerages qui se trouveront deubs ». — Testament de Catherine Bernard, femme de René Menu, demeurant à Saint-Benoît-du-Sault ; laquelle, après avoir recommandé son âme à Dieu et l'avoir prié de lui faire miséricorde « par les merites de la passion de son cher fils notre seigneur Jesus-Crist, l'intercession de Notre-Dame, et de tous les saincts et sainctes du Paradis », déclare qu'elle veut qu'on lui fasse quatre services après sa mort, un le jour ou le lendemain de son enterrement et les autres « a huictaine, a quarantaine, au bout de l'an ». Elle veut que sa « charité », consistant en un pain et une chandelle, soit faite tous les dimanches pendant un an à la paroisse ; que l'on donne 15 deniers à chaque pauvre qui assistera à son enterrement, « afin qu'ils prient Dieu » pour elle. Elle donne une « couaffette », un lit, des armoires, etc.
(Liasse.) — 91 pièces, papier.
1653-1659.
Pichon retour
2 E 666 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Cession et transport, faits par André Pasquet, sieur de Chabannes, mari et administrateur de dame Anne Delouche, auparavant veuve de feu Gilles Desseux, vivant docteur en médecine, et conjointement tuteur des enfants de ladite Delouche, à Bernard Maudevin, marchand corroyeur, demeurant à Saint-Benoît-du-Sault, de la somme de 50 livres « par obligation conceue au proffict dud. feu Desseux contre Louys Guillaud de la somme de soixante livres, et sur laquelle reste lad. somme de 50, pour sen faire payer par led. Maudevin ainsy qu'eust peu ou dheub faire led. Chabannes qui a promis a ceste fin luy mectre lad. obligation entre ses mains dans quinzaine. » Et de son côté Maudevin a cédé au sieur de Chabannes la somme de 40 livres qui lui est due par Jean Berthomet, marchand cordonnier, et comme supplément lui a « baillé et payé comptant » la somme de 10 livres. — Reconnaissance par Mathieu Malochon, laboureur au village de Rapissac, paroisse de Mouhet, du paiement de la somme de 26 livres tournois à lui restant due par Jean Périot, marchand tanneur au Peux d'Argenton, paroisse de Parnac, sur une somme de 56 livres, prix d'une vente faite antérieurement. — Inventaire de meubles après décès : un banc foncé fermant à clef, contenant des papiers ; une pale (pelle) ; ciel et rideau de lit de serge jaune, garni de « crespine » (crépine) de passement jaune et rouge ; un « baheu » d'une contenance de trois seliers de blé, renfermant diverses pièces de linge et de vêtements ; vingt livres de vaisselle d'étain ; une casse (chaudière), un « passepuree », une « couvretoire » (couvercle d'ustensile de cuisine), une chaise à bras ; une pertuisane, une arquebuse à roue de quatre pieds avec la clef ; un pistolet de « cheval » ; une pluntie (lit de plume) ; trente-cinq poupées de lin et chanvre (certaine quantité dont on garnit la quenouille) ; un «busard» de vin (demi-pipe de vin) ; une grande scie avec un « chetif « feulet » (feuillet, scie mince à scier du bois) ; chanvre et lin non « brié » (broyé) ; dans l'écurie sous le fais (faîte) de la grange, un cheval et une poulaine, appréciés 65 livres ; un petit cochon d'un an, 100 sous.
(Liasse.) — 70 pièces, papier.
1640-1641.
2 E 667* Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Actes des notaires Barbaud, Cervenon, Cusson, Gaillard, Pijaud, Delouche, Pichon, Loyssellier, Peignot, etc. — Actes concernant : 1° Léonard Bastide, marchand, demeurant à Saint-Benoît-du-Sault ; 2° Jeanne Busson, veuve dudit Léonard Bastide ; 3° Jean Bastide, avocat et procureur fiscal de la ville et paroisse de Saint-Benoît-du-Sault ; 4° Jeanne Dubrac, veuve dudit Jean Bastide. — Fermage fait pour cinq ans par Jeanne Buisson, veuve de feu Léonard Bastide, demeurant à Saint-Benoît-du-Sault, à Denis Brissaud, laboureur, demeurant au village de Seure, paroisse de la Châtre-au-Vicomte, de « la maisterie (métairie) domaines et heritages appartenant a lad. Buisson, située au village de Seure, appelee la maisterie du Bouschet » ; ledit bail fait « a moytie fruictz naissans et croissans » dans ledit héritage, partagés « en chascune saison de mestive a la gerbe ou au boiceau », au choix de la bailleresse. En outre, le preneur fournira chaque année deux douzaines de fromages, six poules et un gâteau d'un boisseau de froment pour la fête des Rois. — Bail à ferme consenti pour trois ans par la susdite Buisson à Colas Alaseur, marchand, demeurant à Saint-Benoît, d'une maison située « on fort de ceste ville, ainsy que ceste maison se contient, fors et reserve a lad. Buisson une chambre haulte estant pardessus la boutique dud. logis » ; moyennant la somme de 3 écus un tiers d'écu d'or sol. — Reconnaissance de cheptel, faite par Mathurin et Étienne Pignot, laboureurs, demeurant au village de Seure, paroisse de la Châtre-au-Vicomte, à Me Jean Bastide, avocat et procureur fiscal de Saint-Benoît-du-Sault ; ledit cheptel consistant en « six bœufz arables, plus quatre vaches avec chascun leur veau de lannee ; plus une taure pleigne, plus deux taures de chascun deux ans ou environ, plus un petit taurin eage deux ans ou environ, le tout soubz le prix de dix sept vingt livres tournois ; en oultre, la quantite de quarante chefz (têtes) de berbis tant masles que femelles, et neuf chefs de pourceaux, a moictie croist et profit avec led. Me Bastide. » — Bail à ferme d'une chambre haute et un galetas à prendre dans une maison située à Saint-Benoît-du-Sault ; ledit bail fait à Jean Rollinat, laboureur à bras et vigneron, demeurant en cette ville, par Me Jean Bastide l'aîné, avocat et procureur fiscal de Saint-Benoît, moyennant le prix et somme de 10 livres tournois par an, « a chascune feste de Saint-Jehan-Baptiste, pour le temps et espace de cinq ans. »
(Registre.) — Petit in-folio, 74 feuillets, papier.
1573-1677.
Peignot retour
2 E 664 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente de quatre journaux de vigne faite par Martin Perot « lesné, » vigneron, demeurant au village de Chesgnes, paroisse de Sacierges, à Henri-David Bernard, « acpotiquaire, » demeurant à Saint-Benoît-du-Sault, moyennant la somme de 83 livres tournois, « sur laquelle somme led. Perot en a recogneu devoir audict Bernard la somme » de 80 livres tournois par le présent acte de vente. — Fermage, moyennant 8 livres 10 sous tournois, terme de la Saint-Martin d'hiver, par Georges de Lavillaugrue, vigneron, demeurant à Roussines, à Mathurin Trincard, aussi vigneron, demeurant au village de la Grange-aux-Grues, susdite paroisse, « pour le temps, terme et espace de trois années trois cuillettes, » de la portion de grange, pré, terre labourable et non labourable, jardins et chenevières, que ledit Delavillaugrue possède audit village de la Grange-aux-Grues, avec deux journaux de vigne situés dans les dépendances dudit village, « accense » de Jeanne de Lavillaugrue, sa fille, et de feue Bernard Ridaud, à condition que si ladite Jeanne vient à se marier pendant le temps que doit durer le fermage, et qu'elle veuille jouir de son bien, le présent acte sera nul et le preneur ne payera qu'à proportion de sa jouissance. — Bail à ferme pour cinq ans, consenti par Catherine Rabault, veuve de maître Pierre Colin, vivant sieur Dubois, demeurant à Saint-Benoît-du-Sault, à Simon Nadault et Sulpice Guyot, son gendre, laboureurs en la métairie du Vrignoux, paroisse de Roussines, de la métairie du Bois, qui consiste « en maisons, granges, prez, terres labourables et non labourables, gorces (châtaigneraies), jardins et cheneviere sans en rien reserver ny excepter. » Les preneurs payeront par an, à la fête de Notre-Dame d'août, une douzaine et demie de fromages, deux livres de beurre, une douzaine de poulets ; plus, à la fête des Rois, « un gasteau de la fleur dun boiceau fromant bien beurré et mistionné, ou pour iceluy gasteau un boiceau fromant, six fromages, une livre de beurre et une douzaine deufs au choix et option de lad. Rabault. » Ils devront prendre un valet « bon et recepvable et capable de labourer ; » enfin ils fourniront à ladite Rabault une « grousse » des présentes. De son côté, la bailleresse devra « fournir dun homme et dune femme en temps de recolte pour esgrener les bleds de lad. mestairie, les nourrira et payera, et seront tenus lesd. preneurs leur fournir de lestages et fromages, » etc. — Métairie de la Dinière. — Héritages et revenus de la cure de Saint-Benoît-du-Sault. — Transaction passée entre messire Paul Huraud de Lhospital, abbé de Bellebac, prévôt commendataire de la prévôté de Saint-Benoît-du-Sault, demeurant à Paris, rue Barbette, paroisse Saint-Gervais, « estant de presant en la maison de lad. prevosté, » d'une part ; et de l'autre, messire Louis Periot, prêtre, curé dudit lieu, y demeurant, par suite du différend « meu sur la pension congrue prétendue par ledict Periot auquel led. seigneur abbé, outre le revenu de sa cure, pour suplement auroit accordé annuellement la somme de 50 livres au terme porté par le contract sur ce passé ; ensuite duquel led. Periot auroit esté poursuivy pardevant les officiers de la chambre ecleziastique de Bourges pour le payement des decimes dont il auroit soubztenu estre exzent et libre, et led. seigneur abbé len devoir garentir pour navoir de revenu suffizant pour son entretien. » Ladite transaction faite comme il suit : pour ôter audit curé tout sujet de plainte, « led. seigneur abbe a promis et s'est obligé luy payer annuellement la somme de 200 livres tournois par quartier montant a 50 livres, le premier payement commençant au premier jour de janvier prochain, le second au premier avril, le troisiesme au premier juillet suivants et le quatriesme qui debvroit commancer au premier octobre, lors seullement que led. seigneur abbe sera entierement satisfaict des legats a luy delaissés, lesquels recevant il sera tenu en proportion payer et acquitter ledict dernier quartier a raison que ce montera sa recepte desd. legats et de continuer lesdicts payements dan en an perpetuellement soubz lesd. conditions ; moyennant laquelle somme de 200 livres par an led. Periot a delaissé audict seigneur abbé et promis luy garantir et faire jouir, scavoir est le pre appelle de la Cure, » deux autres prés pouvant donner vingt-cinq charretées de foin et la terre appelée « soubz le four de Sacierges a semer deux boiceaux de bled, » et enfin les légats (menues rentes en argent dues par des particuliers).
(Liasse.) — 3 cahiers petit in-folio, 233 feuillets, papier.
1644-1656.
2 E 665 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Sous-fermage, pour six ans et six « cuillettes, » fait par François Mallet, apothicaire, demeurant à Saint-Benoît-du-Sault, à René Coulliaud et Perrette Bret, sa femme, de la métairie et tuilerie qu'il tient à titre de ferme des nommés Périot, père et fils, marchands, demeurant au bourg de Dun, paroisse de Seignac. Ledit sous-fermage fait aux conditions suivantes : les preneurs feront valoir « a moittie de tous fruicts venans nessans et croissans dans les dhoumaines de ladite meterie, tans naturels quindustriaux, qui se partageront entre les parties en temps et saison convenable a la gerbe ou au boisseau au chois et obtion dudit Mallet » ; ils donneront dix-huit fromages « a chescun jour et a chescune feste de my aoust, » et le jour des Rois, un boisseau de froment, deux livres de beurre et six chapons ; ils devront tenir bien clos et « bezaller (bezau, rigoles dans un pré pour faire écouler l'eau ; fossé ; où bezauler) les pres et dhoumaines de ladite meterie ; et pourra ledit bailleur jetter ledit preneur en cas quil ne se trouve mal de luy et quil ne face bien son debvoir, » etc. — Bail à ferme par François Mallet, apothicaire, demeurant à Saint-Benoît-du-Sault, et fermier du revenu de sire François Périot, consenti pour six ans au sieur Antoine Aufore, demeurant au bourg et paroisse de Luant, d'une tuilerie appartenant audit Périot, située au village de la Mulnerie, paroisse de Mouhet ; et ce, moyennant le prix et somme de 50 livres tournois par an, payables en deux payements égaux. « En cas que ledit preneur ne paye ladite somme de cinquante livres tournoiz par chescun an, icelluy bailleur le pourra jetter de ladite tuillerie et mettre tel autre tuillier que bon lui semblera et le contraindre au payement de ce quil debvra. » — Testament de Sulpice Peignot, cardeur, en laine demeurant au faubourg de Saint-Benoît-du-Sault, lequel « gizant au lict malade, sain toutesfois desprit, memoire et entendement, ainsy quil est apparu aux nottaires soubzsignes par ses gestes, maintien et parolles », après s'être recommandé à Dieu, à la très-sainte Vierge, à « monsieur » Saint Sulpice son patron, et à tous les autres saints, déclare qu'il donne à sa femme « la tierce partie de son patrimoine ancien » et tous ses autres biens meubles et immeubles, etc. Ledit testament passé par-devant Peignot et Bourdillon, notaires jurés « soubz les courts des scels establys aux contracts on vicompté de Brosse pour madamoiselle la duchesse dOrleans vicomptesse dudict Brosse, et en la ville terre prevosté et chastellenie de Sainct-Benoist-du-Sault pour Monsieur le prevost, seigneur temporel dudict lieu ». — « Accord, marché, promesse et obligation » entre André Guillemet, sieur de Mazerolles, greffier ordinaire de la prévôté de Saint-Benoît-du- Sault, d'une part, et Georges Saboureux, vigneron, demeurant à Saint-Civran, d'autre ; par lesquels Saboureux s'oblige envers le sieur de Mazerolles à « luy bezoller (bezauler, faire des rigoles, des fossés), clore et garder un pré appelle le pré soubz Maison, situé au bourg de Saint-Cyvran pandant le cours de trois années, a commancer les bezollieres par ou passe l'eau dudit bourg de Saint-Civrant dans ledit pré, pour et moyennant le prix et somme de trois livres tournois que ledit sieur de Mazerolles a advance et baille audit Saboureux. » — Fermage par Gabriel Plumet, avocat, demeurant à Saint-Benoît-du Sault, à Marie Boutaud, veuve de François Redaud, demeurant au moulin banal dudit Saint-Benoît, paroissede la Châtre-au-Vicomte, « d'une cave audit Plumet apartenant, estant au desoubz du corps de logis du lieu de la Chatille proche ledit moulin, pour par ladite Boutaud en jouir en bonne mere de famille l'espace de trois ans continuels et consecutifs » ; et ce, moyennant la somme de 50 sous tournois. De plus, le bailleur pourra faire une séparation par le milieu de ladite cave, quand bon lui semblera, pour jouir et user d'une moitié, sans diminution dudit prix. — Cession faite, moyennant la somme de 5 livres tournois payables dans quinze jours, par Jean Soullas, charpentier, demeurant au village d'Aubeigné, paroisse de Roussines, tant pour lui que pour Sulpice Soulas, son frère, auquel il a promis faire agréer et ratifier ces présentes dans huit jours, à Mathurin Soullas, son autre frère, laboureur demeurant au village de Beaumont, susdite paroisse, « de tous et chescuns les doumaines et herittages que lesdits Jehan Soullas ou dict nom peuvent avoir dans le village de Beaumont es environs, sans aulcune chose en rezerver ny excepter, que lesdits Jehan Soullas ou dict nom ont sy devant acquis de Pierre Demargo, vigneron, demeurant audit lieu, » et qui consistent en cinq boisselées de terre, et une part dans trois journaux de vigne situés en la grand'vigne du Chastignier.
(Liasse.) — 126 pièces, papier.
1658-1659.
Saint-Etienne-de-Fursac retour
Guarin (Jean) retour
2 E 581* Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente faite moyennant 60 sols tournois, par Barthomyerre Durand de La Cheyrade, veuve de feu Antoine de La Chièze, demeurant audit lieu de La Cheyrade, paroisse de Fursac, à Symon de Fourneau, prêtre dudit lieu de La Cheyrade, « dung loppin de pastural appelle de las Pradillas, avec tout le droict part et porsion, partaige et division a elle appartenans aux boys et terre aussy appellees de las Pradillas, joignant audit pastural, contenant ledit pastural demy quartier et lesdits boys et terre contenant troys quartiers ; plus une terre appellee de dessus La Font de La Cheyrade, contenant demy loppin ou environ. » — Donation pure et simple, faite par Mathieu Durand de La Cheyrade, demeurant paroisse de Saint-Étienne de Fursac, diocèse de Limoges, à messire Symon de Fourneau, prêtre dudit lieu de La Cheyrade, de tous et chacuns les domaines, héritages, droits, part et succession appartenant audit Durand, situés à La Cheyrade et ailleurs, comme maisons, granges, étables, vergers, prés, pâtureaux, terres labourées et à labourer, bois, landes, etc. ; ladite donation faite à cause des « aggreables services, amours et curialites par cy davant faietz audit Durand par ledit messire Symon et quil ne cesse luy faire de jour en jour et espère que fera pour ladvenir, et attendu que ledit Durand na aucun qui le secoure, luy administre vivres et alimens pour son lever de sa maladie, fors ledit messire Symon, » et à la condition que ledit messire Symon nourrira et entretiendra ledit Durand et Catherine sa fille, et les rendra après leur décès « a lesclesiasticque sépulture » et devra marier et doter ladite Catherine quand elle sera en âge, et jusqu'à cette époque « la retirer et emmener ches luy et illec la nourir et icelle maryer et que ne pourroict demeurer ches son mary, ce que advenant, ledit messire Symon sera tenu la reprandre et nourrir comme les autres femmes de sa maison ». — Bail à ferme par noble et puissant seigneur Louis de Prebussière, seigneur de Chabannes et autres lieux, à Julien de La Lande, du village de Bellasanes, demeurant audit lieu, paroisse de Fursac, de son moulin appelle le moulin Bardoys, sis et situe sur le fleuve de Gartempe en la paroisse de Fursac, avec ses appartenances et dépendances » ; et ce moyennant 19 setiers de seigle, deux de froment, mesure dudit Chabanes, 105 sols 4 deniers tournoiz en argent, 8 gelines et 4 chapons et à la condition que ledit Julien devra tenir le moulin en bon état, sans que ledit seigneur soit tenu à aucunes réparations, sauf si par cas fortuit les meules venaient à rompre.
(Registre) — Petit in folio, 136 feuillets, papier.
1530-1556.
2 E 582 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Échange entre Jean Bodeau, dit de La Grange, et Jehanne Delaige, conjoints, demeurant audit lieu de La Grange, paroisse de Fursac, d'une part, et Pierre Bodeau de Chastanet, et Martin de Crepchat, « prenant en main » pour Jehanne Bodeau, sa femme d'autre part ; par lequel échange lesdits Jean Bodeau et Jehanne, sa femme, ont quitté et cédé auxdits Pierre et Martin une terre appelée de La Croix de Chastanet « contenant une sestere, situee ez appartenances de Fursac » ; et en contréchange lesdits Pierre et Martin abandonnent à Jean Bodeau et Jehanne sa femme une terre appelée « de Las Meysous », située ès appartenances de Fursac, et contenant une séterée ou environ. — Vente faite par Pierre Cluchier, marchand, demeurant à La Souterraine, à André Johandeau, demeurant à Chabannes, paroisse de Saint-Pierre de Fursac, de la moitié par indivis de certaines masures appelées « las Conty du grand Teilh, » situées à Chabannes ; ladite vente consentie moyennant le prix et somme de 100 sols tournois. — Actes concernant des héritages situés dans le village de Boscazareix dépendants de la feudalité du seigneur de Laurière — Actes concernant les tenues des Mayauds et de Souffranzoux dans la féodalité de Bridiers. — Actes concernant des biens situés dans le village de la Croix-Censive, dépendants du seigneur de Mazillé.
(Registre.) — Petit in-folio, 255 feuillets, papier.
1546-1548.
Valençay retour
Bluyneau retour
2 E 703 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Cachets de séquestre de la municipalité de Valençay (12-13 avril 1793). - Minutes de Bluyneau, Moireau, Robert, Christophe, Léonard, Giraudon. - Aveu par Louis d'Estampes pour les mineurs de Mathefélon, sgrs. du Plessis, du fief de Bourg-Pailloux (25 avr. 1530, copie XVIIIe s.). - Commission de notaire pour René Hérisson (1785). - Bail, à moitié produits, de la tuilerie de Gastinne, consenti pour sept années par Jean Gittard, fermier de ladite tuilerie, y demeurant, paroisse de Valençay, à Claude et Pierre Arnault, tuiliers, demeurant au village de la Pierre, paroisse de Buxeuil. Entre autres charges, les preneurs seront tenus de fabriquer toutes les marchandises qui se font à ladite tuilerie, comme chaux, tuiles, carreaux, briques, et « festeaux » (faîtières) ; de tirer la terre nécessaire pour faire lesdites marchandises ; de fournir la moitié du bois pour les cuire ; de chauffer le four, d' « enfourner et defourner » lesdites marchandises, etc. De son côté, le bailleur s'oblige à fournir aux preneurs seize milliers, tant tuiles que carreaux, tous moulés et battus. Le produit de la vente desdites marchandises sera partagé par moitié ; toutefois, pour la première année seulement, le bailleur prendra, par préférence aux preneurs, six milliers de tuile toute cuite. En outre, le bailleur s'oblige à loger les preneurs pendant le cours du bail, et pour ce, il leur donne la jouissance d'une chambre haute, grenier dessus et galerie à côté, située au bourg de l'église de Valençay ; de plus, il leur fournira tous les outils nécessaires à la fabrication de la tuile. — Promesse, par Louis Gauguery, sieur de la Gaulterie, conseiller et élu pour le Roi en l'élection de Châteauroux, demeurant au lieu seigneurial du Breuil, paroisse de Veuil, à noble homme Germain Gauguery, sieur de la Bouillie, bourgeois de Blois, et dame Marguerite Baudron, sa femme, de racheter deux rentes qu'ils payaient solidairement avec lui, l'une de 100 livres, et l'autre de « six vingtz seize » livres 7 sous 4 deniers. — Devis des réparations à faire à la métairie de Bréviande, paroisse de Valençay, dressé, à la requête de Noël Brisset, métayer, par Mathurin Auclerc, maçon, Judes Rabault, charpentier, et Claude David, couvreur. — Acte par lequel messire Pierre Bion, prêtre, curé de Saint-Germain de Bourgueil, diocèse d'Angers, se démet de sa cure entre les mains de messire Anne Gauguery, prêtre du diocèse de Bourges, demeurant à Valençay, grand vicaire de révérendissime et illustrissime messire Henri d'Étampes de Valençay, abbé de Saint-Pierre de Bourgueil en Vallée, diocèse d'Angers, pour en pourvoir telle personne « idoyne » et capable qu'il avisera.
(Liasse.) — 1 pièce, parchemin ; 62 pièces, papier (1 imprimée).
1530-1785.
Gauchier 1er du nom retour
2 E 671 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Minute. — Vente, par Silvain Thérault, « home de braictz » (journalier), demeurant paroisse de Valençay, à « honeste feme Jehane Gigaud », veuve de Jean Delarue, demeurant aussi en ladite paroisse, d'une boisselée et demie de terre située au lieu appelé les Chaulmes, de la paroisse, terre et justice de Valençay, qui jouxte d'une part la terre de ladite « achapteresse. » Ledit immeuble est grevé de charges foncières que lesdites parties n'ont pu déclarer, dues à la seigneurie de la Brosse le jour de Saint-Étienne « frizier » de Noël ; mais il est franc et quitte des charges du temps passé. La vente est faite « pour le prix et some de six livres dix solz pour le sol princippal, paye comptant reellement et de faict, et en vin de marche (pot de vin), quinze solz tournois ; le tout paye comptant reellement et de faict par ladicte achapteresse audict vendeur. ».
(Pièce unique.) — Papier.
1580-[1620].
Gauchier 2ème du nom retour
2 E 672 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Quittance donnée par Jacques Delorme, marchand cordonnier à Valençay, à Louis Baudouin, « homme de braz », demeurant aussi à Valençay, de la somme de 40 livres tournois, payée pour remboursement de rente en « francqs testons et quartz d'escuz. » — Accord, entre Samson Demegret, écuyer, sr des Arpens, demeurant en la paroisse de Baudres, d'une part, et Guillaume Caignault, marchand à Vatan, d'autre part, au sujet d'un procès qu'ils ont par-devant le maître des eaux et forêts de Valençay. Par ledit accord, Caignault s'est obligé à payer au sieur des Arpens la somme de 10 livres tournois, dans « le jour et feste de Nostre-Dame de la Chandelleur, prochainement venant » ; et s'il y a quelques frais à payer, ils seront à la charge de Caignault. — Quittance donnée par Gabriel Radier, marchand à Valençay, à Léonard Lesart, laboureur, demeurant en la paroisse de Bouges, de la somme de 22 livres tournois, en déduction de plus grande somme due par contrat de vente. — Échange entre Jacques Potin, laboureur, demeurant paroisse de Poulaines, et Louis Douzaine, marchand à Valençay ; par lequel échange, Potin.cède « deulx boessellee d'ousche a semer chanvre » ou environ, assises au lieu appelé la Marche, paroisse de Poulaines, avec les charges anciennes et foncières dues aux seigneurs de Chezal-Benoît à cause de leur prieuré de Chambon. De son côté, Douzaine abandonne « la tierce partie d'une ousche, a partir » (partager) avec les héritiers de Perrine Potin, et avec Philippe Potin, contenant trois boisselées « a semer chanvre » ou environ, assise au lieu appelé le village des Potins. — Vente, par François Méry, « serviteur domesticque » d'Abel Fournier, sergent, demeurant à Valençay, à Guillaume Méry, sergent demeurant en la paroisse de Paulmery, de la moitié par indivis d'une grange avec ouche derrière « aultant qu'emporte lad. grange » ; ladite vente faite moyennant la somme de 12 livres tournois, plus 2 sous tournois « en vin de marché. »
(Liasse.) — 29 pièces, papier.
1617-1632.
Gauchier 3ème du nom retour
2 E 673 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Marché conclu entre « hault et puissant seigneur messire Jacques dEstampe, seigneur de Vallançay », d'une part, et Jean Delacherye et Jacques Mallherbe, tailleurs de pierres, d'autre part ; aux termes duquel ceux-ci se sont obligés à construire deux autels dans l'église de Valençay, suivant les dessins de Pierre Basquellier, maître maçon du seigneur de Valençay ; lequel dit seigneur devra fournir tous les matériaux nécessaires rendus conduits sur les lieux, et « faire faire, fouller et massonner lesd. autelles jusque a la haulteur de la table », et en outre payer auxdits tailleurs de pierres la somme de 90 livres tournois. — Acte dressé à la requête de Jean Moreau, cabaretier à Valençay, constatant qu'il a vendu en gros, moyennant 6 livres tournois, un poinçon de vin « pur, clairet, estant boutte », aux nommés Jean Callinon, Jean Benessière et Pierre Gourdat, scieurs de long, travaillant de leur métier au bourg d'Entraigues ; lequel poinçon de vin « estoit en charge et miz sur le registre par les clercs commissaires, marque et rouanne. » — Contrat de mariage entre Isaac Alilère et Jeanne Jarnau, demeurant tous deux en la paroisse de Lucioux ; en tête de l'acte est cette formule : In nomine Domini, Amen. — Bail à ferme du greffe du bailliage, de la châtellenie et des eaux et forêts de Valençay, consenti pour six ans par « hault et puissant seigneur messire Jacques Destampes, chevallier des ordres du Roy, conseiller en ses conseilz, seigneur de Vallençay et aultres terres », à Me Estienne Chastillon, procureur du roi au grenier à sel de Selles en Berry ; à la charge par celui-ci de « faire l'exercice d'icelluy (greffe) et d'en jouir aux mesmes condictions que les preceddans greffiers, dellivrer audict seigneur bailleur toutes les expeditions qui se feront ausdictz greffe pour les affaires dudict seigneur, se faire recepvoir en l'exercice dicelluy », et en outre de payer chaque année la somme de 200 livres tournois. — Requête présentée par ledit Chastillon à « Monsieur le bailly de Vallançay », afin qu'il lui plaise le recevoir en l'exercice dud. greffe, et agréer pour son commis Étienne Robert, « praticien », demeurant aud. Valençay. Communication de cette requête au procureur du seigneur de Valençay, qui consent à ce qu'elle soit exécutée, et qui reçoit Chastillon comme greffier et led. Robert pour son commis, à la charge par le premier de répondre des faits et actions du second, sous le serment accoutumé, prêté par tous les deux, par lequel ils ont juré de vaquer fidèlement à l'exercice desd. greffes. — Contrat par lequel Denis Mauchien, serviteur, demeurant au bourg de Varennes, s'est obligé à servir Michel Fermain, marchand ; aud. bourg, depuis la Saint-Martin d'hiver jusqu'à la Saint-Jean-Baptiste suivante, et à faire « toute sorte de bezoinne que led. Fermain a affaire » ; de son côté, celui-ci sera tenu de nourrir, coucher et reblanchir ledit Mauchien « sellon sa quallitté » et de lui payer la somme de 11 livres tournois. — Conventions entre Féron, maître d'hôtel de Monsieur de Valençay, et Pierre Allère, marchand boucher à Valençay, par lesquelles ce dernier s'est obligé à fournir et « entertenir la maison du Chastel de Vallançay de viande de boucheriye, durant le temps quil plaira aud. Feron, a sçavoir par sepenne (semaine) cinq piece de beuf de poistrine, pesant chascune piece neuf livres, deux moutons, ung veau avecq les ieux (yeux) dud. veau, et du mouton, les piés, la lange (langue), et la callette (caillette) avecq cinq plat de tripe, aussy par sepenne ; et ce moyenant le pris et soume de troys soubz, chascune livres de veau et mouton, et chascune livres de beuf a deux soubz, payable au proratat que led. Allere fera la livraison desd. viande. »
(Liasse.) — 163 pièces, papier.
1633-1634.
2 E 674 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Acte constatant que Georges Paulmer, marchand à Valençay, a déclaré à Silvain Bidault et Pierre Pesneau, procureurs fabriciens de la paroisse de Valençay, « quil age (aient) a le mettre dans le rant des mauvais de la parroiesse de Vallançay, atandu quil ne tiens ne feue ne lieu, pour estre en pansion che ses enffans, offrant le faire parroistre par un contrat de pansion. » — Vente par Pierre Potier, marchand boucher à Valençay, à Claude Poirier, marchand audit lieu, « de toutte et chascune les peaux de chevereau que led. Potier poura amasser et receuillier durant le temps d'un an a commanser au jour et feste de Pasque chernelle et finisant au jour et feste de Sainct-Bernabé ; et ce moyenant le prix et soume de vingt-cinq soubz par chascune douzaine, a raison de treze pour douze, bonne et recepvable de marchant a marchant », et à la charge par led. Poirier de payer aud. Potier par avance la somme de 10 livres tournois qui sera rabattue sur la première livraison desd. peaux, à peine d'y être contraint. — Bail à ferme d'une maison et ses dépendances, fait pour cinq ans, moyennant le prix annuel de 15 livres, par Catherine Lambert, demeurant à Valençay, à Suzanne Legrand, veuve de « deffunct prudhome Françoys Carllin, vivant conseller et mestesain (médecin) de Monsieur frere unique du Roy. » — Contrat d'apprentissage entre Pierre Baude, « tessier en thouelle », demeurant à Valençay, d'une part, et Cantain Laisné, serviteur, demeurant audit lieu. Baude s'oblige à montrer et « anseigner en son pocible lestat de tessier en thouelle » audit Laisné pendant un an, et à le nourrir, coucher et reblanchir, à la charge par Laisné de payer la somme de 27 livres tournois. — Accord entre Georges Paulmer, marchand à Valençay, et Jean Ledoux, aussi marchand audit lieu ; par lequel Paulmer « demeurera ché led. Ledoux en pansion tant et cy longtems qu'ilz plera aud. Paulmer », et Ledoux sera tenu de le nourrir, coucher et reblanchir, moyennant la somme annuelle de 60 livres tournois. En outre, Ledoux reconnaît que Paulmer a apporté chez lui les meubles suivants : « un lys garnys de deux coueste et un travers tel quel, un siel et les rideaulx de serge verte, avecque la couverteure blanche et la pallace (paillasse) et le challys de boys noiger (noyer), un coffre de boys chesne fermant a clef, dans lequel coffre c'est trové cinq linsieux my husse, six servette, deux nappe et douze lives de veselle fassonné ». — Déclaration d'entrée en jouissance du moulin de la Brosse, situé paroisse de Valençay, faite par Philippe Chichery, marchand foulon à Selles en Berry, à François Chichery, aussi marchand foulon, demeurant aud. moulin de la Brosse.
(Liasse.) — 154 pièces, papier.
1638.
2 E 675 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Promesses : par Abraham Riolland, charpentier, demeurant à Valençay, à Michel Brisset, marchand et fermier de la seigneurie de Lye, y demeurant, de faire deux grilles au fossé du château de Lye, l'une de six toises de longueur et l'autre de quatre toises, à la charge par Brisset de fournir le bois nécessaire et de payer la somme de 27 livres tournois ; — par Jean Marchant, charpentier, à René Bidault, maître apothicaire, à Valençay, de faire une « montée a vif » dans le logis que ledit Bidault fait bâtir à la halle de Valençay, moyennant 15 livres tournois. — Ventes : par Martin Garnier, laboureur, à Jacques Lombrage, charron, de vingt-deux paires de moyeux de roues, moyennant 6 livres tournois ; — par François Dupuy, maître maçon, à Antoine Begin, marchand, du restant de cent pieds d'arbres « qu'il a eu de Monsieur dant la forés de Gastine » moyennant la somme de 150 livres tournois ; — par Hector Allère, boucher, à Étienne Gittard, marchand, « de tous et chascuns les suiffe et remains (le restant, le surplus) en gousse que led. Allere poura receullier durant ung an, a coumainser dres Pasque derner, et finisant a caresme prenant prochin ; et ce moyenant le pris et soume de vingt livres chascun cens », à cent quatre pour cent. Gittard a payé d'avance 20 livres qui seront déduites sur la première livraison ; — par Antoine Begin, marchand, à Jean Ledoux, aussi marchand, de quinze milliers de tuile « garnye de deux festeaulx (faitières) par « millier », douze milliers de briques et carreaux, et dix poinçons de chaux, le tout « bon et recepvable ». Ledoux a donné en paiement à Begin un cheval de poil noir « senet (sain) et net. » — Contrats d'apprentissage de cordonnier, menuisier et bourrelier.
(Liasse.) — 175 pièces, papier.
1635-1647.
2 E 676 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Ventes : par Louis Callat et Pierre Combe, bouchers, à François Berthon, marchand tanneur, de toutes les peaux de bœufs, vaches, taures et taurins qu'ils tueront ou feront tuer pendant un an, depuis « pasque chernelle prochin venant » jusqu'au Carême suivant ; et ce moyennant le prix de 15 livres pour chaque cent de peaux de bœufs, cent quatre pour cent ; 48 livres pour chaque douzaine de peaux de vaches de trois ans, trois pour deux, et de deux ans, deux pour un ; et 4 livres pour chaque douzaine de peaux de veau ; — par haut et puissant seigneur messire Dominique d'Estampes, chevalier, conseiller du Roi en ses conseils, capitaine de cent hommes d'armes de ses ordonnances, marquis de Fiennes, seigneur de Valençay et autres lieux, à Gilles Pean et Antoine Bourbonnois, marchands, de tous les fagots et bois de compte qui sont sur le port du gué au Soreau, avec tous les fagots « parez » et bois de compte qu'il fera faire pendant les années 1649, 1650 et 1651 ; à raison de 60 livres le millier, cent quatre milliers pour cent, et la « rottée » de bois de compte à 70 sous la « rottée » et soixante-douze bûches par « rottée » et cent quatre pour cent, le tout « bon, marchant et recevable. » — Contrats d'apprentissage : de l'état de cardeur et « tessier en serge » ; — de l'état de peigneur et cardeur et « tessier en serge. » — Résiliation du bail d'une maison, signifiée à Claude Mazy, bailleur, par Jean Arraulx, marchand drapier, suivant une clause dud. bail, portant que si led. Arraulx ne se trouvait bien dans cette maison, il pourrait la quitter, en avertissant le bailleur trois mois à l'avance. Arraulx payera néanmoins le temps qu'il a joui de lad. maison. — Vente de vingt milliers d'ardoise « grosse, rousse, noire, bonne et marchande », moyennant 8 livres 15 sous par millier. — Bail à ferme, pour neuf ans, par les fermiers de la terre et châtellenie de Villentrois, à Me Charles Goubet, praticien, demeurant à Veuil, de l'office de notaire et droits de scel en la paroisse de Veuil, dépendant de la seigneurie de Villentrois, pour en jouir et user suivant les « ordonnansse royaulx, coustume et pratique des lieux », à la charge par led. Goubet de se faire recevoir aud. office par les officiers de Villentrois, et de payer la somme annuelle de 30 livres tournois. — « Accueillage » (louage de domestiques) d'Adam Launay, par Noël Dubois, laboureur, moyennant la somme de 100 sous, « un grand biaude de thouelle, une chappeau de trante cinq soubz, une perre de gestre, une perre de bas de chose et une perre de haulte chosse et une chemisset, le tout de serge surfillet, et une chemisse dune osne et demie de thouel coumeune, et ung collet a lad. chemisse » ; ledit « accueillage » à commencer du jour de Saint-Luc, pour finir à la Saint-Jean suivante.
(Liasse.) — 119 pièces, papier.
1648-1649.
2 E 677 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Accord et marché entre Pierre Caheu, marchand, et Mathurin et Léonard Auclerc, maçons ; par lequel ces derniers entreprennent les murailles d'un logis, de cinq toises de longueur, que ledit Caheu fait construire à Valençay. Ils creuseront les fondations du pignon à huit pieds de profondeur, feront la taille nécessaire pour poser les croisées et le portail, tant en dehors qu'en dedans, le tout à chaux et à sable ; ils feront aussi les torchis, bousillages, carrelages, » randuisage et reblanchissage », et démoliront les vieilles murailles qui ne pourront servir. De son côté Caheu fournira toutes sortes de matériaux sur les lieux, et paiera auxdits maçons la somme de « six vingt livres tournois et ung poinsson de vin peur. » — Déclaration, faite par François Roche, meunier au moulin Poippin, paroisse de Valençay, à Therizien du Vieu-Chastel, écuyer, sieur dudit lieu, « ayant les affere de Monseigneur l'evesque d'Avranche, abbe de Bazelle », et à tous autres qu'il appartiendra, que ledit moulin Poippin est garni de bonnes meules, qui font de la farine en telle sorte que ledit meunier et ceux qui font moudre du blé, en sont contents. François Roche déclare en outre qu'il a la garde des tournants et virants dudit moulin, suivant l'estimation qui en a été faite, lors de son entrée en jouissance. — Reçu de la somme de 6 livres tournois, en remboursement d'une rente de 6 sous tournois, donné à Charles Léger, cordonnier, par Guy Bourgeois, marchand, et Thiennette Paulier, sa femme. — Reconnaissance de cheptel, par Étienne Baudoin, laboureur, à Marthe Delorme, veuve de feu Silvain Bidault ; ledit cheptel se compose : 1° de deux « cavales » dont une suitée et un cheval, le tout de poil bai clair estimé 105 livres ; 2° de quatre bœufs arables (de labour) de poil pige (pie) gris et brun, estimés « sept vings deux » livres ; 3° de vingt-septchefs (têtes) de brebis « tant mere que aignaux », le tout à moitié croît et décroît, pertes et profits, suivant la coutume du pays. Le preneur sera tenu de les nourrir, « gouverner, champager (mener paître aux champs), loger et esbrier (abriter) a ses propre coustz et despans, comme un bon perre de famil doict faire. » — Testament du sieur Duchesne, ancien serviteur de monseigneur de Valençay ; par lequel, après avoir supplié la divine bonté de n'entrer point en jugement avec lui, et de lui pardonner ses fautes, par l'application du précieux sang de Jésus-Christ, son fils, mort en croix pour le salut et la rédemption des hommes, par l'intercession de la sainte Vierge Marie, sa mère, et de tous les saints et saintes qui, après avoir vécu en l'Église catholique, apostolique et romaine, en laquelle seule on peut faire son salut, sont maintenant glorieux en paradis, il donne et lègue, entr'autres choses, à Charles Desdrymon, son filleul, « son bon habit, son manteau de serge et son bon chappeau » ; à Louis Lauron, son pistolet ; et à l'un des notaires soussignés, sa carabine et son épée. Il institue, pour son exécuteur testamentaire, Me Laisné, procureur de la seigneurie de Valençay.
(Liasse.) — 130 pièces, papier.
1650.
2 E 678 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Donation, faite à la cure de Lucioux, par demoiselle Catherine Le Clerc, veuve d'Henri Vignaudon, vivant écuyer, sieur de la Belinière, demeurant à Bourges, d'un morceau de pré contenant demi-quartier ou environ, situé dans l'enclos et « pourpris » du manoir de ladite cure. La présente donation est faite par ladite veuve, « pour le zelle quelle a a l'augmantation du service divin et la particuliere devotion envers la bienheureuse Vierge en l'intercession de laquelle elle met tout son espoir et sa confiance », et à la charge par le donataire et ses successeurs de dire, tous les ans, à l'intention de la donatrice et des siens, une messe basse et un Libera « a la fin d'icelle sur la fosse des trespassez sans discontinuer », la veille de la fête de l'Annonciation de Notre-Dame. En cas de refus ou de délai de la part du donataire ou de ses successeurs, la présente donation sera révoquée. — Sommation, par M. Étienne Laisné, procureur fiscal de la seigneurie de Valençay, à Gilles Péan, marchand, demeurant en la paroisse de Saint-Jean-de-Beaumont-lez-Tours, tant pour lui que pour Antoine Bourbonnois, son associé, de payer la somme de deniers qu'ils doivent pour les fagots et « bois de compte » qu'ils ont enlevés du port du gué aux Soreaux ; à laquelle sommation, ledit Péan a répondu qu'il est prêt à régler tout compte. — Achat de cent milliers d'ardoises, moyennant le prix de 350 livres tournois, par haut et puissant seigneur messire Dominique d'Estampes, chevalier des ordres du Roi, conseiller en ses conseils, capitaine de cent hommes d'armes d'ordonnance, seigneur de Valençay et autres lieux. Ladite ardoise, « grosse, rousse, noire, » sera prise au « pont de say » et transportée par Jean Roullet, « voisturier par eau », au port du gué aux Soreaux ; avec promesse par ledit seigneur de donner à ce dernier un cent de fagots paré, et une « rottée de boys de compte » (baguettes propres à faire des liens), le tout payable à la mi-carême prochaine. — Vente, moyennant la somme de 120 livres tournois, de la coupe du bois taillis de la garenne de Benoyst, dépendant de l'abbaye de Barzelle, par Louis Chastillon, fermier de ladite abbaye, à Jean Maindras, laboureur, et Germain Grenon, maréchal, demeurant au lieu de la Chapelle-de-Lamps, paroisse de Poulaines. — Contrat d'apprentissage de l'état de poêlier, pour deux ans, moyennant la somme de 100 livres tournois, entre Pierre Surault, maître poêlier, demeurant à Saint-Aignan, .et Perrine Ledoux, veuve de feu Gabriel Christophle, demeurant au bourg de l'église de Valençay, stipulant pour François Christophle, son fils.
(Liasse.) — 148 pièces, papier.
1651-1654.
2 E 679 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Reconnaissance de la somme de 15 « frant » restant à payer pour le loyer d'une maison. — Constitution d'une rente viagère de 60 livres, par Louis Douzenne, marchand drapier à Valençay, et Anne Potin, sa femme, au profit de Silvain Douzenne, leur fils, pour l'affection qu'ils lui portent, désirant en tout et partout de l'assister à leur possible et « particullieremant pour le faire promouvoir au saincte ordes auquelles ilz reconnoisse qu'il a un particullier desain ». — Vente, par Jean et Silvain Bidault, père et fils, maîtres apothicaires, aux religieuses ursulines du couvent de Valençay, de la somme de 14 livres 9 sous tournois de rente annuelle et perpétuelle amortissable à la somme de 260 livres tournois, moyennant laquelle somme la vente a été faite. — Amortissement de ladite rente par les mêmes. — Promesse, par Jean Bertier, vigneron, à Jean Souedde, laboureur, de « luy fassonner » les vignes qu'il a aux vignes du Terdre et Bourdoisse, paroisse de Poulaines, « coume icelles curer, deschosser et marer (travailler à la houe) », une fois l'année présente, en temps et saison convenable ; et ce, moyennant la somme de 100 sous tournois, payée comptant, par Souedde à Bertier. — Vente par Jean Larcher, tuilier, à Louis Caheu, marchand, de 4 poinçons de chaux et un millier de briques, moyennant un prix payé comptant.
(Liasse.) — 143 pièces, papier.
1655-1661.
2 E 680 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Testament de Jean Fillellain, « tessier en thouelle », demeurant au lieu de la Basse-Court, paroisse de Valençay. — Vente par Étienne Villain, laboureur, à Étienne Gittard, marchand, de la « tierce partye et la septiesme dant le totalle des tailles et testaulx » (têtards), qui lui appartiennent au lieu appelé les Faulx-Couraulx, avec pareille portion dans tous les lais (jeunes baliveaux conservés), et autres arbres qui se trouvent au même lieu ; et ce, moyennant la somme de 100 sous tournois payée comptant, à la charge par le preneur de faire « l'abat et desbouché » dudit bois, du jour de Saint-Fiacre prochain en un an. — « Articles du futur mariage » entre Nicolas Nairet, maître tapissier, et Marie Pertuys, veuve de Jacques Paris. — Annulation d'un marché conclu entre Silvain Gangneron, bourrelier à Paudy, et Vincent Chesne, marchand hôtelier à Valençay. — Procès-verbal dressé à la requête de Laurent Juchereau, marchand boucher à Chabris, constatant qu'aux termes d'un acte de vente de peaux de bœufs et de vaches par lui faite à Antoine Dubois, marchand tanneur à Montrésor, il doit livrer lesdites peaux à Valençay, au logis « où pand pour ansseigne les troys Roys », et qu'en conséquence il s'est transporté audit lieu pour conduire le reste de la livraison, et que ledit Dubois ne s'est point trouvé là pour la recevoir. — Vente de cinq milliers de grand bois merrain, garni de fonds, à quatre las au millier, bon et recevable, moyennant 150 livres le millier, consentie par Charles Moireau, marchand à Luçay-le-Mâle, à Thomas Aubery, marchand à Valençay. — Inventaire de meubles dépendant de la succession de feue damoiselle Catherine de Mareuil : « Un vieu bahuer a la vielle mode » ; trois « mouche de col » (mouchoirs de cou) ; une « thouellette grisse » ; une cuillère d'argent, etc.
(Liasse.) — 179 pièces, papier.
1662-1663.
2 E 681 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente de bétail, moyennant 348 livres 5 sous tournois, par René Gauguery, sieur de la Houssais, à Jean Gauguery, sieur de Villeneuve : deux bœufs « arables » de poil rouge et brun ; deux petits taureaux âgés d'un an, de poil brun et rouge ; deux taureaux âgés de deux ans, de même poil ; trois vaches mères et leurs suites ; une taure âgée d'un an, le tout de poil rouge et pige (pie) ; deux cavales, l'une de poil rouge, et l'autre, blanc ; quatorze chefs (têtes) de brebis. — Constitution d'un procureur général et spécial, par les syndics et principaux habitants de Valençay, en la personne d'Étienne Turmeau, sieur des Fontaines, demeurant à Châteauroux, pour lever les deniers d'octroi et petite mesure de Valençay. — Contrat pour l'apprentissage de l'état d'« armusier serusier » devant durer deux ans et six mois, moyennant 58 livres tournois. — Sommation, par Gabriel Garreau, à Edme Belot, marchand à Orléans, de reprendre un cheval qu'il lui avait échangé contre un autre, vu que ce cheval est « taré de la morve et plusieurs aultres tares ; » à quoi Belot a répondu qu'il est prêt à reprendre son cheval, toutefois après la visite qui en sera faite par des hommes experts. Cette visite confirmant les dires de Carreau, Belot refuse de recevoir le cheval qui reste « sur le pavé ». — Contrat de mariage entre Jean Parys et Marguerite Pillorget ; en faveur et « contemplasion » duquel mariage les futurs époux seront uns et communs en biens, etc. — Reconnaissance d'une rente de 15 livres tournois par an, assise sur une maison et ses dépendances, située à Valençay, et où pend pour enseigne les Trois Bouteilles. — Cession de 230 livres tournois d'arrérages d'une rente, due sur une maison située en la place de la halle de Valençay, où pend pour enseigne les Trois Marchands à cheval. — Marchés passés par les religieuses ursulines de Valençay : avec François Bruneau, menuisier, par lequel ce dernier fera pour l'église desdites religieuses un tabernacle de bois de chêne suivant le dessin qui lui a été remis, à l'exception des sculptures, et ce moyennant le prix de « sept vingt » livres tournois ; — avec Pierre Poitevin, maître sculpteur ; par lequel celui-ci s'oblige à faire les sculptures du tabernacle sus-mentionné, dans lesquelles il y aura six figures, savoir : « un sainct Augustin, une saincte Hursulle, un sainct Pierre, un sainct Pault, une resurrection et un sauveur, un barlief de Dieu le Perre» et les autres ornements convenus, le tout moyennant la somme de « six vingt » livres tournois ; — avec ledit Pierre Poitevin, « Me seculleteur » et peintre ; par lequel celui-ci s'est obligé à « faire et randre parfaict envers lesd. dame un tabernaque en leurs esglize, suivant le desain que lesd. dame luy ont represanté, et pour ce faire, fournir de tous boys, tant pour le cors dud. tabernaque que figure, fournir aussy de toutte matiere pour le dorer et orner et le randre en sa perfection dant l'eglize desdictes dame, dant cinq moys d'huy, le tout touttefoys aprés que Noble Remon Blanchet, sieur de la Touche, conseller du Roy, mestre des eaulx et fores de Bloys, aura veu led. desain de tabernaque et aprové le presant marché ; d'aultant que par le testament de feu damoiselle Catherine Tessier, espouze dud. sieur Blanchet, la soume de 500 livres a esté par elle leguée pour la confection dud. tabernaque, auquel led. sieur Poitevin mettra en bosse les armes de mondict sieur Blanchet et de lad. damoiselle son espouze, sans aucomantasion de la somme susdite ».
(Liasse.) — 143 pièces, papier.
1664-1668.
2 E 682 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Contrat entre François Gérard, messager de Son Altesse Royale, demeurant à Bourges, étant à présent à Valençay, d'une part, et Jean Bournigal, sellier, demeurant à Valençay, d'autre part. Bournigal s'engage à porter toutes les lettres, paquets et papiers, que lui enverra Gérard et qui lui viendront de tous endroits, en la ville de Selles, et à les distribuer à ceux auxquels ils seront adressés, pourvu toutefois que l'envoi se monte à 20 sous de port qui se partagera par moitié. Ce service aura lieu tous les dimanches, et le porteur rapportera les réponses desdites lettres. — Contrat d'apprentissage de l'état de maréchal, pendant quinze mois, pour la somme de 30 livres tournois. Vente, moyennant 22 livres tournois, par Antoine Begin, marchand, à Louis Brossier, bourrelier, de trois poinçons de chaux et trois milliers de « carreau de chambre, bon et recepvable » à prendre sur le four à chaux de sa tuilerie. — Quittance, par le même au même, du prix de ladite vente. — Cession, par Étienne Corset, marchand., à maître Jean Thoisnier, vicaire de l'église Saint-Martin de Tours, étudiant en l'Université de Bourges, de la somme de 139 livres à lui due par haut et puissant seigneur messire François d'Orléans, chevalier, seigneur de la terre de Vicq en partie et autres terres ; ladite cession faite pour aider Thoisnier à achever ses études. — Vente, moyennant 30 livres tournois, par Jean Lanseigne, marchand, à François Chippault, maréchal de forge, de vingt-six cordes de bois propre au charbon, dont dix cordes de pellard (bois taillis privé de son écorce), à prendre dans les bois Baudrans. — Procès-verbal, dressé à la requête de Pierre et Jacques Vellat, marchands meuniers à Chabris, constatant qu'ils ont gardé, dans le champ de foire de Valençay, un cheval de poil bai, ayant le chanfrein blanc, par eux vendu à un certain laboureur, au prix de 36 livres, sur lequel il leur a donné pour arrhes 6 livres ; et comme il est tard, qu'ils ont toujours gardé ce cheval jusqu'à présent et qu'ils sont éloignés de trois lieues, ils sont contraints de s'en aller après avoir cherché partout pour trouver l'acheteur du cheval.
(Liasse.) — 105 pièces, papier.
1668.
2 E 683 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Contrat d'apprentissage de l'état de chapelier, devant durer deux ans, moyennant 100 livres tournois. — Vente, au prix de 30 livres tournois, de la coupe d'un bois taillis appelé les Bernadettes, paroisse de Poulaines, à la réserve des lais (jeunes baliveaux conservés pour venir en haute futaie) « venant de pied, » des baliveaux de la dernière coupe et des arbres fruitiers ; ladite vente faite à Pierre Thomet le jeune, marchand à Valençay, par Jacques et Pierre Vellas, meuniers, demeurant au moulin de la Grange, paroisse de Chabris. — Quittances, par les mêmes au même, du prix de ladite vente. — Vente, par Marc Carré, écuyer, sieur de Cherne, y demeurant, paroisse de Rouvres-les-Bois, à François Berthon, marchand tanneur, demeurant à Valençay, de quatre cents fagots d'écorce propre au métier de tanneur : chaque fagot aura quatre pieds et demi de grosseur et autant de longueur, le tout sera pris dans les bois taillis du lieu seigneurial de Cherne, et enlevé au plus tard à la Saint-Jean prochaine ; ladite vente faite moyennant le prix de 85 livres par cent fagots, revenant en tout à la somme de 220 livres, dont 150 ont été payées comptant. — Bail à ferme, par le prévôt de Valençay, à Pierre Surault, marchand poêlier, de la jouissance d'un banc sous la halle de Valençay, moyennant 40 sous tournois par an. — Vente, par Jean Pinault, marchand apothicaire, à Silvain Bidault, marchand et fermier de la seigneurie de Varennes, y demeurant, de tout le bois merrain qui pourra se trouver dans huit pieds d'arbres à prendre sur la souche, dans la garenne de Préblâme ; ladite vente faite pour la somme de 115 livres chaque quart de millier, à la réserve sur le tout d'un demi-quart que Pinault retient pour lui ; Bidault fera conduire à ses dépens, au bourg de Varennes, le bois de sciage qui résultera de l'opération, moyennant quoi il aura les copeaux, tant d'équarrissage que de fente ; de son côté, Pinault payera les ouvriers ; — autre, moyennant 150 livres tournois, de cent quintaux de foin « bon, marchant et recepvable. »
(Liasse.) — 109 pièces, papier.
1668.
2 E 684 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Procès, entre Jean Esmon, laboureur, demeurant à Veuil, d'une part et Antoine Souedde, vigneron, demeurant à Valençay, d'autre part, au sujet de l'opposition mise par le premier à la publication des bans de mariage de la fille de Souedde avec Noël Barrault, et de l'assignation donnée, en conséquence, par celui-ci à Esmon, par-devant Monseigneur l'archevêque de Bourges, ou en son absence messieurs ses grands-vicaires. — Transaction entre les parties, et désistement par Esmon de son opposition audit mariage. — Sommation, par François Vedy, menuisier, travaillant de présent en la ville de Buzançais, à Aignan Girault, menuisier à Valençay, de lui rendre et restituer « troys chemisse, un au de chose de droget, une cullotte de thoielle barré, une cravatte, une perre de bas de serge, une perre de bas de linge, une perre de soulliers, huict mouche (mouchoirs), troys rabat, » le tout à l'usage dudit Vedy, qu'il aurait apportés en la maison de Girault, pensant y travailler. A quoi Girault a répondu qu'ayant pris Vedy en apprentissage, celui-ci est sorti avant la fin de son temps, et qu'il est prêt à lui restituer ce qu'il réclame, à l'expiration de ce temps, après avoir toutefois été payé du reste de l'apprentissage. Sur ce, Vedy persiste dans sa sommation. — Vente, par Jean et Macé Moireaulx, marchands à Valençay, à René Pegé, maître charpentier, demeurant à Tours, paroisse de Notre-Dame-la-Riche, de : 1° trente-cinq soliveaux de seize pieds six pouces, avec un pouce de bouge ; huit de douze pieds, et quatre de huit pieds, le tout de huit pouces de grosseur et le plus carré que faire se pourra ; 2° quatre poteaux de dix pieds de long sur neuf à dix pouces de grosseur ; 3° quatre sablières de vingt pieds chacune ; huit seulles (solives) de dix-neuf à vingt pieds, et quatre de douze pieds le tout de six à sept pouces d'équarrissage ; quatre seulles de dix-neuf pieds de long et de six pouces sur neuf d'équarissage.Toutes lesdites pièces de bois, à raison de 23 sous la toise, sauf celles de huit pouces, et les quatre poteaux, à 30 sous la toise ; 4° deux cent cinquante toises de colombage dont vingt-deux de douze pieds, soixante de neuf pieds et le surplus de six pieds et au-dessus ; et deux cents toises de chevron, dont quarante de dix-neuf pieds et le reste de quinze à seize pieds de long sur quatre pouces et demi de grosseur d'un bout, et quatre pouces de l'autre bout, à raison de 40 livres les cent toises. — Contrat d'apprentissage de l'état de sabotier, pour un an, moyennant 24 livres tournois. — Nomination de procureurs syndics, pour l'année 1669, par les habitants de Valençay assemblés, après publication au prône de la messe paroissiale. — Contrat d'apprentissage de l'état de « tailleuse d'abis » à faire chez un tailleur, moyennant 70 livres tournois, pendant vingt et un mois. — Vente, par Jean Doury à Jean Ledoux, de trois cents boisseaux de poudre « a taner cuirs, » au prix de 24 livres tournois par cent. — Bail à ferme, moyennant 30 livres tournois par an, à Louis Robin, hôtelier au bourg de Lucioux, du droit d'aide du vin qu'il pourra vendre en détail, « pot et assiette, » en la paroisse de Lucioux ; ledit bail fait par Jacques Saiget, sieur de Villiers, receveur des aides de Levroux et Valençay, ayant pouvoir de maître Jacob Gervis, sieur de la Chambauderye, receveur général des aides en l'élection de Châteauroux.
(Liasse.) — 162 pièces, papier.
1669.
2 E 685 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente, au prix de 60 livres tournois, par Etienne Lebay, maréchal de forge, à Claude Tanchou, aussi maréchal, d'une enclume de fer ayant bigorne (deux cornes), un soufflet double, deux gros marteaux et deux petits « a fraper a main, » deux paires de tenailles, une grande et une petite, avec une meule à aiguiser, sans tour. — Contrat d'apprentissage de l'état de drapier, pour trois ans, moyennant un poinçon de vin par an. — Vente de la coupe d'un morceau de bois taillis, situé au lieu appelé les Pastureaulx, proche la Croix Berault, paroisse de Valençay, faite, moyennant le prix de 35 livres tournois, par François Jamet, homme de bras, à Michel Barrault, vigneron. — Bail à ferme, consenti, moyennant huit livres tournois, par Jean Tanchou, prévôt de Valençay, au profit de Jean Siret, marchand, des fambrages (nettoyages) et fumiers de la halle de Valençay. — Vente, par Jean Sauvestre, scieur de long, tant pour lui que pour Martin Bourdin, son beau-frère, et Charlotte Sauvestre, sa sœur, à Léonard Doyen, tailleur d'habits, d'une planche de vigne assise au clos de Jumeaux, paroisse de Jumeaux ; ladite vente faite moyennant le prix de 100 sous tournois en principal, et 5 sous « pour le vin de marché. » — Quittance, par Etienne Gittard à Noël Moreau, de la somme de 3 livres 15 sous pour une année d'arrérages de rente.
(Liasse.) — 168 pièces, papier.
1669-1673.
2 E 686 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Contrat d'apprentissage de l'état de cordonnier, pour dix-huit mois, moyennant la somme de 391ivres tournois. — Dissolution de la communauté de biens ayant existé entre Antoine Audon, marchand, fermier de la seigneurie des Fais, paroisse de Vicq, et Thiennette Sallemon, sa femme, d'une part, et Silvain Vallier, laboureur, et Marie Audon, sa femme, d'autre part. — Marché entre François Piqué, journalier, et Silvain Faisant, tuilier, par lequel Piqué s'oblige à travailler pour Faisant, depuis le mercredi après Pâques jusqu'au jour de Saint-Martin d'hiver suivant ; et ce, moyennant 6 sous par jour et la nourriture ; — autre, en date du 1er juin, passé entre Pierre Venault, « compagnon tissier en thoille, » et Etienne Vaillant, aussi « tissier en thoille, » par lequel Venault s'oblige à travailler de son métier pour Vaillant, à partir de dimanche « en huict » jusqu'au jour de Saint-Michel suivant, sans discontinuer, et sans pouvoir travailler pour d'autres ; et ce, moyennant la somme de 19 livres 10 sous tournois, et à condition qu'il sera logé, nourri « et reblanchi. » — Vente, au prix de 20 livres tournois, de vingt-cinq pieds d'arbres, chênes, ormeaux, cormiers et autres arbres à scier, proche le lieu des Ydereaux, paroisse de Poulaines ; ladite vente faite par Louis Ydreau, laboureur, demeurant à Rouvres, à Etienne Gittard, marchand à Valençay.
(Liasse.) — 170 pièces, papier.
1673.
2 E 687 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Acte notarié constatant que Pierre Thévenin, marchand, est venu de la ville d'Issoudun en ce lieu de Valençay, distant de neuf lieues, exprès pour faire intimer maître Jean Nouel au scel royal d'Issoudun. — Marché passé entre Gilles Guet, voiturier par eau, demeurant à Saint-Martin près Tours, et Macé Moireau, marchand, demeurant à Valençay ; par lequel marché, Guet s'engage à voiturer au port de Saumur tout le bois, « bussere et grand bus, » que Moireau fera faire jusqu'à la Saint-André prochaine, à les prendre au gué aux Soreaulx, et à en voiturer trois ou quatre milliers à Chinon ; et ce, moyennant 8 livres par millier de « bussery, » 8 livres par millier de grand bois, 100 sous par cent de planches d'un pouce, et pareille somme de 100 sous pour chaque cent de colombage et chevrons. En outre, Guet sera tenu de faire une « voiture » deux jours après la Saint-Jean, et les autres, quinze jours après un avertissement de Moireau. — Bail à ferme des prés dépendant de la fabrique de l'église de Valençay, après trois publications faites au prône de la messe ; ledit bail consenti, pour un an, par Louis Caheu, marchand, et François Corset, greffier, tous deux procureurs syndics de la paroisse de Valençay, à François Augier, dit Cadet, et Gilles Joignet, journaliers, moyennant la somme de 40 livres. — Droit de mettre un banc, à placer et asseoir une personne seulement, en l'église de Valençay, à l'endroit qui est entre le banc des procureurs syndics et les balustres de la chapelle de Monseigneur et madame de Valençay ; ledit droit accordé, du consentement de maître Gentien Amyot, curé, par maître François Corset, greffier et procureur syndic fabricien de la paroisse, à Louis Caheu, marchand, moyennant la somme de 5 sous de rente foncière, payable au 31 décembre. Pour la sûreté et garantie du payement de cette rente, Caheu a hypothéqué six boisselées de terre labourable, sises à Valençay. — Attestation faite, à la requête d'Etienne Chabot, fermier de la seigneurie de Campoix, paroisse de Parpeçay, par Jean Ledoux, marchand, âgé de 61 ans, Jean Pignault, « mestre apotiquere, » âgé de 60 ans, Laurent Gaveau, maréchal, âgé de 66 ans, et Macé Bray, âgé de 60 ans, tous demeurant au bourg du château de Valençay, comme quoi ils ont bonne connaissance que ledit Chabot a demeuré dans le logis du défunt sieur curé Not, à Valençay, depuis l'année 1641 jusqu'à la mort dudit curé qui expira la veille des Rois de l'année 1645.
(Liasse.) — 150 pièces, papier.
1674-1676.
2 E 688 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Promesse, par Jean Pinault, maître apothicaire à Valençay, à Jean Couste, « homme de bras, » demeurant à Poulaines, de le panser et « medicamanter dune escrofulle quil a au col, jusque a parfaicte garison, » et ce, moyennant la somme de 14 livres tournois ; — autre, par Jean Bourdier, tuilier, demeurant à Villentrois, à Silvain Faisant, aussi tuilier, demeurant à Valençay, de travailler jusqu'à la Toussaint prochaine, au four à chaux de la tuilerie dudit Faisant, moyennant 45 sous le millier de tuile, payables lorsque la tuile sera cuite et tirée du four à chaux. Bourdier sera tenu de faire trois « festeaulx » (faîtières) par millier, et pour ce, Faisant le fournira de terre, sable et eau. — Legs et donation par Gilles Billaut et Geneviève Lestrade, sa femme, à Pierre Deschamps, serviteur domestique de Monseigneur de Valençay, de tous leurs biens meubles et immeubles, situés dans le pays, pour en jouir après le décès du dernier vivant, et ce, à cause de l'affection et amitié qu'ils lui portent. Quant aux autres biens qu'ils possèdent dans la Beauce, Deschamps n'y pourra en rien prétendre, et de plus il sera, tenu de prier et faire prier pour le repos de l'âme desdits donateurs. — Reconnaissance, par Jean David et Barnabé Gillebert, couvreurs, à Jean Ledoux et François Berthon, marchands et habitants de Valençay, de la somme de 6 livres 3 sous 6 deniers, que ces derniers ont recueillie avec Jean Anquetil, procureur fabricien de la paroisse de Valençay, pour l'entretien de la couverture de l'église, et aussi de la somme de 11 livres tournois donnée par Monseigneur de Valençay, laquelle couverture lesdits David et Gillebert ont promis de faire pour la somme de 40 livres, en fournissant tous les matériaux. — Contrat d'apprentissage de l'état de tanneur et corroyeur pour un an, à titre gratuit. En cas de maladie pendant l'apprentissage, l'apprenti sera tenu de rendre, à la fin de son temps, autant de journées qu'il aura manqué.
(Liasse.) — 161 pièces, papier.
1676-1681.
Ferrand retour
2 E 702 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente par Laurent Gaveau, maréchal, à Olivier Riolland, charbonnier, de quarante cordes de bois à prendre dans la forêt du château de Valençay, moyennant la somme de 34 livres tournois. — Donation, faite par Pierre Reuillon, bourrelier, « pour l'incommodité de la viellesse ou il est a present et congnoissant ne peuvoir gaingner sa vye et neantmoings sin desprit et d'entendement, » au profit d'Étienne Lombrage, cordier, et Reuillon, sa femme, de tous ses biens meubles et immeubles, à la charge, par les donataires, de nourrir et entretenir ledit Reuillon sa vie durant, et, après son décès, de le faire inhumer en terre sainte et « luy faire faire service » selon sa condition. — Marché conclu entre Laurent Gaveau, maréchal, et Charles Hervier ; par lequel, Gaveau s'est obligé d'entretenir, pendant un an, « huit pieds » de chevaux et six charrues, moyennant la somme de 12 livres tournois. — Acte par lequel Guillaume Sarciault, praticien, demeurant au bourg de l'Hôpital de Valençay, « considerant son vieil aage et caducité et qu'il ne peut plus assister au service divin qui se celebre en l'eglise de cette paroisse au moyen de ce quil ne peut plus passer les planches (ponts très-étroits en planches) qui sont entre ledict bourg de lhospital et ledict bourg de l'eglise, et autres considerations a luy mouvantes, » a supplié très-humblement messire Gentien Amyot, prêtre, curé, recteur de ladite paroisse, de le recevoir en pension, ce que celui-ci lui a accordé pour cinq ans, pendant lesquels il sera tenu de le nourrir et loger, et de lui fournir de lit, gîte, bois et chandelle ; à la charge par ledit Sarciault de payer, chaque année, la somme de « neuf vingt » livres tournois, hypothéquée sur une rente viagère de 600 livres. En cas que ledit Sarciault se trouve malade, et qu'il lui convienne d'avoir médecins, apothicaires et chirurgiens, et viandes et choses extraordinaires en dehors de la table dudit sieur curé, ou femmes pour le « secourir et gouverner», ce sera à ses frais.
(Liasse.) — 101 pièces, papier.
1634-1654.
Laisné (Simon) retour
2 E 710 Minutes et pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
« Article du mariage dentre Jehan et Marie Royer : » La future aura pour dot 40 livres tournois et, entre autres objets mobiliers, « une couverture, ung tour de lit, ung chalit a quenoulle de boys noyer sire et rideaulx de thoille de plein (plain, du latin planus, uni, chanvre peigné de première qualité), paillasse ; plus ung coffre de boys noyer ferment a clef ; plus ung autre coffre de boys chesne ; plus sis escuelle, sis assiette, unne salliere, unne painte, le tout destin ; plus ung grand chauldron dazin (d'airain) tenent ung ceau et demy ; plus ung aultre petit chauldron propre a estuver, plus une poisle de fert et ung poislon dazin (d'airain) ; plus une carmaillere ; plus un chandelier de cuivre, » etc. — Acte d'échange par lequel Michel Saulnier cède à Eslin Saulnier « la moitye du portal » d'une grange sise au village de la Mothe, lequel « portal » appartenait aux deux parties. De son côté, Eslin Saulnier cède, entre autres choses, à Michel Saulnier, « la tierce partye dune chambre a cheminé, grenier dessus, couvert de bardeau avecq paille ». — Vente, par Étienne et Silvain Béguet frères, laboureurs, demeurant en la paroisse de Vicq-sur-Nahon, à Pierre Robin, homme de bras, demeurant à Valençay, de quatre boisselées de terre labourable ou environ, assise aux usages de Garseuland, moyennant 15 livres tournois « en principal achapt », et 15 sous « en vin de marché. » — Marché conclu entre Pierre Gittard, marchand, demeurant à Valençay, d'une part, et Pierre Pothier, marchand boucher, demeurant audit Valençay, d'autre part ; par lequel ledit Pothier a vendu et promis de livrer audit Gittard « touttes et chascunes les peaulx des mouthons et brebis que led. Pothier tura ou fera tuer du jour de Pasque charnelle prochain venant et finissant au jour de Caresme prenant prochain venant, a la charge que ledit Gittard sera tenu payer pour chascune douzaine des dictes peaux au dict Pothier la somme de trois livres quinze solz tournois, a raison de treize peaulx pour douze, lesdictz mouthons et brebis de deux ans et dun an, trois douzaine pour deux, payable a mesure que lesdictes peaux se livront ». — Acte par lequel Pierre Cahu, marchand, demeurant à Valençay, a reconnu et confessé que Pierre Pesneau, aussi marchand, demeurant audit Valençay, « luy a souffert de saydder sur une muraille deppendant de la grange dudict Pesneau et audict Pesneau appartenant, assize au bourg du chastel dudict Vallançay ; sur laquelle ledict Cahu a faict mettre et poser en partye le four dune boullangerie quil a deregnierement faict bastir au dict bourg derriere son logis, a prendre ladicte muraille depuis une aultre muraille qui est commungne et par moitye ausdictes parties jusques au jardrin de Jacques Lombrage. Comme encore a ledict Cahu recongnu que ledict Pesneau luy a souffert mettre une partye dud. four dans lesgout deppendant de la grange dicelluy Pesneau, moyennant et a la charge que ledict Cahu a promis et cest obligé dentretenir la dicte muraille et la tenir couverte a tousjours comme elle est a present, et encore que ledict Pesneau pourra saydder, touteffoys et quantes que bon luy semblera soict pour bastir que aultrement ausdictz endroictz. »
(Liasse.) — 147 pièces, papier..
1613-1640.
2 E 711 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
« Estat de ce qui est deub pour la subsistance de la paroisse de Vallençay, pour l'année mil six cens trente neuf. » — Rente foncière, annuelle et perpétuelle, de 20 sous tournois, due par Maurice Garreau, menuisier, et Antoine Gallart, homme de bras, demeurant à Valençay, solidairement entre eux, à Jean de La Thuille, écuyer, sieur d'Auray ; ladite rente assise sur deux maisons dont lesdits Garreau et Gallart sont propriétaires et possesseurs, situées au bourg de l'hôpital dudit Valençay, dans l'une desquelles « y a chambre basse a chemynee, boutique, grenier dessus, couverte a rebardeau », appartenant audit Garreau ; et dans l'autre » y a « deulx chambres lune a chemynee et lautre sans chemynee, grenier dessus, couvert a chaulme », appartenant audit Gallard. — Bail à ferme, à moitié de tous fruits, par Jacques Gremillau, homme de bras, demeurant au Grand-Village, paroisse de Vicq, à Jean Pean, homme de bras, demeurant au village de l'Espine, paroisse de Varennes, pour le temps de trois ans, d'une maison, cours, « courtieres, jardin, ousches, aisances et appartenances dicelle, couverte de chaume et de rebardeau, assise aud. lieu de l'Espine ; plus toutes et chascunes les terres et noues que led. bailleur a a luy appartenans en la paroisse de Paulmery et Luciou ». Ledit bail fait à la charge, par le bailleur, de fumer et ensemencer lesdites terres, et pour ce, les parties fourniront de semence par moitié. Et sera tenu, le bailleur, payer chaque année la somme de 50 sous audit preneur, moyennant quoi celui-ci, à sa sortie, devra laisser les pailles, balles, ventins et fins des prés et terres ci-dessus, bien et dûment fenés et serrés ès bâtiments, et les chaumes sur le pied. — Constitution de procureur général et spécial, pour, en son nom, affermer le revenu du prieuré de Baudres, par « venerable et scientificque personne » maître Pierre Guérin, chantre de l'église Saint-Honoré, à Paris, et prieur de Baudres, demeurant au cloître de ladite église Saint-Honoré, dans la personne de messire Antoine Boisseau, bachelier en théologie, archidiacre de Buzançais, chanoine de l'église de Bourges, y demeurant. — Procuration donnée par Madeleine Roux, femme de Silvain Piccard, demeurant en la rue des Limosins, faubourg de Romorantin, audit Silvain, son mari, pour vendre certaine portion d'une maison sise en la paroisse de Valençay, avec les ouches et jardins en dépendant. — Acte par lequel messire Gabriel Ménard, prêtre, prieur-curé de Varanne, y demeurant, résigne entre les mains de « nostre saint pere le pape, monseigneur son dataire, viche-chancellier ou aultre ayant a ce pouvoir », son bénéfice, prieuré et cure de Varanne en Berry, diocèse de Bourges, ordre de Saint-Augustin, avec les fruits, profits et revenus en dépendant, en faveur, toutefois, de messire Jean Pélat, prêtre du diocèse de Bourges, à la réserve de la somme de 200 livres tournois de pension annuelle, payable chaque année par ledit Pélat audit Ménard, le jour de Saint-Jean-Baptiste.
(Liasse.) — 164 pièces, papier.
1641.
2 E 712 Pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Bail « a faire a moison, » consenti par la révérende mère Isabelle du Saint-Sacrement, prieure du couvent des vénérables religieuses Ursulines de Valençay, à André Maugier, sergent des eaux et forêts de la châtellenie de Valençay et Bray, de la terre assise au-dessous des vignes dudit couvent et en dépendant ; ledit bail fait pour sept années, à la charge, par ledit Maugier, de bien et dûment labourer, fumer et ensemencer ladite terre en temps et saison sans la « desaisonner, » et de payer, « par chascune des années que lad. terre sera emsemencée, a chascun jour sainct Michel, ung boisseau et demy boisseau, mesure de Vallançay, de mesme bled qui sera ceuilly dans lad. terre. » — Acte par lequel les dames religieuses Ursulines de Valençay ont reconnu que, « faisant faire l'alignement des cours et appartenance de leur maison qu'elles ont audit Vallançay, du costé et joignant l'heritage de Jehan Pinaulz, appoticaire aud. lieu, pour y faire une muraille pour leur closture du coste dud. Pinaulz, que ledict Pinaulz leur a dellaissé quelque chose de son heritage affin de mettre leur ditte muraille en droitte ligne. A ces causes ont accorddé aud. Pinaulz de pouvoir se servir de ladicte muraille de son costé, soict pour y appuyer et faire porter les bois quil y employera y bastissant, ou aultrement, sans touteffois deteriorer ne gaster ladicte muraille, et l'entretenant de sondict costé, aultant et pour aultant qu'il s'en servira, bien et deument ». — Procuration donnée par Catherine Vitas, épouse de Guillaume Franquelin, marchand et fermier du « chastel, terre et seigneurie de Sainct Ciran du Jambot », y demeurant, audit Franquelin, son mari, pour partager et diviser les domaines et héritages échus à ladite constituante par le décès des défunts Guillaume Vitas et Renée Lepis, ses père et mère, avec leurs autres cohéritiers. — Vente, par maître Pierre Gombault, sieur Delarxainte, demeurant au bourg du « chastel » de Valençay, à Jean Poirier, « homme de bras » demeurant en la paroisse de Meusne, de la somme de 106 sous 8 deniers tournois de rente « constituée annuelle et perpetuelle quil a asize et asignée sur le lieu, manoir, fief et mesterye de Larxainte ; » ladite vente faite moyennant le prix et somme de 96 livres tournois. — Donation, par Pierre Pesneau, marchand, et Élisabeth Jouasneau, sa femme, demeurant à Valençay, à Étienne Pesneau, leur fils, « pour luy donner moyen de parvenir a l'ordre de prebtrise, » d'une maison assise à la Court aux Huguets dudit Valençay ; plus dix boisselées de terre labourable située au lieu dit la Jietrie, deux boisselées au Marchais Betin, deux autres au lieu dit la Chaume, deux autres au lieu dit le Noyer-au-Bœuf, et trois boisselées à la Croix-Pichet, proche le « cloux » des Mingeaux. Ladite donation faite à la charge, par le donataire, de payer à l'avenir les droits seigneuriaux et fonciers dus sur lesdits héritages, qui peuvent valoir au moins 50 livres tournois de rente par an. — Acte par lequel Michel Garnier, « homme de bras, » demeurant à Valençay, et Silvine Chaulier, sa femme, ont confessé « c'estre aceuilly » pour trois ans à Étienne Trocheau, laboureur, demeurant à Villentrois, pour le servir « domestiquement, » à la charge, par ledit Trocheau, de les loger, « norir » et entretenir d'habits, et de retirer leurs meubles chez lui, et en outre, moyennant la somme de 3 livres tournois.
(Liasse.) — 150 pièces, papier.
1642-1644.
2 E 713 Pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Bail à ferme, par Gabriel Jumiet, fermier du revenu temporel de l'abbaye Notre-Dame de Barzelle, demeurant à Valençay, à René Billard, peigneur et cardeur, demeurant aussi à Valençay, d'un petit morceau de terre en « peleure (pelure, terrain inculte ; brande) ou il y a quelques noyers plantés, assize proche le bourg de l'Hospital dud. Vallençay ; » ledit bail fait pour le prix et somme de 16 sous tournois et un chapon pour la table des religieux de ladite abbaye. — Bail, pour cinq ans et huit mois, par Étienne Gittard, marchand à Valençay, à Jean Gauchier, marchand cabaretier audit Valençay, du « droit de petite mesure qui se leve dans le bourg de l'hospital de Vallençay pour le vin qui se vendra en destal dans led. bourg seullement ; » à la charge, par ledit Gauchier, de payer chaque année la somme de 70 livres tournois. — Bail, pour neuf ans, par Claude Benou, menuisier, et Marthe Garreau, sa sœur, demeurant au bourg de l'église de Valençay, à Gabriel Thiault, « boullangier » à Selles-en-Berry, d'une « chambre de maison a chemynee avec la bouticque y tenant, scellier, court, coursiere, et tout ce qui en deppand, sauf et reservé une boullangerie qui est derriere dont jouist Rene Pichon, femme de Michel Fournier, leur belle-mere, le tout couvert de rebardeau, assize au bourg du chastel de Vallençay ; plus ung jardin, ousche et veigne en un tenant, assiz aud. Bourg » ; ledit bail fait à la charge, par le preneur, de faire « dans lesd. veignes par chacune desd. annees vingt fosses de prouvie (provin), » et de payer chaque année la somme de 35 livres tournois. — Vente, par Jean Chevalier, homme de bras, demeurant au village de la Chipauldière, paroisse de Rouvre-les-Bois, à Charles Brun, journalier, demeurant audit village, de quatre boisselées de terre labourable situées au lieu dit les Charrières, susdite paroisse ; ladite vente faite à la charge des droits et devoirs seigneuriaux « vers les venerables de Vastan, » et moyennant la somme de 15 livres tournois en principal achapt, » et 15 sous en « vin de marché. » — Procuration donnée par Marguerite Bidault, femme de Paul Jacquet, sergent, demeurant au bourg de Saint-Christophe-en-Bazelle, audit Jacquet, son mari, pour « vendre, engager ou alliener un cartier de pré a elle appartenant, assis et scitué en la prairye de la Roche, appelle le pre du Doire, a la contenance de deux arpans ». — Foi et hommage rendu par messire Pierre Boutier, « prieur du prieure Nostre-Dame de Vallançay, » demeurant ordinairement à Paris, « teste nue, sans espee ne esperons, avecques soultanne et long manteau », au seigneur de Valençay, à cause dudit prieuré.
(Liasse.) — 135 pièces, papier.
1644-1649.
Laisné retour
2 E 700 Pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Reconnaissance, par messire Rémond Gondoin, prêtre, conseiller, aumônier du Roi, prieur titulaire du prieuré simple de Saint-Blaise de la Vernussette, en la paroisse de Guilly, justice de Buxeuil au ressort de Blois, demeurant à Paris, rue du Mouton, paroisse Saint-Jean-en-Grève, à l'Illustrissime et et Révérendissime Monseigneur Louis Milon, évêque de Condom, seigneur de la Borde, d'une rente foncière annuelle et perpétuelle, ancienne, seigneuriale, solidaire, imprescriptible et indivisible, de dix setiers de froment, quatre setiers d'orge « autrement marseiche », et quatre setiers d'avoine, due sur le moulin et métairie de la Vernussette et leurs dépendances, appartenant audit prieuré, et payable à la Saint-Michel, rendue au château de Buxeuil, ainsi que cette rente est établie par les anciens aveux de ladite terre de Buxeuil rendus au Roi, et par les anciens titres d'icelle. — Procès-verbal de prise de possession, par messire Henri Milon de Mesne, demeurant ordinairement à Tours, de la terre et seigneurie de la Borde, située paroisse deVarenne, qu'il a plu à Illustrissime et Révérendissime seigneur, Monseigneur Louis Milon, conseiller du Roi en ses conseils, seigneur et évêque de Condom, son oncle, de lui donner « par bonne amittie, » par donation entre vifs et irrévocable, « en la meilleure forme que donnation puisse valloir » ; ainsi que les domaines de Rosnes et la Chaussonnière, et tous les bestiaux, « circonstances » et dépendances, avec tous les meubles meublants du château de la Borde. — Procuration donnée par dame Françoise-Angélique de Remond, veuve de messire François Henri d'Estampes, chevalier, comte, seigneur de Valençay, demeurant en son hôtel, à Paris, rue de Grenelle, paroisse Saint-Sulpice, à maître Gilles-Gervais Pugol, avocat en parlement, demeurant ordinairement à Paris, même rue ; ladite procuration pour affaire avec Simon Le Tanneur, fermier judiciaire de la moitié de la terre de Valençay, saisie réellement sur le seigneur marquis de Valençay ; — autre, par la même au même : 1° pour transiger et traiter avec Jeanne Morin, veuve de François Berthery, boulangère, demeurant à Valençay, au sujet de la créance de cette dernière sur la succession de feu le seigneur comte de Valençay, tant en principal qu'intérêts et frais, en vertu de laquelle créance, ladite Morin est opposante au décret de la terre et marquisat de Fiennes, vendue par ladite dame comtesse de Valençay à M. de Fontanieu ; 2° pour transiger avec M. le curé de Valençay, sur l'instance pendante entre eux pour raison des « dixmes infeodez » de Valençay. — Acte par lequel Claude Barat, laboureur, demeurant dans la métairie de Charnay, paroisse deLuçay-le-Mâle, reconnaît, comme « curateur aux personnes et biens » d'enfants mineurs, qu'un de leurs parents lui a mis entre les mains la somme de 65 livres 4 sous de meubles appartenant auxdits mineurs, non compris ceux portés par l'inventaire, et dont il rendra compte auxdits mineurs en temps utile, outre le montant dudit inventaire. — Vente et « subastation » (mise à l'encan) des meubles et effets dépendant de la succession des défunts Jean Barat et Anne Thiault : un « sceau » (soc) et un gouet (serpette de vigneron) ; une hache, une vrille et un petit « tezier » ; un « treand a marrer » (fourche à deux dents recourbées), un a « fambrayer » (nettoyer les étables, relever le fumier) ; une fourche « a trois fourchons, » une fourche de fer, et une marre (houe) ; quatre faucilles et deux chaumets (faucilles à couper le chaume) ; trois paires de bansins (manches de charrues) ; quatre paillons de paille (corbeilles en osier tressé), une corbeille et une boutronne de paille (panier d'osier de forme arrondie, sans anse, dont l'ouverture permet à peine l'introduction de la main, et dont on se sert pour les provisions de fruits secs) ; un « paneau » (sorte de bât), une bride, un « chouagnon, » un câble, un « essy » (essieu) de charrue, et le « pied maillet », etc.
(Liasse.) — 19 pièces, parchemin ; 76 pièces, papier.
1622-1765.
2 E 689 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente, par Maria Morin, « houme de braz, » demeurant en la paroisse de « Poullayne, » à Etienne Grenon, « houme de braz, » demeurant en la paroisse de Varenne, du tiers indivis de deux boisselées de terre labourable, « assizes en la Cousture de Nahon, » paroisse de Varenne ; plus « une planche de veigne assize au clos des Veignaux, paroisse de Varenne, » et ce, moyennant 8 livres tournois « en principal achapt » et 8 sous en « vin de marché ; » — autre, par Ursin Chappon, « houme de braz », et Marie Gillet, sa femme, demeurant à Valençay, à « honneste personne » Denys Gillet, marchand « drappier, demeurant à Lye, de troys journees d'hommes de veigne ou environ, en un tenant » assises au lieu dit les Stroudes, paroisse de Lye, et ce, moyennant 50 livres tournois « en principal achapt » et 50 sous en « vin de marché. » — Bail à ferme pour neuf ans, moyennanl la somme annuelle de 22 livres tournois, de « l'herbe et tonture » d'un arpent de pré ou environ, situé au lieu dit l'Estang de Cungy, paroisse de Poulaines ; ledit bail consenti au profit de Jean Saulnier, laboureur, demeurant en ladite paroisse, par dom Philippe Barbier, dom Jacques Moireau, dom Jean Leclerc, dom Edme Merille, frère Pierre Huguault, tous « relligieux profex de l'abbaye Nostre-Dame de Bazelle », tant en leurs noms « qu'eux faisans forts pour dom Benigne Beruchot, prebtre, relligieux et prieur de ladite abbaye, absent. » — Vente, moyennant 50 livres tournois, par Barbe Roullon, veuve de défunt Étienne Lombrage, demeurant au bourg du « chastel » de Valençay, à maître Jacques Gauchier, notaire de la « chastellenye » de Valençay, y demeurant, d'« ung mourseau de vigne ou environ, assize » au lieu appelé le cloux du Chesne Fouquet, paroisse de Valençay. — Estimation des « ustancilles » du moulin de Parigny, estimés par Cervais Vieillat, « mousnier, » et Jean Augier, charpentier et « faiseux de meulles, » et Marcel Marchal, commissaires convenus par Claude Regnault et Michel Moreau, meuniers de Parigny, l'un sortant et l'autre entrant. L'arbre du moulin, la roue, le rouet et « fuzée » sont estimés 32 livres ; les « enchasseux, » 10 livres ; les «garnictures, » la trémie, les rouleaux, les « liviez, larchellet » avec les autres « unstancilles, » 9 livres ; le câble, « l'angin a lever la mulle, » la cheville de fer, le tour et la « palhe », 7 livres 10 sous ; les deux chaises, « le poislier, le bouffet, » 4 livres ; la « met » (huche où l'on met le pain) du moulin et les deux escaliers ; la porte du moulin à fermer l'eau, les deux « chenezioux, » 3 livres ; les ferrailles dudit moulin, la nille, le fer, les deux « torillons » (tourillon), le cercle de la « mulle » (meule), les deux fers de la « fuzée», les quatre fers de l'arbre, 32 livres. — Ratification par le religieux de l'abbaye de Notre-Dame de Barzelle, d'une transaction passée entre « Illustrissime et reverendissime pere en Dieu, messire Roger Daumont evesque d'Avranches, et abbé commendataire de ladite abbaye » d'une part, et dom Bénigne Beruchot, prieur de ladite abbaye d'autre part. »
(Liasse.) — 86 pièces, papier.
1650-1652.
2 E 690 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Obligation de la somme de 1 260 livres due par messire Claude de Rochefort, chevalier, baron de Luçay et autres lieux, « demeurant d'ordinaire audict Luçay, de present a Paris, logé rue et parroisse Saint-Paul, » à « honorable homme » Claude Boucher, marchand drapier, « bourgeois de Paris, » ayant les droits de Claude Gelain, maître tailleur, pour fourniture et « fasson d'habitz », laquelle somme ci-dessus sera payée sur le bail de la terre de Luçay, ainsi que s'y oblige le fermier de ladite terre d'après le transport consenti par le seigneur de Luçay audit Boucher. — Bail à ferme, pour cinq ans, moyennant 10 livres tournois et deux poules par an, par François Mouchebeuf, laboureur, demeurant en la paroisse de Langé, à Pierre Clémant, « voisturier, » demeurant susdite paroisse, de deux chambres et « les ouches en partenant, avecq les fruict d'iceulx, que les parties seront tenus les faire amasser et les partager sur le champs par moytyé ; avecq ung quartier de pré assiz a la Moutuzerie, paroisse de Langé, avecq les aysanse et apartenance d'iceux. » — Accord et marché entre Louis Bataille, « mousnier » demeurant au moulin du Pont à Valençay, d'une part, et René Siccard, « marchal, » demeurant au bourg de l'Hospital de Valençay, d'autre part. Siccard fournira de fers à deux chevaux et à deux mulets appartenant audit Bataille, « plus ce qu'il conviendra de son mestier de marchal a entretenir une charrue propre au labourage, entretenir aussy de son mestier les marteaux, fers, torillons, » et autres choses nécessaires au moulin du Pont, pendant une année. Pour faire lesquelles « besongnes » il recevra la somme de 33 livres tournois et neuf boisseaux de méteil. — Vente, par Mathieu Gros, « dict Lavoyne, » marchand, demeurant à Valençay, à Dom Jacques Moireau, religieux, célérier de l'abbaye de Notre-Dame de Barzelle, de 400 livres de « bœurre net, sallé, bon et recevable ; » et ce, moyennant 160 livres tournois, « qui est a raison de huict solz chascune livre dudit beurre. » — « Articles pour accomplir le » mariage projeté entre Louis Lemaire, sergent royal à Romorantin, et Madeleine Pertuis, fille de Jean Pertuis, marchand poêlier : « Premierrement les parties se prendront l'un et l'aultre par mariage, sy Dieu et nostre mere sainte Eglise y consentent et accordent, et en solennizer les saintes espouzailles, en face de nostre mere sainte Eglize sy tost que l'une partie en requerera l'aultre, » etc.
(Liasse.) — 101 pièces, papier.
1653-1654.
2 E 691 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Contrat d'apprentissage entre Pierre Thomas, marchand mégissier, demeurant à Valençay, et Pierre Bigot, boucher, et François Bigot son fils, demeurant à Romorantin, par lequel ledit Thomas s'est obligé « de monstrer a son possible l’estat de megissier, gantier et trafic de marchandise » audit François Bigot, pendant deux ans et en outre de le « loger, norrir, coucher et reblanchir, » et ce, moyennant la somme de « six vingtz » livres tournois. — Vente, par Marin Maubert, « mousnier, » demeurant au moulin de Beauvais, paroisse de Parpeçay, Pierre Maubert, laboureur, demeurant en la métairie de Pommé, dite paroisse, et autres, à Pierre Thion, notaire, demeurant à Menetou-sur-Nahon, de dix boisselées ou environ de terre labourable, sises en la paroisse de Menetou-sur-Nahon, savoir : quatre boisselées proche « le St Lizaygne ; » quatre, au dessous du clos de vigne des Champs Jollet ; et deux, aux Terres Rouges, proche la métairie de Flaigny ; ladite vente faite moyennant la somme de 47 livres 10 sous tournois, «sans aucun vin de marche.» — Consignation de la somme de 400 livres, par maître Simon Bodin, fermier du prieuré de Beaulne, demeurant au bourg de Géhée, entre les mains de Jean Ledoux, marchand, demeurant à Valençay, dépositaire de « cinq bœufz arables, soubz poil rouge grive et noir, et dun cheval soubz poil allezan clair, » saisis sur ledit Bodin, à la requête de « seire » Pierre Pournin, se disant titulaire du prieuré de Beaulne. Ladite somme de 400 livres était due par Bodin pour deux années et demie de la ferme dudit prieuré : 200 livres, pour une année échue à la Saint-Jean 1644 ; pareille somme pour la valeur de onze setiers de froment, quatre setiers et demi de seigle et quatre setiers et demi d'avoine, à la mesure de Buzançais. Laquelle somme de 400 livres devra être livrée à qui de droit, quand seront levés les « arrestz qui ont esté faitz a la requeste du seigneur dEntresgues, et de frere Claude Legleneux qui pretend aussy estre titullaire dudit prieuré, et non aultrement. » — Déclaration, par Louis Canon, fils de défunt François Canon, « texier en thoille, » demeurant à Valençay, qu'il ne prétend rien dans les héritages mentionnés par un contrat de vente de 1637, reçu Gigot, notaire « soubz les sceaux » de Graçay. Ladite déclaration faite à Jean Lymet, « homme de braz, » demeurant à la Chapelle des Combes, paroisse de Poulaines, acquéreur desdits héritages. — Bail à ferme, consenti pour cinq ans, par Laurent Gaveau, maréchal, demeurant à Valençay, à Louis Cahu, marchand, demeurant même ville, d'« un logis concistant en chambre hault et chambre basse a cheminée, grenier dessus,couverte a thuille et rebardeau, avec les garderobbe, bouticque et scellier et cour en deppandant ; » à la charge par le preneur d'entretenir ledit logis de menues réparations, et de payer la somme de 30 livres tournois par an.
(Liasse.) — 102 pièces, papier.
1655.
2 E 692 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Supplique au bailli de Valençay, par laquelle « honneste personne » Pierre Garreau, fermier en partie du prieuré de Valençay, lui « remonstre humblement » que défunt Pierre Gittard, ci-devant fermier dudit prieuré, aux droits duquel il est, aurait fait bail, à François Venet, du terrage de l'Aubier, dépendant dudit prieuré, en présence de Me Jacques Gauchier, notaire de cette cour ; qu'il aurait besoin de la grosse de ce bail, pour se faire payer ce qui lui est dû par ledit Venet ; mais que Gauchier refuse de la lui délivrer, disant qn'il en a « cy devant dellivré une ». Injonction audit Gauchier de délivrer une grosse du bail dont s'agit, moyennant « sallaire compectant... ». — « Pactions et conventions » faites, le... novembre 1657 entre les « Reverendes Meres religieuses Ursulines de Valençay, assemblées au son de la cloche, pour traiter et delliberer du bien et utilité de leurs affaires, savoir : sœur Marie de sainct Bernard, prieure, sœur Isabelle du Sainct Sacremant, sous prieure, sr Isabelle de ste Ursule, conseillere, sœur Renaude du St Sacremant, conseillere, sr Anne de ste Ursule, sr Magdeleine de Jesus, conseillere, sr Catherine de ste Elizabeth, sr Françoise de ste Agnés, ste Armande de Jesus, sr Ysabelle de l'Incarnation, et sr Isabelle de ste Thereze, et sœur Françoise de saincte Margueritte, toutes relligieuzes vocaux dud. couvent, faisant et representant la plus grande et saine partie des relligieuzes dud. couvent », d'une part, et « noble houme » Jean Sablé, intendant de Monseigneur de Valençay, et demoiselle Marie Jette, sa femme, d'autre part. Lesdites dames religieuses, ayant reconnu « le bon, louable et sainct dessein de damoiselle Margueritte Sable, fille desd. Sable et Jette, de se rendre relligieuze audict couvent de saincte Ursule de Valançay, ordre de st Augustin, dioceze de Bourges, et pour y opérer son salut, ont promis et ce sont obligés ausd. sr Sablé et Jette, pere et mere de ladicte Marguerite Sablé, de recevoir icelle pour relligieuze de cœur audict couvent de Vallançay ; aux charges et conditions cy aprés, qui sont que ladicte damoiselle Margueritte Sablé, cy presante, fera et exercera son novitiat audict couvent de Vallançay pendant le temps de deux ans a commancer ce jourdhuy. Et apres le temps dud. novitiat bien et deuement faict, ladmettront lesd. dames relligieuzes a la profession, coume les « aultres relligieuzes de cœur dud. couvent, si elle en est jugée capable, et estre entretenue avec elles, tant pour le presant que pour ladvenir aux despens de leur coumuneauté jusqua son deceds.» De leur côté, Jean Sablé et Marie Jette s'engagent à payer, pour la dot de leur fille, la somme de 2 400 livres tournois, la veille de la profession, dont 2 000 livres seront mises « en rente constituée entre les mains de personnes jugées capables et solvables », pour demeurer ainsi durant la vie de ladite Marguerite, et après son décès, rester audit couvent, qui en disposera selon son bon plaisir. En outre, ils feront un présent, de la valeur de 300 livres, pour l'autel de l'église dudit couvent, et payeront la somme de 300 livres, pour les meubles et autres frais nécessités par la profession de ladite Marguerite, dont la pension sera de 100 livres tournois par an pendant son noviciat, payables tous les six mois, à commencer du présent jour. Si, pendant le temps du noviciat, ladite Marguerite tombe malade, ses père et mère seront tenus de la faire « traiter, panser et medicamanter » à leurs dépens ; et si, après sa profession, elle est obligée de sortir dudit couvent, soit par maladie ou autrement et par l'ordre des supérieurs, pour aller demeurer dans un autre couvent, l'intérêt de ladite somme de 2 000 livres sera payé au couvent où elle ira demeurer ; mais, après son décès, l'intérêt, avec le fonds, restera audit couvent de Valençay. — Lettre d'Étienne Gittard, marchand à Valençay, à monsieur le procureur de la seigneurie dudit lieu, le priant qu'il lui plaise « de prandre la pesne de passer ung petyct contract de vente à son profit, avec le porteur de la présente, son fondé de procuration, d'une journée de vigne en friche, assize au Cautoct », moyennant le prix de 8 livres payé comptant. Suit le contrat, passé entre ledit Gittard, et Jean du Vau, « veigneron », demeurant en la paroisse de Lye, ayant la procuration de Paul Evesque, son beau-père, reçue par Locquin, notaire à Lye. — Accord, entre « honneste femme » Madeleine de La Garde, veuve Jacques Chauveau, demeurant à Valençay, d'une part, et « honneste personne » François Pégué, marchand à Valençay, d'autre part ; d'après lequel, ledit Pégué s'engage à « loger, reblanchir, nourrir et entretenir ladte ve Chauveau, tant saine que mallade, pendant deux ans ; pour lesquelz logemant, nouritures et entretiens, jouira led. Pegue de tous les heritages et meubles apartenant a lade ve Chauveau, cueillera et amassera les fruictz qui viendront en iceux pendant lesd. deux ans » ; à la charge par Pégué de faire faire et « fassonner » pendant ledit temps les vignes et terres de la ve Chauveau, et de payer les droits « deubs sur iceux » Les meubles de ladite veuve consistent en trente livres de vaisselle d'étain, une cuve tirant sept poinçons, quatre banes (sorte de tonneau ouvert servant aux vendanges), et six poinçons. Si, pendant ledit temps, ladite veuve Chauveau « se treuvoit mallade, elle sera gouvernée a ses despens, » durant sa maladie. — Nomination d'arbitres par « venerable et religieuse personne dom Jean Chavialles, religieux profex de sainct Pierre de Chezal Benoist, ordre de sainct Maur, demeurant ordinairement au convent dud. Chezal Benoist, au nom et coume se faisant for pour les venerables abbe et religieux dud. convent », d'une part, et honnête homme François Marigny, marchand, demeurant à Valençay, d'autre part ; pour terminer les procès pendant au siège royal d'Issoudun, entre ledit Marigny, appelant, et défunt « venerable et religieuse personne, frere Louis Gasse, vivant prestre, deservant les prieurez de Chambon et Espaillard ». Ces arbitres sont « noble homme » Me Fleury, sieur de Sermaille, avocat en Parlement, pour Dom Chavialles, et « noble homme » Me Philippe Perrotin, sieur de Tremont, conseiller du Roi au bailliage d'Issoudun, pour Marigny.
(Liasse.) — 96 pièces, papier.
1656-1658.
2 E 693 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente, moyennant la somme de 1,000 livres, par Étiennette-Marie Chastillon, demeurant à Buzançais, comme « procuratrice speciallement fondée » de Pierre Brisset, son mari, à Étienne Guignard, maître « appoticquaire » à Valençay, de « cinq milliers de grands bois merens (merrains) jaulge et compte de Saumur, plus deux milliers de jentes propre a faire roues de charettes, a les prendre au gué aux Soreaux, plus six vingtz fusts de poinsson neufs, jaulge de Montrechard ; » — Autre, par Étienne Gittard, marchand à Valençay, à Macé Berthon, marchand « thaneur et couroyeur » à Valençay, « de 52 fagots d'escosse de chesne de la grosseur et longueur quils sont pour les avoir veus et visités par led. Berthon » ; et ce moyennant la somme de 50 livres tournois, payable à mesure « de la livraison que led. Gittard fera de quinze fagots par advance et au prorata que vaudront lesd. quinze fagots. » — Convention entre Jeanne Champion, veuve de Jean Nicolle, demeurant à Valençay, et Chabot, cordonnier au même lieu ; par laquelle ce dernier s'oblige à loger, « norrir, gouverner et reblanchir » ladite veuve Nicolle pendant trois ans, pour lesquelles « norritures, logement, gouvernement et reblanchissement » la veuve Nicolle promet payer la somme annuelle de 26 livres tournois. — Testament de Sébastien Lestrat, « scieux en bois en pais de forest », paroisse de Saint-Julien en Chevillet ; par lequel, après avoir recommandé son âme à Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit, et à tous les saints et saintes de Paradis « quil prie estre ses advocats et intercesseurs vers nostre bon Dieu », il veut qu'après sa mort son corps soit mis « dans un cercueil de bois » et enterré dans le cimetière de Valençay par « Monsr le cure et vicaire ». Entre autres clauses, il donne à Louis Barbou « un habit de serge drappée grise, compose d'un pourpoint, hault et bas de chausses » ; la plus petite de ses scies propres « a scier bois », et une de ses chemises, à Gaspard Payat. Suit le détail de ses créanciers et débiteurs. Enfin il nomme, pour exécuteur testamentaire, Claude Callignon, « scieux en bois », qu'il prie de vouloir accepter cette charge et « prendre cette peine », à la discrétion duquel il se rapporte pour le luminaire et autres choses nécessaires à ses funérailles, et aussi pour, ses dettes payées, le reste être donné aux pauvres et employé « a faire prier Dieu pour luy ». — Déclaration, par François Fougery, « serviteur domesticque des venerables relligieux de l'abbaye de Barzelles », y demeurant paroisse de Poulaines, à François Martinet, laboureur, demeurant à Valençay, qu'il se départ de l'opposition par lui formée pour empêcher le mariage d'Anne Martinet, fille dudit François Martinet, avec Ydier Launay. — Règlement de compte entre Mathieu Gros, marchand à Valençay, d'une part, et Antoine Trouvé, « voiturier par terre », d'autre part, tant pour « moisons » de terres dues par Gros à Trouvé, que pour façons de terre faites par Gros pour Trouvé, et pour toutes sortes d'affaires qu'ils ont eues ensemble jusqu'à ce jour.
(Liasse.) — 113 pièces, papier.
1659-1665.
2 E 694 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Procès-verbal dressé par Étienne Laisné, notaire à Valençay, constatant que, à la requête de Christophe Corset, marchand hôtelier audit lieu, il s'est transporté au domicile de ce dernier, « environ les sept a huict heures du matin », et là ledit Corset lui a fait entendre qu'il avait perdu, « la nuict de hier jour de mercredy et de ce jourdhui », un poinçon de vin pur qui s'en seroit allé dans sa cave et qui auroit esté mis en vente du huictiesme, du jour de mardy dernier ; et qu'oultre la perte quil a faicte » dudit poinçon de vin, on pouvait le contraindre au payement des droits « de huictiesme et pelitte mesure », pour la vente qu'il aurait pu faire de ce poinçon de vin en son hôtellerie. Pour à quoi obvier, il serait nécessaire d'en dresser procès-verbal, « avant lequel faire, led. notaire s'est, a la conduitte dud. Corset assisté des personnes d'honnestes hommes Claude Dollibeau, Gabriel Chabot, Michel Dufresne, Rabier, et beaucoup daultres personnes trouvez a la porte dud. Corset, transporté dans la cave dud. logis ou il a, avecque les dessusdictz, trouvé la femme dud. Corset qui amassoit du vin, qui estoit respandu dans lad. cave, avecques tasses d'estain et le mettoit dans un picher de terre, luy aurait montré le poinsson duquel le vin quelle amassoit seroit sorty, qui estoit en chantelle dans lad. cave, dans lequel il ny avoit plus que de la lie ; et paroissoit y avoir, dans lad. cave, de vin respandu la valleur d'un poinsson qui c'estoit imbu dans la terre. Dont et de tout ce que dessus led. notaire « a faict et dressé proces-verbal ». — Marché passé entre Simon Raugeard, vigneron, demeurant à la Chazardière, paroisse de Husseaux, et Abel Grenoillau, couvreur à Valençay ; aux termes duquel, Grenoillau s'oblige à recouvrir une chambre basse, appartenant à Raugeard, et située aud. Valençay, ainsi qu'une boulangerie située au même lieu, de rebardeau neuf, et ce moyennant la somme de 48 livres tournois. — Procuration, donnée par Guillaume Retif, « Me tixerent en thoille, » demeurant en la ville de Bourges, paroisse de Saint-Pierre-le-Guillard, à Euverte Gicquin, sa femme, pour vendre tous les héritages qui lui appartiennent dans la paroisse de Valençay et autres lieux circonvoisins. — Bail à titre de rente foncière annuelle et perpétuelle, consenti par ladite Euverte Gicquin, au profit d'Étienne Massonneau, journalier, demeurant au bourg de l'Hôpital de Valençay, d’ « un mourceau de veigne contenant quatre journées estans en unze planches, assize au clos du bois de labbaye, parroisse de Valençay, » et ce moyennant la somme de 52 sous par an. — Transport dudit bail à Pierre Joumier, marchand à Valençay, au même prix. — Cession par François Bataille, fermier de la seigneurie de Veuil, demeurant à Valençay, à demoiselle Marie Bataille, veuve de Jean Noël, « vivant escuyer sr de la Barde, archer des gardes du corps de la reine mere de sa Majesté », de la somme de « huict vingtz » livres de rente, à lui due chaque année par les vénérables prieur et religieux de l'abbaye de Notre-Dame de Barzelle, et amortissable à la somme de 2,880 livres ; ladite cession faite moyennant pareille somme de 2,880 livres. — Vente par Thomas Couttaud, laboureur à Valençay, à Louis Paccaud, « foullon en draps » demeurant au même lieu, de « douze mil chardons bons et recevables » ; et ce moyennant le prix de 30 livres tournois ce qui est a raison de cinquante solz « chascun millier. » — Résignation, par procureur, de la cure de Saint-Maurice-de-Menetou-sur-Nahon, par « venerable et discrette personne » messire Pierre Martin, curé de Veuil et de Menetou-sur-Nahon, résidant à Veuil, diocèse de Bourges, entre les mains de « nostre sainct pere le pape, Monseigneur son vice chancellier, ou aultre ayant a se puissance canonique ; » et ce en faveur de messire Pierre Bataille, « soubz diacre », demeurant à Bourges, et non d'autres. Le constituant jure et affirme qu'en la présente résignation il n'est intervenu ni n'interviendra « aucun dol, fraude, simonie ou aultre paction illicitte ne vitieuse. »
(Liasse.) — 112 pièces, papier.
1666.
2 E 695 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Marché entre Guillaume Lebrun, couvreur, demeurant à Valençay, et Jean Guillebert, journalier au même lieu, par lequel Lebrun s'oblige à « monstrer a son possible » à Barnabé Guillebert, fils dudit Jean, le métier de couvreur, à condition que ledit Barnabé ira demeurer chez Lebrun, pendant un an, à commencer « au jour et feste de Magdeleine prochain », et le servira audit métier. Et Lebrun sera tenu de loger, coucher, nourrir et reblanchir Barnabé, et lui bailler « un marteau propre a couvreur et son tablier, un hault de chausse et une biaude (blouse) de thoille commune ». Suit la reconnaissance, par Jean Guillebert à Lebrun, de la fourniture des objets susmentionnés, et en outre d'une paire de souliers, une paire de bas de serge, et deux « chauses de thoille coumune ». — Convention, entre René Piccard, jardinier à Valençay, et Louis Piccard, son fils, « serviteur domestique » d'Adam Audouin, meunier audit Valençay, d'une part, et Pierre Bastignon, bourrelier, demeurant au bourg du château de Valençay, d'autre part ; aux termes de laquelle, Bastignon s'est obligé de « monstrer a son possible » l'état de bourrelier à Louis Piccard pendant quinze mois, et durant ce temps, ce dernier ira demeurer au logis dudit Bastignon et le servira audit métier, et sera tenu lui payer la somme de 40 livres tournois et une paire de souliers « a lusage de la femme » dudit Bastignon. — Rapport d'experts sur les réparations à faire à quelques bâtiments situés au bourg de l'église de Valençay, et appartenant à messire Julien Touroux, prêtre, demeurant à Valençay : entre autres choses, il faut refaire « une chesnette de pierre de taille dans la cave pour porter la traisne (forte poutre soutenant les soliveaux) ; mettre a neuf quatre solliveaux dans la cave, pour porter le plancher de la haulte chambre, avec une petite potence dans lad. cave pour supporter la poultre qui y est, une seuille (solive) a la boullangerie, receper les coullombages de lad. boullangerie, etc., etc.» — Quittance, par les religieuses Ursulines de Valençay, à Philippe Chardon, sieur de Beauvais, commis à la recette du grenier à sel de Romorantin, y demeurant, au nom et comme procureur de dame Anne Morin, veuve de feu maître Étienne Thivier, de la somme de 1,400 livres tournois, faisant moitié de celle de 2 800 livres, prix principal de 140 livres tournois de rente constituée au profit desdites religieuses par ledit défunt Thivier. Ladite somme a été payée « en pistolles d'Espagne, louis d'or, louis d'argent et aultres monnoye ayant cours, » sans préjudice du surplus.
(Liasse.) — 103 pièces, papier.
1667.
2 E 696 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Lettre par laquelle un nommé Thiellay, demeurant à Romorantin, demande à Courtin Lesnel, marchand à Valençay, de prendre en apprentissage, pendant deux ans au moins, pour apprendre son métier, un sien cousin Connet, moyennant 60 livres dont moitié lui sera payée dans quatre mois, et l'autre moitié dans un an. A cette lettre sont jointes quelques lignes écrites par Connet. — Bail à ferme, pour quatre ans, par François Bourguignon, journalier, demeurant à Valençay, à Guillaume Viau, sabotier, demeurant à Vicq, « d'une chambre de maison a cheminee avec une aultre petite chambre sans cheminee, et une grange, cour, ousche, jardrin et vergier en deppendant, le tout en un tenant, assiz » au village des Galandes, paroisse de Vicq ; et ce, moyennant la somme de 4 livres. — Constitution d' « arbitre arbitrateur et amiable compositeur » en la personne de « hault et puissant seigneur messire Dominique Destampes, chevallier, conseiller du Roy en ses conseils, cappitaine de cent hommes d'armes, marquis de Fienne, seigneur de Vallançay et aultres lieux, » pour juger et terminer définitivement les différends « meus et a mouvoir » entre Étienne Chastillon, docteur en médecine, Pierre Brisset, marchand, et Étiennette-Marie Chastillon, sa femme, Guillaume Charrault, marchand, et Catherine Chastillon, sa femme, et Jacques Chastillon, marchand, tous demeurant à Valençay, au sujet des successions d'Étienne Chastillon, leur père, et d'Étienne Chastillon et Madeleine Morisset, leurs aïeux. Les parties s'obligent à se tenir et arrêter au jugement dudit seigneur, comme à un arrêt de cour souveraine, sous peine par les contrevenants de payer la somme de 500 livres tournois, dont moitié aux parties acquiesçantes, et l'autre moitié a la charité » des pauvres de la paroisse. — Bail à ferme pour quatre ans, moyennant 4 livres tournois par an, consenti par Christophe Moreau, marchand tanneur, demeurant en la ville de Montrichard, au profit de Jean Louet, meunier, demeurant au moulin de Meusne, paroisse de Meusne, d' « une braye (ouverture d'un empellement d'usine à eau), eaux et pescheries scize sur la riviere de Fouzon, par dessoubz le pont de la fevee, a prendre depuis le pre dudit bailleur jusqu'aux eaux dependantes du prieure de Meusne ; avec la couppe de bois qui se treuvera en couppe, pendant lesdites annees, dans une isle entournee desdites eaux, assize audit lieu, apartenante audit bailleur.» — Acte par lequel les dames religieuses Ursulines de Valençay, sur les prières instantes de sœur Gabrielle Méry, fille de maître Jean Méry, « a present chanoine d'honeur et vicaire en l'eglise de Saint-Laurian de Vatan, » de l'admettre et recevoir pour religieuse de chœur à leur couvent, et reconnaissant le bon dessein de ladite Méry, et sa persévérance depuis cinq ans qu'elle demeure avec elles, et même depuis deux ans qu'elle a commencé son noviciat, et qu'elle est âgée de plus de seize ans, et ayant aussi égard aux supplications qui leur sont faites journellement pour la recevoir à la profession, déclarent qu'elles sont prêtes, toutefois avec le consentement de son père, à faire faire profession à ladite Méry, « pour la cognoissance quelles ont de la bonne et ferme volonté quelle a tousjours eu de vivre et mourir selon leur regle, » et, en ce faisant, promettent audit Jean Méry, son père, de la nourrir et entretenir dans leur couvent, tant en santé qu'en maladie, le reste de ses jours, moyennant une pension viagère de 150 livres par an. Les dames religieuses reconnaissent que ledit Méry a fourni les habits et autres meubles nécessaires à sa fille pour la profession, et qu'il a satisfait au présent d'autel qu'il leur avait promis.
(Liasse.) — 128 pièces, papier.
1668.
2 E 697 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Bail à perpétuité, moyennant la somme annuelle de 8 sous, par Gabriel Surciault, « lun des procureurs fabriciens » de la paroisse de Valençay, à Pierre Brisset, marchand à Valençay, d' « un banc estant dans leglize dudit Vallançay attaché au pillier qui est davant l'hostel de Saint-Roch dans ladite eglize ; lequel siege ledit Brisset et les siens pourront occuper pendant le service divin qui se faict et cellebre en ladite eglize. » — « Article de future mariage d'entre » René du Breuil, écuyer, sieur de Courjon, fils de Claude du Breuil, écuyer, sieur de Chevaulnay, et de damoiselle Hélène d'Auvergne, d'une part, et damoiselle Marie Méry, fille de noble homme Eusice Méry, prieur de la chapelle Saint-Vincent fondée en l'église de Saint-Denis en France, et de feue dame Julienne Robain, d'autre part. Entre autres clauses : « Aura de survivication des deux conjoins, la somme de mil livres : sçavoir ledit future pour ses habitz, arme et chevaux, et ladite future pour ses habitz, bagues et joueiaux ; sera tenu le pere du future de l'abiller de son habict nubtialle, sellon sa condition et la quitter de toutte debte jusquie au jour de la benediction nubtial. » — Vente, par Nicolas Lemoine, marchand boucher à Valençay, à Jean Marigny, marchand tanneur au même lieu, de « toutes et chascunes les peaux de beuf qu'il tuera a commancer a presant jusquau jour de Caresme prenant, pezant quarente cinq livres. » A ce poids, chaque peau passera pour peau de bœuf, et au dessous de quarante-cinq livres pour peau de vache ; les peaux de vaches « de quatre grands dents » passeront pour peaux entières ; quant à celles « de trois grands dents, » trois peaux compteront pour deux, et dans celles de « deux grands dents, » deux peaux ne feront qu'une ; ladite vente consentie moyennant 17 livres 10 sous tournois, le cent pesant des peaux de bœuf, cent quatre pour cent, et pour les peaux de vaches, 50 livres tournois la douzaine. Suit la reconnaissance, par Marigny à Lemoine, de la livraison desdites peaux. — Accord et traité entre Philippe Caheu, marchand à Valençay, d'une part, et Noël Gommain, laboureur, demeurant en la paroisse de Varennes, touchant la saisie d'un cheval « soubz poil d'estourneau » faite par Caheu sur Gommain, faute par ce dernier d'avoir payé 45 livres tournois, prix du cheval. Le vendeur reprend sa marchandise pour 36 livres tournois. L'acheteur devra remettre le surplus qui est de 9 livres, et payer 3 livres pour les frais de la saisie. Enfin, si dans un mois, l'acheteur pouvait payer 36 livres, le cheval serait à lui, en restituant toutefois au vendeur les frais de nourriture de l'animal pendant le mois. — Lettre adressée à « Monsieur le prauchureur Lené a Valancé, » le priant de faire cesser les poursuites exercées pour le remboursement d'une rente. — Règlement de compte, entre Pierre Béranger, marchand verrier à Valençay, d'une part, et Clément Paris, aussi marchand verrier, d'autre part, du trafic qu'ils ont fait ensemble, et de la nourriture et du logement fournis par Béranger à Paris, ainsi que de toutes autres affaires. Béranger reconnaît qu'il a chez lui un coffret de bois de noyer fermant à clef, une couette de lit, et un petit « travers » appartenant à Paris.
(Liasse.) — 164 pièces, papier.
1669-1670.
2 E 698 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Acte par lequel dame Marie Tivier, veuve de François Bataille, demeurant à Valençay, « pour daultant plus facillemant parvenir par Me François Bataille, son filz, et par luy se faire recevoir a lordre de prestrise, et luy donner moyen de subsister », lui a assigné, affecté et hypothéqué la somme de 80 livres tournois de rente par an sur le lieu et métairie « vulgairement appelle Foussard,» située en la paroisse de Selles-sur-Nahon, et sur la somme de 37 livres 10 sous de rente constituée, qui lui est due par la succession de feu maître Louis de Mareuil, seigneur de Guendray. — Vente, par François Lebon, marchand, Marguerite Tivier, sa femme, et Marie Tivier, veuve de François Bataille, demeurant tous à Valençay, à Macé Moireau, marchand de bois, demeurant audit lieu, de soixante-trois pieds « d'arbres chesnes de hault de futais et deux abres chesnes attetaux a les prendres, scavoir vingt-quatre dans le petit patureau de la Mestayrie de Fouçar assize en la paroisse de Scelles sur Nahon, appartenant ausd. vendeurs, et le surplus dans le grand pastureau despendant de lad. mestayrie ; lesquelz arbres ont esté rougis par lesd. parties en la presence du metayer dud. lieu de Foucar, sauf deux qui seront pris dans le petit pastureau, lesquelz lesd. vendeurs voulloient reserver » ; ladite vente faite à la charge par Moireau de couper et enlever les arbres dans l'espace de dix-huit mois, et en outre moyennant le prix de 422 livres tournois « tant principal que pot de vin » ; — autre, par Antoine Béguin, marchand, demeurant à la Baratonnière, paroisse de Villentrois, à François Béguier, marchand à Valençay, de cinq milliers de tuile, bonne et recevable, rendue conduite, à la Toussaint « prochain venant », au bourg de l'Hospital de Valençay, avec ce qu'il faudra de « faisteaux » (faîtières) pour garnir la couverture du logis que Béguier fait faire audit bourg ; laquelle vente est faite moyennant la somme de 45 livres tournois, « qui est a raison de neuf livres le millier, compris les faisteaux ;» — autre, par Silvain Faisant, tuilier, demeurant à Chabris, à François Venet le jeune, marchand à Valençay, « de toutes les marchandises faictes et fassonnees qui sont de present dans le four a chau de la thuillerie dud. Vallançay, coume thuille, carreau, faisteaux, et chau, lesquelles led. Faisant fera cuire et tirera dud. four apres estre cuittes et distribuera a ceux qui en achepteront ; le prix desquelles led. Venet recevra, sans que led. Faisant en puisse recevoir aulcune chose : lesquelles marchandises led. Faisant fera cuire de jour a jour » ; ladite vente faite moyennant la somme de 150 livres, pour demeurer quitte de pareille somme due par Faisant à Venet. — Testament de damoiselle Marie de Bertheran Beuveron, fille de messire Jean de Bertheran, chevalier, seigneur de Beuveron, et de feue dame Marguerite de Gigault, demeurant à Valençay ; par lequel elle donne et lègue, à la Révérende Mère sœur Isabelle de Bellefons, sa tante, supérieure du couvent des religieuses de Sainte-Ursule à Valençay, si elle décède avant celle-ci, l'intérêt de la somme de 3 000 livres tournois par an, qui sera 150 livres « suivant lordonnance ». Cette somme a été donnée à la testatrice par feue damoiselle Anne d'Argy ; son aïeule maternelle, et est en ce moment entre les mains de son père d'où elle veut qu'elle soit retirée, aussitôt après son décès, pour être confiée à un notable, qui en payera l'intérêt à ladite Révérende Mère, annuellement, durant sa vie, pour subvenir à ses besoins et « necessittes particullieres ». La testatrice veut qu'après le décès de ladite Révérende Mère, 2,000 livres soient données à son frère Jean de Bertheran, écuyer, sieur de Bellefons Chauveron ; et, sur les 1 000 livres de surplus, 500 livres au couvent de Sainte-Ursule de Valençay, et 500 livres à damoiselle Dotay, qu'elle institue son exécutrice testamentaire.
1671.
2 E 699 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Bail à ferme pour trois ans, moyennant le prix de 50 sous tournois, payable au jour de Saint-Laurent, par Jean Doury, marchand tanneur à Valençay, à Louis Brossier, bourrelier, du « pouvoir de servir des pelaine (plane) que led. Doury a dans sa thanerie au bourg de leglize de Vallançay, pour plainer les peaux qui luy conviendra demployer pour son mestier seullement, et sans que led. Doury soit tenu et oblige de fournir aultres choses que desd. pelaines, desquelz led. Doury, et aultres quil affermera, se pourra servir, pendant led. temps, pour son mestier de thaneur, et faire aultres choses que bon luy semblera…. Le bailleur sera tenu faire faire une clef a la porte de lad. thanerie pour la fermer, laquelle led. preneur prendra au logis dud. bailleur pour travailler en lad. thanerie, apres quoy il la reportera aud. logis du bailleur. » — Reconnaissance par Étienne Blanchet, « ferandier », demeurant à Valençay, de la somme de 8 livres tournois par lui due à Léonard Auclerc et « personniers » (celui qui est en société avec un autre pour différents travaux), « massons du pais de la Marche, travaillans de present en ce lieu, pour besongne faicte du mestier de masson, par led. Auclerc et personniers, aux bastimens dud. Blanchet, assiz au grand cimetiere de ce lieu, sauf toutesfois que led. Auclerc a promis et c'est obligé de faire de sond. mestier une cheminee, qui est a faire aud. logis et ce dans le quinziesme de may prochain, en fournissant par led. Blanchet de toutes matieres sur le lieu ; payable lad. somme dans la fin de la besongne ; fin de besongne, fin de payement ». — Vente par Louis Garaud, cordonnier, demeurant à Vierzon, à Louis Moreau, « marchal de forge,» demeurant à Valençay, d’ « une bouticque propre au mestier de marchal de forge, composee de souflets, enclumes, bicornes, marteaux, tenailles et toutes choses necessaires aud. mestier » ; ladite vente faite moyennant le prix de 42 livres tournois, que Moreau promet de payer en six ans, avec l'intérêt « a raison de l'ordonnance. » — Contrat d'apprentissage entre Jean Gabot, « tessier en thoille, » demeurant à Valençay, et Jean Piccard, vigneron, comme beau-père et tuteur de Jean Pinault, demeurant audit lieu ; par lequel contrat, Gabot s'est obligé de « monstrer a son possible le mestier de tessier en thoille aud. Pinault, et pour lequel apprendre par led. Pinault, il ira demeurer au logis dud. Gabot, ou il sera pendant un an, durans lequel led. Pinault sera logé, reblanchy et nourry bien et deuement aux despens dud. Gabot, lequel led. Pinault servira aud. mestier ; » et ce, moyennant la somme de 15 livres 10 sous que Piccard paiera en deux termes égaux. — Acte par lequel Jean. Coutton, marchand cabaretier à Valençay, et Catherine Buet, sa femme, se font don mutuel et réciproque, l'un à l'autre et au survivant d'eux, de tous les biens meubles et conquêts immeubles qui leur appartiennent, et ce « pour la bonne vollonté, affection et amitié qu'ilz ont l'un envers l'autre et qu'ilz se sont tousjours portés, et pour autres considerations a ce les portans et mouvans, et sans aucune sugestion ny contraincte ; » à la charge par le survivant de payer les dettes de la communauté et de faire les frais des « obsèques funeraux » et faire prier Dieu pour le repos de l'âme du premier mourant.
(Liasse.) — 83 pièces, papier.
1672-1673.
Sarciault retour
2 E 701 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Promesse, par messire Jean Beschon, prêtre, demeurant à Langé, à messire Louis Delarue, curé de Langé, de desservir la cure dudit Langé pendant un an, en qualité de vicaire, et de faire le service divin aux jours et heures accoutumés, en sorte qu'il n'y ait aucune plainte de Monseigneur de Bourges, de son official, ni des habitants de la paroisse ; et ce, moyennant la somme de 50 livres tournois et la moitié des droits curiaux, et de plus, la jouissance d'une ouche, dépendant de ladite cure et située près du cimetière. Consentement des habitants de la paroisse de Langé pour la « réfection » des cloches. — Sommation, par Simon Laize, marchand à Romorantin, à Jacques Lombrage, marchand à Valençay, de « parachever » le mariage ci-devant accordé entre ledit Laize et Barbe Lombrage, fille dudit Jacques, et, à cette fin, prendre jour pour passer le contrat, avec protestation, en cas de refus ou de délai, de se pourvoir comme bon lui semblera. A laquelle sommation Lombrage a répondu qu'il ne tient pas à lui que le mariage commencé se « paracheve, » mais que sa fille ne le veut pas, et qu'il n'entend la marier contre son gré et volonté. — Bail à ferme d'un arpent de pré et de la quatrième partie du grand dixme de blé, dépendant de la cure de Valençay, consenti, pour un an, par Claude Laisné, procureur au siège de Valençay, au profit d'Antoine Fermain, tailleur d'habits, à la charge, par ce dernier, de payer au sieur curé la somme de 15 livres tournois et treize setiers six boisseaux de blé par tiers froment, méteil et avoine, mesure de Valençay. — Cession, par Jean Lebon, marchand, fermier de l'abbaye de Notre-Dame de Barzelle, à Pierre Janvier, marchand à Poulaines, de la somme de 300 livres, reste de plus grande somme due par Pierre Dumont et Guilbert Jamot, marchands, demeurant à Boussac, pour vente à eux faite par ledit Lebon des « pessons et glandees » des bois de Garseulan (Garsenland) et Barzelle ; ladite cession consentie moyennant pareille somme de 300 livres, plus 50 livres pour les frais.
(Liasse.) — 155 pièces, papier.
1628-1730.
La Vernelle retour
Arraby retour
2 E 583 Pièces diverses.
Pièces analysées en 1876 :
Estimation du cheptel d'une métairie, sise au bourg de Luciou, lors de l'entrée en ferme d'« honeste personne Pierre Javeau maistre tonnellier : deulx beufz arrable de charue, a poil rouge, estimés cent livres ; plus une vache avecq sa suitte dun an, a poil noir et rouge, estimé trante six livres ; plus un cheval et un petit poullin, a poil noir, a lestimation de quinze livres ; plus huict berbis estimées trante cinq solz la piesse ; plus deulx chieuvre estimés cent solz ». — Contrat de mariage entre Gabriel Moreau, laboureur, et Magdallaine » Touppet, par lequel, entre autre autres clauses : En cas de mort de l'un des futurs avec enfans, le survivant sera obligé de « norir, gouverner, reblanchir et entretenir dhabitz lesdits mineurs, selon leur condition, jusques a ce que ilz ayent attainct laage de dix-huict ans, » après quoi ils leur rendront compte de leurs revenus jusqu'à leur majorité. — « Inventaire des biens meubles dellaissés par la mort et trespas dedeffunt « Louis Javeau, » entre autres objets : « une chetitte met appestrir ; deux terteaux (tréteaux), un haud de chausse, un pourpoint, un justaucorps serje drappé, une casaque droguet (le tout) estimé dix-sept livres ; une palle besche (bêche), deux petits goués (serpette à l'usage des vignerons) ; une anesse estime sept livres ; deulx chievres estime troix livres (les deux) ; unze berbis estime trante sols la piesse. » — Autre inventaire, après décès, d'objets mobiliers provenant de « vénérable et discrette personne, messire Jaques Dhybon vivant presbtre curés de lesglise de Meusnet. Plus cest trouve dessus le siel dudit chaslict une pettite carabine a rouet de deux pied, estimé quarante solz ; plus une chetitte espées estime cinq solz ; plus une chaire a brat (fauteuil), estime II solz ; trante huit livres de vesselle destain manevrés, la livre huit solz, ci quinze livres IV solz ; une mect de bois de chesne a paistrir le pain estimée la somme de quinze solz ; une pere de fert a faire du pin a chanter ; cinquante deulx boisseaulx de bled mesteil qui est bien seilleux (rempli de seigle) ; quarante un boisseaulx de bled mesteil ; vingt boisseaulx d'orge ; une cavalle a poil rouge brein (brun) avecq sa suitte d'un an estimes a la somme de cens dix livres ; un petit monceau de perches daubier, six boisseaulx de glandée mesure de Vallencay, » etc.
1659-1663.
2 E 584 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Estimation du cheptel d'une métairie, sise au bourg de Luciou, lors de l'entrée en ferme d'« honeste personne Pierre Javeau maistre tonnellier : deulx beufz arrable de charue, a poil rouge, estimés cent livres ; plus une vache avecq sa suitte dun an, a poil noir et rouge, estimé trante six livres ; plus un cheval et un petit poullin, a poil noir, a lestimation de quinze livres ; plus huict berbis estimées trante cinq solz la piesse ; plus deulx chieuvre estimés cent solz ». — Contrat de mariage entre Gabriel Moreau, laboureur, et Magdallaine » Touppet, par lequel, entre autre autres clauses : En cas de mort de l'un des futurs avec enfans, le survivant sera obligé de « norir, gouverner, reblanchir et entretenir dhabitz lesdits mineurs, selon leur condition, jusques a ce que ilz ayent attainct laage de dix-huict ans, » après quoi ils leur rendront compte de leurs revenus jusqu'à leur majorité. — « Inventaire des biens meubles dellaissés par la mort et trespas dedeffunt « Louis Javeau, » entre autres objets : « une chetitte met appestrir ; deux terteaux (tréteaux), un haud de chausse, un pourpoint, un justaucorps serje drappé, une casaque droguet (le tout) estimé dix-sept livres ; une palle besche (bêche), deux petits goués (serpette à l'usage des vignerons) ; une anesse estime sept livres ; deulx chievres estime troix livres (les deux) ; unze berbis estime trante sols la piesse. » — Autre inventaire, après décès, d'objets mobiliers provenant de « vénérable et discrette personne, messire Jaques Dhybon vivant presbtre curés de lesglise de Meusnet. Plus cest trouve dessus le siel dudit chaslict une pettite carabine a rouet de deux pied, estimé quarante solz ; plus une chetitte espées estime cinq solz ; plus une chaire a brat (fauteuil), estime II solz ; trante huit livres de vesselle destain manevrés, la livre huit solz, ci quinze livres IV solz ; une mect de bois de chesne a paistrir le pain estimée la somme de quinze solz ; une pere de fert a faire du pin a chanter ; cinquante deulx boisseaulx de bled mesteil qui est bien seilleux (rempli de seigle) ; quarante un boisseaulx de bled mesteil ; vingt boisseaulx d'orge ; une cavalle a poil rouge brein (brun) avecq sa suitte d'un an estimes a la somme de cens dix livres ; un petit monceau de perches daubier, six boisseaulx de glandée mesure de Vallencay, » etc.
1664-1667.
2 E 585 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Acte par lequel Antoine Rebillon, laboureur, demeurant « en une mesterie asize au lieu de la «Monattiere, » paroisse de Paulmery, appartenant à noble homme messire Estienne Girault, contrôleur au grand magazin à sel de Selle en Berry, reconnaît devoir et s'oblige à payer audit Girault la somme de « deux cent trente et une livre dix solz pour fourniture de blé destiné à sa nourriture. » — « Inventaire des biens meubles dellaissés par la mort et trespas de deffunt Pierre Basset » : ledit inventaire fait par « Arraby, notaire et tabellion, jure soubz le sel estably aux contractz du bailliage et chastellenye de Vallencay en Berry en la colloquation du bourg et paroisse de Luciou. » Entre autres choses inventoriées : « Soixante six livres de vesselle destin maneufvrés, estime la livre la somme de neuf solz ; une bassine darin estimé la somme de IIII livres, un paltret, une pelle besche (bêche ;) un trian (fourche) a fombreier (nettoyer les étables, relever le fumier) un collier, une selle, la doussiere, la ruziere (lien avec lequel on attelle les chevaux) avec la chesnette estime le tout ensemble six livres. » — « Déclaration dypotecque » contre Étienne Marsault, journalier, prise pour la somme de 300 livres, un chapon et une poule, par messire Étienne Arragon, « presbtre » curé de Selles, sur une « chambre et maison » sans cheminée couverte « a chaulme, un petit jardin, etc. » — Bail « a tiltre de rente fontiere » d'un quart de boisselée d'ouche (terre plantée d'arbres fruitiers près des maisons rurales et entourée de haies), ou environ, à Gabriel Arraby, laboureur, par Nicolas Duchain, conseiller du Roi, et président en la ville et Élection de Romorantin, moyennant deux poulets de rente et deux deniers de cens.
1668-1672.
2 E 586 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Requête par laquelle les habitants de la paroisse de Lucioux exposent qu'ayant perdu par la grêle presque toutes leurs récoltes, ils sont réduits à la misère ; c'est pourquoi ils « supplient très humblement messieurs le président, lieutenant, conseillers du Roy en la ville et ellection royal de Chasteauroux » de demander pour eux un dégrèvement de tailles à monseigneur l'intendant de la Généralité de Bourges. » — Obligation de six boisseaux de « bled fromant » et six boisseaux d'orge « a mesure de Vallançay » consentie pouf cause de prêt à Gabriel, marchand forain par Thomas Béguet, journalier, demeurant paroisse de Lucioux. — Plusieurs autres obligations de diverse nature. — Vente « par honorable homme maître Jehan Girault, praticien, demeurant en la ville de Selle en Berry ; » à Pierre Vaillant, journalier, demeurant paroisse de Paulmery, « d'une boisselee et trois quarts de boisselee de terre asize au lieu appele Les Cosses de La Caillaudiere, paroisse de Meusne ; ladite vente faite pour et moyennant le prix et some de sept livres tournois de sol, principal achapt et sept sols de vin du présent marche, le tout a este paye comptant. » — Vente d'un « quartier de veigne tierce » (quartier, quart d'arpent), par Jehan Couriou, marchand boucher, à « honorable home » Louis de Mirecourt, tous deux demeurant « en la ville de Selle en Berry. » — Inventaire après décès des meubles de Philippe Pinon : « une chetitte (mauvaise) met estimée X sols ; plus un chetit buffet a deulx fenestre estimé XX sols ; plus deux selles de bois (petit banc) estime les deux à IV sols ; plus quatre paillons (corbeille d'osier) à mettre du pin, estimé à IV sols ; plus un petit sallouet (grand pot de grès où on conserve du porc salé), estimé X sols ; plus sept livres et demye de vesselle destin estimé dix sols la livre revenant à 3 livres XV sols ; plus cinq boisseaux cheneveux (chenevis) mesure de Selles estime dix sols le boisseau qui revienne a L sols, » etc.
1673-1676.
2 E 587 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Obligation consentie par Gille Belamin, « caillotteur de pierre a fusil, a honeste home Chauvan, marechal, demeurant en la ville de Selle, absant ». Et ce pour la somme de 6 livres tournois à cause de la vente d'un poinçon de vin « pur clairet, à la reserve du fust ». — Grand nombre d'autres obligations. — Acte passé « au bourg de La Vernelle, paroisse dePaulmery » par lequel « honeste home Claude Gillet marechal cabarettier, comme fermier du lieu seigneurial chevanche de Chenevoy, apartenant a messieurs les vénérables chanoines de lesglize de Nostre-Dame de Gracay, » transporte en déduction de ce qu'il doit à ses créanciers : « Messieurs les vénérables chanoines de Nostre-Dame de Grassay, absans venerable discrette personne messire Laurieud Laguette cure chanoine de ladite esglize de Notre-Dame de Grassay cy presant et aceptant comme sindicq dedits venerables, » la somme de 38 livres, qui lui est due pour vente de « lherbe et tonture » de deux arpens appelés le pré de Lesguasse et nombre d'autres sommes formant avec la première un total de 388 livres 6 deniers. — Requête au bailli de Valençay par laquelle « honneste homme Jean Brisset, marchand hostellier » lui expose qu'il a mis entre les mains d'un sergent « pour faire ses diligences » d'un acte daté du 10 septembre 1679, par lequel il avait donné à ferme « aux nommez Heurice et Antoine Meryes » un héritage situé à La Vernelle, moyennant la somme de 20 livres, quatre poulets et deux cannets (canetons) ; que ledit sergent « n'auroit fait ny luy vouloir rendre ladite grosse disant lavoir perdue » ; qu'en conséquence il demande de contraindre maître François Corset, chargé des notes d'Arraby, notaire défunt, à lui délivrer une seconde grosse dont il a besoin. — Ordre signé Chastillon de délivrer la grosse demandée, « moyennant salaires compettant sans préjudice des moyens d'opposition des y desnommez preneurs. ».
1677-1679.
2 E 588 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Billet daté de Blois par lequel M. Pichet prie M. Alliot l'aîné, à Selles, de faire valoir la métairie de Vallenesse, paroisse de Billy, d'y mettre un métayer et des bestiaux. — Bail au prix de « huit vingt cinq » livres fait pour 6 ans par Samuel Droulin, fermier « de la terre et seigneurie de La Vernelle, » demeurant à Villentrois, à Jean Brisset, marchand cabaretier, demeurant à La Vernelle, par lequel bail ledit Samuel « a connu et confessé avoir baillé et baille a titre de home et pension d'argent le lieu et mestairie » de LaTabourille, avec droit de jouir de la fuie (colombier) et colombier dudit lieu. — Engagement pris par « honnestes filles dame Anne, Margueritte et Jehanne Picard, filles majeurs jouissant et usant de leurs droictz, demeurant en la ville de Selle en Berry ; lesquelles pour la bonne amitié quelle ce portent mutuellement et quelles esperent conserver a lavenir et mesme passer le reste de leurs jours dans lunion et dans une societte parfaite, ont congneu et confesse sestre respectivement engagée dentretenir doresnavant une societte individue entre elles et vivre ensemble sans jamais ce pouvoir separer pour quelques causes et occasions que ce puisse ; ain se soullager et gouverner réciproquement, tant saines que mallades, jusques au jour de leur deces ; et en cette consideration et afin que leurs intentions soit plus inviollablement excuttées ce sont lesdites Anne, Margueritte et Jehanne Picard fait don muttuel de tous leurs biens meubles et imeubles tant aquests que propres a perpetuitte et irrevocablement sans aulcune choze en excepter, reserver ni retenir, ce quelles ont respectivemant stipullé, acordé et acepte en sorte que neantmoingz que arivant le decez de lune delles les deulx aultres demeureront maîtresse desdits biens respectivemant donnez et continueront leur societte et communaulte comme auparadvant sans sen pouvoir départir a peine destre par celle qui y voudroit contrevenir descheue des advantages quelle pouroit prettendre de leffect de la presente donnation mutuelle….. » La dernière survivante sera « maîtresse du total des biens ». Les funérailles des décédées seront faites « selon leur condition. » Enfin les trois personnes susdites « se sont constituées possesseresses à tiltre de constitution et de précaire pour et soubz le non ; scavoir celle qui viendra a decedder la première des deulx autres et la deuxième soubz le non de celle qui se trouvera la dernière extante ». — « Estat des bons et mauvais pour bailler a Jacques Sinson et Denis Barbon collecteur de tailles de Paulmery pour lannee 1681, scavoir, Les bons : « Estienne Chantier, mestayer », etc., « etc. Mauvais : Jehan Lorillon » etc. Ledit état est signé Arraby, notaire. — « Articles et promesse de mariage en ce qu'il sacomplira a Dieu et nostre mere la sainte esglize, entre Silvain Barault, meusnier, demeurant au mollin de La Vernelle, paroisse de Paulmery, home veuve de deffunte Renee Arraby, dune part, et Jeanne Audoin, veuve deffunt Jehan Carre, demeurant au bourg de Luciou daultre part. ».
1680-1682.
Pataud retour
2 E 589 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente par « honneste homme Estienne Liniers, marchand, demeurant au bourg du Chastel de Valancay a honneste personne Estienne Chamu, maistre vitrier, demeurant en la ville de Romorantin, » de la quatrième partie d'une maison, située à Selle, et qui consiste « en une chambre basse ayant cheminée, une bouticque devant icelle, une garderobe a costé de ladicte bouticque, etc. » Ledit Liniers ne s'est décidé à vendre qu'en raison des poursuites que font contre lui pour le forcer à mettre la maison en état : maître Pichard, à cause d'une rente de 12 livres 10 sous qui lui est due sur cette maison ; et « messieurs les vénérables religieux feuillants » pour une rente foncière annuelle et perpétuelle de 40 sous qui leur est due aussi sur ladite maison. L'acquéreur servira la quatrième partie des rentes dont est grevée la maison et donnera « presentement de grace specialle 32 livres 10 sous pour les espingles » de la femme du vendeur. — Acte par lequel « noble home Estienne Chabot, sieur de La Cloys, a presant fermier de ladite seigneurye de la Vernelle, y demeurant, » fait constater qu'il a, depuis la Saint-Pierre, « aceuilly (loué) pour servante la nommée Marye Mandar, qui se seroit treuvée grosse par le moyen de quelque certin quidand, qui lauroit abuzée auparavant son acceuillage (louage). » C'est pourquoi par-devant des témoins, au nombre de trois, et en présence de François Mandar, frère de ladite servante, ledit sieur Chabot déclare que « pour obvier et esviter les risque et malheur qui pourroient arriver a sa personne » il se décharge de ladite servante et la remet entre les mains de son frère, « offrant lui payer les services quelle luy a rendus du despuis le jour de la saint Pierre dernière, jusque a presant, comme il a faict déclarant en outre audict Francoys Mandar que, ou il arrive fortune de sa dite sœur, » il n'encourra aucune responsabilité. — Vente d'« une cavalle soubz poil noir et sa suitte de lannee, ayant queue crain et oreille. » — Contrat d'apprentissage, daté du 3 février 1660, par lequel Silvain Airault, maître drapier et cardeur, « a promi et cest oblige montrer » à François Janvier, fils d'« honneste home Gabriel Janvier, marchand, bien et deument son dict mestier de drappier et cardeur, pendant le temps et espace de dix huict mois a compter de ce jourdhuy, pendant lequel temps ledit Airault sera tenu icelluy norir, coucher et reblanchir » de la manière accoutumée. L'apprenti de son côté promet d'obéir à son maître, en ce qui concerne son métier « et le service a icelluy selon son possible. » Le père payera la somme de 60 livres tournois, savoir : 15 livres comptant, 15 livres le premier dimanche de carême et 30 livres dans un an, plus un poinçon de demi-vin. — Bail « a moitié de tous les fruictz et revenu » consenti pour cinq ans par « dame Françoyse Lardier, dame delle (maîtresse d'elle-même) et usant de ses droictz, » à Robert Hureau, journalier, et François Mabilleau, « servitteur domesticque de Pierre Linet, laboureur du lieu, manoir et mesterie vulgairement appelez La Beliniere, en la parroisse de Paulmery. » Les preneurs n'auront droit de pacage dans les tailles (taillis) que trois ans après la coupe. Les fournitures de semences « tant grosses que menues » se feront à moitié, les blés seront amassés à frais communs et partagés « au faitz ou au boisseau à la vollonté de la dame bailleresse ; » Les preneurs ne pourront avoir dans la métairie d'autres bestiaux que ceux qui seront fournis par la bailleresse, ils devront laisser à l'expiration du bail « les fouin, paille, balle, vantin (ce qui est séparé du blé venté) bien et deument serrés ; ne pourront tenir dans ladite mesterie » pendant le temps du bail qu'une chiennée (portée d'une chienne) ; et autres conditions diverses. De plus, pour menus suffrages (redevances accessoires), plusieurs têtes de volaille, 4 livres de beurre et 12 fromages. — Autres baux à moitié fruits, etc.
1658-1660.
2 E 590 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente par Rebillon, cardeur, à « noble home Estienne Girault, conseiller du Roy, controlleur au grenier à sel de Selle, y demeurant, » de trois boisselées de terre situées paroisse de Paulmery, moyennant 18 livres tournois, tant en princippal que pour le vin du presant marche ». Ladite somme payée comptant « en louis d'argent. » — Acte de partage des biens dépendant de la succession de Pierre Brisset, entre les héritiers dont les noms suivent : maître René Bonnin, huissier royal ; Antoine Brisset, laboureur ; Pierre Brisset, giboyeur ; Jehan Roche « mareschal de forge » ; Pierre Brisset, laboureur, « au nom et comme curatteur contradictoire d'Hippolyte Brisset. » — Acte par lequel « honneste homme messire Prichard, marchand, demeurant en la ville de Selles en Berry, a baillé a faire a moittié de tous grains, » pour trois ans, à Renée Poulaud, veuve Arraby, et à son fils Louis Arraby, notaire de la châtellenie de Valençay, demeurant paroisse de Lys, « les terres labourables, prés et pastureaux, » possédés par le bailleur dans ladite paroisse de Lys ; les semences seront fournies à moitié, les blés récoltés « a commungs frais, » conduits en grange par le preneur pour y être partagés en deux lots dont le bailleur choisira le sien. Le métayer reçoit deux bœufs de labour « sous poil blond a lestimation de la somme de six vingtz livres tournois ; » et diverses autres conditions. Si par cause de débordement ou sécheresse les preneurs ne peuvent labourer toutes les terres qui leur sont louées, ils ne pourront prétendre à aucun dédommagement. En cas de décès de l'un d'eux, le bail sera cassé, moyennant la somme de six vingt livres que recevra le bailleur. — Fragment d'une table de minutes comprenant le titre d'actes des années 1660 et 1661. — Vente par « honneste personne Brunet, charron, au nom et comme soy faysant fort et prenant en main pour Marye Brazon, sa femme, a honeste feme Marye Girault, un corps de logis composé de deulx chambres, grenier dessus, couvert a tuiles avecq une petite court a coste de ladite mayson seize et scittuée en la rue du Pillier, en ladite ville de Selle ; » laquelle vente a été faite moyennant 60 livres avec « trois livres pour le vin du présent marché employé en despans entre lesdites parties, et la somme de cent sols pour les espingle de ladite femme Brunei.
1660-1675.
Villegongis retour
Debelle retour
2 E 704 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Vente par Jean Destouches, journalier, demeurant à Villegongis, à haut et puissant seigneur, messire Pierre-Jacques-François de Barbançois, chevalier, seigneur de Villegongis et autres lieux, de douze paniers ou ruches de mouches à miel, moyennant le prix de 42 livres, payé comptant. Par le même acte, Destouches prend, à titre de cheptel, moitié perte et profit, lesdites ruches de mouches à miel, à la charge de les « gouverner » et soigner suivant l'usage du pays. — Ratification, après majorité de 25 ans, par François Morin, laboureur, demeurant à Brion, d'une vente par lui faite au profit de messire Louis de Vouhet, écuyer, seigneur de Gratin, y demeurant, paroisse de Chezelles ; ladite majorité attestée par quatre témoins, à défaut d'acte de baptême, pour obtenir le payement du prix de ladite vente, montant à la somme de 85 livres de principal, porté au contrat, et 7 livres pour l'intérêt, et qui a été payé en louis d'or et autre bonne monnaie ayant cours. — Reconnaissance d'une rente annuelle et perpétuelle de 10 sous, due sur deux pièces de jardin réunies en une seule, situées dans la paroisse de Saint-Pierre de Beaulieu, en Touraine, consentie par Marc Begenne, jardinier du château de Villegongis, au profit de messire François-Henri Pinault, demeurant paroisse de Saint-Martin de Verton de la ville de Châtillon-sur-Indre, diocèse de Bourges, abbé titulaire de la chapelle de Saint-Nicolas de Signorie, fondée et desservie en l'église collégiale du château de Loches, diocèse de Tours ; ladite rente payable, chaque année, au terme de Saint-Michel, tant que Begenne sera propriétaire dudit jardin, en tout ou en partie. — Bail à ferme, pour un an, de la dixme de lainage et charnages, grosses, menues et vertes dixmes de la métairie du Moulin-Neuf, paroisse de Vineuil, par messire François Chollet, prêtre, curé de la paroisse de Villegongis, à François Boutard, laboureur et fermier, demeurant audit lieu du Moulin-Neuf ; ledit bail consenti moyennant la somme de 220 livres et deux dindes, payables en deux termes égaux. — Autorisation donnée par les habitants de la paroisse de Chezelles, assemblés à l'issue de la messe paroissiale, à Antoine Pinault, laboureur, syndic de ladite paroisse, de poursuivre le nommé Ratier, fermier du domaine de la Grange de Chezelles, sur le refus qu'il fait d'acquitter les messes auxquelles il est obligé, en sa qualité de fermier, aux quatre fêtes annuelles : Noël, Pâques, la Pentecôte et la Toussaint, et de mettre, pendant la quinzaine de Pâques, tous les jours, une bouteille de vin et du pain sur l'autel de Saint-Jean pour le besoin des paroissiens qui se trouveraient incommodés en faisant leur devoir pascal, comme il y est aussi obligé.
(Liasse.) — 88 pièces, papier.
1721-1789.
Joullin retour
2 E 705 Minutes.
Pièces analysées en 1876 :
Reconnaissance, par Jeanne Benoît, femme non commune en biens de Mathurin Cormier, journalier, demeurant paroisse de Chézelles, des meubles apportés par ce dernier dans le domicile de ladite Benoît : une armoire qui a quatre fenêtres ; deux mannequins ; deux barils à huile ; quatre poinçons, un quart (petit tonneau contenant un demi-poinçon,) etc. — Inventaire des blés et bestiaux provenant de la succession de feu Gilles Soin, et de Marguerite Mazerolle, fait à la métairie de Bonnevon, paroisse de Villegongis. — Reconnaissance de cheptel, à moitié perte et profit, par Laurent Malassigné, laboureur, demeurant paroisse de Villegongis, à Antoine Soin, marchand en ladite paroisse ; ce cheptel se compose de quatre-vingt-seize brebis mères, quarante-deux moutons et quarante-trois agneaux « du lige » de Berry, montant à la somme de 690 livres, plus cinq chefs d'aumailles (bêtes à cornes), estimés 100 livres. Malassigné reconnaît aussi devoir audit Soin la somme de 1 000 livres, et tant qu'elle sera due, il s'oblige à lui payer six poulets, deux dindes et douze boisseaux de froment par an, et de lui livrer, tous les ans, sa part de laine pour le prix qu'elle vaudra. — Bail à ferme, pour un an et neuf mois, par Dominique Delasalle, directeur général et receveur des droits des aides de l'élection de Châteauroux, à Silvain Fadeau et sa femme, cabaretiers à Chezelles, du droit de vendre vin au détail, « à pot et assiette », au bourg de Chezelles, dans leur maison seulement ; ledit bail fait moyennant la somme de 30 livres par an, et les deux sous pour livre. — Requête présentée à messire Pierre-Jacques-François de Barbançois, chevalier, seigneur marquis de Villegongis, Chezelles, Vineuil et autres lieux, par Étienne Beaufrère, journalier, demeurant à Chezelles, lequel, afin d'éviter les poursuites que ledit seigneur est sur le point de faire contre lui pour le contraindre au payement de vingt-neuf années d'arrérages d'une rente de 18 sous et une poule de cens qu'il doit comme propriétaire de trois quartiers de vigne, et considérant que ces trois quartiers sont en fort mauvais état, et que d'ailleurs il ne peut, vu son extrême pauvreté, les améliorer ni payer les arrérages susdits, supplie ledit seigneur de prendre ladite vigne dans son état actuel, et de le tenir quitte du devoir des cens et rentes. Ce que le seigneur lui accorde, en le déchargeant aussi des arrérages.
(Liasse.) — 138 pièces, papier.
1690-1764.
Greffe du tribunal civil retour
Buzançais retour
Chefdeville retour
2 E 757 Minutes.
1627-1630.
Poupet retour
2 E 756 Minutes.
1660-1667.
Luçay-le-Mâle retour
Dupont retour
2 E 849 Minutes.
1572-1577.
2 E 850 Minutes.
1583.
2 E 851 Minutes.
1584.
2 E 852 Minutes.
1590-1591.
Delorme retour
2 E 856 Minutes.
1616-1635.
Rance retour
2 E 857 Minutes.
1632-1642.
Dezanaut retour
2 E 858 Minutes.
1644.
Vergneault retour
2 E 853 Minutes.
1604-1618.
2 E 854 Minutes.
1619-1622.
2 E 855 Minutes.
1625.
Vergnault retour
2 E 859 Minutes.
1645.
2 E 860 Minutes.
1646.
2 E 861 Minutes.
1648.
2 E 862 Minutes.
1649.
2 E 863 Minutes.
1650.
2 E 864 Minutes.
1651.
2 E 865 Minutes, 5 mars.
1652.
2 E 866 Minutes.
1653.
2 E 867 Minutes.
1659.
Duguet retour
2 E 868 Minutes.
1667-1673.
Vernas Hilaire retour
2 E 870 Minutes.
1681.
2 E 871 Minutes.
1687.
Guima Antoine retour
2 E 872 Minutes.
1701-1714.
Braguies retour
2 E 873 Minutes.
1718-1719.
Mehun-sur-Indre retour
Mery retour
2 E 907 Minutes.
[1600]-[1720].
Mery (François) retour
2 E 875 Minutes.
1635-1662.
2 E 876 Minutes.
1663.
2 E 877 Minutes.
1664.
2 E 878 Minutes.
1665.
2 E 879 Minutes.
1666.
2 E 880 Minutes.
1667.
2 E 881 Minutes.
1668.
2 E 882 Minutes.
1669.
2 E 883 Minutes.
1670.
2 E 884 Minutes.
1671.
2 E 885 Minutes.
1672.
2 E 886 Minutes.
1673.
2 E 887 Minutes.
1674.
2 E 888 Minutes.
1675.
2 E 889 Minutes.
1676.
2 E 890 Minutes.
1677.
2 E 891 Minutes.
1678.
2 E 892 Minutes.
1679.
2 E 893 Minutes.
1680.
2 E 894 Minutes.
1681.
2 E 895 Minutes.
1682.
2 E 896 Minutes.
1683.
2 E 897 Minutes.
1684.
2 E 898 Minutes.
1685.
2 E 899 Minutes.
1686.
2 E 900 Minutes.
1687.
2 E 901 Minutes.
1688.
2 E 902 Minutes.
1689.
2 E 903 Minutes.
1690.
2 E 904 Minutes.
1691.
2 E 905 Minutes.
1692.
2 E 906 Minutes.
1693.
Bruslé (Georges) retour
2 E 931 Minutes.
1572-1705.
2 E 932 Minutes.
[1600]-[1750].
2 E 930 Minutes.
1683-1701.
2 E 908 Minutes.
1684.
2 E 909 Minutes.
1685.
2 E 910 Minutes.
1686.
2 E 911 Minutes.
1687.
2 E 912 Minutes.
1688.
2 E 913 Minutes.
1689.
2 E 914 Minutes.
1690.
2 E 915 Minutes.
1691.
2 E 916 Minutes.
1692.
2 E 917 Minutes.
1693.
2 E 918 Minutes.
1694.
2 E 919 Minutes.
1695.
2 E 920 Minutes.
1696.
2 E 921 Minutes.
1697.
2 E 922 Minutes.
1698.
2 E 923 Minutes.
1699.
2 E 924 Minutes.
1700.
2 E 925 Minutes.
1701.
2 E 926 Minutes.
1702.
2 E 927 Minutes.
1703.
2 E 928 Minutes.
1704.
2 E 929 Minutes.
1705.
Villedieu-sur-Indre retour
Leroy (Jean) retour
2 E 1096 Minutes.
1608.
2 E 1097 Minutes.
1609.
2 E 1098 Minutes.
1613.
2 E 1099 Minutes.
1614.
2 E 1100 Minutes.
1615.
2 E 1101 Minutes.
1615.
2 E 1102 Minutes.
1617.
2 E 1103 Minutes.
1618.
2 E 1104 Minutes.
1619.
2 E 1105 Minutes.
1620.
2 E 1106 Minutes.
1621.
2 E 1107 Minutes.
1622.
2 E 1108 Minutes.
1623.
2 E 1109 Minutes.
1624.
2 E 1110 Minutes.
1625.
2 E 1111 Minutes.
1626.
2 E 1112 Minutes.
1627.
2 E 1145 Minutes.
1627-1675.
2 E 1113 Minutes.
1628.
2 E 1114 Minutes.
1629.
2 E 1115 Minutes.
1630.
2 E 1116 Minutes.
1631.
2 E 1117 Minutes.
1632.
2 E 1118 Minutes.
1633.
2 E 1119 Minutes.
1634.
2 E 1120 Minutes.
1635.
2 E 1121 Minutes.
1636.
2 E 1122 Minutes.
1637.
2 E 1123 Minutes.
1638.
2 E 1124 Minutes.
1639.
2 E 1125 Minutes.
1640.
2 E 1126 Minutes.
1641.
2 E 1127 Minutes.
1642.
2 E 1128 Minutes.
1643.
2 E 1129 Minutes.
1644.
2 E 1130 Minutes.
1645.
2 E 1131 Minutes.
1646.
2 E 1132 Minutes.
1647.
2 E 1133 Minutes.
1648.
2 E 1134 Minutes.
1649.
2 E 1135 Minutes.
1650.
2 E 1136 Minutes.
1651.
2 E 1137 Minutes.
1652.
2 E 1138 Minutes.
1653.
2 E 1139 Minutes.
1654.
2 E 1140 Minutes.
1655.
2 E 1141 Minutes.
1656.
2 E 1142 Minutes.
1657.
2 E 1143 Minutes.
1658.
2 E 1144 Minutes.
1659.
2 E 1146 Minutes.
1677-1792.
Aubert (Simon) retour
2 E 1067 Minutes.
1640.
2 E 1068 Minutes.
1644.
2 E 1069 Minutes.
1648.
2 E 1070 Minutes.
1650.
2 E 1071 Minutes.
1651.
2 E 1072 Minutes.
1652.
2 E 1073 Minutes.
1653.
2 E 1074 Minutes.
1654.
2 E 1075 Minutes.
1655.
2 E 1076 Minutes.
1656.
2 E 1077 Minutes.
1657.
2 E 1078 Minutes.
1658.
2 E 1079 Minutes.
1659.
2 E 1080 Minutes.
1660.
2 E 1081 Minutes.
1661.
2 E 1082 Minutes.
1664.
2 E 1083 Minutes.
1665.
2 E 1084 Minutes.
1666.
2 E 1085 Minutes.
1667.
2 E 1086 Minutes.
1669.
2 E 1087 Minutes.
1671.
2 E 1088 Minutes.
1672.
2 E 1089 Minutes.
1676.
2 E 1090 Minutes.
1677.
2 E 1091 Minutes.
1678.
2 E 1092 Minutes.
1679.
2 E 1093 Minutes.
1680.
2 E 1094 Minutes.
1681.
2 E 1095 Minutes.
1682.
Moreau retour
2 E 1187 Minutes.
[1600]-[1750].
Moreau (Jean) retour
2 E 1185 Minutes.
1511-1656.
2 E 1147 Minutes.
1657.
2 E 1148 Minutes.
1658.
2 E 1149 Minutes.
1659.
2 E 1150 Minutes.
1660.
2 E 1151 Minutes.
1660-1691.
2 E 1152 Minutes.
1661.
2 E 1186 Minutes.
1661-1707.
2 E 1153 Minutes.
1662.
2 E 1154 Minutes.
1663.
2 E 1155 Minutes.
1664.
2 E 1156 Minutes.
1665.
2 E 1157 Minutes.
1666.
2 E 1158 Minutes.
1667.
2 E 1159 Minutes.
1668.
2 E 1160 Minutes.
1669.
2 E 1161 Minutes.
1670.
2 E 1162 Minutes.
1671.
2 E 1163 Minutes.
1672.
2 E 1164 Minutes.
1673.
2 E 1165 Minutes.
1674.
2 E 1166 Minutes.
1675.
2 E 1167 Minutes.
1676.
2 E 1168 Minutes.
1677.
2 E 1169 Minutes.
1678.
2 E 1170 Minutes.
1679.
2 E 1171 Minutes.
1680.
2 E 1172 Minutes.
1681.
2 E 1173 Minutes.
1682.
2 E 1174 Minutes.
1683.
2 E 1175 Minutes.
1684.
2 E 1176 Minutes.
1685.
2 E 1177 Minutes.
1686.
2 E 1178 Minutes.
1687.
2 E 1179 Minutes.
1688.
2 E 1180 Minutes.
1689.
2 E 1181 Minutes.
1690.
2 E 1182 Minutes.
1691.
2 E 1183 Minutes.
1692.
2 E 1184 Minutes.
1693.
Pirochery (Pierre) retour
2 E 1199 Minutes.
1656-1695.
2 E 1188 Minutes.
1701.
2 E 1189 Minutes.
1702.
2 E 1190 Minutes.
1703.
2 E 1191 Minutes.
1704.
2 E 1192 Minutes.
1705.
2 E 1193 Minutes.
1706.
2 E 1194 Minutes.
1707.
2 E 1195 Minutes.
1708.
2 E 1196 Minutes.
1709.
2 E 1197 Minutes.
1710.
2 E 1198 Minutes.
1711.
Origine inconnue retour
Aigurande retour
Aubard retour
2 E 17656 Minutes.
1640.
2 E 17657 Minutes.
1770.
2 E 17658 Minutes.
1785.
2 E 17659 Minutes.
1786.
2 E 17660 Minutes.
1787.
Bathias Louis Léonard (huissier) et Bathias Paul (notaire) retour
2 E 17663 Minutes.
1747.
2 E 17664 Minutes.
1787.
2 E 17666 Minutes.
1789.
2 E 17667 Minutes.
1790.
2 E 17668 Minutes.
1791.
2 E 17669 Minutes.
1792.
2 E 17670 Minutes.
an II.
2 E 17671 Minutes.
an III.
2 E 17672 Minutes.
an IV.
2 E 17673 Minutes.
an V.
2 E 17674 Minutes.
an VI.
2 E 17675 Minutes.
an VII.
2 E 17676 Minutes.
an VIII.
2 E 17677 Minutes.
an IX.
2 E 17678 Minutes.
an X.
2 E 17679 Minutes.
an XI.
2 E 17680 Minutes.
an XII.
2 E 17681 Minutes.
an XIII.
2 E 17682 Minutes.
an XIV.
2 E 17683 Minutes.
1806.
2 E 17684 Minutes.
1807.
2 E 17685 Minutes.
1808.
2 E 17686 Minutes.
1809.